AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 Pitance ou potence ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Narrateur
avatar
Récits 208
MessageSujet: Pitance ou potence ?   Jeu 28 Juin - 13:29

Il vient toujours un temps dans la vie d'un voleur où le palier suivant se doit d'être franchi. Cela fut décidé aujourd'hui même entre Maxence et Christopher ! La cible ; La fourche d'or. Lassés de leurs petits larcins quotidiens, les deux adolescents se mirent en tête de parfaire leur art. Étant trop jeune et non accompagné, le duo ne put jamais se repaître de la bonne pitance qu'offrait ce restaurant à nos chers nobliaux. Maxence le premier avait hâte de passer à l'action, quant à Christopher, cherchant constamment à prouver sa valeur sans afficher une once de crainte telle une racaille, ne pouvait que le suivre dans cet élan digne des plus grands d'entre eux. Alors même si l'établissement était protéger de nuit comme de jour, les deux compères savaient exactement ce qu'il fallait faire. Ayant au préalable relevé chacune des rondes que pouvait effectuer la garde, Maxence et Christopher n'avaient désormais plus qu'à attendre le moment propice pour s'introduire dans l'édifice comme deux rats fuyant la pluie.

Leur plan était parfaitement bien rôdé, mais tout n'était pas prévu pour autant. Et pour cause, ça allait être la première fois qu'ils allaient y entrer... et qui sait ce qu'ils allaient y trouver. Oh bien sûr, ce n'était certainement guère ce genre de détail qui allait freiner les voleurs qu'ils étaient. Mais leur insouciance ne risquerait-elle pas de leur porter préjudice ?

Trop tard pour reculer en tout cas, voir même y songer. À savoir que le duo venait à l'instant de se faufiler par une fenêtre prévue à cet effet. Christopher avait eu la bonne idée de fausser la charnière d'un des volets de telle façon à ce que celui-ci ne puisse plus fermer, et par chance, le cuisinier n'y prêta guère plus d'attention. Tandis que du côté de Maxence, l'ingéniosité n'était plus à prouver. Se servant d'une tige de fer afin de déverrouiller le loquet de la fenêtre, les deux chapardeurs purent entrer dans la cuisine même de La fourche d'or, sans le moindre souci ! L'auberge ne servait que le midi de toute façon, donc aucun risque de croiser qui que ce soit à cette heure là.

Ainsi, après avoir refermé le vasistas derrière eux, Christopher ne put s'empêcher d'extérioriser sa joie en sautillant sur place. C'était là leur premier gros coup, et certainement pas le dernier. À tout point de vue, les compères pouvaient être fiers d'eux ! Restait plus qu'à voir ce que les placards et autres meubles allaient leur offrir ; car entre les pâtisseries, les charcuteries, les plats pré-préparés, et le tout de très haute gamme, ils n'avaient que l’embarra du choix...


¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 18 heures 17 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Pitance ou potence ?   Mar 3 Juil - 0:34

Le complot fût décidé à midi, à peine. Max et Chris étaient las de leur petit larcin. Ils s'étaient donc mis d'accord pour faire un gros coup.
Mais ou faire ce fameux gros coup, si gros que les héraut parlerais d'eux le lendemain et les semaines à venir. Un lieu encore inviolé. Une maison bourgeoise ou une villa serait trop banale. Le temple peut être... hum, non, il ne fallait pas non plus visé trop haut. De plus, il ne savait même pas s'il y avait des trésors là-bas. C'est alors qu'un éclair frappa leurs esprits, c'était tellement évident qu'on se demandait pourquoi il n'y avait pas pensé avant. Dans une synchronisation parfaite, à en faire pâlir une chorale. Ils s'exclamèrent l'un pour l'autre :

- La fourche d'or !

Oui, c'était l'endroit idéal pour frapper fort. Il savait que la difficulté serait à la taille de leur espérance. Combien de fois il entendait les riches et grasses personnes vanter les mérites et les délices qu'offrait ce merveilleux restaurant. À les entendre on se léchait les babines sans s'en rendre compte.


Tout cela étant dit. Ils se mirent immédiatement au "travail". Ce sont peut-être des enfants mais, ces longues années à côtoyer les malheurs de très près, les ont rendus suffisamment mûr pour se dire : « Un coup comme celui là, ça se prépare. » Il n'étaient pas fou non plus. Pour passer quasiment inaperçu, ils revêtirent des vêtements, voler bien sûr, à la fois neutre et pratique. Une tunique courte, des braies et des souliers à lacets. D'ailleurs Christopher à beaucoup rit quand il avait dû apprendre à Max pour faire ses lacets. Il avait toujours vécu pied nu avant d'arriver à Nandis.
Ils prirent une toupie en bois et se dirigèrent vers la fourche d'or, privilégiant les petites ruelles quasiment désert. Les grandes rues surpeuplé était à éviter. Ils arrivèrent près de la fourche d'or et firent semblant de jouer tout en gardant un œil sur la ronde effectuer par les gardes. Ils relevèrent chacun de nombreuse failles et échangèrent à voix basses leur idée "d'attaque". Par prudence, il s'éloignèrent de la fourche pour mettre au point leur plan. En faisant, difficilement, fi des agréables odeurs qui les hantaient encore.

Christopher proposa de profiter du coup de feu en cuisine pour trafiquer le volet. Ni une ni deux, si tôt Max acquiesça, si tôt Chris s'y attela. Le jeune hybride en profita vérifier dans son sac à dos s'il avait quelque chose pour forcer la fenêtre. Effectivement, il avait un tige en fer : elle était fine et rouillé mais, pour cette fois-ci, elle fera l'affaire. Chris revînt le mauvais sourire jusqu'aux oreilles. Max connaissait ce sourire par cœur, celui propre aux voleurs préparant un sale coup. Celui là même qui vous poussait à vérifier, dix fois par jour, que vos serrures reste inviolées. Il avait aussi ce genre de sourire mais, le montré rarement.

Puis ils attendirent. Quoi donc ? La fin du service, pardi. Et il fût long ce service, très long. Mais, quand bien même tous les clients étaient partis le restaurant devait être nettoyé et le chef avait choisi pile ce jour-là pour revoir un peu la carte. À dix-huit heures, alors que Max et Chris allait se lassé d'attendre. Le chef ferme définitivement, du moins pour aujourd'hui, les portes de sa cuisine. Enfin... ce n'était pas trop tôt.

Mettant à profit leur plan. Ils attendirent la faille dans les tours de gardes et ouvrirent le volet. Max prit sa tige en fer et fît basculer le loquet. Ouvert... c'était ouvert et s'en était presque trop facile. Aussi silencieux et sveltes que des chats. Les deux complices se faufilèrent dans la cuisine et refermèrent derrière eux. A leur plut grand plaisir, les odeurs du midi ne s'était pas totalement estompé. Il y avait dans cette cuisine une délicieuse odeurs, à vous en faire saliver un ermite. Ces odeurs qui passaient par les naseaux pour finir directement dans votre ventre. Cette odeur dont on ne se lassait pas de délectait. Leur ventre en gargouillèrent. Pour sûr, si bon voleur étaient-ils, des odeurs comme celles là, leurs narines n'en pas en volaient tous les jours.

Chris lui, tenant son ventre affamé, ne perdit pas le nord pour autant. Il commença à fouiller les placards. Max à sa suite, plus distrait, ouvrit son sac et mît tout ce qui lui tomba sous la main : Sucrerie de toutes les couleurs, petit gâteau qui vous font saliver, des morceaux de viande de luxe ... Enfin, Max n'eût pas le temps de trouver plus, Christopher l'arrêta net :

- Qu'est che qui te prend ?! Faut trouver la caisse. Aide moi et repoche cha. Dit-il en restant le plus discret possible

- Quoi ? Mais t'as vu tout cette nourriture qui nous tend les bras. On va manger comme des rois pour des semaines avec tout ça.

- Non, avec l'argent qu'il se font à chaque service, de la nourriture comme ça on pourras se la payer avec leur argent.

Maxi fût grandement étonné. Il pillait un restaurant pour prendre de l'or, ça n'avait aucun sens ! De plus, il n'était pas très convaincant avec un éclair au chocolat dans la bouche. L'erreur fût de ne pas se mettre d'accord sur quoi voler, pour lui se fût une évidence de prendre de la nourriture dans un restaurant mais, pas pour Chris... Décidément, les humains sont très bizarres. Chris vît qu'il était bon d'ajouter :

- Si tu y tiens tant, avec cette argent on mangeras à un table plus que correcte et on se feras servir comme des rois.

Max savait qu'il était trop jeune pour oser se pointer rien qu'à deux mais, il se contenta d'acquitter. Il ne reposa pas ses petites merveilles pour autant. Il les mangerait plus tard mais, il arrêta d'en prendre en affichant sa mine la plus boudeuse possible, son complice était trop occupé à chercher les recettes de l'établissement. Le jeune hybride commença à escalader les meubles afin d'atteindre les plus hautes étagères. Cherchant la fameuse caisse. Il murmura pour lui sa déception quand il laissa de côté la nourriture qui ne demander qu'à finir dans son maigre ventre.

Christopher comptait dans sa tête, car des deux c'était le seul qui savait ce qu'il y avait après dix. Il ne devait pas s'éterniser. Cinq minutes. Pas une de plus. Sinon, tout leur plan tomberait à l'eau. Et leur tête tomberaient tout court. Max aussi était conscient qu'il ne valait mieux pas rester trop longtemps ici. Le risque de se faire prendre était trop énorme. Aussi, il avait donc cinq minutes pour trouver la caisse. Bon voleur on est, ils ne jouaient pas les racailles à tout balancer par terre, de toute façon cela aurait fait trop de bruit. Le voleur est discret, rapide et efficace, tel était nos deux complices, car bientôt :

- Chris ! Y'as une bourse ici. Dit Max en descendant de l'étagère avec l'agilité propre à son âge.

Ce n'était pas la caisse mais c'était un bon début. Max testa une pièce pendant que Chris poursuivit ses recherches dans la salle du restaurant, un sourire nerveux aux lèvres.

Il ne leur restait que quelque minute.

Spoiler:
 
¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 18 heures 29 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Pitance ou potence ?   Sam 17 Nov - 4:28


Plus que dans ses rêves les plus fous ! Cet endroit était vraiment le nec plus ultra de la gourmandise, et ce, dans tous les sens du terme. Christopher n'en cru pas ses propres yeux lorsqu'il vit tout ce qui s'offraient à eux... Car entre nourriture, Nitsed's et autres babioles, ils avaient de quoi se sustenter pour de longs mois. Tout comme lui, Maxence ne cachait en aucun cas son excitation, mais à son contraire, cela semblait pour lui une routine. Bref, qu'est-ce qu'un détail aussi subtil à côté de toutes ces richesses ? La fourche d'or portait bien son nom, oh ça oui alors ! Ainsi, lorsqu'ils eurent fini de ratisser chaque recoin de la cuisine, les deux garçons se laissèrent entrainer par leur pulsion naturelle. Une adrénaline contre laquelle ils ne pouvaient lutter ! Et pour cause, épris entre l'envie d'en avoir toujours plus, et la curiosité, ces derniers se dirigèrent à pas de loup jusqu'au sellier, lieu où ils découvrirent d'autres rations sujettes à assouvir leur appétit semblant sans fin.

- Ouahh... exactement le même gâteau de quand j'étais p'tit... hmmm. S'exclama Christopher, la bouche pleine de pâtisseries diverses.

Visiblement, son caprice de remplir ses poches de Nitsed's s'était évanoui dans l'immensité de son estomac. Cependant, il ne fallait guère omettre la prudence, à savoir que la prochaine ronde n'allait plus tarder à présent. Mais bon sang... comment allaient-ils faire pour quitter ce paradis ? C'était comme priver un voleur de ses mains !

- Hey... pssst... Siffla le garçon à l'égard de Maxence. Pas b'soin de sortir, les gardes vont pas rentrer d'toute façon. On partira avant le levé du soleil.

À l'entendre, on aurait presque dit un ordre. Pourtant, il n'avait pas tort, et tant qu'ils se faisaient discret, il ne se feront pas repérer, les murs n'étaient pas fait de paille après tout. Seulement, c'était sans compter sur un évènement quelque peu inhabituel en cette soirée du deux Khole du mois de Vita. Car peu de temps après les dires de Christopher, la grande porte d'entrée claqua sèchement ! À partir de là, plusieurs voix se firent entendre, la petite racaille qu'il était ne saurait les dénombrer, mais il savait par instinct que c'était trop pour lui, et ce qu'il vit par la suite ne fit que renforcer son intuition. Pas loin de cinq soldats ferrés de la tête aux pieds encadrant une autre personne ressemblant étrangement à un enfant, plutôt richement vêtu cela dit en passant, avancèrent d'un pas lourd jusque dans la salle principale. N'ayant toujours pas été remarqué, Christopher s'empressa de rejoindre Maxence, puis fila dans la cuisine.

- Quels sont vos ordres monseigneur ? Résonna l'une des voix un tantinet plus grave que les autres.

- Amenez-les au sous sol, vous connaissez la manoeuvre ! Répondit froidement une personne vraisemblablement juvénile.

- À vos ordres !

- C'est quoi l'embrouille... Chuchota Christopher.

Depuis sa position, il n'était pas difficile d'assister au déroulement de la scène, ainsi il put apercevoir deux autres gardes entrer à leur tour, chacun d'eux chargé d'un sac en toile miteux sur leur épaule. Il ne pouvait s'agir d'une livraison de pommes de terre... ou alors la méthode pour ce faire était clairement exagérer ! Christopher fut presque tenté de sourire à cette pensée, mais un cri inattendu sut l'en retenir. Relevant alors les yeux, il constata sans mal l'un des sac remuer. Comprenant rapidement à quoi ils avaient à faire, le garçon se retourna pour ne plus rien voir, avant d'imposer avec force ses mains sur sa bouche prête à hurler. Dans le même temps, on put entendre à nouveau l'enfant donneur d'ordres s'adresser à ses laquais en armure...

- Pour la fille vous suivez la procédure, mais pour Holins, vous pouvez vous amuser ! Quoi qu'il en soit, je veux qu'il soit mort avant l'aurore. Faites ceci et vous serez gracieusement satisfait par la fille, allez maintenant !

- Oui seigneur !

Sur ces paroles odieuses, le gamin et sa garde rapprochée s'en allèrent, laissant ainsi seuls les deux soldats avec leur sac et les voleurs tapis dans la cuisine de la fourche d'or. Aidé d'une torche pour combattre l'obscurité, les porteurs devaient très probablement se diriger jusqu'au sous sol du restaurant, mais pour y faire quoi ?!

[Annonce : Ayame peut également poster si il se sent de le faire, sinon le RP peut poursuivre son cours normal Exclamation]

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 18 heures 42 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Pitance ou potence ?   Mer 19 Déc - 22:12

Par habitude, Maxence se calqua sur les directives de Christopher. Il était voleur depuis plus longtemps que lui et l'endroit n'était pas si mal pour passer la nuit. Le bruit à l'entrée du restaurant fît sursauter l'hybride qui en perdit quelque plume venu de nulle part. Chris les avait vus mais, il ne le releva point, trop occupé à ne pas se faire repérer. Max avait lui aussi remarquer les nouveaux venu depuis la cuisine et il assista à la scène avec son complice, tout aussi dépité que lui :

- C'est notre veine. Chuchota-t-il.

Chris était sur le point de hurler d'effroi, Max n'intervint pas. Il savait qu'il était suffisamment conscient pour ne pas hurler, il tenait trop à sa tête pour ça.

- Tu as entendu ?

Chris hocha la tête.

- Ça s'annonce mal, ils vont tuer quelqu'un et s'il nous trouve on ne sera pas mieux lotis.

Il était hors de question de continuer le cambriolage, au moindre bruit ils se feraient prendre. Il était encore moins question de rester ici pour la nuit, il suffisait que les gardes aient un petit creux pour qu'ils montent à l'étage supérieur et découvrent les gamins. Un hurlement venant de la cave fît à nouveau sursauté Maxence et les plumes qui vont avec. Il s'empressa de chuchoter :

- Écoute, repars par la fenêtre, je couvre tes arrières. Mais fait attention aux gardes.

Il lui confia le sac d'or qu'il avait trouvé. Ce n'était pas dans les habitudes de Max, ça Chris le savait bien. Il était lâche certes mais, pas au point de laisser quelqu'un courir un danger de mort. Il était, de surcroît, hors de question d'embarquer son compagnon là dedans. Non pas que Max juge qu'il n'avait pas besoin d'aide mais, plutôt pour couvrir ces arrières. Il avait trop de secret à cacher.
Max n'allait pas bouger tant que Chris ne fît pas mine de se diriger vers la fenêtre. Quand ce fût le cas, il se dirigea vers la cave. L'escalier était en angle, il fût aisé, pour Max, de cacher ses vêtements dans un panier et de se changer en pie. Contre toute attente, une fois oiseau il fît demi tour et sortit sur le toit. Un autre volatile était là. Un corvidaé, comme lui. Il lui expliqua à situation et sollicita de son aide. Son compagnon oiseau accepta. Max se dirigea à nouveau vers la cave à tire d'aile. Les gardes étaient occupés avec un jeune homme à la bel allure. Max piailla très fort pour attirer leur attention. Il y avait Max, puis le deuxième oiseaux, puis un troisième, puis un quatrième, puis dix, puis vingt... Les oiseaux de la ville se passait le message. Les gardes brandir leurs armes en même temps. Max donna son chant ultime et les oiseaux attaquèrent. Ils picorèrent partout où ils pouvaient : les articulations, le visage, les doigts. Ils tapèrent sur les casques jusqu'à la folie de leur victime. Dans l'affolement, Max reprit forme humaine, il secoua Holins :

- Venez vite !

Nu comme un vers, il défît les liens du sac de la jeune femme.

- Vite ! Répéta-t-il

Les oiseaux prenaient garde à ne s'en prendre qu'aux gardes et se reculèrent devant Max. L'enfant prit ses vêtements dans l'escalier :

- Sauvez-vous.

Ces amis l'avaient bien aidé. Il siffla comme un oiseau, malgré sa forme humaine pour signaler la retraite.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Pitance ou potence ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pitance ou potence ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ Le gouffre mystique ~ :: RP oubliés-
Sauter vers: