AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 Après les flammes, la grande plaine...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Après les flammes, la grande plaine...   Mar 24 Mai - 14:09

Tout se passa rapidement après cela. Mais alors que Niniel s’attendait à périr dans les prochaines minutes qui allaient suivre, la folle brune changea de comportement. Les paroles du Drow avaient dû atteindre son cœur. La brune se dégagea de son emprise et s’agenouilla. Elle parlait avec rage en criant qu’elle se battait pour vivre et que les autres ne pouvaient comprendre. Niniel la trouvait agaçante de se permettre de penser à leur place ; chacun se battait pour sa propre cause. La fée aux ailes nacrées en savait quelque chose depuis la fin de son enfance tragique… Néanmoins elle voyait bien la détresse cachée derrière cette haine affichée sans retenue. D’ailleurs la folle leur hurla de dégager avant de les menacer de les tuer, encore…

La question qui se posait maintenant était de savoir si l’être ailé là-haut dans le ciel allait rester indéfiniment spectatrice. Niniel n’eut pas à attendre longtemps avant d’obtenir une réponse. La compagne de la brune flamboyante reprit une taille convenable et revint sur terre, laissant la clarté refaire son apparition parmi dans le ciel. Elle gifla sans ménagement son amie en la traitant d’incapable et en sommant au reste du groupe de ne tenter aucune action contre elles, sous peine d’en subir le châtiment ultime, la mort. Niniel ne disait mot, elle n’éprouvait ni de haine, ni de compassion pour la jeune maîtrisant le feu. Elle semblait être avec cette femme ailée de son plein gré, elle n’avait rien à en redire ; elle n’en n’avait aucune envie, cela ne la regardait aucunement. Tout ce que Niniel espérait, c’était ne plus connaître à nouveau une telle peur qui lui ferait revivre inlassablement son passé…

En revanche, elle eut un sentiment de culpabilité lorsqu’Elvin, le jeune garçon fée, s’excusa et partit à toute vitesse. Cette fois-ci, Niniel n’essaya pas de le rattraper. Elle l’avait convaincu de sortir de sa forêt pour lui faire découvrir le monde… Et la première chose qu’il avait vu, c’était un massacre de la nature qu’il choyait tant. La jeune fée ne lui en tint pas rigueur et se releva en regardant autour d’elle. La végétation reprendrait bientôt son droit parmi ce tas de cendres.

*Oui, sauve-toi Elvin, puisse le monde t'apporter autre spectacle que celui-ci....*

Le Drow quant à lui, ramassa ses armes pour les ranger avant de suggérer avec compassion à Niniel de retourner chez elle. Seulement la fée ne dit mot... Elle n’avait pas de « chez soi », à cause des flammes justement ; elle était simplement une âme errante à la recherche de la vérité. Mais pour le moment, elle voulait juste quitter cet endroit où le feu avait ravagé le verdoyant de cette vallée. Dans quelle direction aller ? Elle ne savait pas… Elle commença par déployer ses ailes pour s’envoler en direction opposée à celle du Drow. Le temps passa et Niniel continuait de voler sans but… A la fin, elle se rendit compte qu’elle avait tellement été terrorisée par sa peur du feu, qu’elle n’avait même pas remercié le Drow pour avoir pris leur défense. Il y avait des années de cela, personne, pas même ses propres congénères n'avaient bougé la moindre petite aile pour sauver sa mère. Personne ne l'avait plus protégée après cela d'ailleurs. Elle n'y était donc pas habituée, mais elle y était reconnaissante. Sans réfléchir, elle fit demi-tour en espérant croiser cet être à la peau sombre. Ensuite, elle s'en retournerait surement vers d’autres horizons.

Niniel n’était pas certaine de le retrouver, mais par chance elle volait assez vite et réussit à le rattraper au bout d’un certain temps. Il était là, dans la grande plaine où il avait dû marcher durant des heures. Loin des flammes et des cendres, la fée se sentit plus apaisée. Doucement, Niniel vint se poser à une certaine distance de lui, ni trop près ni trop loin. Ainsi, elle pouvait être audible tout en se protégeant si besoin il y avait, même s’il ne semblait pas hostile. Sans plus d’introduction, la fée lui adressa la parole pour lui dire ce pourquoi elle l’avait suivi:

-Je suis désolée de vous importuner, mais comme vous avez pu le remarquer avant, le feu m’a tellement apeurée que j’en ai oublié les politesses. Je ne puis retourner d’où je viens, mon « chez moi » a été détruit par les flammes il y a bien longtemps. Mais je voulais surtout vous témoigner ma reconnaissance. Sans votre intervention, le garçon fée et moi-même ne serions certainement plus de ce monde. Je vous suis redevable: comment puis-je vous rendre la pareille? Ensuite, je vous laisserai aller en paix.

Niniel, fidèle à elle-même, avait parlé sans tenir compte de l’avis du Drow, qui pouvait réagir de toutes les manières possibles. Dans l’esprit de la petite fée, elle était responsable de la mise en danger du garçon fée au milieu de ces flammes. L’intervention de ce Drow avait permis sa fuite et les avait tous sauvés. Alors même si elle n’aimait habituellement pas la compagnie, il était normal pour elle de le remercier. Niniel resta ainsi, immobile, le regard dans le vide, attendant simplement la réaction du Drow.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 12 heures 23 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Eldakka
avatar
Récits 513
MessageSujet: Re: Après les flammes, la grande plaine...   Sam 4 Juin - 17:47

J'en avais vu des injustices... et pourtant je ne m'y faisais toujours pas. Ce matin encore la violence frappa, et pour une raison que j'ignore toujours ; une jeune femme devait nous mettre à mort afin d'abreuver la soif de meurtre dont souffrait la démone... D'après la scène qui se déroula devant moi, dont hélas je fus également l'acteur, l'Humaine agissait par amour envers cette dernière. Une triste condition contre laquelle elle ne pouvait lutter... Je le sus dés l'instant où elle tomba à genoux, je compris qu'une étreinte fatale enserrait son coeur, et que si par malheur elle tentait de s'en délivrer, elle n'y survivrait pas. Je connaissais tout ça, puisque j'en fus la victime des années durant. À l'époque de mon esclavage pour la maison Hilonï's, on fit de moi le jouet personnel de Koolën, mon premier amour... Son souvenir était toujours aussi douloureux pour moi, après tout ce qu'elle avait enduré, comme le fait de supporter la torture qu'elle fut forcée de me faire subir, je finis par lui ôter la vie... Alors oui, je voulus sauver l'Humaine avant qu'elle n'en pâtisse à son tour ! Un échec cuisant... Honnêtement, à quoi me servait toutes ces expériences aussi horribles les unes que les autres, si je n'étais même pas capable de faire en sorte que les victimes potentielles en soient épargnées ? J'avais certes essayé, mais de mon point de vue c'était loin de suffire...

Intérieurement j'avais mal pour la jeune fille, mais j'étais également partagé avec un sentiment de joie, car mes tentatives ne furent pas entièrement vaines... J'avais contribué au sauvetage de deux jolies Fées, et ça je ne l'oublierais jamais ! Moi qui admirait tant ces petits êtres en lien constant avec la nature. Hélas, leur discrétion était telle que je ne savais pratiquement rien de ce peuple, alors je me contentais de m'imaginer leur monde lors de mes nombreux moments de quiétudes, et chaque fois je me disais la même chose ; si seulement j'avais pu naître Fée... Enfin bon, j'étais un Drow, il fallait donc que je fasse avec. Ce fut finalement avec ces deux sentiments que je quittai la silencieuse victime des flammes, pour m'en aller loin de cet endroit, et de Lucosa...

Je n'avais aucune destination en tête, car la seule chose qui en ce moment comptait pour moi, c'était de prendre mes distances. Pourtant, ma progression était étonnamment lente, comme si la fatigue me dominait... Bien qu'en réalité, il n'en était rien ; la cause provenait essentiellement de mes songes. Sauf que cette fois-ci, ce n'était guère de mon passé qu'il était question, mais de mon avenir ! À savoir que si le suicide m'était interdit, que me restait-il comme option ? Mise à part retourner dans les tréfonds, pas grand chose. Dans mon esprit je n'avais plus de raison d'être, sans but à ma vie, il ne pouvait en être autrement. Alors que si je retournais à Ched-Nasad, peut-être réussirais-je à instaurer un compromis avec le monde de la surface, et ainsi éviter à ses habitants, des raids sanguinaires ! Bien sûr, jamais je ne pourrais convaincre une Matrone, ou même une Vestale, de capituler au nom de la paix... Donc si j'y allais, c'était pour m'offrir à eux ! L'ultimatum était tout ce qui restait pour rendre à Astrune son utopie.

*Dois-je vraiment faire ça... ? Oui... après tout je n'ai jamais rien eu à accomplir ici, sinon deux morts de plus...* Pensai-je avant de faire une halte au beau milieu de la grande plaine.

De là où je me tenais, je pouvais voir la resplendissante Nandis, bien que le terme "resplendir" ne la désignait que si je la contemplais à bonne distance. En ce qui me concernait, la nature était de loin la plus belle ! D'ailleurs en parlant de nature, mon estomac se mit subitement à crier famine dés l'instant où je m'assis... Il était vrai que j'avais omis de me nourrir, mais avait-il pour autant besoin de faire un tel boucan ? Voilà que je me faisais disputer par mon propre corps... hélas, il n'y avait rien de comestible à l'horizon, il lui faudra donc prendre son mal en patience. Ce n'était pas la première fois que je manquais un ou deux repas, mais lorsque j'étais seul je n'avais aucun problème avec mes gargouillis... À savoir que ce qui me gênais par dessus tout, c'était que quelqu'un d'autre entende cette symphonie... Ce qui comme par hasard, arriva !

- Quoi... Dis-je sous l'effet de surprise.

La Fée de la vallée ! Elle était là, elle m'avait retrouvé ! Mais... pourquoi ? Une réponse des plus rapides s'en suivit alors. Ainsi elle avait décidé de me retrouver quatre heures plus tard dans le seul but de me remercier ? Et... comment ça elle n'avait plus de "chez elle" ? Je n'étais pas certain, mais il me semblait pourtant que le peuple Féérique était reconnu pour sa solidarité. Toutefois, malgré mon évidente surprise, je me relevai respectueusement avant d'incliner doucement la tête vers l'avant en guise de salutation. Elle disait aussi m'être redevable, et qu'il était de son devoir de me rendre la pareille... La belle Fée n'y était pas du tout, j'avais agis naturellement ! Comment pourrais-je demander ou même exiger quelle fasse telle ou telle chose pour moi ? Non, il en était hors de question.

- Doucement, attendez... Me surpris-je à lui répondre. Je n'ai aucune intention de vous demander quoi que ce soit. Vous êtes vivante et plus superbe que jamais, c'est là tout ce qui compte pour moi ! Vous savoir en vie me comble largement, soyez-en assurée.

Je ne mesurais plus mes paroles, c'était un tel honneur de parler à une Fée que je n'eus aucun mal à m'exprimer ouvertement. Quand soudain, mon estomac refit des siennes... Un moment vraiment inopportun pour ce genre de manifestation auditive, de ce fait, je plaquai doucement ma main contre mon abdomen, espérant ainsi étouffer le bruit.

- Vous pouvez repartir sans crainte, mais en échange... Repris-je après que l'ange du silence soit passé. Promettez-moi de ne plus vous mettre en danger ? Lui demandai-je avec une grande espérance. En tout cas, je n'oublierais jamais cette rencontre, merci du fond du coeur. Terminai-je en inclinant la tête pour la seconde fois.

Les présentations n'avaient pu se faire, mais étant donné le contexte, je pensais sincèrement que la Fée était encore plus mal à l'aise que moi. Ce fut pour cette raison que je m'empressai de la rassurer de façon à ce qu'elle puisse repartir l'âme en paix... Mais alors, pourquoi éprouvai-je la crainte de m'y être mal pris ?

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 12 heures 25 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Après les flammes, la grande plaine...   Lun 13 Juin - 20:01

La réaction du Drow donnait des indices supplémentaires à Niniel sur sa personnalité. Elle pouvait au moins dire qu'il n'était pas hostile. Il fut aussi surpris de la voir là que Niniel était surprise d'avoir pu le retrouver en quelques heures seulement, sans savoir au préalable la destination de cet individu. Cet individu... Oui, elle ne savait pas son nom. Les présentations n'avaient pas été faites. Avant toute autre chose, Niniel prit le temps de se présenter.

-Avec tout ça je ne me suis pas présentée, je vous prie d’excuser mon impolitesse. Je m’appelle Niniel. Et vous ?

De par les paroles et les actes bienveillants du Drow, Niniel ne redoutait pas un comportement hostile de sa part. Les paroles qu’il venait de prononcer avaient également suffi pour rassurer la fée et la calmer de tout de qu’elle venait de vivre. Tout ceci ajouté à sa curiosité naturelle sans peur, la paire d’ailes nacrées n’hésita pas une seconde à se rapprocher du Drow pour venir se placer juste en face de lui.

-Alors ça ressemble à cela un Drow, ce qu’il est grand. Il n’est pas aussi menaçant que certains que j’ai pu rencontrer auparavant…

La petite fée ne disait mot, n’affichait aucune expression particulière, elle se contentait de dévisager de haut en bas cet individu à la peau sombre et aux cheveux immaculés. A cette occasion, Niniel put entendre à plusieurs reprises, les bruits que faisait l’estomac du Drow. Elle le vit plaquer sa main sur son ventre, ce qui confirmait sa faim évidente. En regardant avec un peu plus d’attention autour d’eux, la jeune fée constata qu’il n’y avait pas grand-chose à se mettre sous la dent, pour ne pas dire rien du tout… Heureusement, elle prenait toujours le temps de cueillir des baies et autre petits fruits lorsqu’elle errait en forêt. Niniel était assez prévoyante de ce côté. Elle-même n’avait pas faim… Elle était certes de nouveau calme comme à son habitude, mais son estomac lui, était encore trop noué pour ingérer quoi que se soit. Après quelques secondes, Niniel saisit doucement les mains du Drow pour venir les placer en forme de coupole.

-Restez ainsi s’il vous plaît, ce sera plus pratique pour moi. Je n’ai pas faim en ce qui me concerne, mais si vous me permettez, je vous offre volontiers ces fruits. Ce n’est pas grand chose comparé à ce que vous avez fait, c’est tout ce que je puis faire pour le moment.

Tout en disant cela, Niniel transférait de ses petites mains les fruits rouges de sa sacoche vers les mains du Drow en essayant de ne pas en faire tomber. Il était libre de les accepter ou non, mais elle y voyait là l’occasion d’être un peu redevable à leur sauveur. La fée avait présentement des fruits rouges en assez grande quantité dans sa sacoche à poches. Elle avait rempli cette dernière un peu avant de rencontrer le jeune garçon fée et leur mésaventure. Après quoi elle s’éloigna un peu, s’assit par terre et prit le temps de répondre aux dires du Drow.

-Ce que vous dites me fait plaisir, malheureusement, je ne puis rien vous promettre. J’erre à travers Astrune à la recherche de réponses sur mon passé, et ce n’est pas sans danger quand on s’y aventure avec trop d’ardeur et seule. J’ai fui l’endroit où je suis née car les fées ne m’ont jamais donné de réponses pour des raisons que j’ignore. Alors je me balade ça et là. Et vous ? Vous me semblez bien… Niniel marqua une pause avant de finir sa phrase, seul.

Sur ces paroles, Niniel prit conscience que sa question était indiscrète. Elle avait ressenti le besoin soudain de parler après cette mésaventure sans même s’en rendre compte; ce qui était très rare, elle qui ne parlait jamais. Mais s’il y avait bien quelque chose que la fée était capable de percevoir, c’était bien ce sentiment de solitude ou plutôt « d’âme errante blessée », puisqu’elle en était une elle-même. Elle l’avait senti chez la brune, même si elle n’était pas seule et qu’elle leur avait voulu du mal. Mais là aussi, chez lui, elle le ressentait. Pour ne pas que sa curiosité de fée ne paraisse trop intempestive, Niniel se tut et s’assit dans l’herbe. Elle sortit sa lyre et se mit à jouer un son empli de douceur, au rythme de la végétation qui se mouvait dans le vent léger. Cela faisait du bien à la fée d’être au calme.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 12 heures 27 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Eldakka
avatar
Récits 513
MessageSujet: Re: Après les flammes, la grande plaine...   Jeu 28 Juil - 17:00

J'étais grandement déstabilisé, et même si je me gardais bien de le montrer, la Fée devait s'en nul doute le ressentir. Il était très difficile pour moi de soutenir son regard, à tel point que je ne pus voir la couleur profonde de celui-ci... Encore fallait-il comprendre les raisons qui me poussaient à ce mutisme, à savoir que si c'était une évidence pour moi, ça ne l'était pas forcément pour d'autres. Un comportement qui pourrait être perçu comme offense si la jolie Fée venait à s'y méprendre... ça serait là un péché dont je ne pourrais jamais me pardonner ! Pourquoi, me demandera t-on ? À cela, je répondrai simplement que mon adoration pour Xiris faisait que je ne pouvais demeuré inculte à son sujet. C'est alors que je sus la place qu'occupait le peuple Féerique dans le coeur de la Déesse que j'avais pour mentor. Les grands prêtres vous diront que Xiris est une entité solitaire consacrant tous ses efforts au seul équilibre de la nature, et ce, sans vraiment chercher à connaître la vérité ! Bien sûr... qui pouvait se targuer d'en savoir long sur les divinités ? Ne s'agissait-il pas là de voies impénétrables ? Quoi qu'il en était, j'étais certain de ce que j'avais appris, tout du moins en ce qui me concernait.

Voilà l'une des raisons du pourquoi je peinais à me contrôler. Sachant la jolie Fée naturellement proche de Xiris via un lien dont elle ne soupçonnait probablement guère l'existence, faisait que je me sentais... insignifiant, indigne du regard qu'elle me portait. Après tout, n'étais-je point une créature de Lolth ? Un être censé apporter mort et destruction partout où il posait pied ? Ce fut alors qu'une question vint à me tarauder... pourquoi n'avais-je pas eu la même impression avec Lucosa ? Elle qui pourtant était la création même de Xiris. Peut-être que cette différence venait du fait qu'elle ne l'appréciait guère, que comme moi elle était une erreur...

- Que... Dis-je sous l'effet de surprise.

Oh misère ! Elle m'avait touché... la Fée venait d'imposer ses mains sur miennes ! Là s'en était trop pour mon pauvre coeur... Je l'avais sauvé certes, mais elle ne me devait rien ! Ainsi, sans même faire attention à son offrande, je m'écartai en toute hâte. Il me fallait partir avant que je ne perde totalement pied...

- Ex... excusez-moi... je.. je ne voulais pas... il... il faut que je parte ! Bégayai-je avant de m'enfuir à toutes jambes.

Mon intention n'était pas de lui manquer de respect, loin s'en faut. Mais voilà que je me retrouvais hystérique... de ce fait, il était hors de question que la jolie Fée me voit dans un état aussi démentiel. Et même si c'était la première fois de mon existence que je me retrouvais dans une telle posture, je me devais d'agir de la sorte ! J'avais honte, plus honte que jamais... Moi qui avait toujours été désireux de rencontrer les Fées, voilà que je défaillais à l'instant même où mon rêve se concrétisait. J'étais bon à jeter aux fers désormais !

- Je... n'ai même pas retenu son prénom... Me rabâchai-je à chaque expiration. ***Ô Xiris, pardonnez-moi de vous avoir fait défaut... Je m'excuse également auprès de Lourina... votre grande amie. J'ai offensé l'une de ses enfants.***

Je scrutai à présent l'horizon, cherchant désespérément une explication à ma folie du moment... Hélas, les cieux demeurèrent silencieux. Je compris alors que je me devais d'assumer, mais pour l'heure... je n'en avais guère la force.

- Pardonne-moi petite Fée...

Ce fut mes derniers mots, à la suite de quoi, je me laissai tomber sur le dos... De toute façon je m'étais assez éloigné, et ça serait pure sottise si la Fée venait de nouveau à mon encontre, surtout après la scène que je venais de lui faire...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 12 heures 35 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Après les flammes, la grande plaine...   Jeu 8 Sep - 15:52

Le Drow paraissait étonné du geste de Niniel. Pourtant, c’était tout à fait naturel aux yeux de la petite fée, pour ne pas dire pas suffisant. Il lui avait sauvé la vie et il avait faim, elle lui était redevable et elle avait de la nourriture ; elle la lui donnait volontiers. Quoi de plus normal ? Niniel jouait de la lyre sans vraiment s’attendre à une réaction particulière de la part de son interlocuteur. Mais lorsque le Drow se mit à agir bizarrement, comme un début de transe, ou plutôt d’hystérie, ce dernier finit par attirer l’attention de la jeune fée. Niniel s’arrêta de jouer et le regarda faire sans prononcer un seul mot. Le Drow semblait déphasé, ou plutôt en plein débat avec lui-même. Il bredouilla une excuse, qu’il devait partir.

*Partir ? Mais partir où ? Il n’a même pas mangé, il va être exténué s’il s’enfuit ainsi.* Se dit Niniel.

Alors qu’elle pensait cela, le Drow partit dans une direction en courant à une vitesse incroyable. Dotée de précieux réflexes, Niniel ne prit pas la peine de réfléchir et tendit une main pour s’agripper à la première chose qu’elle put attraper en vol, soit, les cheveux du Drow… La petite fée avait fait cela en même temps qu’elle devint à peine plus grande qu’une abeille. Un talent très utile dont été dotée chaque fée en ce monde. Emportée dans un élan de folie et trop préoccupé par sa fuite, le Drow ne l’aura sans doute pas remarquée. C’était bien dommage… Oui, car la petite fée s’amusait beaucoup, pendue aux cheveux du Drow qui vire voletaient au gré du vent provoqué lors de cette course folle. Niniel n’aurait su dire combien de temps il s’écoula… Une poignée de secondes, quelques minutes ? Quelle distance avaient-ils bien pu parcourir ? Elle n’en savait strictement rien, mais pour la première fois depuis longtemps, elle se retrouvait à tournoyer dans les airs, de la même manière que lorsqu’elle était petite, le temps où sa mère était encore de ce monde. Elle se surprit même à sourire, c’était si rare qu’une expression ne s’affiche sur son visage. Bien accrochée à cette fine mèche de cheveux immaculés, elle ne disait mot et savourait l’instant. Elle savait que si elle lâchait prise elle ne le rattraperait peut-être pas.

Enfin, le Drow s’arrêta, apparemment essoufflé, et se laissa tomber au sol en arrière. A cet instant précis, Niniel lâcha la mèche de cheveux pour ne pas se faire écraser. La petite fée était curieuse, mais surtout elle ne comprenait pas. Pourquoi était-il parti ainsi ? Pourquoi s’excusait-il si ce n’était pas à cause d’elle ? Est-ce qu’il était au courant de quelque chose la concernant ? Etait-elle maudite pour que les fées ne lui aient pas porté secours et lui s’en aille ainsi ? Pourtant il lui avait sauvé la vie… Et il semblait si bon… Elle voulait des réponses. Bientôt, le Drow pourrait voir une petite paire d’ailes nacrées venir se poser sur son nez. Afin qu’il ne la confonde pas avec un papillon, elle s’agrandit un peu, suffisamment pour qu’elle soit visible, et s’installa en position assise sur l’arrête nasale.

-Je m’appelle Niniel. Quand on a faim on mange non ? C’est à cause de moi que vous êtes parti ? Pourquoi vous excusez-vous alors ? Les fées vous ont dit de ne pas m’approcher c’est ça ? Je n’ai rien fait pourtant, pourquoi me fuit-on sans m’en dire la raison ? Dit-elle sans introduction en parlant très fort pour qu'elle soit audible.

Pourquoi tout le monde la fuyait ? Pourquoi ne lui disait-on rien ? Niniel était déterminée, mais aussi lassée d'être abandonnée sans explication... Aussi, elle resta ainsi en silence avant d'enfouir sa tête contre ses genoux recroquevillés contre sa poitrine, les bras croisés, sans bouger de sa place. Bercée par la respiration encore haletante du Drow, elle attendait des réponses, une réaction, un indice, sans même savoir s'il accepterait sa présence cette fois-ci.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 12 heures 37 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Eldakka
avatar
Récits 513
MessageSujet: Re: Après les flammes, la grande plaine...   Dim 10 Juin - 15:10

Allongé dans l'herbe avec la brise pour seule consolation, je récupérais... Je savais bien que m'en vouloir tout en fuyant ne changerait quoi que ce soit à la situation présente. Mais que pouvais-je faire d'autre ? Les Fées et les Drows ne pouvaient coexister, la nature l'avait décider ainsi. Alors à quoi bon s'opposer à sa volonté ? Voilà bien une chose que j'avais appris à mes dépends, au travers de ma malédiction... Quand nous sommes promus à une destinée, mais que l'on ne veut pas de celle-ci, on se doit alors de renier sa propre existence, et parfois même celle des autres. Il m'en coûtait de le penser, mais c'était pourtant ce que mon coeur hurlait. Il me fallut ralentir ma respiration pour, comme les nuages de coton me surplombant, recouvrer le calme que j'avais laisser derrière moi, à mon grand dam... car cela me valut également un nouveau sursaut ! Et pour cause, la Fée que je pensais définitivement loin, s'en vint de nouveau à mon encontre... À cela je demande pourquoi ? Pourquoi vouloir se faire du mal exprès ?! N'avait-elle point vu mon hystérie, mon allocution enrayée, mon manque de respect... ? Je demeurai figé, ce qui permit à cette dernière de s'en venir prendre place sur... mon nez. Je ne savais comment réagir ni même quoi penser, ainsi je me résolus le coeur battant, à la laisser faire. Au fond de moi, je me disais que je lui devais bien ça.

Aussi fragile dans son moi que son apparence le démontrait, la jolie Fée s'inquiétait de mon bien être comme si j'étais l'un des siens. En d'autres temps je lui aurais rendu sa dévotion, mais après tous ces kilomètres de ronces que je me dus de traverser, je me devais de rester clos à ses émotions. Cela pouvait sembler cruel, malheureusement, la vie m'enseigna non sans larmes, comment je devais m'y prendre pour protéger les autres. En revanche, rien ne m'empêchais, si ce n'était ma foi en Xiris, de converser avec elle. Mais à l'instant où... Niniel, car tel était son prénom, crut qu'il s'agissait d'un complot de ses soeurs visant à l'isoler du monde quant au fait que je la fuyais. Je ne pus demeurer sans réaction...

- Non... Dis-je sans m'en rendre vraiment compte.

Désormais repliée à l'instar d'un enfant battu, Niniel se tut... Un silence qui me laissa le temps de l'observer quelques secondes. À la vue de son échelle présente, elle semblait encore plus fantastique que d'ordinaire. Ce fut un instant unique pour moi, une rencontre qui comme Lucosa, jamais je n'oublierais.

- Vous n'avez rien fait de mal, Niniel... bien au contraire. Répondis-je de mon naturel étranger aux Drows d'en dessous. Si je fuis ce n'est en aucun cas votre faute, mais je ne m'en sens guère le courage de vous en préciser la raison. Bien que ma voix se soit légèrement endurcie, je conservais une certaine douceur que j'espérais suffisante pour la jolie Fée. Vous comprendrez alors que je ne vous demande pas ce qui vous chagrine, si moi-même je refuse de m'ouvrir...

Fatigué de loucher pour la regarder, je décidai de me relever. Doucement je m'assis, prenant soin de placer mes mains en coupole afin que Niniel puisse s'y poser. Je ne comprenais pas ce que cette dernière attendait de moi, mais quoi que cela pouvait être, en aucun cas je ne pourrais la satisfaire. Il me fut déjà très difficile de délaisser Lucosa, alors pourquoi me laisserais-je accompagner si d'avance je m'y refusais ? Bien sûr que Niniel n'avait rien demandé, mais je me connaissais, je savais que je serais capable de tout ou presque, pour aider une personne dans le besoin. Mais là...

- J'aspire à être seul... Repris-je les yeux fermés. Mais s'il vous plait, n'allez plus croire que vous en êtes la cause.

Il n'était pas difficile de voir que je luttais contre ma nature, malheureusement ce choix s'imposait. Niniel allait s'en doute vouloir davantage d'explications, mais ma détermination faisait que ses tentatives demeureront vaines. J'avais déjà eu vent de la curiosité chez les Fées, c'était pourquoi je m'y préparais. Seulement il pourrait également se produire le contraire, à savoir que trop affligée par mes réponses, Niniel décide de s'enfuir loin de tous, y compris de son peuple... Voilà un fait qui me tarabustait. Bon sang mais que devais-je faire ?!

- Pardonnez-moi... Soupirai-je orné d'une larme au coin de l'oeil.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 12 heures 39 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Après les flammes, la grande plaine...   Dim 2 Sep - 17:06

Niniel fixait le Drow sans mot dire, attendant des réponses à ses questions. Elle n’était guère responsable de l’état du Drow qui ne souhaitait ni parler de ce qui l’attristait, ni demander ce qui tourmentait la fée. Cela était des plus compréhensibles pour la jeune fille ailée… Comment oser demander la raison du mal être de quelqu’un lorsque la personne elle-même n’était pas prête à s’ouvrir. Niniel le savait parfaitement, pour elle-même ne pas souhaiter parler de son passé. A part remuer une lame aiguisée dans les plaies toujours ouvertes, cela ne ferait de bien à personne. Sauf si bien sur le contexte s’y prêtait.

Soudain, la petite fée sentit le corps d’Eldakka se mettre en mouvement autour d’elle. Elle ne bougea même pas puisqu’elle n’avait pas peur de lui. Malgré les trahisons qui existaient en ce monde, Eldakka inspirait la confiance et la sincérité dans tous ses actes, aussi insignifiants étaient ils. Ce qui surprit davantage Niniel, ce fut de constater les mains d’Eldakka désormais en coupole, comme pour accueillir la jeune fille qui hésita un instant. Non pas qu’elle était méfiante envers lui, mais c’était la première fois que qu’on lui offrait pareille attention depuis la mort de sa mère… C’était d’ailleurs tout simplement inédit qu’elle se retrouve ainsi, dans les mains d’un être aussi… immense du point de vue de la petite fée. Puis Niniel déplia finalement ses petites ailes et vint se lover dans la paume de sa main. C’était… comme un oisillon dans un nid douillé, mais un nid vivant et plein de chaleur. Elle se mit en position de fœtus contre les doigts recourbés du Drow. Elle était sereine et se savait en sécurité.

C’est alors que la petite fée sentit deux vives émotions l’envahir, la tristesse et le soulagement… La plénitude de ressentir un peu de bonté depuis tant d’années, d’être blottie dans un cocon… Mais également la tristesse que dégageait le Drow et que la petite fée partageait. Elle n’était pas très empathique pour la joie ou le bonheur, mais la tristesse était une émotion qu’elle connait parfaitement. Cette détresse qui vous emplissait le cœur et que nul ne pouvait apaiser si facilement. Comme un poids qui vous faisait aspirer à être seul. Et c’était surement celle-ci la plus dévastatrice, cette tristesse que l’on garde pour soit et que l’on ne peut consoler. Ce sentiment débouchant sur la solitude, elle aboutissait souvent au chagrin, pour ceux qui étaient capable de pleurer. Niniel était en incapacité de verser des larmes. Mais lorsqu’elle vit la goutte d’eau s’écouler le long de la joue de ce dernier, elle laissa à son tour échapper ses propres larmes ; à savoir des petites ailes de papillons, qui se formèrent dans les coins externes de ses yeux.

Ces petites ailes oculaires étaient l’une des rares manifestations physiques des émotions de Niniel. Alors que les foules des villes faisaient de la politique ou des guerres, que des êtres censés être emplis d’amour passaient leur existence à se détester ou faire le mal sans raison valable, Eldakka semblait être détaché du monde, tel un ermite. Tout ceci restait évidemment des suppositions qui taquinaient la curiosité naturelle de la jeune fée, puisqu’elle venait tout juste de le rencontrer.

-Vos larmes sont belles vous savez… Elles sont sincères… Je vous crois et c’est tout à fait votre droit de vouloir être seul, ne vous excusez pas, vous n’avez rien fait.

Sur cette unique phrase, Niniel ferma les yeux un instant afin d’écouter simplement le vent et les bruits de la nature présente autour d’eux. Puis quelque chose vint la chatouiller.

-Qu’est-ce que…

La brise venait de lui apporter une chose des plus intéressantes : une partie des cheveux argentés du Drow voletait autour d’elle. Tel un petit chaton, son esprit joueur se réveilla. Les cheveux du Drow lui rappelaient les feuillages où s'invitait le vent. Là où, enfant, elle aimait tant s'amuser, se cacher et tournoyer. Elle ne put s’empêcher d’attraper la petite mèche pour la tripoter et la tresser, avant de se ressaisir. D'un air absent, elle redevint pensive avant de regarder le Drow, elle ne savait que faire…

-J’aspire moi aussi à être seule d’habitude parce que je n’ai pas eu le choix et que le monde me dégoûte… C’est si rare de rencontrer un être généreux et sincère de nos jours… Mais vous êtes… différent… Je me rends compte que le monde a encore des êtres bons… Où irez-vous ? Je suis sure que je peux faire quelque chose, s’il vous plaît… Pourquoi ne pas faire un bout de chemin ensemble et se séparer un peu plus tard si vous le désirez toujours ?

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 12 heures 41 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Eldakka
avatar
Récits 513
MessageSujet: Re: Après les flammes, la grande plaine...   Dim 9 Déc - 5:41

L'obstination était-elle un caractère assujetti au peuple Féerique, ou bien était-ce Niniel qui était différente de ses pairs ? Non pas que cela me dérangeait, mais sa proposition de m'accompagner un petit bout de chemin avant de décider de nos destinées respectives, était selon moi... inappropriée. Ne se doutait-elle pas que ça serait au contraire plus difficile encore de se dire au revoir, après avoir vécu le temps de quelques heures les émotions de chacun ? Bien que ce qui m'attristait le plus, c'était de la savoir comme moi, seule ! Être contraire à nos aïeux était bien la pire chose qui pouvait nous arriver. Personne avec qui partager ses rires et ses larmes, et les âmes qui seraient à même de nous comprendre, seront justement des gens comme nous... Or, nous aimerions tellement être acceptés par le commun des mortels sans avoir à porter de masque. Je supposai donc que Niniel attendait la même chose du monde qu'elle arpentait, sinon elle ne m'aurait pas suggérer de poursuivre notre route ensemble d'une manière aussi suppliante. Voilà bien une chose envers laquelle je ne pouvais demeurer impassible...

-*Elle ne sait pas ce qu'elle me demande... Mais si je m'obstine à la laisser seule, elle risque de vivre les mêmes tourments que moi. Alors si mon expérience acquise peut l'aider à se faire une place dans ce monde, il en vient de ma responsabilité de l'aiguiller.* Songeai-je tout en humant la brise.

Dans mes pensées, tout cela me transparaissait bien concis, un fait que je savais ô combien faux dans la réalité. Et pourtant, Niniel devra s'efforcer de trouver sa voie une fois la nuit venue, car là où j'allais, ce n'était guère un endroit pour elle. Comme j'avais pu me le dire après avoir abandonné Lucosa à sa solitude, je devais me rendre en Ombre-terre afin de retourner à Ched-Nasad. Mes chances de survie étaient certes inexistantes, mais cela m'importait peu, la peur de cet endroit n'avait que trop durée, et il était grand temps que je sache qui, ou ce que j'étais ! Un Drow ordinaire ne pouvait pas changer les gens en pierre au moindre sentiment amoureux, or, pour moi mettre un terme à ces cauchemars qui sans cesse me refaisaient vivre ces meurtres, il ne me restait plus qu'une option, surtout après un suicide manqué..., l'affronter !

Ré-ouvrant doucement les yeux, avant de river mon regard luisant d'un chagrin insoupçonné sur la jolie Fée, je murmurai... - C'est d'accord Niniel. Vous pouvez m'accompagner si vous le souhaitez, jusqu'au coeur des rocheuses. Je mis un temps avant de me rendre compte que la demoiselle s'était jouée d'une de mes mèches durant mes réflexions intérieures, cela eut au moins le mérite de me faire furtivement sourire. C'est là bas que nous nous dirons au revoir jolie Fée, dans les tréfonds obscurs, c'est une quête que je devrai mener seul. J'espère que vous comprenez... Mes derniers mots se perdirent dans l'immensité de la grande plaine, preuve qu'il m'insupportait de m'exprimer de cette manière. À savoir que dire à l'avance ce qui allait se passer ne faisait guère parti de mes principes. Je dois d'ailleurs me mettre en chemin sans plus tarder si je veux y être avant le couché du soleil. Sur ces mots semblant un peu durs, je me relevai tout en prenant soin de laisser Niniel s'envoler lorsqu'elle constatera que mes mains n'étaient plus là pour la soutenir.

Je me réconfortai en me disant que mes paroles ne la blesseront pas, car comparer à une personne dépendante des autres pour subsister, Niniel devrait se satisfaire de ce bref instant passer en ma compagnie, plutôt que de pleurer la future séparation. Enfin, c'était comme ça que je vivrai l'évènement en tout cas. Je m'osai penser à sa place à cause du point commun qu'elle-même avait cité en m'avouant son désir d'être seule. Bien sûr, j'ignorais tout des épreuves qu'elle avait dû traverser, mais le son de sa voix me rappelait étrangement mes débuts après que j'eusse quitté les tréfonds obscurs. Cette innocence semblable à la rosée du matin, Niniel l'avait encore en elle. Et si elle le voulait, je lui raconterai une part de mon histoire durant notre voyage, ce qui devrait grandement l'aider lors de ses futures décisions... Si toutefois elle y consentait toujours.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 12 heures 43 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Après les flammes, la grande plaine...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Après les flammes, la grande plaine...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ Le gouffre mystique ~ :: RP oubliés-
Sauter vers: