AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 Wraën Nay'üssim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Wraën Nay'üssim   Mer 25 Mai - 15:14

~ Mon identité ~

~ Prénom :Wraën
~ Nom :Nay'üssim
~ Surnom : Aucun

~ Âge : 63 ans
~ Jour & Mois de naissance :13 Oryi du mois de Nero
~ Sexe : Masculin
~ Race : Humain

~ Lieu de naissance : Nandis
~ Lieu où vous vous trouvez actuellement : Nandis

~ Classe : Homme politique (donc comme un sans classe si j'ai bien compris...)
~ Alignement : Neutre, oscille entre le bien et le mal


~ Apprenez à me connaître ~

~ Description Physique :
Wraën est vieux, laid et de faible consistance, c'est le moins que l'on puisse dire! Son visage à la mâchoire carré est couvert de sillons du temps tous plus profonds les uns que les autres; et sa lèvre inférieure n'est rien de plus qu'une éternelle moue dédaigneuse, ne faisant que rehausser son air hautain d'homme administratif. Le front large (très large!) orné d'un cumulonimbus cracheur de foudre, un regard perçant aux sourcils sévères criblé de pupilles sombres, et pour tout nez un appendice presque vertical retroussé en quasi-permanence lui donnent cet air d'homme pointilleux, sans pitié, et sans scrupule que tout le monde adore avoir en face de soi! Lors de cérémonies ou de rendez-vous importants, on peut apercevoir ce vieil homme au corps tombant et affaibli avec une longue cape rouge sang aux teintures et aux étoffes raffinées; accompagnée du plastron et de l'épaulière des anciens toujours aussi majestueux et rutilants sur un tel personnage, mais il sera la plupart du temps habillé comme tout bon homme riche avec une garde robe variée sans pour autant être spécialement aux dernières modes de la mouvante capitale.

~ Description Psychologique :
Wraën est du genre... ambiguë! Si jamais certains savaient ne serait-ce qu'une fraction de ses secrets, notre pauvre Nay'üssim servirait de mobile aux enfants de Lolth! Mais en l'approchant d'un peu plus près, on ne peut être que catégorique sur sa générosité et son esprit travailleur. En effet, cet homme attache un dévouement tout particulier aux enfants pour leur joie et leur simplicité; mais pour distribuer à tout venant, il faut les fonds, de très gros fonds, et tous les moyens sont bons, même les plus sordides et les plus illégaux... Pour être franc, il n'est pas à sa première fraude, mais qui pourrait suspecter un administrateur acharné au travail et adulé par le peuple pour ses discours si éclairés et d'un autre côté si démagogues... Malgré ce côté sombre, on voit en son cœur l'âme d'un artiste, l'encre d'un poète au bout des lèvres, il n'est d'ailleurs pas rare de le voir en plein milieu d'un parc en train de rêver à mi-voix de petites bribes de vers, il n'hésite jamais à intercaler un quatrain ou un distique dans un discours ou une lettre, et ne raterait pour rien au monde une représentation officielle d'un grand auteur dans la capitale. Un autre de ses traits caché est le dégoût pour sa propre laideur: autrefois jeune et fier, il n'est aujourd'hui plus que l'ombre de lui même, d'ailleurs, cette horreur est tellement poussé qu'on ne puis voir aucun objet pouvant refléter quoique ce soit en sa demeure: même les fenêtres ont été enchantées à cet effet, au prix le plus fort pour la recherche complète d'un sort quasi-inutile.

~ Biographie & Histoire :
À la lueur d'une chaude bougie, assaillie par les ténèbres alentours, une plume écorchait en chantant son refrain monotone. La maîtresse de la douce gratteuse était calleuse, usée, artiste; ses formidables arabesques avançaient résolues et tranchées; un instant, le bec se fourrait délicatement entre deux lèvres pincées, et repartait tout aussitôt dans sa preste tracée. La nuit était à son apogée, et pas un seul nimbus n'avait osé déranger les constellations, seules; pas un chat huant à la lune, absente; tout au plus des nues hautes et effilées accompagnés du froufrou de nonchalants coussinets félins. Était-ce la faucheuse ou la plénitude qui régnait? Qui sait? Un geste souple. La flamme vacilla. La plume s'était couchée, peut-être à jamais? Enfin, les lèvres d'où naguère avait coulé l'encre offrirent quelques paroles à demi-étouffées, suivant la feuille éclairée:


"Mon très estimé gouverneur,

Tant de décades sont passées depuis les prémices de notre rencontre, tant de décades que je ne puis compter désormais, et pourtant, jamais je ne pourrais vous être suffisamment reconnaissant, à vous et à votre père, pour tout ce que vous avez œuvré en ma faveur afin de me sortir de cette longue nuit qui fût la mienne. En effet, mon ami -car vous êtes bien l'un des rares êtres à posséder ce titre-, quel autre fils d'un aristocrate raté, d'un aristocrate sombrant dans la fange la plus infâme en se tordant en elle, un rire de complaisance entre les dents; oui, qui d'autre aurait pu survivre sans vos mains tendues? Alors que déjà les tentacules assassins des ruelles m'enlevaient, un nouveau père, et un nouveau frère m'étaient venus, et c'était vous.

Ainsi en vos compagnies les jours heureux se succédèrent, sans que, malheureusement, se referme cette blessure profonde que m'avait infligé mon paternel, mais aussi que disparaisse ce Sceau de la rue, qui aujourd'hui encore me marque par sa violence et son injustice. J'ai vu, presque touché les cadavres des enfants gelés, des enfants martyrisés, de tous ces enfants maigres et délaissés, morts de faim tandis que d'autres festoient à quelques mètres d'eux. J'ai vu et subi tous ces hommes dans les tavernes les plus malfamées des recoins les plus boueux et assassins, hommes sans avenir, et sans espoir d'avenir, conservés par le rhum qu'il ingurgitent à longueur de journée. Et jamais -jamais!- je n'ai vu une once de joie, un regard sans un fond vide et désabusé, ou encore une pupille brûlante de cruauté et de sadisme. Aussi, quelle main n'avait jamais ressenti la chaleur du sang ? Moi-même j'ai cru que tout le mien passerait par mes paumes! Ce fut ce qui forgea ma volonté d'être au pouvoir, sauver cette population de l'infâme misère était pour moi bien au delà d'un caprice, même au delà du devoir: la simple éventualité de l'échec m'était juste impensable.

Ainsi je me mis à travailler d’arrache-pied afin de gravir cette épreuve au but altier, mais c'est alors que l'horrible vérité se jeta sur moi: toute la caste politique n'était composé que de nobles et de riches bourgeois plus préoccupés par leur propre ascension que leur tâche! Peu à peu, toutes les possibilités que pouvait m’offrir la loi s’effondraient et laissait place à mon désespoir. J'allais abandonner cette vie pour une autre, plus juste à mes yeux, lorsque qu'une vieille connaissance fit son apparition: un homme gorgé de crasse, à la barbe et aux cheveux blonds crasseux, le regard délavé, comme tous les autres. Un vieil ami, qui m'avais sauvé maintes fois la vie, et qui cette fois me demandais la pareille. Toute une nuit nous discutâmes. Il demandait de l'aide non seulement pour sa personne, mais aussi pour plusieurs dizaines d'hommes et de femmes dans le besoin.

C'est à ce moment que je déclare mes aveux. Vous n'êtes pas sans savoir qu'un groupe de malfaiteurs extrêmement bien organisé et diversifié sévit dans la région. J'en suis le cerveau. Je suis celui qui leur donne les informations, qui les dirige, qui les accueille. Je les exploite. Je ne me mettrai jamais dans la position de cet homme qui leur donne une deuxième chance, car je crache sur la loi par mes actes, et je plonge notre peuple dans de monstrueux abysses. Je ne serai pas non plus cet homme qui accuse le système d'injuste, car le vol -et le meurtre!- le sont bien plus. Je serai simplement cet homme qui subira le châtiment jugé juste, et le responsable de l'espoir à nouveau perdu de ce peuple déchu par ma main.

Ainsi, mon ami, je vous écrit adieu, car je sais que jamais je ne pourrais le dire, et mon dernier souhait sera de porter quelques pièces devant l’échafaud.

Avec mes sincères salutations,
Nay'üssim Wraen"

Un instant le vieil homme soupira, se crispa, puis soupira de nouveau. Il jeta un œil à sa lettre, et subitement pinça de son pouce et son index un coin de celle ci, et finit par exposer le coin opposé à la vacillante flamme de la bougie. La feuille se consuma rapidement, les flammes étaient affamées:

"- Pauvre imbécile..."

La chandelle s'éteignit, laissant traîner son filet de fumée au gré du courant, portant ce distique mélancolique:

"- Vérité, où sont tes larmes?
Tu tir's sur celui qui t'arme!



~ Suppléments ~

~ Particularités propres à votre espèce : ni faiblesse ni force, comme tout bon Humain

~ Ce que vous aimez : La poésie, l'art, le théâtre, la cuisine fine, les enfants, être riche et puissant

~ Ce que vous détestez : les collègues un peu fouineurs, la rigidité législative, mon reflet

~ Vos peurs : être obligé de tuer un gosse, la potence

~ Arme(s) : Une épée courte d'excellente facture et incroyablement légère, portée discrètement et peu souvent du fait des gardes

~ Signe(s) particulier(s) : être vieux et moche c'est déjà pas mal non?

~ Points forts : Wraën est plutôt du genre vieux fourbe et lorsqu'il s'agit de fuir où de vous mettre un coup de poignard dans le dos, il peut disparaître juste devant vos yeux sans même que vous ne vous en rendiez compte, mais ses compétences se trouvent surtout ailleurs: par exemple son charisme est l'un de ses atouts majeurs et il peut assez aisément mettre une foule derrière lui, et enfin sa haute fonction administrative ne lui est dû qu'à son talent et son travail, signe d'une certaine vivacité d'esprit.

~ Points faibles : Rien que de par sa vieillesse il est fortement handicapé physiquement, il ne peut donc pas effectuer des tâches aussi physiques qu'un jeune de vingt ans le pourrait, de plus il est assez mauvais bretteur et préfère largement les "coups bas". Il a de plus un appât du gain très fort et est parfois excessif dans ses dépenses notamment pour l'art, au lieu de le garder pour des choses bien plus sérieuses.


~ Mes secrets ~

~ Pouvoirs : Aucun
~ Capacités spéciales : "Salive d'encre": Suite à une demande fort bien rémunéré, l'un des meilleurs magicien de Nandis a doté Wraën de la capacité de la seiche: la magie permit de modifier l'organisme de l'homme de telle sorte qu'une poche d'encre de 30-40 cl apparaisse au niveau de sa gorge, entre la nuque et l’œsophage, et lui permette de cracher un puissant jet d'encre. Très pratique dans l'administration pour écrire, cracher aux yeux d'un assassin ou un adversaire et ainsi pouvoir fuir ou porter le coup fatal, ou encore pour une délicieuse sauce à l'encre! (et ouais, moi aussi j'y ai pas cru au début).
~ Talent secret : "Garde de l'ombre": Wraën est suivi en permanence par son homme de main le plus fidèle et le plus efficace en matière de discrétion: il s'agit donc d'un assassin agile et rapide doté d'une épée courte qui bénéficie généralement de l'effet de surprise, puisqu'il suit son maître caché, à distance. Il est également très bon en duel .


~ Utilitaires ~

~ Ma couleur utilisée : Darkslategray ~ #2F4F4F
~ Lien de votre inventaire :Mon porteur personnel!
~ Code : Approuvé par Elfwyn !


~ Origine, Désir ou Mystère ~

~ P.N.J : Oui
~ Narrateur :Non
~ Le premier pas :Moi


~ Votre niveau dans le rôle play ~

~ Test RP :(tendresse/Amour)
Midi. La clameur bourdonnante des rues rendait le zénith encore plus harassant, jusque dans les paisibles jardins du gouverneur. À l'ombre d'un clatanas, un homme, vénérable, rêvassait sous ses feuille gargantuesques, chacune assez large pour abriter un couple; ce n'était d'ailleurs pas un hasard si on lui attribuait le signe de la romance, mais notre vieux bougre était bel et bien seul, n'attendant personne, au milieu de cet espace de vert et de pierre, seul, avec sa propre personne.

Les yeux mi-clos; probablement enivré par cette douce chaleur, bercé par le bourdonnement de la ville alentour, et perdu au milieu de l'univers de sa muse; il fredonnait. Oui, il fredonnait. Il fredonnait des choses inintelligibles, un brouillon de paroles; en vérité, il prononçait des fragment de vers. On pouvait entendre quelques bribes s'échapper, mélodieuses; contant la grandeur d'on-ne-sait-quoi, et ce fut ainsi qu'il passa la parcelle de temps où chacun repaît son estomac comme il le peut.

Il finit par terminer sa douce mélodie rythmée et inaudible, et s'était fermé dans un mutisme contemplatif. Tout s'était tu, la joie, les oiseaux de ville, les hommes, les machines, la masse, l'écrasante chaleur, tout, absolument tout: le son s'était banni lui-même de Nandis. Dans cette atmosphère lunaire, le regard hésitant entre gauche et droite, Wraën commença à s'enfoncer au plus profond de son banc de bois, et, relevant le nez, il se mit à contempler l'immensité bleuté, volatile. Ses yeux se fermaient, se rouvraient, se fermaient de nouveau, et se rouvraient encore; ses lèvres se crispaient sous forme de moue, puis passaient à une autre, et encore une autre, tandis qu'en même temps ses joues palpitaient. Sa mâchoire finit par se desserrer péniblement, offrant des paroles entrecoupées de souffles bruyants, presque muettes, dont le timbre sonnait anormalement fluet:

"- Ania... Ania... tu... tu te souviens d'ici? La première... fois que... que nous nous sommes vus? Ça fait si... si longtemps... Es-tu heureuse où tu te trouves? Est-ce que... tu me pardonnes pour nos fils? Est-ce que... est-ce que... tu... tu... m'attends là-haut? je ne sais pas si je... serai... assez digne... Tu souffres? hein? tu souffres? Où Est-ce moi qui imagine... ta souffrance? J'ai peur Ania, j'ai peur sans toi... je ne sais plus... où je suis... Tu es heureuse... hein? dis moi que tu es heureuse... Parle-moi! Pourquoi es-tu partie avant moi? Pourquoi? Tout a un goût amer sans toi! Ania... Ania..."

Wraën finit par se résigner, le menton sur la poitrine. Son visage finit par dessiner une moue crispée, et de ses yeux des larmes coulaient sans bruit. Tout était si calme, si atrocement calme.


~ Une pensée personnelle à faire partager ? ~

~ Un petit mot : "à" c'est assez petit? Razz Sinon ce forum me paraît différent des autres et bien plus strict, mais pour ma part c'est bien plus plaisant et l'univers est très complet de plus un admin qui se décarcasse autant pour le fofo, honnêtement, c'est assez rare et ça fait bien plaisir! Je pense que cette fois soit je reste pour un bon bout de temps soit j'arrête le rp pour très très longtemps!


~ Statut ~

~ /Terminé/ ~


Dernière édition par Wraën Nay'üssim le Mer 27 Juil - 15:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elfwyn
avatar
Récits 3345
MessageSujet: Re: Wraën Nay'üssim   Mer 20 Juil - 1:20

Bonsoir l'ancêtre,

Dites-moi, la gravité ne vous a pas épargné héhé ! Lol désolé, simple délire personnel. Je suis très satisfait de ton histoire, c'est original la façon dont elle est compté. De plus tu sembles apprécié les mots à leur juste valeur, et de plus en plus oublié par ce fait. J'aime ça. Je ne vois rien à en redire si ce n'est de mettre "sans classe" à côté de "Classe" dans ton profil, car la classe "homme politique" n'existe pas sur le forum, et crois-moi, tous le sauront d'une bien meilleure façon que par ton profil, en suivant ton histoire par exemple ^^

Autre chose, tu vas devoir inverser capacité spéciale et talent secret, après tout le don de la seiche lui a été conféré par magie, ce n'est donc pas de naissance. Quant à l'assassin furtif, ça tient plus de l'inné vu qu'il a eu l'intelligence de s'assurer ses arrières en permanence. Mais à ce propos j'ai une question, veux-tu que ce dit assassin soit PNJ, ou bien tu en gardes le contrôle ?

Et enfin pour finir, merci de faire ton inventaire ~ICI~. Ainsi que de trouver le bon code, à savoir que je ne demande pas le code de la couleur, mais le code caché au sein du règlement principal, il est en deux parties. C'est là ta première quête ^^

Bien à toi, Elfwyn.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lauthentique-destiny.com
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Wraën Nay'üssim   Mer 27 Juil - 15:41

Bien le rebonjour et je viens t'annoncer que cette fiche a été fatalement... TERMINÉ!!!! Jubile

Je tiens à m'excuser pour toute cette attente interminable et je te remercie pour ta clémence et ta patience, Ô grand fondateur (de la lèche? moi? naaaaan...)

Je tiens à exprimer mon impatience de RP aussi, parce que dans un sens, je me pénalise aussi! Encore merci à Elfwyn pour ses compliments et je suis heureux que tu sois satisfait de ma fiche!

Quant au garde, je n'avais pas pensé en faire un PNJ. Je ne suis pas contre, mais comme son contrôle te reviendrait, et que le contrôler ou non m'importe peu, ce choix te revient.

Voila, je n'ai plus qu'a signer après ta validation et à commencer le RP par la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Elfwyn
avatar
Récits 3345
MessageSujet: Re: Wraën Nay'üssim   Ven 29 Juil - 15:24

Bonjour,

Voilà qui est parfait, sauf l'inventaire, mais ce n'est pas grave, et pour cause... ma prochaine mise à jour vise à sérieusement les arranger ^^

*lui prête une canne*

Tu peux dés lors aller signer le pacte, à la suite de quoi tu seras rajouté dans la table du Rôlliste et pourras immédiatement commencer à RP, vu que c'est toi qui commence.

Je te souhaite bon épanouissement au sein de ce forum, vieil homme ^^

Bienvenue sur les Sept Destinée Wraën.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lauthentique-destiny.com
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Wraën Nay'üssim   

Revenir en haut Aller en bas
 

Wraën Nay'üssim

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ Le gouffre mystique ~ :: Les présentations-
Sauter vers: