AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 Au large de Nandis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Au large de Nandis   Sam 15 Oct - 15:55

[Je viens d'ici ~> Le port de Nandis]

Le vent dans les cheveux, au moins dix bonnes minutes après le départ du port de Nandis, Mayufu avait pris le choix de monter à bord du navire. C'était le seul qui partait dans la direction qu'elle voulait atteindre et qui avait bien voulu d'elle. Bon... elle n'était pas très attachée au capitaine de ce navire. Ce dernier lui avait remonté les bretelles avant de monter à bord lorsqu'elle avait voulu mettre en garde ses hommes, mais il lui avait tout de même laissé le choix au moins ! Il lui avait donné l'envie de lui arracher la tête sur le moment même mais elle ne pouvait rien en faire. Ayant toujours ses dires en travers de la gorge, la jeune fille était montée sur le pont, silencieusement et s'était assise sur une marche d'escalier menant au gouvernail. Elle n'avait adressé aucuns mots à cet homme ni même remercié pour le moment, se contentant de bouder dans son coin. Appuyée contre un des gros barreaux qui faisaient partie de la barrière.

Son regard perdu sur la surface de l'eau, elle se demandait encore comment elle pourrait battre la reine océanique. Surtout, comment pouvoir la pêcher hors de son domaine et au milieu de rien du tout ! Le seul point solide sur lequel elle pourrait compter serait un navire ou un rocher, n'importe quoi. Sauf si Umar se réveillait à ce moment là. Cependant, elle ne savait même pas combien de temps elle mettra pour arriver à destination et surtout encore moins si des évènements viendraient l'entraver. Soupirant de plus belle, elle observa les hommes à leurs tâches pour naviguer à bon port et se releva sans faire de bruit pour se diriger vers l'avant du navire. Elle cherchait le capitaine du regard, un regard sans émotion, vide mais elle voulait lui parler et dès qu'elle l'aperçu, assis sur le beaupré, elle accéléra le pas pour se diriger rapidement vers lui tout en laissant sa main gauche glisser sur le plat de la barrière.

Elle savait que ce genre de personne n'aimait guère être dérangée dans leur moment de tranquillité d'autant plus que son regard semblait complètement ailleurs et frustré. Mais même si elle s'en fichait, que tout ce qui comptait était Nyuulie, elle s'en était allée le rejoindre. Sans se mettre à son hauteur mais suffisamment près pour attirer son attention, elle déclara.

- Vous n'avez pas envie d'aller là-bas, hein ? Dit-elle d'un ton froid, ne tentant même pas de compatir avant de reprendre après un blanc de quelques secondes. Je m'en fiche complètement de ce que vous pensez de moi. Pareil pour les autres mais je tenais à vous remercier d'avoir accepté de me laisser monter à bord.

Elle avait pris place sur la barrière à côté de l'homme et s'assise en laissant une jambe se balancer dans le vide et l'autre recroquevillée sur sa poitrine, menton appuyé sur le genou. Tenant parfaitement en équilibre malgré le vent ou la houle des vague frappant la coque du navire. Son regard rubis perdu dans l'horizon de l'océan, elle réfléchissait toujours à une solution pour son combat à venir. Et surtout, comment venir à bout de Mortimer aussi, lui qui s'était servi d'elle comme un vulgaire objet et c'était bien l'une des choses dont elle avait horreur ! Ses ongles se plantant dans la peau de sa jambe, elle serra les dents de rage mais parvint à se maintenir pour le moment. Et pour cause, un cri avait traversé tout le navire pour attirer son attention. Un cri de peur. Détournant le regard dans la direction d'où il venait, elle cherchait qui en était à l'origine mais ne le voyait pas...

- Vous savez qui c'était ? Demanda-t-elle sans espérer de réponse de la part du capitaine.

Mais vite fait, elle se rappella des formules de politesse dont elle avait oublié de faire preuve après tout ce qui venait de se passer sur le port. Relevant la tête, elle observa le ciel et ferma les yeux pour essayer de profiter un maximum de la brise qui caressait son visage et faisait volter ses cheveux noir. Sa frange chatouillant son nez.

*Umar, j'espère que tu te réveilleras vite, on arrive à destination bientôt...*

- Je m'appelle Mayufu, désolée de ne pas m'être présentée plus tôt.

En fait, elle n'était même pas désolée, elle s'en contre fichait complètement mais peut être pouvait-elle espérer avoir une réponse plus facilement en se présentant. Elle ne connaissait même pas son nom à lui. Mais à quoi ça servirait, elle ne le reverrai plus après. Mais il fallait qu'elle sache où ils allaient finalement et pouvoir se situer au milieu de cette vaste étendue d'eau. Elle s'y connaissait un petit peu pour les océans de Féérune, mais de ce monde ci, certainement pas... Il fallait qu'elle se montre patiente et elle le fit, malgré le stress qui s'intensifiait au fil des secondes qui s'écoulaient et qu'elle n'obtenait pas ce qu'elle désirait ! La tentation de le brusquer un peu était tentante mais elle n'y céda pas. Attendant bien sagement...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 00 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Au large de Nandis   Dim 16 Oct - 0:35


Étant donné que désormais, certains postes s'en retrouvaient inoccupés de par la perte des hommes qui étaient censés les tenir. Les pirates se durent de combler le manque en effectifs par divers relais. C'était pour cela qu'il y avait autant d'animation sur le pont ! Et ce fut aussi grâce à cela que la nouvelle passagère du Kalandor, put approcher le capitaine sans encombre. En temps normal, la gamine aurait été étroitement surveillée par le second de Gustar. Malheureusement, ce dernier avait trouvé la mort sur le quais, décapité par cette folle dont l'identité restera à jamais, une énigme... C'était pour cette raison que le capitaine était aussi amer. Et même si il s'était bien gardé de le dire, tous le savaient ! Excepté l'incendiaire... Ainsi, sans même forcément penser à mal, la jeune fille s'adressa à Gustar comme si de rien était, se souciant davantage de sa petite personne, plutôt que de se plier bien sagement aux décisions que son vis-à-vis avaient pu prendre ! Heureusement pour elle, le capitaine ne l'entendit guère... à savoir que seul le cri d'Alfred fut en mesure de l'arracher à ses pensées. Ce fut donc à cet instant précis, qu'il se rendit compte du culot de la pyromane !

- Qu'est-ce que tu fais ici toi ?! Tonna t-il en la regardant d'un air franchement mauvais.

Gustar se moquait éperdument de l'identité de cette dernière, et plus encore de là où elle voulait aller ! Pour le comprendre, il suffisait simplement de se mettre à sa place. Comment vous sentiriez-vous si plusieurs de vos hommes venaient à mourir sous votre bannière ? Comment vous sentiriez-vous si tous vos objectifs n'étaient plus d'actualité ? Et enfin, comment vous sentiriez-vous si vous vous retrouviez en position de faiblesse, alors que rien ne vous y préparait ? À savoir qu'un bâtiment tel que le Kalandor, sans vivres ni munitions à son bord, pouvait aisément se faire mettre hors course par un navire ennemi, et ce, même si celui-ci était de taille inférieure...

- Tu as certes fait du joli sur les docks, mais ton rôle s'arrête là ! Reprit-il d'un ton dur. À moins que tu ne saches arrêter les boulets de canon, tu ne m'es pas de la moindre utilité ! Maintenant de l'air !

Le capitaine était inquiet, cela se voyait... mais alors que Mayufu bouillait, Umar se réveilla ! La démone n'avait pas encore eu son lot de sommeil, il était donc facile de deviner son humeur. Autrement dit, il était temps pour Gustar d'apprendre les bonnes manières, sans quoi, sa tête allait servir de nouveau pavillon !


Les émotions de Mayufu avaient un impact direct sur Umar... ce fut pour cela qu'elle ne put poursuivre sa torpeur. À la suite de quoi, lorsqu'elle entendit le goujat s'adresser à son acolyte comme a une catin qui ne lui aurait pas donné assez de plaisir, la démone sortit de ses gonds ! Il y avait des limites à ne pas franchir, et le fait qu'il était capitaine, n'y changeait strictement rien pour elle. Après tout, à l'intérieur ils étaient tous de la même couleur, non ?! C'est alors que, sans même se préoccuper du soleil, que Umar s'extirpa du corps de Mayufu, avant de se matérialiser juste derrière l'humain. Cet idiot était tellement absorbé par ce qu'il disait à la gamine, qu'il ne fit guère attention à cette soudaine apparition...

- Dis donc ! Interpella la démone tout en tapotant sur le sommet du crâne de Gustar, du bout de son index. Tu crois t'adresser à qui de cette façon ?

- Hey ! D'où sortez vou...

Le capitaine du Kalandor fut coupé net dans ses hurlements, par une belle droite de la part d'Umar. Déséquilibré, Gustar dérapa, puis tomba du beaupré sur lequel il se tenait jusqu'ici...

- AUX ARMES ! Cria t-il après que son dos ait durement heurté le plancher du pont.

- NON ! Surenchérit Umar, d'une voix plus intense encore.

L'équipage fut certes surpris, mais la parole du capitaine primait. À cela, tous s'équipèrent en conséquence, quitte à le regretter par la suite. Malheureusement pour eux, la démone était loin d'être stupide, car elle savait par avance qu'ils allaient réagir de la sorte, eux qui étaient si primitifs ! De ce fait, sans même demander son reste, Umar arracha au dos de Mayufu, la fameuse faux.

- Tant pis pour vous ! Ajouta t-elle d'un ton impassible, avant de sauter du mât, pour ensuite atterrir juste à côté du capitaine toujours à terre. Crève ! Termina la démone en plaçant le tranchant de la lame, sur le cou de l'homme.

- ATTENDEZ !!! Ordonna t-il sous l'effet de la peur. Qu'est-ce que... qu'est-ce que vous voulez ?!

- Tu le sais très bien, mais vu que je suis d'humeur câline aujourd'hui, je suis d'accord pour que Mayufu te fasse part de ses exigences, plutôt que de te saigner là, maintenant, tout de suite ! Rétorqua Umar, alors qu'elle exerçait toujours plus de pression sur la chair si fragile de ce soit disant capitaine. Honore ce qu'elle te dira, et tu vivras ! C'est un marché plus que convenable tu en conviendras ? Puis après une courte pause, elle ajouta. C'est à toi, Mayufu !

Beaucoup trop de temps avait déjà été perdu pour ainsi laisser des miséreux faire barrage sur une quête d'importance que Umar elle-même, jugeait comme capitale ! L'heure était venue de dresser une bonne fois pour toute, ces chiens galeux !

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 02 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Au large de Nandis   Dim 16 Oct - 14:00

La réponse du capitaine fut directe et elle n'était pas pour plaire à la jeune fille qui fixa le regard mauvais qu'il lui lançait. Elle ressentait toutes ses émotions, elle ne les connaissaient que trop bien et ne réagira pas de suite. Le laissant parler comme si elle n'était qu'une chose pour lui et elle se laissa tomber de la barrière pour reposer les pieds sur le pont. Ces yeux devinrent d'un rouge intense, l'effet de la colère mélangée à l'élément qui l'envahissait, le feu. Petit à petit une flamme rouge flamboyante fit son apparition sur son oeil gauche, comme toujours lors d'une forte colère. Sa chevelure noire vira lentement sur un teinté rouge sang lorsque son pouvoir se mettait à s'extirper de son être... Les poings serrés, elle ne supporta pas longtemps les dires de l'homme avant d'agripper le col de ce dernier, n'éprouvant clairement aucunes compassions avec lui ! L'envie de le jeter par-dessus bord était des plus fortes mais elle ne le fera pas, elle avait besoin de cet imbécile pour rejoindre les Eaux Maudites et malgré tout ce qu'elle pouvait faire, c'était d'une ordure qu'elle avait dû hérité comme guide ! Elle avait osé et fait l'erreur d'avoir un peu d'estime pour quelqu'un d'autre qu'Umar et depuis son arrivée dans ce monde ! Malheureusement, ce dernier n'avait fait que démontrer qu'elle ne pouvait compter sur personne d'autres qu'Umar et elle-même. Et c'est prise d'une terrible colère qu'elle se mit à hurler sur l'homme quand celui-ci aura enfin terminé !

- J'en ai rien à foutre de toi, imbécile ! J'ai tenté de te montrer un peu de respect mais je préfère te crever maintenant ! Dit-elle en tenant fermement le col de ce dernier, la température autour de la jeune fille augmentant au fur et à mesure que sa colère s'intensifiait.

*Tes émotions je ne les connais que trop bien mais je ne peux pas te supporter !*

- Maintenant tu crèves toi et ton équipage ! Je réduirai tout en.... Umar ?!

A peine avait-elle eu le temps de terminer sa phrase que la sorcière des ténèbres étaient apparue derrière l'homme pour s'interposer entre lui et elle. Mayufu ne la reconnu pas tout de suite, elle avait changé en apparence... mais elle sentait que c'était elle. Cette dernière tapota sur le haut du crâne du capitaine et lui adressa la parole tout en prenant la défense de la Fille de Bhaal. Mayufu était certes surprise de la voir apparaître d'un coup mais aussi très soulagée puisqu'elle parvenait mieux à se contrôler en sa présence. Elle avait un regard plus rougeoyant, une chevelure blanche plus longue, des cornes plus conséquente... Elle était belle. Sa présence la calmait considérablement. Et pour cause, la chaleur qu'elle dégageait diminua progressivement pour laisser la place à la fraîcheur de la brise mais il n'en fit rien pour la flammèche devant son oeil gauche qui resta présente. Le coup de surprise qu'elle venait de provoquer força Mayufu de lâcher l'homme avant de le voir se prendre un joli coup de la part d'Umar et en être projeté sur le pont. Ce dernier fit faire un sourire mauvais à la jeune humaine quand il ordonna à ses hommes de prendre les armes. Ca se voyaient bien qu'ils ne savaient pas à qui ils avaient à faire en ce moment et ce qu'ils risquaient en se rebellant de la sorte ! Umar lui avait manqué et le regard que lui lança la jeune fille le lui fera comprendre tout en la remerciant d'un hochement de la tête. Elle en prendrait tout le temps par la suite pour le lui faire comprendre.

Pour le moment, la sorcière venait de s'emparer brusquement de l'arme de la jeune fille, sa faux, pour s'en servir contre le capitaine à terre et qui la supplia soudainement de ne rien faire. Leur demandant ce qu'elles désiraient. La démone prit tout son loisir d'expliquer ce qu'il avait à faire avant de se tourner vers Mayufu et lui laisser la main pour la suite des évènements. Souriant de satisfaction, la jeune fille s'approcha de la sorcière, passa une main sur la joue de celle-ci afin de la contempler de plus près et pour la remercier en lui murmurant doucement le dit mot. La surprise était présente dans le regard de la fille, elle ne savait plus quoi penser, juste prise par le changement de son amie et sa subite apparition. Son coeur s'emballait de plus belle mais elle ne devait pas se laisser aller de trop. Alors, plongeant une dernière fois son regard dans celui de son amie, elle revint sur terre rapidement. S'agenouillant pour se mettre à la hauteur de l'homme et le fixer intensément, elle déclara alors :

- Tu te souviens sur le port, je t'ai demandé si tu connaissais les Eaux Maudites et tu t'es bien fichu de moi ! Ca te revient, non ? Je l'espère parce que c'est là-bas que je veux que tu m'emmène mon amie et moi ! Et par la même occasion, je veux que tu me dises tout ce que tu sais sur ce coin de l'océan et sur ce qui y vit là-bas ! Commença-t-elle par dire d'un ton froid et colérique. En venant alors poser le bout de son index sur le front de l'homme, appuyant le plus fort possible dessus. Tu as plutôt intérêt à être convaincant et ne pas nous raconter des conneries. Au cas où tu le ferais, je laisserai ma chère et tendre amie te tuer toi et ton équipage comme elle doit en mourir d'envie de le faire !

Elle se relèvera après avoir terminé de formuler sa demande et se mettre aux côtés d'Umar tout en lui posant une main sur l'épaule pendant qu'elle se redressait à son tour, lui laissant sa faux pour le moment. Tout ce que Mayufu espérait maintenant c'était que le capitaine ait comprit ce qu'elle voulait et lui dise tout à elles deux au plus vite. Le temps découlait rapidement et elle ne prendrait même pas le temps de lui exposer la mission confiée par Mortimer. Elle espérait juste qu'il se souvienne de ce qu'elle disait sur le port, de ce qu'elle avait dit ici et que tout fonctionne comme elle le désirait ! Le temps pressait !

- Parle et vite ! Dit-elle froidement pour faire réagir le capitaine et détourner son attention vers Umar sans lui dire un mot mais son regard disait tout.

*Tu m'as tant manquée, Umar*

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 03 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Au large de Nandis   Dim 16 Oct - 16:21


Un démon sur son navire, Gustar n'aurait jamais cru cela possible... Pourquoi ne l'avait-il pas laissé sur le quais avec l'intime conviction qu'elle finirait à son tour, décapitée ?! Car c'était bien à cause de cette Mayufu qu'il se retrouvait en cette fâcheuse posture ! Hélas, que pouvait-il faire d’autres, mis à part coopérer ? La diablesse était sur le point de l'égorger, et il savait que sans capitaine, l'équipage se rangerait immédiatement du côté de son assassin... La loi du plus fort en somme. Ce fut d'ailleurs en cet instant qu'il regretta sa tyrannie passée. À savoir que si il se serait comporté en homme honorable, même après son trépas, ses laquais lui seraient restés fidèles ! En revanche, que ce soit le démon ou encore la gamine, aucun des deux ne pouvaient savoir ce qui adviendrait si l'on venait à lui ôter la vie. Ainsi, Gustar conservait l'avantage du savoir, sauf si bien sûr... son bourreau ne s'arrêtait pas à ce genre de considération. Dans ce cas là, il était mal parti...

- Attendez ! Écoutez ! Rétorqua t-il presque plaintivement, après que Mayufu lui ait fait part de ses attentes. Vous aurez besoin de moi quoi qu'il advienne, alors je vous conseille de me libérer sur le champ !

Les deux donzelles avaient l'air proche, alors peut-être pourrait-il également jouer là dessus...

- Vous, le démon ! Mes hommes risquent à tout instant de vous tirer dessus, vous voulez vraiment que Mayufu meurt ?!

Oui, il était en colère, et il y avait de quoi ! Car juste avant l'intervention de la diablesse, la gamine s'était osée à le menacer en pensant lui inspirer la terreur ! Blessé dans son orgueil, le capitaine ne comptait pas laisser cet affront impuni. À savoir qu'il s'imaginait d'ores et déjà, alors que le fil de la lame ne cessait de meurtrir sa gorge, mille et une fins pour cette fillette, dont l'arrogance était le maître mot de sa personnalité ! Et pour cause, alors que cette dernière lui détaillait ses caprices, elle s'amusa à lui enfoncer sadiquement son ongle dans le front, sachant perpétuellement qu'il ne pourrait lui renvoyer l'ascenseur ! Si ce n'était pas de la lâcheté ça...


Tout ce qui ne fallait pas dire, venait d'être dit ! Par ses réponses, le capitaine miteux venait de signer son arrêt de mort, car effectivement, Umar ne s'arrêtait pas au fait qu'il pourrait être le seul à les conduire dans telle ou telle contrée ! De toute façon, il restait du monde sur ce navire, alors pourquoi ne pas les éplucher jusqu'à ce qu'il n'en reste plus un, histoire de pouvoir se détendre ? La sorcière des ténèbres afficha alors un sourire sadique, prédisant le pire pour le malheureux qu'elle gardait prisonnier sous la faux de Mayufu.

- Tu pourras au moins te vanter d'avoir eu ta chance, sans oublier d'ajouter que tu l'as stupidement gâché ! Répondit Umar sur un ton des plus glaciales.

- FE... eu... eu... eu...

Comprenant alors qu'il allait mourir sous peu, Gustar voulut donner l'ordre à tous ses hommes de tirer. Mais Umar le précéda en appuyant fortement sur sa trachée avec son talon. Résultat, nul ne purent l'entendre...

- Cela t'en revient très chère ! Ajouta Umar à l'égard de Mayufu, tout en lui rendant sa faux. Ce fut un plaisir de converser avec toi, tout comme je me ferai une joie de te contempler en train de saigner comme un porc !

Le pied de la sorcière des ténèbres ne quitta pas la gorge de Gustar, car en plein jour, ses pouvoirs étaient quasi inexistants. Ainsi, la prudence était plus que de mise.

- SI VOUS VOULEZ PARTAGER SON SORT ! ALORS TIREZ ! S'écria Umar à l'attention de l'équipage.

Et comme il en fallait toujours un plus idiot que les autres, un carreau fut décoché droit sur la personne de Mayufu ! Mais contre toute attente, le projectile se fit stopper net dans sa course par la main d'Umar ! La sombre sorcière s'en étonna elle-même, elle venait d'attraper le trait d'arbalète en plein vol, sans même recourir à sa puissance nocturne... Hélas, ce tir suscita également le début de l'assaut, ce fut pourquoi tous les autres tirèrent à leur tour ! Mais là encore, Umar sut faire barrage grâce à un bouclier d'ombre suffisamment costaud pour endurer tous les projectiles. Il fallait dire que la voile sous laquelle elle se tenait, l'aida grandement, étant donné qu'elle absorbait la majeure partie des rayons du soleil.

- VOUS L'AUREZ CHERCHÉ ! Reprit la sorcière, pendant que les idiots s'évertuaient à recharger leurs arbalètes, lesquelles se faisaient récalcitrantes à cause de leurs tremblements. Mayufu ! FEU !

Quitte à liquider tout l'équipage, autant le faire en s'amusant ! Après quoi, Mayufu sera seul maître à bord. C'était là l'un des avantages à être méchant, soit ; tuer tout ce qui pouvait faire obstacle !

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 04 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Au large de Nandis   Lun 17 Oct - 10:13

L'homme ne semblait pas vouloir coopérer avec elles mais plutôt tenter le tout pour le tout afin de sauver sa vie. Il suffisait d'une petite pression supplémentaire et la lame de la faux lui tranchait la gorge. Plus il parlait, plus sa gorge se contractait et laissait un filet de sang s'en échapper, lui faisant manquer d'air tout en lui rappelant qu'il était sur le fil de la mort. Une fois que Mayufu ait terminé sa phrase, elle le laissait prendre la parole à son tour et insista sur le point qu'elles auraient besoin de lui. Sauf que la jeune fille n'en avait pas besoin dans le même sens qu'il voulait bien le faire comprendre lui. La seule chose qui l'importait était son savoir sur les océans et puis c'est tout ! Mais malgré toutes les mises en garde, la situation délicate dans laquelle il se trouvait, il parvint même à trouver l'ingénieuse idée qui le conduira directement à son trépas. Il provoqua non seulement la démone quant à son sort lorsque ses hommes ouvriront le feu sur elle mais aussi, fit de même avec la Fille de Bhaal à ses côtés. Décidément, il y en avait qui faisait preuve de très peu de délicatesse et se mettait dans des sales draps tout seul. Bon après tout, il n'était pas le seul ici, il y avait bien une quarantaine d'autres hommes sur le pont du navire et encore en-dessous, au pont inférieur. Il y en aurait au moins un qui serait bien capable de lui indiquer la direction et précaution à prendre ! Lui pouvait bien crever maintenant, sa présence ne comptait plus...

- Imbécile... Lui murmura-t-elle en soupirant et détournant son regard vers les autres hommes après qu'Umar lui ai entaillé la gorge profondément et provoquer ces derniers.

Mais quelque chose tracassait un peu la jeune fille aux yeux rouges... Il faisait jour encore et Umar était là, ses pouvoirs devaient être quasiment inexistant et les choses pourraient se compliquer. Fort heureusement, le voile du mât projetait une bonne zone d'ombre sur elles afin de permettre à la sorcière d'être à l'abri. Voire même d'exploiter sa force des ombres pour tuer ses hommes. Cette dernière plaça son talon sur la gorge de l'homme tout en lui rendant sa faux, désireuse de le regarder se vider de son sang. Le capitaine avait semblé vouloir dire quelque chose mais la lame, désormais entre les mains de la Fille de Bhaal, avait été plus rapide que lui. Le sang encore présent sur la faux suivait le fil aiguisé de cette dernière. Mayufu ne saura jamais ce qu'il aurait tenté de dire mais peut lui importait. Un bruit distinct se fit entendre, celui d'une flèche qui fit décochée. Elle eut juste le temps de tourner le regard dans la direction du tireur mais ne réalisa pas ce qu'il se passait. Elle n'aurait jamais le temps d'esquiver ! Elle allait se faire embrocher la figure sans qu'elle ne puisse réagir d'une quelconque manière... Immobile, elle avait fermé les yeux, la seconde avait duré une éternité mais lorsqu'elle ouvrit ses paupières, quelle fut sa surprise !

La pointe du carreaux touchait à peine son front, le projectile avait été stoppé en pleine course... par Umar ! Sans bouger d'un poil, elle tourna son regard vers la sorcière qui semblait elle-même étonnée de ce qu'elle venait de faire. Sa vitesse venait d'en prendre un joli coup ! Non seulement son apparence n'était plus la même mais en était-il de même pour ses pouvoirs alors ? Ca en avait tout l'air mais la suite des événements promettait ! Le premier tir fut un échec et les autres hommes tirèrent à leur tour afin de mettre les deux femmes à terre. Rapidement, la pyromane s'interposa entre les projectiles et Umar, la flammèche de son oeil s'intensifia d'un coup. Dans l'intention de réduire en cendre les carreaux par une barrière de flamme, ce fut une paroi d'ombre qui apparut pour faire barrage ! On entendit nettement les flèches ricocher sur le bouclier et retomber sur le sol ou continuer leur route plus loin encore. Une fois que ce fut terminé, la voix de la sorcière résonna fortement avant d'ordonner à Mayufu d'ouvrir le feu ! Feu, c'était le cas de le dire en plus...

Sans attendre une seconde de plus, lorsque la paroi d'ombre disparut, la Fille de Bhaal se saisit de sa faux et attrapa de l'autre main un carreaux planté à même le pont. Elle se rua rapidement vers le premier homme à moins de trois mètre d'elle. Ce dernier reculant sous la surprise et ne parvenant pas à replacer une flèche dans son arbalète, il ne put rien faire d'autre que contempler la pointe de métal qui venait de transpercer sa gorge. La Fille de Bhaal lui avait planté le carreau ramassé à l'instant avant de lui assainir un coup de pied au menton pour le faire passer par-dessus bord, la barrière n'étant pas suffisamment haute pour le retenir. Elle ramassa son arbalète désormais chargée tout en créant quatre phénix de feu qui se jetèrent sur différentes cibles. Dont un se heurtera à un baril à l'écart qui explosera directement et les trois autres frappèrent de plein fouet les tireurs les plus proches afin de les enflammer et créer des nids de flamme. L'explosion du barils de poudre projeta des débris de bois qui en tueront et blesseront plusieurs hommes. Certains se firent même carrément égorger voire transpercer pour ceux qui se trouvaient à proximité de la déflagration !

La chaleur se faisait de plus en plus forte et Mayufu n'en était que satisfaite ! Ça lui permettait d’expérimenter sa force avant le combat contre Nyuulie. Attrapant sa faux des deux mains, elle s'en prit à un des hommes encore un peu déboussolé par l'explosion et le frappa de toutes ses forces en levant la lame au-dessus de sa tête et l'abattre sur son épaule droite. Et ensuite de l'arracher du corps pour trancher l'abdomen d'un second pirate qui voulu s'attaquer à elle et projeter en l'air une terrible vague rougeâtre. Tout comme Umar, rien ne comptait pour le moment à part tuer tout ces imbéciles. Pour cause, elle leva une main en l'air pour réunir les flammes des nids alentours afin d'envelopper son bras en entier avec. Sans pour autant étouffer les débuts de nids qui commençait à apparaître de part et d'autres pour permettre à Mayufu d'augmenter la température de plus en plus vite. Dans le but d'étouffer les pirates en moins de deux dans un air suffocant. Umar était loin de la chaleur, Mayufu parvenait à la canaliser plus ou moins uniquement autour de ces proies. Alors que quelques unes de ces dernières se faisaient dévorer par l'appétit terrifiante qu'était la haine de la Fille de Bhaal, Mayufu se jeta sur un ennemi qui réussit à s'échapper du carnage, le plaquant à terre et posa sa main sur son visage en y plantant bien ses ongles. Toutes les flammes présentes sur son bras se déplacèrent rapidement sur le corps de l'homme qui hurla de douleur et dont Mayufu n'abrégera en rien ses souffrances. Restant sur lui pour le maintenir immobile tout en surveillant la température des lieux pour étouffer et brûler les poumons des autres...

Dans sa rage et sans retenir le moindre de ses coups, la silhouette de Mayufu semblait enflammée, comme enveloppée d'un fin manteau de feu. Ses cheveux légèrement rouge, son regard rubis luisant, elle ne se rendait même pas compte du monstre qu'elle était mais prenait plaisir à tuer quand c'était Umar qui le lui demandait. Un plaisir que même les mots ne suffiront pas à définir... Toutes vies sur le pont venaient de périr alors que d'autres étaient à l'agonie dans cette chaleur intense. On pouvait dire que le sang qui parcourait ses veines avait encore un effet : Celui du plaisir mortel.

*Ils ne sont pas tous morts...*

Se relevant, elle traversa un nid de flamme et s'approcha du passage permettant l'accès au pont inférieur et observa simplement ce qu'elle pouvait voir. Elle se souvint du cri de tout à l'heure et se rappelait qu'il ne provenait pas du pont. En tout cas, c'était un lieu propice pour Umar et elle cria son nom.

- UMAR ! Il y a encore quelqu'un là-dessous, ou deux, je ne sais pas mais j'aurai besoin de toi, je n'y vois pas grand chose ! Autant se servir de lui au lieu que je le tue par mégarde.

Il y avait encore une personne là-dedans c'était au moins ça de sûr et elle s'y engouffra tout en s'immolant des flammes présentes sur le pont pour ne pas détruire le navire et garder ses voiles intact. Intensifiant la température pour se protéger, elle s'avança dans les cales, sa faux dans le dos et s'emparant d'une épée d'un pirate mort sur son passage. Il faisait sombre alors elle profita, sans y faire attention, de la vision nocturne que lui octroyait son pouvoir pour apercevoir une silhouette plus loin, chaude et semblant très paniquée.

(Je sais, c'est un peu la folie ce Rp mais je me suis bien éclaté xD ! J'espère qu'il ira bien quand même ^^ ! J'avoue avoir hésité à le poster à cause de ça mais voilà, je le fais quand même parce que je l'aime bien ce Rp ^^ !)

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 09 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Au large de Nandis   Lun 17 Oct - 13:55


Comme Umar s'y attendait, Mayufu s'en donna à coeur joie. Enfin l'occasion lui était donné de prouver à l'être aimé, qu'elle était digne d'elle ! Mais ce dont elle ne se doutait guère, était que la sorcière des ténèbres ne l'estimerait pas plus après ce carnage. Et pour cause, tous ces hommes n'étaient que de la vermine, Mayufu n'avait aucun mérite à les tuer, la preuve en était de par la facilité qu'elle avait à les éliminer. Ils tombaient comme des mouches, plus en proie à leur propre peur qu'aux assauts répétés de son acolyte. Toutefois, Umar comprenait aussi que cette dernière était en pleine découverte de son potentiel, ce qui était une bonne chose avant l'ultime face-à-face avec Nyuulie ! Quoique dans l'eau, le feu ne risquait pas de lui être d'un grand secours, du moins, sans l'aide de la sombre sorcière. À la suite de quoi, une fois qu'elle en eut terminé avec le pont supérieur, Mayufu se mit en tête d'aller également nettoyer les fonds de cale. Le souci du travail bien fait, voilà qui plaisait à Umar ! De plus, pas une seule fois la sorcière des ténèbres n'aura eu besoin d'intervenir, ce qui prouvait également que le Phénix virevoltant pouvait aller loin. À condition bien sûr, de s'en donner la peine.

- Vas-y ! Répondit Umar à l'appel soudain de Mayufu. Je te rejoins dans un court instant !


Pendant ce temps, tapit dans l'obscurité du vestibule, Alfred espérait que tous ces cris et brouhahas cessent... ce qui ne tarda pas à se produire. Mais lorsqu'il entendit une voix de fille non loin de l'escalier menant à l'air libre, l'homme ne put s'empêcher de reculer jusqu'à la porte menant à la salle des festins. Cette pièce portait bien son nom, étant donné que c'était dans celle-ci que les pirates s'en venaient ripailler, ou encore festoyer à loisir. Par ailleurs, lorsque le navire fit une halte au port de Nandis, l'immense table qui occupait la majeure partie de cet espace, avait été démantelée puis débarrassée sous ordre du capitaine. Il voulait en changé disait-il, mais le départ précipité du bâtiment, fit que cela ne put finalement se faire... Autrement dit, la salle des festins était présentement, aussi déserte que la brûlante étendue de Sulmi.

- Je... je vous en prie... ne me faites pas de mal... Implora le pauvre homme.

Toujours replié sur lui-même, Alfred espérait de l'étrangère, une compassion qui lui permettrait peut-être de survivre. Hélas, lorsqu'ils vit cette dernière se rapprocher de lui, éclairée par une flamme sur toute la partie gauche de son visage. Il comprit alors qu'elle ne lui témoignerait pas davantage de pitié qu'à ses confrères du pont supérieur... Ce fut pourquoi il hurla aussi fort que sa voix pouvait le lui permettre, avant d'ouvrir à la volée, la porte qui le séparait jusqu'alors, de la salle des festins ! En faisant cela, Alfred passa de la nuit au jour en un clin d'oeil. Et pour cause, la pièce dans laquelle il entra, était superbement éclairée par six grandes fenêtres, soit ; trois de chaque côté !

- Aaaaah laissez-moi je vous en prie ! Braillait-il en courant.

La salle devait bien faire dans les trente mètres de long, pour quinze de large. Ce qui laissait tout le champ libre à la demoiselle pour châtier le pauvre Alfred, lui qui d'ailleurs, venait de se heurter à une porte close... Chose normale, vu que celle-ci menait directement dans les appartements du capitaine, la clef de cette dernière devait donc se trouver autour du cou de Gustar...

- Non... non... non... Dit-il en proie à la panique.

Pris au piège, l'homme n'avait plus d'échappatoire, pourtant, ça ne l'empêchait guère de battre stupidement des jambes, comme si le mur contre lequel son dos faisait pression, allait finir par se pousser. Ses talons glissaient inlassablement sur la surface bien cirée du plancher, preuve que Mayufu ne paraissait pas comme une gamine aux yeux de tous. Cependant, alors que tout espoir lui semblait perdu, Alfred remarqua le monstre qui l'avait forcé à s'isoler dans le vestibule... accroché au plafond.


Après avoir plongé dans l'eau, Pheare se retira un à un, les carreaux qui s'étaient fichés dans son corps. Elle en avait compté douze au total, ce qui de toute évidence, ne fut guère suffisant pour la tuer. Après quoi, elle s'accrocha à la coque du navire à l'instant même où celui-ci quitta le port. Puis, à la force de ses bras, elle se hissa jusqu'au trou que son tir de baliste avait provoqué sur le Kalandor. Un espace tout juste assez grand pour elle s'y glisser... Et maintenant, elle se trouvait suspendu au plafond de la salle des festins, une posture qu'elle eut pris dés l'instant où elle reconnut la voix de la fille aux flammes, soit ; la bougie. Par ailleurs, lorsque cette dernière franchit la porte à son tour, la démente se laissa tomber sur elle, de telle façon à lui placer un joli coup dans le dos, dont la douleur devrait suffire à lui faire lâcher son arme d'emprunt.

- Voyons voir comment tu te débrouilles sans une armée de larves derrière toi, bougie ! Dit-elle de sa voix dénuée d'émotion.

Pheare ne resta pas dos à l'entrée donnant sur le vestibule, car elle savait qu'une tierce personne épaulait la braise. De ce fait, elle se déplaça de telle façon à pouvoir être en mesure de la recevoir, auquel cas elle déciderait d'intervenir. Et elle eut raison, car Umar arriva à son tour...

- Voilà le genre de face que l'on ne voit pas tous les jours ! Constata t-elle tout haut. Mayufu, je crois que l'occasion t'ait donné de pouvoir enfin montrer qui tu es réellement. Pourfend-la !

La sorcière des ténèbres n'allait pas lever le petit doigt pour aider son acolyte, cette fois, soit elle y arrivait, soit elle mourrait ! À savoir que si elle ne faisait pas le poids contre cette tronche enfarinée, ce n'était même pas la peine qu'elle combatte Nyuulie. Ni même, qu'elle poursuive cette carrière...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 11 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Au large de Nandis   Lun 17 Oct - 19:47

Les flammes entourant la silhouette de Mayufu disparurent lentement pour ne laisser que la flammèche à son oeil gauche afin qu'elle puisse progresser dans ce couloir sombre sans encombre. Elle découvrait là l'étendue d'un autre de ses pouvoirs tout en avançant prudemment, épée en main. Ne connaissant pas les lieux mais ayant découvert la position de la dernière personne en vie, elle progressa tout en délicatesse et en restant sur ses gardes. Un piège pouvait être facilement installé dans cet endroit étroit et un couloir était souvent idéal pour attraper sa proie par surprise. D'où la méfiance de Mayufu qui ne se rua pas comme elle l'avait fait sur le pont et s'aventura à travers les pièces, les fouillant du regard en espérant peut être trouvé une carte ou une boussole qui lui servirait pour la suite mais rien. Mais soudains, elle aperçu sa cible se déplacer et accéléra le pas pour ne lui laisser aucunes chances de riposter ! Se trouvant enfin devant la porte où il se trouvait, la pyromane ne fit pas dans la discrétion et défonça cette drnière d'un coup de pied et l'envoya violemment sur le sol dans un boucan d'enfer et y entra rapidement.

Elle le vit là, replié sur lui-même et s'en approchea tout en levant l'épée qu'elle avait récupérée sur le chemin afin de le neutraliser. Elle comptait le faire parler pour diriger le navire vers les Eaux Maudites au plus vite, le temps pressait affreusement. Nyuulie ne pouvait pas attendre plus longtemps son trépas et ce fut au moment où la lame allait fendre sur l'homme qu'un cris inhumain surgit de sa gorge ! Ce dernier venait d'hurler comme un fou furieux et fit faire un bond à la jeune fille qui ne comprit rien à ce qu'il se passait, se contentant de regarder l'homme fuir comme un dégénéré vers une autre pièce qui, cette fois-ci, était complètement baignée de lumière. Une main posée sur son oreille droite qui sifflait à cause de ce cri de gamine qu'il avait lâché. C'était un homme... ça ?

- Ce sera plus facile de le faire parler que je ne le pensais... Se murmura-t-elle à elle-même tout en empruntant le même chemin.

Se demandant quand Umar allait se joindre à elle, elle se contenta de contempler sa proie qui était maintenant prise au piège. C'était trop facile ! Peut être trop sûre d'elle, elle pénétra dans la dite pièce et pointa son épée vers son vis-à-vis pour l'en menacer. Ce dernier avait une tête à en faire pleurer plus d'un ou à faire fuir un mort-vivant dans sa tombe. Mayufu hésita à se servir de lui ou à se servir des cartes du navire pour se guider toute seule. Mais elle perdrait tout de même moins de temps en lui faisant faire les tâches qui lui incombaient avant de le jeter à l'océan. Elle eu pitié de lui en le voyant s'appuyer contre le mur comme un gosse qui aurait peur de ses parents qui allait le gronder d'une bêtise qu'il avait faite. Espérant en prime pousser le mur pour fuir. Mais même ses supplications ne lui feront rien, elle s'approcha un peu plus pour n'être qu'à quelques mètres de ce dernier.

- Chiales pas trop vite, tu auras besoin de tes larmes après que tu m'ais donné ce que je veux ! Dit-elle à l'homme qui donnait l'impression qu'il en perdrait ses yeux si elle s'approchait un pas de plus de lui. Je ne suis pas méchante, tu sais, seulement si tu fais ce que je te dis bien sagement et tout ira bien pour toi. Je te garantirai pas la vie si tu fais tout foiré, par contre.

Elle l'observait tenter de pousser le mur ou d'ouvrir une porte qui refusait de le laisser passer. Il tenait vraiment à y entrer on dirait. Soit il était stupide et voulait simplement rallonger sa liberté de quelques secondes, soit il y avait quelque chose à l'intérieur qui lui permettrait de mettre en difficulté la jeune fille. Mais quoi qu'il en soit, Mayufu y ira, tout portait à croire que c'était les locaux du capitaine fraîchement égorgé par les soins d'Umar.

- Qu'y-t-il la derrière, hein ? Les locaux de ton cher capitaine ?

Alors qu'il la suppliait de le laisser tranquille, Mayufu remarqua son regard de chien battu qui venait de changer. Ce dernier observait au-dessus de son épaule. La pyromane tourna rapidement la tête avant de voir une masse noire fondre sur elle pour lui donner un vilain coup dans le dos. L'épée qu'elle tenait en main tomba sur le sol et la Fille de Bhaal se fit poussée en avant, un genoux à terre avant de faire un volte face rapide et faire face à cette intrusion soudaine. Elle la reconnu sans mal, c'était l'autre tarée qui avait fait tout un foutoir sur le port de Nandis. Comment avait-elle fait pour monter sans être vue et surtout, avoir survécu à tout ces tirs d'arbalètes ? Le temps de comprendre fut rapide, elle remarqua la présence d'une brèche dans la coque. Elle avait dû passer par là après en avoir percé la coque lors de son attaque au port. Mais bon... quoi qu'il en soit, elle lui faisait face maintenant et Mayufu se redressa sans plus attendre. De sa voix froide elle la provoqua en duel, rien de plus simple pour faire tendrement plaisir à la Fille de Bhaal qui laissa son pouvoir bouillir en elle afin de mieux la carboniser.

- Je ne sais ni comment tu as survécu ni ce qui te rend si dingue, mais je m'en contre fous. Je vais te terminer là et maintenant !

C'est alors que la sorcière se pointa dans la pièce en déclarant des doux mots à l'égard de la peau pâle avant de pousser Mayufu à la combattre de toutes ses forces. C'était ce qu'elle comptait bien faire, de toutes manières. Histoire de terminer ce qu'elle n'avait pas pu finir correctement à cause des pirates quelques minutes plus tôt.

- C'est bien ce que je comptais faire, Umar. Dit-elle en guise de réponse en laissant des flammes apparaître dans ses deux mains et enflammer ses avant-bras.

*Je la réduirai en cendre comme les autres !!!*

Sans laisser le temps à la démente de réagir, elle projeta sa main droite dans sa direction pour y envoyer un jet de flamme horizontale et profita par la même occasion de s'emparer de sa faux qui sera elle-aussi en proie aux flammes. Elle ne risquait pas de la faire fondre, juste une technique pour infliger plus de dégât à son ennemi et lui laisser moins de possibilité d'approcher par la forte chaleur qu'elle dégageait à nouveau. À ce qu'elle savait de cette folle, c'est que c'était une experte en maniement d'arme et elle se devait donc de prendre toutes les précautions pour éviter qu'elle n'approche de trop. Au pire des cas, Mayufu s'y débrouillait pas trop mal en combat rapproché mais ne durerait pas trois ans non plus face à une personne sur-entraînée. Des petits nids de flammes naquirent de part et d'autre de la pièce à cause de la forte température et du récent incendie qui avait fait rage lors du premier carnage provoqué par ses soins. Ce qu'il lui restait à savoir à la Fille de Bhaal, c'était à quel point était forte l'autre fille et aussi, quel genre de pouvoir elle possédait. Prête à réagir en conséquence, les flammes s'entendaient petit à petit et elle attendit de voir ce que l'autre ferait. Le combat était ouvert, un beau duel se profilait...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 12 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Au large de Nandis   Mer 19 Oct - 0:33


Le face à face que Pheare aurait voulu avoir sur le quais, aura finalement cours ici. Ce qui n'était pas plus mal, étant donné que l'espace ne manquait guère ! La jeune démente raffolait des duels, et ce, quel que pouvait-être son adversaire... Tuer c'était bien, mais déchiqueter c'était mieux ! Voilà ce qui semblait être une aubaine pour la bougie, elle qui ne manqua pas d'approuver les froides paroles de Pheare. Ce fut ainsi que les hostilités débutèrent, avec d'un côté ; une fille aux regard de braise et aux cheveux flamboyants ! Alors que de l'autre ; une femme à l'air impassible, attendait que la première flammèche lui soit destinée, afin de pouvoir entrer dans le feu de l'action. Il était assez déroutant de se battre contre cette folle dénommée Pheare, car il était impossible de prévoir ses réactions ! À savoir qu'elle pouvait aussi bien vous sauter à la gorge, que feindre une retraite. Tout ça pour dire, que sa vis-à-vis aura tout intérêt à bien rester maîtresse de chacun de ses mouvements, sans quoi, elle était déjà morte !

Faux en main, la bougie sortit tout de suite le grand jeu, avec les flammes rugissantes et tout le tralala... Apparemment, elle était pressée d'en finir ! Voir dans le même temps, impressionner la cornue qui l'avait si gentiment poussé au combat. Que c'était pitoyable, exactement comme son attaque d'ailleurs ! Et pour cause, le charbon ardent entama son duel en envoyant une belle rafale de feu, directement sur Pheare, qui elle, ne bougeait toujours pas. C'est alors que, exactement comme sur les docks, la jeune démente se prit le torrent en plein visage. Mais au lieu de tomber à l'instar de n'importe qui après ce genre de confrontation, la folle à lier effectua une superbe souplesse arrière, alors que la bougie se mettait en position de combat, tout en tenant fermement sa faux enflammée. Par cette action, Pheare s'éloigna volontairement de quelques mètres, avant de dévoiler à nouveau, son macabre visage... et aussi étonnant que cela pouvait paraître, aucune brûlure n'était à y recenser !

- Que c'est bon ! Dit-elle, alors que le rouge sinistre de ses yeux, gagnait en brillance.


Oh non... et voilà qu'elles se battaient maintenant ! Alfred ne pouvait même pas espérer prendre la poudre d'escampette, étant donné que le démon faisait barrage au devant de la seule et unique sortie qui s'offrait à lui... Mais si il restait là, à tout instant il risquait de se faire tuer ! En revanche, chaque fois qu'il pensait à ce que la diablesse pourrait lui faire si jamais il venait à sa portée, il préférait encore se faire immoler par la faucheuse ! Et ce, quitte à le regretter si cela venait malencontreusement à se produire... Voilà pourquoi Alfred préféra demeurer spectateur dans un des plus petits coins de la pièce, elle qui désormais, avait tout d'une lice !

- J'veux pas mourir... j'veux pas mourir... j'veux pas mourir... Se murmurait-il en continu.

Le combat entre les deux femmes était terrifiant ! À sa droite, se trouvait une sorcière de feu, alors qu'à sa gauche, son regard faisait face à un cauchemar éveillé ! Avec ça, il était sûr de ne plus pouvoir dormir jusqu'à la fin de ses jours. À moins bien sûr, que l'une d'elle ne s'en vienne à lui fermer les yeux pour toujours !

Quoi qu'il en était, Pheare n'allait pas demeurer passive indéfiniment, à savoir que le moment était venu pour elle, de répondre à l'attaque de la bougie ! Ainsi, sans même laisser la moindre chance à cette dernière de présager de la suite, la jeune démente courut jusqu'à la vitre du milieu, située sur le flanc droit du navire. Puis, après un bref regard en direction de la braise, Pheare donna un grand coup de coude dans la fenêtre, la faisant ainsi, voler en éclat ! S'en suivit alors, une importante cascade de morceaux de verre. Quand bien même le fracas fut assourdissant, la folle profita de cette occasion in-espérée, pour mitrailler la bougie avec chacun des fragments qu'elle attrapait au vol. Chacun de ses lancés étaient précis et mortel, sans compter que le nombre de bout de verre pouvait aisément s'évaluer à quatre par seconde !

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 12 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Au large de Nandis   Mer 19 Oct - 19:32

Le combat était désormais lancé ! Là où il avait été laissé précédemment sur le port et Mayufu pourrait enfin faire preuve de toute l'étendue de ses pouvoirs à cette pauvre folle à lié ! Et ce fut elle la première à jeter les hostilités par un jet de flamme propulsé dans sa direction. Cette dernière ne bougeait pas, elle se le prit de plein fouet sans geindre ou ne serait-ce gémir à l'attaque qui en aurait tué plus d'un. À cela, la Fille de Bhaal comprit qu'elle aurait bien plus de mal et de précaution à prendre face à un tel adversaire. Son regard montrait bien qu'elle n'avait pas peur de foncer mais quant à la jeune fille aux yeux rouge, il en était tout autre. Survivre était sa principale priorité si elle voulait battre Nyuulie mais aussi profiter de cette occasion pour expérimenter sa magie ou découvrir de nouvelles techniques. Désormais en position de riposte, son regard rubis ne quitta pas la silhouette de la peau pâle et suivit celle-ci lorsqu'elle se rua vers une fenêtre sur sa droite ! Comment avait-elle fait pour supporter les flammes ainsi ? Elle était tout simplement maso ou la magie des flammes ne lui faisait rien ?

En tout cas, Mayufu ne tourna pas son regard vers Umar, refusant que celle-ci en vienne à croire qu'elle ne pouvait pas se débrouille seule ! Il en était hors de question qu'elle soit vue comme un poids pour la démone. Sur ce coup-ci, elle était seule ! Se sentant capable de se hisser au même rang que la sorcière des ténèbres et réduire en cendre cette fille qui lui faisait obstacle. Autour d'elle, un incendie commençait à naître. Le plafond crépitait, les flamme projetée derrière Pheare s'étendaient petit à petit pour dégager une chaleur de plus en plus intense dans la pièce. Bien sûr, elle en oublia pas la présence de l'autre chien tapit dans un coin de la pièce. Histoire d'éviter que ce dernier n'ait l'idée de lui faire un sale coup dans le dos. Son attention poursuivait toujours son ennemie vers sa fenêtre. Leurs regards se croisèrent et en un éclair, plus intense qu'un dialogue d'une demie-heure, un lien s'établit entre elles. Un coup de coude fut donné contre la vitre qui explosa sous la force. Des briques de verre voltèrent dans un son strident pour soudainement être... attrapé en plein vol ! Mayufu comprit à peine ce qu'il se passait. Elle était extrêmement rapide et savait être super précise !

- Et merde... ! Dit-elle en serrant les dents.

Un bout de verre venait de lui frôler le visage en faisant une entaille sur sa joue, laissant un filet de sang s'en écouler. Forçant la jeune fille à prendre la fuite sur le côté droit et courir de telle sorte à éviter de prendre plus de bout de verre. Le sang n'eut même pas le temps d'en sortir de la plaie qu'il devint une croûte. Avant qu'elle ne se mette à courir, dans un laps de temps très court et d'instinct de survie, elle avait manipulé les flammes alentours pour les faire s'étendre davantage et dévorer la pièce petit à petit. Et histoire d'expérimenter une stratégie, elle usa de sa volonté pour créer deux phénix qui sortirent des flammes même et non de son être ! Ces derniers se jetèrent sur la folle qui était de profils à eux. Deux autres, quant à eux, s'extirpèrent du corps de la pyromane pour s'entrechoquer entre la fille et les projectiles. Créant une explosion pour écarter un maximum de brique de verres de leur cible !

Malgré sa tentative désespérée de fuir les projectiles, elle était toujours prise pour cible et au bout de quelques mètres, elle bondit en avant et attraper une planche en bois qui devait être utilisée comme table ou autre chose pour s'en servir comme bouclier. Les bouts de verres se plantèrent dedans dans des petits bruits sourds et distincts. Quelques secondes suffirent à faire cesser le feu et s'en débarrasser une fois qu'elle fut sûre de ne plus être prise pour cible ! Ca y est, c'était maintenant à son tour au moment ou l'autre remarquait qu'il y en avait plus ou feintait !

*Bouffe ça !*

Attrapant un des plus gros morceaux de verre planté près d'elle et tout en l'enflammant, elle le jeta à son tour sur Pheare, espérant pouvoir créer une faille et la piéger. Analysant rapidement la pièce pour trouver de quoi faire une diversion ou une arme. Un sourire apparut, elle avait trouvé ce qu'elle voulait tester ! Les projectiles qu'elle lancerai suffiraient pour se faire ! Mais comment allait réagir l'autre fille maintenant ? Mayufu restait à distance pour noter le plus de détails possible sur elle. Mais semblait déjà fortement engagée même si elle ne s'y mettait pas encore à fond. Expérimentant des petits tours ici et là pour la suite. Pour une fois un ennemi allait lui être utile, c'était une aubaine ! Elle expédia une seconde et dernière brique de verre sur sa vis-à-vis à la suite du premier, l'enflammant lui aussi. Les morceaux étaient conséquents et amplement suffisant pour ce qu'elle désirait faire ! Pas plus grand que la paume de ses mains. Maintenant, voyons sa réaction... la planche de bois utilisée comme bouclier prenant entièrement feu désormais.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 13 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Au large de Nandis   Jeu 20 Oct - 0:45


Aimait-elle la glace pilée ? Pheare voulut en avoir le coeur net. Par son attaque éclaire avec les fragments de vitre, la jeune démente manqua de souffler la bougie en un temps record. Fort heureusement, celle-ci trouva la parade idéale avant que son corps ne finisse en passoire. Car grâce à un morceau de plafond tout juste écroulé suite aux assauts des flammes, la braise put s'en servir afin de faire écran aux attaques répétées de Pheare. Cela ne dura pas plus de trois secondes, secondes pendant lesquelles, la bougie matérialisa deux phénix incandescents depuis l'incendie environnant, avant de les envoyer sur la folle à lier, histoire de la calmer. Trop prise par le feu de l'action, les deux volatiles n'eurent aucun mal à atteindre leur cible, explosant l'un après l'autre, sur une Pheare de plus en plus avide de sang ! À partir de là, deux explosions naquirent, faisant par la même occasion, effondrer une seconde fenêtre ! La jeune démente fut littéralement projetée contre le mur, non loin du coin opposé à celui d'Alfred. Légèrement secouée, Pheare se releva, avant d'être cette fois-ci, victime de deux disques enflammés, eux qui n'étaient en vérité, que des morceaux de verre magiquement immolés.

L'un d'entre eux alla directement se ficher dans l'abdomen de la démente. Quant à l'autre, Pheare n'eut aucun mal à l'attraper en pleine course ! Visiblement, la bougie n'avait pas son adresse pour lancer les objets. Par ailleurs, pensait-elle vraiment pouvoir rivaliser avec un carreau d'arbalète ? La folle ne craignait absolument pas son adversaire, mais ce n'était pas pour autant une idiote prête à foncer tête baissée. Et pour cause, elle avait compris comment la braise fonctionnait, en plus de la raison la menant jusque sur ce navire. Ainsi, le moment était venu d'anéantir tous ses projets, et elle avec !

- L'heure du repas a sonné ! Dit-elle tout en s'arrachant le bout de verre situé dans son flanc gauche.

Sans même adresser un dernier regard à la bougie, Pheare s'élança tout à coup en direction de la larve pleurnicheuse. Puis, au bout de trois grandes enjambées, cette dernière plongea de tout son long sur le parquet parsemé de flammes. De ce fait, la jeune démente put glisser sans mal jusqu'à l'homme, lui qui pourtant, ne voulait surtout pas la voir de près !


Le duel entre les deux cinglées battait son plein, et même si Alfred ne comprit rien à ce qui se passait, l'arrivée soudaine de la fille au visage macabre, ne put lui échapper ! Mais non ! Mais non, mais pourquoi lui ?! Il était là, recroquevillé sur lui-même, demandant rien à personne... Comment pouvait-on le charger de la sorte ? Bien sûr, rien ne laissait deviner que la folle livide allait le tuer, mais si l'on se mettait à sa place, rien qu'une seconde, on pouvait aisément comprendre son ressenti en ces tristes instants. Voyez cette femme aussi pâle qu'un linge, glissant dans votre direction, visage bien visible, en plus de tenir dans chaque main, un morceau de verre aussi coupant qu'une lame de rasoir... De toute évidence, ce n'était certainement pas pour lui chuchoter de doux mots dans le creux de l'oreille !

- AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !!!!! Hurla Alfred sur un ton des plus efféminés, alors que la folle se rapprochait toujours plus de lui.

Quelle superbe mélodie. C'était l'ambiance parfaite pour Pheare ! Des flammes crépitant de toutes de part, avec par intermittence de petits éboulements ici et là, et enfin la cerise sur le gâteau, le hurlement du dernier souffle ! Que pouvait-elle demander de plus ? Rien, si ce n'était le sang couplé à l'agonie.

- Cri pour moi ! Ajouta t-elle à l'attention du déchet.

Toujours en position assise, Alfred se fit sauvagement happer l'oeil droit par les dents de la cinglée ! Hurlant une fois encore, le pauvre homme s’agrippa de toutes ses forces à la chevelure de son assaillante, elle qui n'hésita pas à refermer violemment ses mâchoires, de telle façon à pouvoir lui gober son globe oculaire. Mais dans un sens, il avait de la chance, car Pheare ne pouvait s'attarder plus avant, ce fut pour cela qu'elle lui sectionna la gorge à l'aide de ses deux fragments de verre ! Le sang inonda cette dernière dans la seconde qui suivit son acte, et comme si cela ne suffisait guère. La démente enroula son bras autour de ce qui pouvait rester de son cou, avant de tirer sèchement vers le haut !

- On partage ? Demanda Pheare à la bougie, alors qu'une longueur de nerf optique dépassait encore du coin de sa bouche.

Sans attendre de réponse, la folle à lier lui balança la tête du débris avec force. Mais alors que la fournaise gagnait en puissance dans la pièce, Pheare décida contre toute logique, de sauter à travers la fenêtre qui cette fois, se trouvait sur le flanc gauche du navire ! Puis dés qu'elle fut derechef en plein air, la jeune démente escalada la paroi qui la séparait du pont supérieur... Pheare savait qu'en se comportant de la sorte, la bougie serait forcée de remonter, mais dans quel but faisait-elle cela ?

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 14 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Au large de Nandis   Jeu 20 Oct - 11:07

Elle était forte, c'était une certitude. Mais les attaques préparées par la pyromane pendant qu'elle la bombardait de bout de verre eurent les effets attendus par cette dernière. Pendant le temps durant lequel elle se protégeait derrière une planche de bois, ses deux phénix de feu la percutèrent de plein fouet pour l'envoyer valser dans un coin de la pièce. Profitant de lui renvoyer deux de ses briques de verre dont un seul se figera dans son abdomen... sans trop d'effet. La Fille de Bhaal en resta tout de même un peu surprise. Entre les carreaux qu'elle avait encaissé sur le port et le bout de verre ainsi que les explosions ici, elle ne semblait pas ressentir la douleur ! Ou bien au contraire, en prendre son pied. Rien de tout ça ne faciliterait la tâche de la fille aux yeux rubis qui observa son adversaire se redresser et retirer le projectile de son corps. Mayufu ne bougeait pas, prête à réagir en conséquence mais sa vis-à-vis réagira de manière tout à fait inattendue en se dirigeant rapidement vers l'homme qui piqua un cri monumental ! Tout s'enchaîna rapidement et pas pour le bonheur du pirate qui sera soudainement... dévoré par la folle !

Cette dernière lui attrapa son œil à l'aide de ses dents et le goba d'un coup pour l'égorger au final. Son sang se rependant sur le sol, suivant les veines du bois. Elle venait de lui ôter un de ses moyens de se retrouver dans cette vaste étendue d'eau ! Lui faisant perdre alors un temps considérable. Serrant les dents, un regard mauvais, elle observait la scène avec un certain dégoût. Avant que cette dernière n'arrache la tête de l'homme à main nue et la lui jeter dessus ! Ni une ni deux, Mayufu balaya la tête d'un coup de pied et la jeter contre le mur à son opposé.

- Espèce de cinglée... Murmura-t-elle à l'égard de Pheare avant de la voir filer par une autre fenêtre et très nettement, l'apercevoir escalader la coque du navire pour aller au pont supérieur.

Il fallait qu'elle monte mais elle ne pouvait pas y aller comme ça, sans prendre de précaution ! Le pont supérieur était parsemé d'armes diverses et il n'y avait qu'une sortie pour la jeune fille ! Alors si elle se ruait bêtement, elle pouvait clairement voir qu'elle se ferait avoir comme une débutante ! Alors vite ! Elle devait trouver une solution et elle s'élança dans le couloir, passant par-dessus le corps mort du pirate et à côté d'Umar. Empruntant un autre chemin qu'à son arrivée, elle se stoppa net à la vue de quelques barils de poudre. Un sourire sadique et satisfait s'afficha soudainement sur son visage illuminée par la flammèche de son œil gauche. Elle en ouvrit l'un d'eux et en saisit une poignée. Ça serait parfait ! Son regard balaya la pièce et elle trouva des petites pochettes en toile... Tout un plan s'enchaîna dans la tête de la Fille de Bhaal qui retourna illico dans la pièce du festin en embarquant ce dont elle avait besoin. Dont six pochettes minimum.

*Ca fera l'affaire*

Une fois qu'elle eu fait ce qu'elle voulait, elle se saisit de toutes les pochettes et se rua dans le couloirs jusqu'à arriver à l'entrée, s'y arrêtant une petite seconde pour prendre son souffle. Elle savait où devait se trouver Pheare mais ignorait ses intentions. Devait-elle monter ou pas ? C'était un choix à prendre, le piège pouvait se sentir à plein nez. Arbalètes et épées traînaient au-dessus de sa tête. C'est alors que prudemment, elle prit le temps de jeter un couvercle de baril qui traînait sur le sol pour attirer l'attention de la folle et s'en retourner à la salle du Festin, passant la tête par la fenêtre que celle-ci avait brisée plus tôt. S'agrippant sur le rebord, elle s'empara d'une de ses pochettes de toiles et en jeta une au-dessus. Suffisamment haute pour qu'elle se positionne plus ou moins au-dessus de Pheare. Et ce fut alors à l'aide d'un phénix de flamme qu'elle jeta dessus qu'elle fera exploser le contenu du sachet. L'explosion sera assez forte et près du sol du pont supérieur.

Lors de l'explosion, plusieurs débris de verre furent éjectés dans toutes les directions ! Oui, Mayufu avait composé une sorte d'explosif avec la poudre à canon et des briques de verre dans ses pochettes. Mais il fallait qu'elle fasse vite pour les utiliser sinon elle se piégerait à son propre tour. Passant à l'autre fenêtre, à l'opposé, elle fit de même et une seconde explosion se fera entendre. Maintenant, le couloir ! La pyromane ne pouvait pas prendre le risque d'escalader avec des explosifs sur elle comme ça ! Au risque de s'exploser toute seule et bien proprement en plus...

Rejoignant l'accès au pont supérieur, elle en jeta une autre qui explosera probablement dans le vent mais elle voulait s'assurer une sortie tout en éloignant un maximum l'autre fille. Tout en espérant que les deux autres explosions auraient pu l'atteindre ! Un gros incendie faisait rage dans la salle des festins, le sol du pont s'effondrant progressivement... risquant d'embarquer quiconque oserait marcher dessus. La chute mènerait inévitablement au centre des flammes. Et une fois extraite des cales, Mayufu lança deux autres explosifs. Un vers l'avant et l'autre vers l'arrière du navire et les fera exploser eux aussi. Soit son ennemie n'avait pas eu le temps de se protéger et elle aurait prit cher, soit elle était cachée et serait forcée à sortir rapidement avant que Mayufu détruise complètement le navire ! Le sol était parsemé de brique de verre, en miette, ça ne servirait même plus comme arme de lancé mais de la force des explosions, ils faisaient des dégâts.

- Alors, où es-tu !? Hurla-t-elle en faisant intensifier la chaleur du navire et propager la puissance de ses flammes sur le pont inférieur.

Et par mesure de sécurité, elle mit le feu à toutes armes à distance qu'elle pouvait voir pour les réduire en cendre et ôter une possibilité à Pheare de mettre l'élémentaliste en difficulté. Il ne restait qu'un sachet de poudre à Mayufu, composé différemment afin d'avoir Pheare dans son piège et bien dissimulé pour qu'elle ne le voie pas. En espérant encore que les choses se dérouleraient comme elle le souhaiterait ! Restant sur ses gardes et se protégeant à l'aide de quatre phénix de feu lui tournoyant autour pour parer la moindre attaque à distance. Se saisissant d'une arbalète intacte qu'elle chargea... et attendit sa cible !

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 17 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Au large de Nandis   Jeu 20 Oct - 15:26

À partir de l'instant où Pheare tua Alfred, le duel entre les deux femmes prit fin ! À savoir que désormais, c'était beaucoup plus que cela. Égorger Mayufu ne suffisait plus pour la folle, étant donné qu'elle voulait également lui prendre tout ce qu'elle possédait. Malheureusement de son côté, l'incendiaire n'arrangea guère sa situation en prenant le temps de concocter quelques petites bombes artisanales. Un temps pendant lequel, Pheare eut toute la liberté de faire ce qu'elle voulait...


Si six secondes suffisaient à Pheare pour égorger ainsi qu'arracher la tête à un homme, il devenait alors difficile d'évaluer ce qu'elle pourrait faire en une minute et demie. Et pour cause, la bougie ne la suivit pas dans l'immédiat, préférant élaborer tout un stratagème depuis le pont inférieur. Ainsi, durant son temps de liberté, la jeune démente amassa un maximum d'épées et de coutelas, qu'elle prit soin d'entasser non loin de la barre. Mais alors que l'incendie gagnait toujours plus de terrain, allant même jusqu'à faire s'effondrer bon nombre de parties composant le pont du vaisseau. Pheare attrapa une hachette servant à trancher les filins, avant d'attendre bien sagement l'arrivée de la bougie. Quand tout à coup, une déflagration se produisit sur sa gauche ! Hélas trop éloignée, le souffle de cette dernière ne put atteindre Pheare, en revanche... les bouts de verre eux, n'eurent aucun mal à prendre d'assaut sa pâle chair. Comprenant immédiatement les intentions de la braise, la jeune démente réitéra les évènements des docks, en allant s'enfouir directement sous un des nombreux cadavres écumant le parquet du navire.

Il fallut attendre quelques secondes avant qu'une deuxième explosion ne s'en suive... À la suite de quoi, Pheare sortit de sa cachette de fortune, afin de se diriger jusqu'à l'avant du bâtiment ! D'ailleurs lors de sa course, une troisième détonation se fit entendre à plusieurs mètres derrière elle, tellement que celle-ci n'eut pas le moindre effet sur la jeune démente. La hachette toujours en main, Pheare se trouvait à présent juste à côté du cabestan ! Son corps parsemé de tâches noirâtres de diverses tailles, était la seule chose qui prouvait ses blessures, malheureusement pour la bougie ; toutes superficielles ! Les morceaux de verre ne s'étaient pas suffisamment enfoncer dans son corps pour lui être préjudiciable, et vu que la douleur n'était pour elle qu'une simple information, la victoire de la braise n'était pas encore acquise.

- Par ici ! S'annonça Pheare, alors que la gamine se montrait enfin.

À partir de là, tout s’enchaîna ! La bougie réagit la première en envoyant l'un de ses sacs de toile droit sur la folle à lier, ainsi qu'un autre vers l'arrière. À l'évidence, cette dernière n'avait pas encore vu Pheare, elle qui pourtant ne bougeait pas. Toutefois, la démente savait aussi ce qui se produirait si jamais elle venait à faire exploser la bombe qu'elle venait de lancer dans sa direction. Ainsi, avant même qu'un de ses piafs de feu n'atteigne sa cible, Pheare trancha la corde qui maintenait le cabestan en place. Résultat, l'ancre fut libérée, pendant que le Kalandor poursuivait sur sa lancée. Mais la tarée n'en resta pas là, car dans l'instant qui suivit son geste, elle se rua jusqu'à la balustrade, dernier rempart la séparant des flots. Hélas, toute aussi rapide qu'elle fusse, la déflagration la précéda, déchiquetant son dos juste avant son plongeon dans l'océan.

Si seulement l'éjection de Pheare était symbole de victoire, Mayufu pourrait alors la savourer. Hélas, l'ancre que la folle venait de libérer, signalait sans erreur possible, la fin du Kalandor ! De plus, l'infâme cannibale avait pris soin de virer la barre à fond, et ce, dans le sens opposé à l'ancre, lequel elle avait bloqué avec coutelas et épées ! Ce qui faisait qu'en plus de son allure du moment, ajouté à son virage, le navire ne résisterait guère à pareil choc. Et pour cause, lorsque l'un des bras du grappin s'accrocha à un récif non loin de la surface, le Kalandor s'enfonça brutalement dans la mer par l'avant, au point même qui l'on pu voir la poupe de ce dernier, s'élever haut dans les airs ! Mais là encore ce n'était rien comparer à la bêtise de Mayufu... car grâce à son incendie situé au beau milieu du navire, fit que celui-ci se cassa en deux peu de temps après l'attraction que l'ancre engendra.

Inévitablement, le Kalandor allait couler, avec à son bord Mayufu et Umar, ainsi qu'un pirate survivant dans les cales sèches... Et malheureusement pour la princesse flamboyante, il y avait de fortes chances que Pheare l'attende... tapit quelque part dans l'océan...


¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 20 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Au large de Nandis   Jeu 20 Oct - 19:08

Une voix lui était parvenue au moment où elle avait jeté ses explosifs à l'avant et à l'arrière du navire. Tournant la tête sur sa droite, elle vit la tarée trancher une corde dans un mouvement vif suivit d'un bruit sourd et strident. Elle venait de larguer l'ancre du Kalandor pour faire on ne sait quoi ! Mais elle n'aura pas le temps de stopper le moindre de ses mouvements puisque cette dernière sera prise en plein dans l'explosion et éjectée par-dessus la balustrade ! Ca y est, elle l'avait eue !? Pour être sûre qu'elle était bien morte, Mayufu se rua vers la balustrade et observa la surface de l'eau avant de comprendre ce qu'il se passait avec le bateau. Il semblait tourner rapidement et prendre un angle vraiment serré. Et pendant ce temps, elle ne remarqua pas le corps de l'autre fille ! Avait-elle coulé à pique ? En tout cas, il y avait du sang mais était-ce le sien ? Vu tout les cadavres qui gisaient sur le pont... elle pouvait vite se tromper.

Mais maintenant, elle devait trouver le moyen de calmer la vitesse du navire. Les voiles étaient gonflées mais impossible d'espérer réduire sa vitesse en la perçant maintenant. Le gouvernail était bloqué par diverses armes...donc impossible d'espérer y arriver à temps et le retourner pour éviter le choc à venir. Un sourire moqueur s'afficha sur les lèvres de la Fille de Bhaal qui comprit qu'elle venait de se faire avoir comme une gamine. Devinant facilement ce que le navire allait faire une fois l'ancre au fond, elle devait trouver un appui pour ne pas sombrer avec. Mais ce qui la hantait le plus, c'était la déception qui pourrait se lire sur le visage d'Umar lorsqu'elle aura vu dans quel situation Mayufu s'était mise ! Arbalète en main, faux crochée dans son dos, elle serra les dents, dans une colère noire d'avoir été ridiculisée à ce point !

- Tu es maline toi... Dit-elle en reculant de quelques pas et courant vers l'arrière du navire.

Grimpant une volée d'escalier, elle se retrouva sur la partie surplombant le pont et s'appuya sur une balustrade. Le vent balayait sa longue chevelure flamboyante et une bonne partie des flammes furent soufflées par le vent marin. Quand soudain un bruit venant de loin suivit d'un choc violent survint sur tout le navire. Ce dernier craqua de toutes parts avant de voir le beaupré s'enfoncer dans l'eau. Elle avait vu juste... Mayufu pouvait compter sur la balustrade pour ne pas tomber ! Se retrouvant rapidement assise, presque couchée dessus, elle voyait bien dans quelle position était le Kalandor. Mais ce n'était pas tout ! Il n'allait ni revenir à sa position initiale ni se retourner ! Ce fut même presque pire... Un énorme fracas fera craquer toutes les planches du pont. Les parties ravagées par les flammes cédèrent sans mal à cette pression exercée par l'ancre. Tout ce qui se trouvait sur le pont finit dans l'eau. Cadavres, armes, débris... tout y passait. Mayufu contemplait la scène depuis sa position et sentit soudainement que la partie arrière du navire allait s'effondrer en avant. Sans attendre, elle se leva et se mit en équilibre sur la balustrade et tenant fermement l'arbalète, elle allait devoir faire le grand saut.

*Je n'ai clairement pas le choix...!*

Dans un dernier espoir, elle se retourna, se collant face contre le pont désormais à la verticale. Lançant en l'air le dernier explosif qu'elle avait pour le faire exploser lui aussi. En espérant que la partie arrière sera soufflée dans l'autre direction. Ainsi, elle évitait de prendre le risque que le tout lui tombe sur le coin de la figure. Elle aurait jamais le temps de nager assez vite pour se mettre à l'abri. Ce geste était peut être désespéré mais au moins, elle tentait le tout pour le tout. Et de toutes manières, il ne lui aurait servit à rien dans les circonstances qui suivraient ! Au moment où il explosa, la pyromane prit son courage à deux mains et courut sur le rebord de la balustrade afin de sauter à l'eau. Durant sa course, avant le grand saut, elle tenta d'appeler Umar pour savoir comment elle allait !

- UMAAAAAAAAR ?!?!?! Hurla-t-elle en plein saut avant de chuter de quelques mètres. SORS DE LA !!!!

Elle n'eut pas le temps de voir comment elle allait qu'elle s'enfonça dans l'eau. La chute ne fut pas trop rude encore mais elle coulait dangereusement ! Pour cause, sa faux qui lui avait sauvé la vie plus d'une fois était en train de la tirer dans les fonds marins... Elle se devait de s'en débarrasser. Une douleur au coeur, elle passa sa main libre dans son dos pour défaire le lien qui tenait l'arme dans son dos et le voir couler au fond rapidement. Elle resta deux secondes avant de sentir le manque d'air et remonter rapidement à la surface ! La première chose qu'elle vu, c'était un ciel bleu, une brise caressait son visage, glacial. Le navire se brisant en se fracassant à la surface. Le mât se brisa, plusieurs débris conséquents flottaient autour de la jeune fille qui ne manqua pas de grimper sur l'un d'eux et rester à genoux dessus. Observant la scène, désespérée et trempée. Sa colère bouillait au fond d'elle et la chaleur qu'elle dégagea sécha ses vêtements et une vapeur de plus en plus intense l'enveloppa pour s'envoler au gré du vent. L'autre était morte ? Où était Umar ? Tout ces cadavres flottant à la surface risqueraient pas d'ameuter des créatures ? Tout ça lui faisait perdre espoir peu à peu. La voix de Mortimer résonna dans sa tête et elle frappa violemment la planche de son poing, se retenant de hurler.

*Je ne peux pas, je ne veux pas, je ne mourrai jamais ! JAMAIS !*

Son regard balaya tout autour d'elle afin de trouver un moyen de se tirer de là et surtout, retrouver Umar ! Elle observa même le ciel si jamais elle volerait mais elle ne voyait rien, personne ! Elle hurla son nom à plusieurs reprises mais resta vigilante quant aux dangers qui pouvaient survenir n'importe quand ! Le Kalandor s'enfonçant lentement et gaiement dans les fonds marins laissant des débris et morts derrière lui à la surface... Qu'allait devenir Mayufu là au milieu... ? Survivra-t-elle ? Umar allait-elle la laisser parce qu'elle aura été nulle du début à la fin ?

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 21 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Au large de Nandis   Ven 4 Nov - 1:44


Après son échec dans la vallée, Mayufu se devait à présent de faire ses preuves. Ce fut pour cela que Umar assista au duel qui l'opposait à une femme qui visiblement cachait bien son jeu... Cette folle, si l'on se fiait à son comportement, se révéla être en fait une redoutable guerrière. La sorcière des ténèbres n'avait encore jamais vu quelqu'un combattre de cette façon. Peu orthodoxe certes, mais efficace ! Tout ce qui lui tombait sous la main, devenait par la même occasion un objet de mort. Il n'y avait qu'à voir ce qu'elle était capable de faire avec de banals morceaux de vitre. Fort heureusement, la fille de Bhaal ne courba guère l'échine face à l'adversité, et décida même de redoubler d'effort ! Comme si elle savait que Umar ne lui pardonnerait pas sa faiblesse. Ce qui n'était pas tout à fait vrai... car la sombre sorcière n'avait aucune intention de l'abandonner, et ce, même si elle ne savait pas pourquoi. Ce qui était assez paradoxal, puisque si Mayufu venait à se faire tuer par l'enfarinée, Umar ne ferait rien pour lui épargner son triste sort. À savoir que, mourir maintenant ou dans douze heures, où était la différence ? Surtout si comme elle, on ne faisait pas dans le sentimental.

-*Éteint ce feu, pauvre idiote !* Songea la démone, alors que les duellistes se rendaient sur le pont supérieur.

Avait-elle omit qu'elle aurait besoin du navire pour poursuivre son voyage de jour ? Ou pensait-elle qu'Umar la transporterait sur son dos ? La fille de Bhaal était peut-être impulsive et irréfléchie, mais si le rafiot venait à couler, ça serait assez handicapant pour sa quête principale. Surtout que son pire ennemi ne résidait pas spécialement en la personne de Nyuulie, mais dans le temps qui risquait fort de lui faire défaut. Or contre ça, même la toute puissance d'Umar ne suffira pas à la sauver...

Malheureusement, après l'écho de plusieurs explosions provoquées par Mayufu elle-même. La sombre sorcière compris rapidement que cet amas de planches sur lequel elle se trouvait encore, n'allait plus tarder à rejoindre les poissons ! Seulement, ses neurones furent plus lents que l'action en cours, car à peine eut-elle émergé de l'escalier, que d'un seul coup, le navire bascula vers l'avant ! Umar en perdit l'équilibre sur l'instant, puis tout s'enchaîna... La coque craqua dangereusement, les voiles se détachèrent, puis les mâts cassèrent, et ce, juste avant que le navire ne se déchire en son milieu... La démone put s'envoler sans mal en dépit de la situation, contrairement à Mayufu qui elle, plongea dans l'océan. La folle avait de la ressource, il serait stupide de le nier. Une évidence qui n'échappa guère à Umar, de plus... cette créature semblait se sustenter du chaos qu'elle laissait derrière elle. Elle pourrait faire une alliée de poids... si toutefois elle n'avait pas succombé à sa chute.

Depuis les cieux, la sombre sorcière observait le carnage... Et par chance, Mayufu n'avait rien, oui rien, car même de faux elle n'avait plus... ce qui pouvait se comprendre étant donné la lourde lame métallique que son arme comprenait. Ainsi, simplement munie d'une arbalète à la qualité précaire, la fille de Bhaal parvint à prendre place sur l'un des nombreux débris flottants. La mer était calme, ce qui permettait à Umar de pouvoir contempler le fond de cette dernière avec discernement. Et c'est là qu'elle l'a vis ! La folle était toujours vivante, car même si elle se trouvait toujours sous l'eau, sa peau blanche la trahissait... La guerrière sanguinaire se trouvait non loin de Mayufu, immobile tel un serpent des sables, mais qui à tout moment, menaçait de reprendre le combat !


La jeune démente regardait la bougie se hisser depuis son dessous. Sa vision troublée par l'eau saline ne suffirait pas à lui faire manquer sa cible ! Le duel n'était pas terminé, et tant que l'une d'elles ne sera pas morte, il se poursuivra ! Pheare était ainsi faite, ou plus exactement ; ce que le monde avait fait d'elle ! Nul n'était en mesure de comprendre la folie qui l'animait, mais si un jour une personne parvenait à mettre le doigt sur le point sensible, alors peut-être découvrirait-elle en cette cannibale, un être capable de grandes choses. Enfin... quand bien même il était bon de rêver, il ne fallait pas omettre que pour l'heure le danger planait, ou plutôt... nageait !


Un bateau pirate recèle bien souvent des trésors, mais aucun ne vaut la capture d'une créature fantastique davantage connue par ses légendes que par des faits établis... Car c'était bien ce que cachait le Kalandor, une toute jeune Sirène emprisonnée dans la cale sèche, et répertorié sur le registre en tant que matelot à part entière afin d'éviter les fouineurs. Une idée de Gustar, car il n'était pas homme à dévoiler ses plans, et encore moins ses richesses. À savoir que cette Sirène faisait normalement l'objet d'une livraison nocturne sur les docks de Nandis, avec un beau pactole à la clé. Fort heureusement pour celle-ci, toutes les machinations du capitaine finirent par tomber à l'eau avant même que l'enfer ne se mette à la submerger. Un salut qu'elle devait à l'incendiaire, et ce, même si elle ignorait encore sur qui porter son dévolu...

-*Je... je suis libre ? Je suis vraiment libre ?!* Se répétait-elle inlassablement, zigzaguant entre les débris du navire.

Répondant au doux prénom de Saïtey, la petite Sirène mit un certain temps à comprendre ce qui se passait réellement. Et pour cause, de là où elle était enfermée jusqu'alors, il lui était impossible de suivre les évènements. Ce fut seulement en voyant cette femme à l'allure peu engageante, apparemment sur le point de se noyer, que la lumière la frappa soudainement ! C'était elle qui avait tué tous les méchants, et qui par la même occasion... l'avait sauvé. Elle se devait de la secourir pour au moins lui rendre cette vie qu'elle lui devait désormais.

-*Tiens bon, j'arrive !*

Saïtey fila du mieux qu'elle put jusqu'à la noyée ! Et sans même se rendre compte de qui se trouvait en surface, la jeune Sirène enroula rapidement ses bras autour de la taille livide de l'Humaine, de telle façon à pouvoir la propulser jusqu'à l'air pur. Là où elle pourrait enfin respirer de nouveau ! Quant à Pheare, elle n'eut hélas guère le temps de se défaire de cette étreinte fortuite, que déjà la moitié de son corps se trouvait à portée de tir de la bougie !

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 22 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Au large de Nandis   Mer 16 Nov - 18:39

Tout était calme autour d'elle. Il n'y avait rien à l'horizon, ni Umar, ni l'autre dingue sanguinaire. Mayufu se tenait au milieu de ce décors désastreux avec une arbalète chargée dans une main et l'autre posée sur la surface en bois. La seule chose qui perturbait le tout était les faibles vagues qui faisaient se mouvoir les divers débris et corps du Kalendor qui n'était maintenant plus visible, s'enfonçant encore plus sous la surface. Quelques bulles d'airs parvinrent à remonter pour éclater à l'air libre tandis que le regard de la jeune fille se perdit sur cette surface redevenue paisible... À la recherche de la moindre trace de vie, désespérée d'avoir échoué à ce point. C'en était pitoyable, elle n'oserait même plus se regarder dans un miroir tellement elle avait honte de comment les choses avaient tournées à l'avantage de son adversaire. Si elle avait su prendre en compte ces différents facteurs, rien de tout ça ne se serait passés ! Frappant violemment du poing sur la planche de bois qui la supportait, la Fille de Bhaal bouillonnait de rage. Une colère si noire et profonde qu'un pouvoir inconnu pourrait se manifester. Elle savait que sa magie n'avait pas montré tout ce qu'elle savait faire mais ignorait que ça pourrait aller si loin.

- OU ES-TU ?! Hurla-t-elle, folle de rage. MONTRES-TOI QUE JE TE TUES !!!

Soudainement, la flammèche à son oeil gauche se raviva d'un coup et elle fut si intense que même la jeune humaine en fut étonnée. Une énorme quantité de vapeur s'éleva à ses côtés, phénomène de la forte chaleur que son être relâchait au fur et à mesure que sa colère s'intensifiait. Une haine sans nom qu'elle n'avait plus ressentit depuis longtemps, revenant de très loin, des temps où elle vivait seule sur Féérune. La surface exposée à l'air sécha rapidement grâce à cela et l'humaine se redressa pour se tenir droite, retrouvant toute sa détermination à combattre. Umar n'était toujours pas là mais elle la retrouverait. Il fallait aussi localisé l'autre fille qui devait traîner dans le coin. Mayufu la savait vivante, elle en était persuadée. Une ennemie de cette trempe ne pouvait pas mourir bêtement d'une simple plongée et d'un dos carbonisé. Son regard flamboyant et d'un rouge sang vif balaya la surface de l'eau. L'air autour d'elle était perturbée par la chaleur et tremblait. Jamais une chaleur aussi forte l'avait enveloppée et grâce à l'eau, la surface en bois pouvait tenir largement le coup sous ses pieds.

Dirigeant toute sa colère à la recherche de Pheare, la Fille de Bhaal tenait fermement l'arbalète dans son autre main pour être prête à tirer à la moindre occasion qui se dévoilerait ! Plus rien ne pourrait la perturber désormais ! Elle allait la tuer, elle accomplirait sa quête pour survivre et obtiendrait encore plus de puissance pour plonger ce monde dans un chaos sans nom et arriver à ses fins ! Féérune n'était plus à portée pour subir sa vengeance, c'était donc à ce monde de porter ce lourd fardeau à sa place.

Et ce fut alors que tout s'enchaîna sans attendre. Des mouvements sur l'eau, suivis de plusieurs sons d'éclaboussures se firent sentir et entendre. Mayufu pivota rapidement et aperçu alors sa proie qui se présentait bonnement à elle. Elle ne savait pas ce qu'elle trafiquait ni ce à quoi elle pouvait penser mais dans tout les cas, elle avait l'air surprise. Quelque chose était venu aider la Pyromane dans son combat ! C'était le moment ou jamais d'agir ! Levant le bras tenant l'arme, elle le braqua sur Pheare et fit immédiatement feu en visant bien proprement entre les deux yeux. Espérant que le carreaux irait si loger sans trop de mal... Et sans imaginer la moindre seconde que tout cela était dû à une sirène qui avait été retenue par les pirates. Le projectile fila à vive allure et se prépara à se loger dans le crâne de la femme livide. Le temps semblait aller très lentement, Mayufu semblait discerner le moindre mouvement du carreaux et sentait son coeur battre la chamade au ralentis. Qu'allait-il se passer désormais ? Atteindra-t-elle sa cible sans encombre ou tout se passerait mal encore une fois ?

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 22 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Au large de Nandis   Ven 16 Mar - 17:45


Même si surprise, Pheare n'entendait pas à se laisser avoir aussi facilement ! Et bien que désormais à portée de tir de la bougie, la jeune démente ne tressaillit pas. Emprunte d'un sang froid exemplaire, cette dernière se pencha vivement sur le coté dés l'instant où elle entendit le cliquetis que fit l'arme de trait ! Puis c'est alors que le carreau fendit l'air... frôlant tout en entaillant la joue gauche de l'Humaine sur son passage. Réaction opportune que n'eut guère la petite Sirène... ce qui eut pour effet de la tuer sur le coup lorsque le projectile s'en alla se figer jusque dans son front. D'un cri perçant, l'ondine innocente lâcha sa prise... se condamnant de ce fait à une longue et sinistre descente dans les profondeurs océaniques. Mais alors que la mer se faisait rouge, Pheare en profita pour s'immerger de nouveau, avant de donner un violent coup sous la planche de bois sur laquelle la bougie reposait ! Sa chute fut alors inévitable...


Tandis que de son côté, toujours fidèle à son rôle de spectatrice, Umar observait sa protégée depuis les cieux. Et au vu de l'étonnante capacité combative de la folle, la sombre sorcière ne pouvait rester de marbre. Car comme elle avait déjà pu le penser quelques minutes auparavant, elle pourrait faire une alliée de poids si correctement utilisée ! La tuer serait donc plus une perte qu'autre chose. Ainsi, il était préférable de mettre un terme à leur duel avant que l'une d'elle n'ait raison de l'autre !

-*Elle aura au moins fait de son mieux ! Se dit-elle en songeant à Mayufu. Mais elle a encore beaucoup à apprendre !*

La démone savait son acolyte trop faible pour affronter cette Nyuulie, surtout qu'il était question d'un être régnant sur un élément lui étant totalement opposé ! De plus, elle n'avait plus de navire... question ; comment comptait-elle s'y prendre à présent ? Et oui, c'était bien beau de vouloir éblouir Umar par son savoir faire tout feu tout flamme, mais si c'était pour au final se retrouver nu comme un ver, mieux valait s'en abstenir. Mayufu était une fonceuse, de ce fait... elle ne réfléchissait pas. Pourtant, malgré ce qu'elle pouvait croire, ce n'était pas à la sombre sorcière de penser pour elle ! Il s'agissait là de son duel, de son combat ! Et à ce titre, la fille de Bhaal se devait d'être plus perspicace.

Mais alors qu'Umar allait repêcher la jeune effrontée, qui fallait bien le dire ; avait plus de bagou que de compétences, un soudain bruit sourd à la consonance menaçante captiva son attention. Se retournant vivement afin d'observer l'horizon, soit de là d'où venait le grondement, la sombre sorcière ne put qu'ouvrir grand les yeux en voyant un immense mur d'eau lui arriver droit dessus ! Qu'était-ce cette damnation... Se dit-elle. La Démone n'eut même pas le temps de prendre de l'altitude ou encore de tirer Mayufu des griffes de Pheare, qu'elle se fit littéralement happer par la déferlante. L'élément déchainé emporta tout sur son passage, y comprit la fille de Bhaal ainsi que la démente.

La violence du choc fut terrible pour Umar, au point qu'elle en fut étourdie. Quant aux deux duellistes, ballotées sans retenue telles des poupées de chiffons par les lames de fond, les feront également sombrer dans l'inconscience. Ce qui n'était pas plus mal dans un sens... Mais l'approche soudaine d'un navire risquait fort de rendre cette vague encore plus imprévisible pour ses occupants, voir dangereuse.


[OUT : Un tête à tête fracassant... ~ICI~ Arrow]

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 13 heures 23 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Au large de Nandis   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au large de Nandis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ Le gouffre mystique ~ :: RP oubliés-
Sauter vers: