AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 Une volonté impie !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yloumna
avatar
Récits 39
MessageSujet: Une volonté impie !   Dim 12 Aoû - 18:12

Seule comme à son habitude, Yloumna ne cessait d'observer ce monde qui lui était interdit, Astrune. Une interdiction qu'elle devait à Loominëi, mais de laquelle elle s'était défaite depuis fort longtemps. Les races de ses larbins poursuivaient inlassablement leur guerre à l'encontre des sois disant représentants du bien. En d'autres temps, la Déesse noire s'en serait satisfaite, mais au siècle présent, bien des évènements forçaient à l'ère du changement. Étant considérée comme la plus grande menace de toute vie, Yloumna pouvait désormais se targuée de s'être trouvée une rivale pour le moins audacieuse. Cette entité découverte depuis peu promettait un avenir explosif, et ce, dans tous les sens du terme, aussi bien mortel que Divin ! Il était très difficile, même pour un Dieu, de retracer le parcours de ce "fantôme". Néanmoins, une chose demeurait certaine ; elle existait ! La Déesse noire connaissait déjà le prix de l'inaction, or, si elle voulait faire main basse sur ce mystérieux personnage, elle allait devoir au travers d'un élu, opérer sur la surface même d'Astrune. Hélas pour elle, les mortels étaient si faibles, si insignifiants... que même investis de grands pouvoirs, ils ne réussiront jamais à mener à bien l'une de ses attentes.

Un dégoût qu'elle devait à ses siècles d'observation... À savoir que parfois une simple chute suffisait à leur donner la mort. Ce qui n'était pas le cas d'Easley, un prêtre qui croyait justement en Yloumna. Les fervents adorateurs de cette Divinité se comptaient sur les doigts d'une main au jour d'aujourd'hui. Plus nombreux par le passé, les mortels finirent peu à peu par abandonner leur foi en la Déesse noire au vu du peu d'attention qu'elle accordait à leurs actions. Par ailleurs, Easley n'échappait guère à cette indifférence... tous voulaient la même chose, à croire que cet idiot d'Hithar les façonnait en série ! À savoir que mise à part être les plus puissants de tous, ses fidèles étaient également désireux d'un monde en flamme sur lequel ils règneraient sous sa bénédiction. C'était d'une imbécilité sans nom, car cela apporterait quoi à Yloumna si ce n'était qu'une nouvelle forme d'observation ?! Dans ce monde à l'esprit étriqué, bon nombre de ses habitants aspiraient à devenir des Dieux, mais il était également bon de savoir qu'une poignée de Divinités n'auraient rien contre le fait d'occuper leur place. Malheureusement, aucun d'eux ne le pouvaient, forcés de vivre avec, il leur fallait voir les choses d'un oeil différent.

Ce fut pour l'une de ces nombreuses raisons que la Déesse noire attira Easley jusqu'où il était si désireux d'aller, soit ; en Enfer ! Comme tous les êtres de son espèce, elle ne l'aimait guère, mais elle savait aussi qu'elle pouvait en apprendre beaucoup par son biais. En revanche, si celui-ci ne correspondait guère à ses idéaux, son âme sera tourmentée pour l'éternité dans l'un des neuf Enfers de son royaume. Il ne fallait surtout pas qu'il se croit unique, car pour Yloumna, nul ne l'était !

Après une traversée haute en souffrance, mais heureusement très rapide, Esaley finit par atterrir en un lieu jusque là méconnu de ses yeux encore clos. N'étant plus qu'une âme sanguinolente, le prêtre finit par doucement recouvrer ses esprits. Le sol chaud sur lequel reposait ses mains, irradiait une douleur constante dans son corps déjà meurtri. Easley se trouvait au beau milieu d'une immense caverne couverte du sommet à la base, par du sang séché. Une étrange vapeur invisible ondulait le paysage chaotique qui s'offrait à lui, mais sans mal, il pouvait discerner sept embouchures tout autour, comme ci cette zone n'était qu'un carrefour pour les créatures habitant ses lieux. Quant à la Déesse noire, seule sa voix témoignait de sa présence... Cette dernière était d'un son glacial mais à la fois envoutant, c'était le genre de voix qui vous transperçait l'âme, à laquelle vous ne pouviez absolument rien cacher.

- Bienvenue en Enfer, Mortel ! J'espère que les lieux sont à ta convenance, toi qui tenait tant à y venir pour me rencontrer. Mais pour une fois je vais me montrer indulgente, tu t'es donné tellement de mal pour en arriver là, que je vais essayer de faire l'effort de t'écouter !

Yloumna connaissait ses ambitions, mais ce n'était pas ça qui l'intéressait. Elle voulait voir en Easley quelque chose de différent, quelque chose qui l'écartait de ses semblables. L'issue de cette entrevue dépendait uniquement de la façon d'être du prêtre, la seule chose qu'un Dieu ne pouvait analyser sans la vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une volonté impie !   Sam 18 Aoû - 17:26

Un vent froid soufflait dans le dos d’Easley alors qu’il venait de faire disparaître les ombres qui étaient sur son chemin. La rencontre avec sa défunte mère ne l’avait pas laissé de marbre. Il haletait comme s’il venait de subir un combat éprouvant. Il ne pouvait supporter sa présence, cette femme… si égoïste et arrogante avec cet air suffisant et hautain appartenant à l’aristocratie... Le beau jeune homme ténébreux ne s’attendait pas à revoir sa propre mère. Après l’avoir tué physiquement, il avait aussi assassiné son souvenir et brisé définitivement tout lien avec elle. Il y eu un silence pendant quelques minutes. Le prêtre regarda autour de lui, n’observant que le vide obscur tandis qu’il retrouvait son calme. Il afficha un sourire arrogant avec une pointe de défis.

-Quoi, c’est tout-… commença-t-il avec impatience.

Il n’eut pas le temps de finir sa phrase que le « sol » sous ses pieds se déroba en se transformant en une fumée opaque ayant la même odeur que le souffre. Il y eu un grondement sourd, puis Easley se fit happer tout entier. Il avait parlé bien trop vite et comme d’habitude, cela lui avait attiré des ennuis. Ou était-ce déjà planifié ? Qui sait. Pour l’heure, l’humain était aspiré à l’instar d’une mouche par une tornade. Il sentait tout son corps se compressait. L’air lui manqua, puis se fut sa tête qui faillit exploser. Il voulut crier mais sa voix resta muette face au grondement assourdissant. Le voyage, pourtant rapide, sembla être incroyablement long pour le jeune prêtre. N’importe quel inconscient aurait commencé à penser que, peut-être, ce voyage n’était pas une bonne idée. Qu’il n’aurait jamais fallu faire un tel rituel. Mais pas Easley. Lui, il était un inconscient déterminé. Sa décision était murement réfléchie, il ne reculerait pas. Peut-être s’agissait-il aussi de témérité. Qu’importe.

L’esprit embrumé, le jeune homme rouvrit les yeux doucement. Sa vision était floue sur le coup. La traversée avait été éprouvante. Et être enfin arrivé était comme un soulagement. Il se sentait étrangement différent aussi. Comme si son corps ressentait une douleur constante. Cependant, comparé à la traversée qu’il avait faite, cette douleur était presque agréable. Ainsi il n’y accorda pas plus d’importance. Le sol lui brûlait les mains, le forçant à se relever. Il eut comme un léger vertige. Puis sa vision devint de plus en plus claire, et son malaise s’estompa. Une étrange vapeur invisible ondulait tout autour de lui. Néanmoins, le prêtre remarqua qu’il se trouvait au milieu d’une caverne couverte de sang séché. Sept autres cavernes se trouvaient tout autour de lui. Etait-il à une sorte de croisement… ?

Soudain il entendit une voix. Une voix de femme, glacé mais aussi envoutante. C’était cette même voix. A tel point que s’en était troublant. Celle qui avait anéantit sa raison lorsqu’il était emprisonné par sa mère, mettant fin à son tourment. Etait-ce… la déesse noire ? Cette voix retentit dans toute la grotte. Easley n’aurait su dire d’où elle venait.

Descendant d’une aristocrate, le jeune homme aux cheveux d’ébène connaissait les quelques gestes de politesse et de respect. Néanmoins, n’était-ce pas déplacé de penser à cela face à une déesse ? Après tout, ce n’était qu’un mortel et elle, une divinité. Toutefois, Easley songea qu’il était tout de même préférable de signifier son respect, plutôt que de ne rien faire. Ainsi, il mit un genou en terre, le signe le plus respectueux qu’il connaisse. Il songea pendant quelques secondes à ce qu’il allait dire. Réalisant qu’il avait désiré ardemment cette rencontre, sans jamais préparer ses mots. Cependant, les dieux en avait-il réellement besoin ? Etait-ce une sorte de teste ? Le prêtre décida de parler avec son instinct :

-Merci de votre accueil, Déesse Noire. Je suis honoré que vous m’accordiez un peu de votre précieux temps. J’ai désiré cette rencontre car j’ai pour ambition de vous libérer. La tyrannie de Loominëi me répugne, et la fidélité de ses partisans me remplis d’aversion. En revanche, la fragilité de votre culte à la surface m’attriste. Ce monde m’écœure… et je crois en vous et le Néant destructeur de votre courroux. Je ne souhaite qu’être le représentant de votre colère sur ce monde. Je n’ai aucun autre souhait. Servez-vous de moi à loisir. Punissez-moi si j’échoue. Que vous en soyez témoins, ma volonté est inébranlable et mon désintéressement personnel, absolue.
Revenir en haut Aller en bas
Yloumna
avatar
Récits 39
MessageSujet: Re: Une volonté impie !   Mar 16 Oct - 21:06

Yloumna, l'entité absolue des Enfers, n'avait pas besoin d'être présente "physiquement", et ce, quel que soit le lieu de son domaine, pour contempler ou même interagir sur les évènements s'y déroulant. Faisant corps avec son monde comme le parasite avec son hôte, la Déesse noire se trouvait partout à la fois, et à tous les instants. Quant à Easley, ce mortel qui serait prêt à tous les sacrifices afin d'honorer sa dévotion pour la sombre Divinité, ne méritait guère de la voir, pas tant qu'il n'aura pas achevé ses épreuves ! Il en allait ainsi sous la gouverne d'Yloumna. Celle-ci aura d'ailleurs tôt fait de le lui expliquer. La Déesse noire ne connaissait que trop bien la faiblesse de l'esprit Humain, au même titre que celles des autres mortels. Or, si Easley parvenait à surmonter ce qui allait suivre, sa valeur sera approuvée par cette dernière.

- Tu aimes les mots forts, mortel ! Répondit la voix tout en écho. J'ai écouté et entendu chacun d'eux, et j'espère pour toi qu'ils ne te porteront pas préjudices. Car maintenant tu vas devoir les mettre à exécution ! Laissant passer un démon silencieux, voir même deux, elle reprit. Il existe en tout pour tout, sept Destinées sur Astrune, inutile pour toi de savoir lesquels ; sache simplement que tu vas devoir surmonter sept épreuves, chacune d'elles étant lié à un péché capital !

Si le prêtre comprenait bien, il allait devoir faire face à ; l'orgueil, l'avarice, l'envie, la colère, l'impureté, la gourmandise et enfin l'acédie. L'acédie était un terme rarement employé chez les mortels à la culture modeste, mais les fervents croyants vous enseigneront que l'acédie veut aussi dire "La paresse".

- Il est temps, mortel ! Et souviens-toi qu'un seul échec te vaudra les tourments éternels ! Ajouta la grande Déesse, avant de projeter Easley dans l'une des sept embouchures qui l'entouraient jusqu'alors.

Le prêtre allait maintenant être confronté à sa première épreuve, l'orgueil...


Spoiler:
 


Soorik venait de parler, Easley allait devoir affronter son respect d'antan pour espérer poursuivre ses épreuves. Hélas, au même titre que son orgueil, ce dernier avait également gagner en puissance avec le temps. La question était donc, lequel du respect ou de l'orgueil allait avoir le dessus ? D'ailleurs, lorsque le revanchard apparut depuis la droite du démon, il n'avait rien de bien effrayant. Son accoutrement parlait pour lui, mais... est-ce que Easley aurait été ainsi si jamais il n'avait pas embrassé le côté obscur de la force ?

- Depuis le jour où tu m'as chassé de toi, je savais que je te retrouverai ici... dans les Enfers ! S'annonça le respect, sans pour autant émettre la moindre once de haine dans sa voix surnaturelle. Pourquoi Easley, pourquoi vouloir tant de mal à ce monde dans lequel tu vis ? Est-ce que c'est à cause de maman ? C'est elle qui t'a poussé dans cet ultime retranchement ? Parle-moi Easley...

De toute évidence, il allait s'agir d'une joute verbale... et c'est à celui qui prendra le dessus sur l'autre qui parviendra à convaincre Soorik de sa dominance. Autrement dit, toute attaque physique demeurera inopérante en ces lieux funestes et sombres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une volonté impie !   Lun 22 Oct - 12:03

Lorsqu’Easley eut fini de parler, ses mots raisonnèrent encore contre les parois écarlates de la caverne. Sans s’en rendre compte, il avait parlé d’une voix forte et déterminée. Avait-il était pertinent ? Avait-il choisi judicieusement ses mots ? Serait-ce suffisant pour convaincre la Déesse Noire ? A peine avait-il finit de parler que toutes ces questions se bousculaient dans son esprit. Il avait franchi le point de non-retour depuis un bon moment. Et à présent, il jouait gros. Sa longévité dépendait de la réaction d’Yloumna le tenant entre ses mains. Même si Easley ne craignait pas la mort, une certaine peur l’habitait. Peut-être parce qu’il s’agissait d’une fin pire que la mort ? Quoi qu’il en soit, cette peur n’était pas son ennemi. Au contraire, elle lui permettait de se sentir plus vivant que jamais. C’était pour lui son élixir de vie. Cette palpitation, ce moment de flottement où tout est possible. Où l’on ne contrôle rien. Ces quelques secondes d’attentes permirent à son excitation d’atteindre son paroxysme. Le jeune prêtre affichait un regard audacieux et franc mêlés à un amusement brûlant. Il esquissa un sourire fantomatique, insolent. De cette insolence des adolescents testant les limites de leurs parents.

Puis à nouveau, la voix d’Yloumna résonna dans toute la caverne. Sa voix était beaucoup plus forte et imposante que celle d’Easley. Elle semblait provenir de tous les endroits en même temps. Elle l’écrasait de toute sa puissance presque palpable. La Déesse Noire remarqua que les mots du mortel étaient forts. En réaction, le prêtre ne put que se féliciter de sa spontanéité. La divinité avait entendu ses paroles et espéra qu’elles ne lui feraient pas du tort. Et pour cause, l’humain allait devoir les mettre à l’épreuve. Sept en tout, toutes liées à un péché capital : l’orgueil, l’avarice, l’envie, la colère, la luxure, la gourmandise et la paresse. La Déesse Noire ajouta qu’il n’avait pas le droit d’échouer au risque de subir les tourments éternels. Aussitôt, il fut projeté par une force invisible dans l’une des sept entrées de la caverne rougeoyante.

Easley fut happé par l’obscurité. Un démon apparut peu à peu en face de lui. S’arrachant à l’obscurité, il était immense. Deux cornes de bélier immense se trouvaient sur son front. Dans ses yeux tirés dansaient un brasier semblable à celui des enfers. Dépourvus de né, sa dentition était aussi mise à nue. Une odeur écœurante émanait de lui, une odeur de pourri mais aussi de chaire brûlée. Il lui parla de sa voix imposante et gutturale. Apparemment les mortels ne venaient pas souvent en ces lieux. Le monstre désirait absorber sa force vitale. Le prêtre songea à cet instant qu’il devrait faire attention à ne pas sous-estimer ses adversaires. Cela n’avait plus rien à voir avec ce qu’il avait affronté à la surface. Il s’agissait de démons, enfermé dans les neufs enfers. Qui plus est, des démons incarnant les sept péchés capitaux. Néanmoins, Easley doutait qu’il allait devoir affronter directement ces démons. Car le combat serait clairement inégal. Sans doute allait-il livrer bataille sur un autre domaine. Restait à savoir lequel.

Le démon poursuivit en ajoutant qu’il allait devoir affronter son propre orgueil. Que ce dernier était démesuré. L’humain ne répondit pas. Il était conscient que son orgueil était imposant. Ce défaut était devenu une force, une ressource inépuisable, intarissable. Ainsi, l’orgueil et la colère lui permettaient parfois de décupler ses forces. De fait, à aucun moment il n’avait envisagé de corriger ce défaut. Le démon interrogea le mortel : quel était l’opposé de l’orgueil ? Il lui indiqua qu’une partie de lui l’était autrefois, mais qu’il l’avait tué. Easley l’observa, le visage impassible, le regard presque las, agacé mais méfiant. Le monstre ajouta qu’il était venue le rejoindre afin de se venger. Il l’annonça comme étant le respect. Vraiment ? Le respect ? Le prêtre haussa un sourcil, un air légèrement étonné.

A droite du colosse surgit le respect. Pas très intimidant, il ressemblait à un homme comme les autres. A l’exception qu’il avait un air de ressemblance très léger avec lui. Le démon avait dit que c’était une partie qu’il avait tué il y a bien longtemps. Sans doute était-ce normal qu’il lui ressembla un peu. Le respect, dépourvus d’animosité à son égard, parla. Il expliqua avoir toujours sut qu’ils se retrouveraient ici tous les deux. Puis il demanda pourquoi il détestait tant ce monde. Apparemment, le combat allait être verbal et psychologique. Easley observa longuement l’être à l’apparence humaine. Silencieux et impassible, on aurait pu croire que le temps s’était figé autour du jeune prêtre. Fut un temps où il aurait répondu « passe ». Mais depuis il avait grandi et mûri. Il parla enfin, décochant sa phrase perçante à l’instar d’une flèche sifflant dans l’air :

-Notre défunte mère n’était qu’un des outils de ma révélation, expliqua-t-il d’une voix posée. Elle ne fut qu’une étape dans mon ascension. Une marche, parmi un escalier, rien de plus. Même si elle avait agi différemment, j’aurais tout de même choisis cette voie. Pourquoi ? Car c’est ma destinée.

Easley avait baissé la tête de telle façon que ses yeux étaient voilés par l’obscurité. Un rictus fendit son beau visage, dévoilant des dents blanches et parfaites. Il reprit, son visage et sa voix s’étant grandement assombris, il était comme… maléfique :

-Ne le vois-tu pas ? Ce monde est dans l’erreur. Les races vénèrent des dieux impies et faux. Ces derniers ne sont rien d’autres que des usurpateurs, des charlatans, des escrocs. Et leurs partisans ne sont qu’imbéciles et infidèles. Tous doivent être éradiqués de la surface. Le monde doit être changé, déchiré, défiguré. Il faudra le sculpter à même la chaire et le sang. Et je me porte garant de cette mission. Je porterais le nom d’Yloumna, l’unique et ultime vérité, à travers le monde.

Il releva doucement sa tête, ses yeux assassins rivés sur le respect. Il avait quelque chose de glaçant, de meurtrier, d’insoutenable. A l’instar d’un boulet de canon, son regard percuta celui du respect.

-C’est pour cela que je te vaincrais, de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 724
MessageSujet: Re: Une volonté impie !   Mar 6 Nov - 2:43


Ainsi Easley pensait réellement ce qu'il disait. Son propre respect d'antan ne pouvait le nier. Mais comment pouvait-il se mentir de la sorte ? Comment pouvait-il dire du monde Céleste qu'il était impie, alors qu'il se trouvait dans le lieu même de cette affirmation ?! À croire que la folie s'était emparée de son esprit... Ce qu'il fallait maintenant, c'était lui faire entendre raison, et pour ce faire ; il se devait avant tout de lui faire comprendre que le Destin est ce que nous faisons, et non l'inverse.

- Mère n'était qu'une étape à ton ascension ? Es-tu vraiment certain de ce que tu prétends ? Alors je vais te répondre en te posant une simple question ; si tel était le cas, que tu étais déjà promu à ce devenir, pourquoi ai-je existé ?

Une manoeuvre qui visait à faire réfléchir le prêtre parjuré. Cependant, c'était loin de suffire pour briser la glace, les grognements sourds de Soorik laissaient clairement deviner que Easley avait pour le moment l'avantage sur son "ex-double". Ce fut pourquoi, afin de renverser la vapeur, que Le respect souleva une autre incohérence à cette sois disant Destinée.

- Tu ne le sais sans doute pas, mais tu es atteint d'une grave maladie... Et si je le sais, c'est grâce à ce lieu où tu m'as si gentiment envoyé. Donc, comment espères-tu mener une quelconque campagne vengeresse au nom de la Déesse noire avec seulement quatre semaines à vivre ? Aussi talentueux que tu puisses être, tu ne feras que brandir une torche dans un monde qui aura bien vite fait de te la souffler ! Puis, après une courte pause il ajouta froidement. Vénérer Yloumna, c'est embrasser son propre trépas, hélas avant celui des autres...

Nul mensonge n'avait résonné tout au long de ce discours, c'était pour cette raison que Easley ne trouverait aucune gloire ni même de puissance en poursuivant cette voie. Ainsi, le mieux qui lui restait à faire, c'était de laver son âme en éprouvant de nouveau du respect, à l'instar de son vis-à-vis. Alors peut-être, et seulement peut-être... serait-il débarrasser de ce mal qui le faisait pourrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une volonté impie !   Ven 23 Nov - 16:38

Son interlocuteur poursuivit, incrédule, il répéta ce qu’Easley avait dit sur sa défunte mère. Il demanda si le jeune prêtre était certain de ce qu’il prétendait. Et posa aussi une autre question : pourquoi avait-il existé s’il était déjà promu à ce devenir ? L’humain ne répondit pas, laissant le respect poursuivre. Il remarqua aussi les grognements sourds du démon qui suivait leur échange. Cela signifiait-il qu’Easley avait l’avantage ?

Son double ajouta qu’il était malade. Gravement malade. Le prêtre ne put s’empêcher de sourire. Il estima son espérance de vie à semaine, en lui demandant comment il comptait laisser une quelconque emprunte dans ce monde en perpétuel changement. Il continua froidement, en disant que vénérer la Déesse Noire, c’était embrasser sa propre mort, avant les autres. L’homme aux cheveux d’ébènes sentis sa colère monter en lui. Son sourire disparut aussi sec.

-SILENCE ! Hurla Easley soudainement hors de lui.

Sa voix résonna dans toute la caverne avant de s’éloigner peu à peu en un écho lointain.

-Comment oses-tu prononcer son nom dans ta bouche immonde et impropre, poursuivit-il en un murmure assassin.

Le prêtre soupira, plaçant sa main sur son front. Il secoua la tête lentement.

-Quelle insolence… Cela ne fait que confirmer mes doutes. Tu ne saisis pas la réalité. La véritable, et triste, réalité dans laquelle nous vivons. C’est-à-dire le mensonge, acheva-t-il en le pointant d’un doigt accusateur et menaçant.

Easley était sincère dans ses propos. Il croyait réellement, comme au sens religieux, que le monde était dans l’erreur. Pervertis par Loominëi et ses détestables laquais, le peuple faisait les louanges de vertus et de comportements. Au détriment du véritable fonds humain, qui n’était pas aussi vertueux que tout le monde s’accorde aussi gentiment et cordialement à le croire. Ce n’était rien de plus qu’un mensonge instauré par le culte de cette détestable usurpatrice prônant cette lumière maladive et décadente. Seulement, peu en était conscient. Puisque la doctrine s’était introduit de façon fourbe et insidieuse dans l’esprit des vivants. Encore fallait-il y être attentif.

-Tu me demandes pourquoi tu as existé ? Poursuivit Easley de manière plus calme.

Il abaissa son doigt accusateur, ses épaules étant secouées par une crise de rire. Il leva les mains au niveau des épaules, les paumes à plats, parallèle au plafond de la caverne.

-Comme tu es naïf. Ne le devines-tu pas ? Toi aussi, tu n’étais rien de plus qu’une étape. C’est aussi simple que cela. A ton insu, tu as eu la chance de me tester, exactement comme maintenant. A l’instar de feu ma mère, si tu n’avais pas existé, la Déesse Noire aurait trouvé un autre moyen de me mettre à l’épreuve, c’est évident. Si je ne t’avais pas vaincu, je n’aurais pas été capable d’observer le monde tel qu’il est. Car ton regard est faux. Mais tu ne le sais pas, c’est pourquoi je t’ai rejeté hors de mon esprit en étant enfant. Nous ne pouvions vivre ensemble.

Easley avait baissé ses mains, achevant sa phrase avec une certaine compassion pour son interlocuteur.

-Tu dis aussi autre chose d’intéressant, reprit-il un peu incrédule. Tu dis, que je suis malade. Gravement, malade. A tel point que je n’ai plus que quatre semaines ? Tu sembles avoir appris bien des choses en étant ici. Cependant, tu n’as pas connaissances de certains autres faits.

Il se tut. Quelques minutes. Puis reprit d’un ton de défis :

-Je ne crains pas la mort. Je pensais que ce serait évident, sinon je ne serais pas ici. Tu dis que je suis malade ? Peut-être. Je suis peut-être fou. Cependant, si tu te souviens de nos leçons étant enfant, on dit souvent que les grands penseurs étaient fou, et par conséquent, incompris par ses semblables…

Il marqua une autre pause, avant de lancer sa dernière joute verbale.

-Quand bien même, si je suis gravement malade et que je devais mourir demain, cela n’a aucune importance. Si la Déesse Noire le souhaite, elle me viendra en aide. Si je ne dois pas survivre, c’est qu’il en était ainsi. Et quelqu’un d’autre, quelqu’un de plus fort et talentueux que moi, surgira des brumes impies de l’humanité afin de prendre la relève. Cette personne, s’il en est une, si ce n’est point moi, guidera l’humanité vers sa véritable destinée. Je ne suis peut-être qu’un pion à sacrifier sur un immense échiquier. Ou peut-être bien que je suis un cavalier, un fou, une tour, ou peut-être même une reine ? Easley se tut un court instant, avant d’ajouter en murmurant, seule la grande Yloumna le sait.
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 724
MessageSujet: Re: Une volonté impie !   Ven 23 Nov - 22:25


À ce cri ordonnant le silence, le respect tressaillit, laissant ainsi l'effet de surprise le cantonner au simple rang d'auditeur. Par la suite, Easley poursuivit, inébranlable, imperméable et incorruptible... Sa foi pour la Déesse noire était aussi solide qu'un vieux chêne. Cela se remarqua d'autant plus quand il avoua ne pas craindre la mort, convaincu qu'Yloumna savait ce qu'elle faisait. N'ayant plus d'élément de réponse pour contrecarrer ses dires, le respect se savait perdu. La terreur le prit au coeur, devinant de ce qui pourrait advenir d'Astrune si jamais la sombre Divinité parvenait à ses fins. Bon sang, mais comment des êtres aussi noirs pouvaient exister, comment ?! Les Abysses pouvaient à présent se targuer de s'être trouver un serviteur digne de ce nom... Car des mortels prêts à se sacrifier au nom de la religion sans même y avoir été endoctrinés au préalable, ça ne courait pas les rues. Ainsi, lorsque Easley en eut terminé, le respect lui répondit simplement...

- Je pensais avoir gagner suffisamment de puissance pour te vaincre lors de notre seconde entrevue, mais j'étais loin de me douter que ton orgueil et ta dévotion ne feraient plus qu'un... Puis après une courte pause, il ajouta dépité. Je suis cette fois-ci, définitivement mort. Tu as triomphé de ton premier vieux démon prêtre, maudite soit la Déesse noire !

Sur ces mots aussi tranchants qu'une lame usée, le respect se tourna de telle façon à pouvoir faire face à Soorik, conscient de ce qui allait se passer... De son côté, le démon afficha un sourire approbateur à Easley, apparemment satisfait de ses performances. Le temps était maintenant venu de libérer l'âme de celui-ci, d'un respect depuis longtemps déchu.


- Les tourments éternels te souhaitent la bienvenue, respect ! Vociféra le démon, tout en ouvrant un trou béant sous les pieds du futur tourmenté. Que l'agonie te soit douloureuse, et tes pleurs sans fin !

Soorik admira sa victime tomber dans l'infinie profondeur de son cratère, avant de refermer celui-ci au travers du même fracas qu'il fallut pour l'ouvrir. Une perte qu'Easley devrait ressentir comme un bien être en son sein, à l'instar d'une libération. Quant à la suite, nul besoin de la faire attendre, à savoir que le Démon de l'orgueil réouvrit l'embouchure des neufs Enfers, avant d'y renvoyer le prêtre avec une puissance inouïe ! Traversant la caverne des sept passages à toute vitesse, Easley n'aura le temps d'éprouver aucun répit, qu'il se fera aspirer par une autre, tel un grain de sable prit dans une tempête. La deuxième étape de son ascension pouvait débuter...


Spoiler:
 
Hovira, le démon de l'envie, venait de parler. Easley disposait de peu de temps pour faire son choix, à savoir que d'un côté il gagnait, et de l'autre il perdait. La perspective d'avenir était un facteur important sur cette épreuve, mais si le prêtre voulait servir Yloumna à la hauteur de sa vénération, la sangsue mémorielle lui serait d'une grande utilité ! Ce pouvoir avait pour but de drainer l'un des sortilèges de l'ennemi pour le faire sien, et ce, sans être limité dans l'utilisation de cette puissance, ainsi il pourrait s'adapter à toutes les situations. Car comme avait pu le spécifier Hovira, il s'agissait là d'un arcane ne souffrant d'aucune bride, ce qui signifiait que le ou les pouvoirs qu'il usurperait, demeureraient siens pour sa vie entière ! Tandis que de l'autre côté, il s'agissait juste d'un compagnon de route dont il ne savait rien, et dont il n'aurait peut-être aucune utilité... et ce, au dépend de sa propre puissance. Qu'allait-il décider ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une volonté impie !   Ven 23 Nov - 23:42

Alors qu’il venait de finir de parler, Easley assista à la fin d’une partie qui fut la sienne autre fois. Cependant il n’éprouvait pas le moindre regret. Il l’observa s’engouffrer dans les tourments éternels avec une certaine jubilation malsaine. Soudain, une force invisible le projeta hors de la grotte du démon de l’orgueil avant de l’envoyer dans une autre. Il ne vit personne cette fois-là. Le jeune prêtre entendit une voix féminine imposante, tout aussi forte que l’autre démon qu’il venait de quitter. Elle expliqua qu’elle n’était pas trop encline à la parole. Elle parla d’envie et de désir. Était-ce là le péché capital qu’elle représentait ? La démone désigna deux chemins qui sortirent de l’ombre en face de lui.

Elle expliqua qu’il y avait deux alternatives qui s’offraient au jeune homme. L’un, un nouveau et puissant pouvoir, avec en prime un compagnon pas très intéressant. Et de l’autre, un de ses pouvoir en moins avec une femme vêtu de noire des plus mystérieuses. Dans un premier temps, il sembla évident à Easley de s’emparer du chemin avec l’immense pouvoir. Puis il se ravisa un instant, et réfléchis. Aux premiers abords, il ne lui semblait pas qu’il y ait de bons ou de mauvais choix durant cette épreuve. Néanmoins, n’était-ce pas trop facile ? Mettre en balance une personne indépendante, un électron libre et donc, pas forcément un compagnon fiable et fidèle… avec un pouvoir immense et illimité. Easley songea que ce qui pouvait être testé ici était cette faiblesse de l’humanité à être si aisément corrompu… Il réfléchit encore un moment. Au fonds, le pouvoir qu’il allait potentiellement perdre, n’était pas si important que cela. Et si la déesse le jugeait nécessaire, il recevrait d’autres pouvoirs en temps et en heure !

-Je choisis celui de gauche, déclara-t-il à voix haute, sans savoir si la démone pouvait l’entendre.

Puis il suivit ses mots en s’engageant dans le chemin de gauche.


Dernière édition par Easley le Jeu 29 Nov - 13:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 724
MessageSujet: Re: Une volonté impie !   Mar 27 Nov - 6:01

Être en enfer n'était point chose facile, même pour un personnage dans le genre d'Easley. À savoir qu'après sa première épreuve, le péché de l'orgueil, laquelle il réussit sans éprouver une réelle difficulté. Voilà qu'il était à présent confronté à l'envie, une flamme qui ne cessait de brûler en lui sur Astrune. Et il lui aura fallu faire face à Hovira pour vraiment comprendre cette faiblesse qui ne cessait de l'étreindre. La démone put le sentir, Easley demeura longuement indécis, tellement qu'il manqua à plusieurs reprises de prendre le mauvais chemin. Mais finalement, il parviendra à prendre le dessus sur sa propre personne, et même si l'envie d'acquérir cette puissance le tenaillait jusqu'à lui en couper le souffle, le prêtre ne lâchera pas, et s'engouffrera sans chercher à se retourner dans le passage de gauche...

Easley venait de vaincre son Envie, et par cette prouesse, entamera sa troisième épreuve ! La perte de son pouvoir ne lui fit aucun effet, étant donné qu'en ces lieux, il n'était plus rien. Hovira fut satisfaite, puisque pour passer, l'humain devait s'acquitter du péage, et ce fut par le sacrifice de sa puissance qu'il y parvint. Désormais, il était prêt à faire face à son troisième péché...


Spoiler:
 
Haole, le démon de la colère, était une créature sans visage, ni voix propre. Il pouvait apparaitre sous n'importe quelle forme, sous n'importe quel sexe, et sous n'importe quelle race. Il était l'incarnation même de la haine, et le fait qu'il ne pouvait être identifiable démontrait bien que la colère pouvait trôner dans le coeur de n'importe qui ! Ainsi, après ses brèves explications à l'attention du prêtre, le démon projeta ce dernier dans un passé qui n'était guère le sien... au sein duquel Easley retrouva son visage d'enfant, ainsi que l'agréable sensation de la vie. À une petite différence près, il était cette fois, en possession de tous ses pouvoirs, ceux-ci n'attendant qu'une chose, être utilisés à des fins destructrices !

Comme l'entité avait pu lui spécifier, il apparut au beau milieu d'une cours de récréation. Des enfants jouaient tout autour, enfin... jusqu'à ce que l'un d'eux ne s'écrie tout à coup ; Hey !! Regardez-le sui'là ! Vous avez vu comment il est habillé ah ah ah ! À partir de là, trois de ces garnements se donnèrent la main puis encerclèrent le nouveau venu, avant de se mettre à chanter en choeur ; Boudin, boudin, boudin, gros boudin ficelé ! Il était vrai qu'Easley portait des vêtements propres aux esclaves, le tout étant maintenu par une corde grossière. Revêtu de cette tenue, il était difficile de ne point attirer l'attention, surtout lorsque l'on se trouvait au beau milieu de nobliaux et de royaux prétentieux. Le mental d'Easley risquait fort d'être mis à rude épreuve !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une volonté impie !   Jeu 29 Nov - 12:55

Easley se retrouva finalement dans un environnement qui lui était entièrement inconnu. Il remarqua qu’il se trouvait dans une cour avec plusieurs enfants. S’agissait-il d’une école ? C’est quelque chose qu’il devinait. Puisqu’il avait eu, en partie, une éducation à domicile, avec un tuteur. Ce qui était normal pour un enfant issu d’un milieu aisé. De fait, il n’avait jamais connu les récréations dans les écoles de la basse populace. Etant, de plus, fils unique, il n’avait jamais expérimenté le comportement des enfants entre eux. Comportement qui pouvait parfois être très cruel et mauvais. Comportement dont il en fit rapidement les frais.

Le jeune prêtre, se retrouva entouré par un cercle de trois enfants. Les gamins chantonnaient un air moqueur à propos de son apparence. Avec pour probable but de l’humilie. Easley faillit répondre spontanément une remarque qui les aurait fait taire. Mais quelque chose le retint de justesse. Sans parvenir à définir pourquoi, il songea en outre que cette situation servait parfaitement ses croyances. Comme quoi l’homme n’est en rien un être bon. Que cela est changé par une éducation erronée et rigide. Soudain, le prêtre remarqua son apparence d’enfant. Il n’était plus un beau jeune homme dans la vingtaine, mais plutôt un gamin un peu gassouillé. Easley reconnu son apparence datant de son enfance, avant que sa mère ne l’enferme. Par conséquent, ce monde était fictif. Il est vrai, que, pendant quelques instants, il en avait oublié sa véritable mission.

En effet, peu de temps avant, il choisissait une voie pour tester relevant le défi de l’envie. Quel était le but ici ? Tester sa patience ? Peut-être. Cela devait sans doute représenter le pêché de la colère. Après quelques minutes, il parvint à comprendre qu’il allait devoir garder son calme. Chose qui ne devait pas poser de problèmes pour le moment. Après tout, ce n’était qu’une situation fictive, et qui était plus anecdotique qu’autre chose… Le démon de la colère se moquait-il de lui ? Le prenait-il à la légère ? Comme à son habitude, Easley avait une énorme confiance en lui. Cependant, sa méfiance revint au galop. Il valait mieux rester vigilant, et aviser en fonction de la situation.

Ainsi, le prêtre songea à plusieurs possibilités qui s’offraient à lui. Il sentait ses pouvoirs couler dans son sang. Mais était-ce le bon choix ? Easley venait d’expérimenter que la facilité n’était pas la bonne solution. Peut-être était-ce d’ailleurs la force invisible qui l’avait empêché de franchir la ligne et de tuer ces enfants. Par réflexe d’une expérience récemment vécu, pourrait-on dire. A l’instar d’un enfant se brûlant avec le feu. Cependant, en temps normal, il n’aurait pas réfléchis et se serait débarrassé de ces gamins impertinents. Il songea alors pleinement à la véritable valeur de ces épreuves. Peut-être que, plus que des épreuves de passages, peut-être s’agissait-il d’un enseignement. Là où il aurait semé mort et désolation, peut-être y avait-il une façon plus utile de remédier à la situation.

Il poursuivit sa réflexion, l’approfondissant davantage. Peut-être que cette épreuve suggérait, implicitement, d’y remédier par la soumission. Après tout, cela lui permettait d’acquérir une certaine force, un endoctrinement s’opposant à celui de Loominëi. Ces enfants, pouvait symboliser une situation où un homme s’opposait à lui. Au lieu de le tuer, il pouvait essayer de le ramener à sa cause. Et ainsi avoir un pion à sa merci.

Afin de tenter de mettre en application cette idée, il songea à la meilleure possibilité de ramener un enfant à sa cause. Soudain, tout ceci fit sens dans son esprit. Tout lui apparut aussi clair et limpide que l’eau d’une rivière. Il venait de terminer une épreuve concernant l’envie. Et plus qu’à n’importe quel âge, l’envie est quelque chose qui tiraille n’importe quel enfant. Ignorant totalement la chanson des gamins, il esquissa un sourire.

-Hé, déclara finalement Easley de sa voix juvénile, ma mère m’a donné de l’argent, ça vous dit des bonbons ?

Il y avait trop de coïncidence pour que cela échoue. Ainsi, le jeune prêtre parvint à conserver son calme, supplantant sa colère par son intelligence et ses talents de meneurs. Mais serait-ce suffisant ?
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 724
MessageSujet: Re: Une volonté impie !   Sam 1 Déc - 2:49


La cours de récréation se changea rapidement en un flot d'injures. Le nouveau venu fut très mal accueilli par la populace infantile qui s'y trouvait. Depuis le préau, Jiordy, l'ainé, assista à la scène qui se déroulait autour du "boudin ficelé". Et c'est alors qu'il constata bien vite à quel point ce dernier parvenait à garder son sang froid. Il ne cherchait pas à rendre coup pour coup, allant même jusqu'à tenter d'enrôler ses agresseurs en les appâtant. De là, un sourire sadique se dessina sur le visage de Jiordy. Il trouvait cela plus motivant d'humilier quelqu'un qui se pensait intellectuellement supérieur, d'ailleurs, sa petite ruse aurait probablement fonctionné si l'ainé n'était point intervenu ! À pas feutré, le jeune garçon s'avança, et ce, jusqu'à être positionné derrière le boudin. Au vu de la troupe d'enfants qui s'était amoncelé autour de lui, il lui était impossible de le remarquer, ou même de s'en méfier... Mais alors que la curiosité de ses convives semblait acquise, le gamin à la tenue d'esclave sera brutalement bousculé par l'ainé, et précipité au sol avec l'aide de tous les autres.

- Vous quatre ! Tenez-le bien, et vous deux, déchirez sa si magnifique tenue ! Ordonna Jiordy tout en secouant les lambeaux miteux que l'on pouvait lui jeter. Ben alors, où qu'ils sont tes Nitsed's pour nous noircir les dents de confiseries ?! Me dis pas que tu te les ais mis dans ton...

- Beurk, tu veux dire son trou de cul ? Demanda une gamine visiblement écoeurée par son débordement d'imagination.

- Non pas la peine, ce n'est qu'un pauvre menteur ! Mettez plutôt son asticot à jour !

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Le boudin fut rapidement mis à nu devant tous les enfants qui dés que l'occasion s'en présentait, se mettaient à lui cracher dessus. Traité telle une vulgaire charogne, l'esclave ne pouvait pas faire grand chose étant donné la masse qui le maintenait au sol, pas loin de sept garnements se refusaient ostensiblement de lâcher prise, car ils avaient hâte de voir ce que Jiordy allait lui préparer comme mauvaise surprise. D'ailleurs, ils n'auront pas à attendre bien longtemps, puisque l'ainé s'en revenait déjà...

- Alors boudin, dis-moi comment tu t'appelles, et que crois-tu qu'il va t'arriver ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une volonté impie !   Mar 4 Déc - 14:20

Alors qu’Easley songeait que tout été joué, il réalisa bien vite qu’il n’en était rien. Son manque d’expérience avec les enfants lui fit défaut. En effet, comme pour les adultes, il aurait dû se douter qu’il y avait un cerveau de la bande. Et que par conséquent, c’était surtout le meneur qu’il devait viser. Pendant qu’il tentait un coup de bluff, de nombreux enfants s’étaient amassés autour de lui. C’est sans doute pour cette raison qu’il ne remarqua pas que l’un d’entre eux se précipita hors de la foule pour se jeter sur lui. Easley fut pousser à terre, et, avant même qu’il ne réalise ce qu’il se passait, se retrouva avec un groupe de gamin le maintenant au sol. Sans qu’il puisse se défendre, il entendit, impuissant les ordres d’un des gamins. Ainsi donc il devait être leur chef. Le jeune prêtre ne put retenir un sourire de lassitude en levant les yeux au ciel. Quel imbécile, pourquoi n’y avait-il pas songé plus tôt… ?

Le chef des couches culottes ordonna à ses compères de déshabiller Easley. On lui arracha ses vêtements, les jetant au leader des morveux. Ce dernier remarqua que le « boudin ficelé » n’avait aucun Nitsed’s. Rapidement, l’étranger se retrouva nu comme un vers. Cependant, Easley s’en moquait éperdument. Il éprouvait un certain détachement avec le corps qu’il occupait actuellement. Il savait que son véritable corps avait bien changé depuis. C’est pourquoi il n’éprouvait aucune honte, ni colère. En fait, il éprouvait une certaine lassitude. Mais aussi un agacement envers lui-même. Pourquoi n’avait-il pas songé au leader ? C’était évident pourtant… Toutefois, il fit attention à ce que son agacement et sa lassitude ne se développe pas davantage pour ensuite se muter en colère. Il respira un bon coup, se convainquant que tout ceci n’était pas réel. Et que, même si ça l’était, ça lui été égale. Ca fierté en prenait pour son grade, mais c’était pour la Déesse Noire.

Et il eut raison de se calmer, puisque peu après, les enfants commençaient à lui cracher dessus. Easley ne tenta même pas de se débattre, il était tout bonnement impossible de se libérer d’une telle situation alors que sept garnements le maintenaient au sol. De l’extérieur, on aurait pu croire qu’il attendait, résigné, son triste destin. Cependant, il n’en était rien. En effet, le jeune prêtre réfléchissait aussi vite qu’il le pouvait pour se sortir de cette mauvaise situation dans laquelle il s’était enlisé.

Lorsqu’alors, l’ainé s’avança, pour lui demander comment il s’appelait mais aussi ce qu’il pensait qui allait lui arriver. Soudain, une idée germa dans l’esprit d’Easley. Et il du réprimer un sourire narquois qui aurait pu tout foutre à l’eau.

*Ce qui va m’arriver ? Moi rien, toi en revanche…* pensa-t-il, jubilant intérieurement.

Le garçon aux cheveux d’ébène fixa son rival dans les yeux, sans ciller, avant de murmurer quelques mots incompréhensibles qui se noyèrent dans le chahut provoqué par la bande de marmots. Il avait prononcé quelques sifflements, n’ayant de sens que pour lui. Immédiatement, le prêtre sentit qu’une partie de ses ressources magiques le quittait. Par ailleurs, personne ne remarqua non plus, que les haillons du boudin ficelé bougeaient ! Laissés de côté après avoir été arrachés de leur propriétaire, ils semblaient à présent onduler de façon étrange. En réaction à l’appel d’Easley, un serpent familier émergea hors de ses haillons et rampa lentement à travers la foule. Prenant soin de ne toucher aucun pied, Alea ne se fit pas remarquée, toute l’attention étant tournée vers l’ainé et sa victime.

Alors que le jeune garçon fixait son tortionnaire, il donnait, en même temps, des instruction à Alea par télépathie de tel sorte qu’elle agisse comme il le souhaitait. Easley prit également soin de ne rien laisser transparaître sur son visage, sinon quelqu’un se douterait de quelque chose. De plus, afin d’avoir l’air crédible, il répliqua :

-Toi en premier, quel est ton nom ? Déclara-t-il, le défiant devant tout le monde.

Easley se fichait pas mal du nom de ce marmot. Tout ce qui lui importait, était de gagner du temps pour qu’Alea parvienne à faire ce qu’il souhaitait. C’est alors que tout se passa très vite. Tandis que l’ainé s’apprêtait à réagir, le serpent long de dix mètres, se replia sur lui-même, reculant doucement sa tête dans son corps. Puis, la seconde d’après, en prenant son élan, jaillit hors de la foule tel un coup de canon. S’élançant rapidement, Alea arriva dans l’angle mort du gamin. Le chef de la bande s’écrasa brutalement au sol. Une panique explosa, à l’instar d’un coup de tonnerre, dispersant la foule. Les garçons qui maintenaient Easley au sol imitèrent les autres et s’enfuirent. Toujours nu, le garçon aux cheveux d’ébène se releva promptement, s’essuyant le visage des crachas qu’il avait subi peu avant. Il observa le reptile qui s’efforcer de maîtriser habilement le leader.

Quelques fidèles camarades étaient restés là, à regarder leur chef qui était dans une mauvaise posture. L’un d’entre eux, plus courageux que les autres, s’avança pour aider son camarade.

**Attention, il y en a un qui approche sur ta droite !** L’avertit Easley.

Le serpent tourna promptement la tête vers l’enfant qui voulait intervenir. Il s’appuya sur le corps du caïd, et bougea environs un mètre et demi du bout de sa longue queue, à l’instar d’une vague. Tel un fouet claquant sur un esclave, la queue du reptile heurta le visage du gamin. Calmé net dans son élan de bravoure, le vaillant émit un petit cri mêlant surprise et douleur à la fois. Il s’éloigna, vaincue, entrainant avec lui, les derniers braves qui étaient restés là. Easley, quant à lui, n’avait pas bougé depuis qu’il s’était levé. Pour le moment, tout s’était passé comme il l’avait prévu. Il était temps de passer à l’étape suivante.

Le jeune prêtre nota que les enfants qui s’étaient enfuis, continuaient de les observer un peu plus loin. Hors d’atteinte mais toutefois à portée d’écoute. Parfait. Le garçon dans son habit le plus simple, s’avança doucement vers le serpent et sa victime, en se penchant un peu en avant, faisant mine d’être prêt à bondir. Maintenant, il allait falloir être convainquant. Alea était parvenue à s’enrouler autour de la nuque du gamin. Elle avait aussi réussis à immobiliser ses épaules. Easley s’avança encore un peu, et interpréta ensuite une action héroïque : bondissant sur le serpent, il s’empara du cou d’Alea, la serrant entre ses petites mains. Afin de paraitre convainquant, il intima à son reptile de jouer le jeu. Immédiatement, le serpent s’immobilisa, se crispant sur sa proie.

-Mon nom est Easley, et je te conseil de t’en souvenir. Jure de me servir, avant que ce serpent ne te brise les os, et je te libèrerais, dit-il suffisamment fort pour être entendu de tous.

Alea était déjà bien enroulée autour de la nuque du gamin. Ce dernier devait à peiner être capable de respirer. Cependant, s’il acceptait, Easley demanderait à Alea, par télépathie, de libérer son étreinte, en faisant mine d’être vaincue par le jeune prêtre. Le prêtre était plutôt satisfait de son plan. Il avait pensé que s’il avait encore accès à ses pouvoirs, ce n’était peut-être pas pour autant qu’il ne fallait pas les utiliser. Tant qu’il ne se laissait pas emporter par un flot de colère…

La mise en scène avait plutôt bien fonctionné jusqu’ici. Avec un peu de chance, le caïd se laisserait emporter par la peur de la mort, et se soumettrait à Easley. Proclament ainsi, sa victoire inéluctable. Si l’enfant s’obstinait, Easley avait prévu de laisser Alea le tuer. Après tout, il fallait parfois faire des sacrifices pour le bien du plus grand nombre. Et ici, le bien, c’était qu’Easley domine cette marmaille. Mais afin de garder un aspect respectable, il avait prévu de faire mine de se débarrasser du serpent -malheureusement trop tard pour sauver son tortionnaire- en le jetant plus loin. Force et courage, rien de mieux pour convaincre et impressionner des gamins.
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
avatar
Récits 208
MessageSujet: Re: Une volonté impie !   Mer 5 Déc - 16:42

Une colère non maitrisée était un poison pour celui ou celle qui l'éprouvait. Haole, le démon colérique, testait Easley afin de voir jusqu'où sa conscience allait en dépit des évènements qui lui étaient contraire. Et sans grande surprise, il s'en sortit très bien. Manifester ses pouvoirs à des fins intimidantes était la clé de la réussite sur la première phase de cette épreuve. Et même si il se garda de faire comprendre aux gamins qu'il était la source de cette puissance qui s'en vint les terroriser, l'intelligence y était. Seulement, ce n'était guère suffisant pour lui passer au péché suivant... Et pour cause, il savait très bien que tout cela n'était qu'un test, et donc factice. Ainsi, ce merveilleux contrôle de soi pouvait lui aussi être faux ! Et la seule façon d'avérer sa sois disant maîtrise, Haole congédia Easley dans son propre passé cette fois, au moment même où il s'apprêtait à poignarder mortellement sa génitrice. Alors que le jour se levait sur ses treize ans, le prêtre allait devoir faire un choix, non pas sur la vie ou la mort de sa mère, mais bel et bien sur la manière dont il éprouvera son geste. Car, histoire de ne point lui faciliter la tâche, tous souvenirs de son présent futur lui seront effacés, à une petite exception près, l'intelligence acquise lors de ses précédentes confrontations...

Lorsque Easley eut raison de Jiordy, l'environnement tout entier se transforma. Il passa d'une cours de récréation bien aérée, à un endroit clos et ombrageux. Sa mémoire par-delà ses treize Pyros se volatilisa dans le cosmos abyssal, ne laissant au futur prêtre que sa rage d'en finir avec sa mère. Se trouvant dans l'encadrement de la porte qui donnait sur la cuisine, Easley pouvait voir sa génitrice s'afférer à ses habituelles tâches ménagères. C'était le moment idéal pour frapper, puisqu'elle lui tournait le dos. Comment le gamin allait-il ressentir son meurtre, quel expression affichera t-il au moment où il enfoncera le couteau dans la chair de sa mère ? Ces questions allaient trouver leur réponse dans les prochaines secondes...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Une volonté impie !   Mar 11 Déc - 16:45

Easley se trouvait dans l’entrebâillement de la porte de la cuisine. A l’affut, il observait sa mère, le souffle haletant. Un faisceau de lumière dessinait un trait vertical sur le long de son visage, au niveau de son œil gauche. L’éclairage révélait quelques éclaboussure de rouge, ci et là. Même projetée indirectement vers lui, la lumière l’éblouissait, l’éclaboussait un peu. Sans doute était-ce dû au nombre d’année qu’il avait passé dans l’obscurité. A la vue de sa mère, l’adolescent crispa ses doigts sur le manche du couteau de cuisine qu’il avait entre les mains. La lame était déjà couverte de sang qui gouttait sur le plancher en bois. Il s’agissait du sang de la douce Louison, la servante qui lui avait descendu son gâteau d’anniversaire dans sa cellule. Il y avait aussi celui de Léonard, le domestique bien trop curieux, qui avait remarqué son évasion, il y a quelques minutes. Puis également le sang de Marie, la crémière obèse qui livrait le lait, ce matin-là. Sans oublier celui de Claus, le chien de garde, saigné comme un porc, car il aboyait trop, alors qu’Easley traversait la petite cour pour atteindre le couloir de la cuisine…

Le corps d’Easley était parcouru par de légers tremblements. Il ne savait pas si cela était dû à l’excitation d’avoir ôté la vie. Ou si c’était la colère et la haine qui bouillonnait, tel un torrent en ébullition, à l’intérieur de lui. Ou encore le désir de survie. En réalité, il n’y pensait pas trop. Ces actions lui avaient paru normal, et surtout nécessaire à son évasion. Il était conscient de ce qu’était la mort. Et de ce que tout cela impliquait. Cependant, c’était la liberté ou la claustration. C’était la vie ou la mort. C’était lui ou eux. Et Easley avait fait son choix : ce serait lui, à n’importe quel prix.

Dans son esprit, ressurgissait tout à coup le petit cri de surprise de Louison, quand Easley s’emparait du couteau, à côté du gâteau d’anniversaire, afin de la poignarder. Les yeux grands ouverts de stupéfaction de Léonard, quand il l’observa courir vers lui, le couteau ensanglanté à la main. Les larmes de désespoir écœurant de la grosse Marie qui le suppliait de l’épargner. Les gémissements étouffés de Claus, se noyant dans son propre sang. Ces passages lui revinrent en mémoire, aussi limpide que l’eau au creux de deux mains jointes. Tel des images que l’on mettait devant lui, elles défilaient dans sa tête, rapidement.

A chaque fois, son corps, ses muscles, ne lui appartenaient plus. Comme obéissant à une bête, il avait abattu ses proies. Il avait enfoncé son couteau dans la chaire avec une rage et une colère incroyable. En produisant un râle déchirant, il avait poignardé ses victimes à plusieurs reprises. Faisant jaillir le sang, avec un tel acharnement, qu’il giclait sur ses habits et sur son environnement.

Easley était là, au seuil de la porte. Il était dans l’ombre, tel un fauve en chasse. Essoufflé, il respirait bruyamment, la bouche ouverte. Il n’avait plus rien du bel enfant qu’il était avant que sa mère ne le jette dans l’obscurité avide. Son corps était mince et tremblant. Couvert de tâches de sang, et vêtu d’habits en haillons, il avait aussi le visage sale par son manque de toilette ces dernières années. Des tâches de sang étaient présentes un peu partout, lui donnant un aspect horrifiant. Mais le plus terrible était son regard haineux et excité à la fois.

Sa mère, Éleona était là, dans la cuisine. Elle arborait l’une de ses belles toilettes bleues azure. Elle était élégante. Sa façon de porter sa robe était singulière. Son corps maigre et fragile flottait dans le tissu de manière presque surnaturel. C’est cette fragilité qui attirait tant les hommes politiques qu’elle fréquentait. Une courtisane élancée, frêle, et pourtant, d’une intelligence tel qu’elle soutirait des sommes considérable à ces hommes sans cervelle.

L’enfant réalisa que c’était la première fois qu’il revoyait sa mère, depuis sept ans. Elle s’emblait s’occuper de quelque chose en cuisine. Chose rare, puisqu’elle n’y mettait jamais les pieds. Ce n’était pas de son statut. Elle était de profil. Son visage était si joli. Sa peau blanche contrastait avec son rouge à lèvre. Sa nuque était si délicate. Ses longs cheveux, noirs comme le charbon, tombaient finement sur ses épaules. Son visage avait à peine changé. Une fine ride au coin de l’œil. Le visage légèrement plus relâché. Et pourtant, un charme indéniable émanait d’elle. C’est ce qu’Easley avait le plus hérité d’elle. Ça et cette détermination, cette ambition dévorante et assoiffée.

Sans attendre plus longtemps, il poussa la porte blanche en posant sa main sur le bois, y laissant ainsi une empreinte rouge. Il cacha le couteau en mettant sa main dans le dos.

-Bonjour, mère, fit l’adolescent avec un calme inhabituel.

Elle sursauta, reconnaissant la voix de sa progéniture.

-Easley ? Dit-elle étonnée en tournant la tête vers lui.

Elle était immobile, comme paralysé par cette apparition qu’elle pensait avoir congédié pour toujours dans un coin de sa vie.

-Je suis comblé de voir que vous n’avez pas oublié mon existence, poursuivit-il avec ce même calme.

-Comment pourrais-j…

-PITIÉ, l’interrompit l’enfant, ne faites pas semblant d’être concernée, nous savons tous deux que ce n’est pas le cas, ajouta Easley sèchement.

-Enfin… je suis ta mère.

Sa voix avait quelque chose de faux. Ce qui exaspéra Easley. Il sentit la colère monter en lui progressivement.

-Ainsi donc j’en aurais une ? Quelle mère jette son enfant à la merci de l’oubli ? Rétorqua-t-il, amer.

-Comment oses-tu, je ne te reconnais pas. Regardes-toi, on dirait un monstre, dit-elle avec dégoût.

Ce fut la goutte d’eau en trop. Easley sortit sa main de derrière son dos, révélant le couteau ensanglanté. Son calme se mua en une haine bouillante. Une haine qui avait mûri durant sept ans, et qui ne s’était jamais exprimée jusque-là. Sa mère lâcha un petit cri de surprise lorsqu’elle comprit le danger. Elle voulut se retourner, mais c’était déjà trop tard. Il parcouru les quelques mètres qui les séparaient sans peine, avant de se jeter sur elle pour la renverser. Face contre terre, elle hurla à l’aide, avant qu’Easley ne la saisissent par les cheveux et ne la retourne sur le dos afin de l’observer dans les yeux. Le doux visage d’Éleona devint déformé par la haine, tant et si bien qu’elle ressemblait à une sorcière écœurante.

-J’aurais dû t’étouffer dans ton berceau tant que j’en avais encore l’occasion, espèce de démon !

Elle lui cracha au visage. Easley resta immobile et étonnamment calme. Il s’essuya du revers de sa manche, avant de la regarder dans le blanc des yeux et dire d’une voix glacée :

-C’est donc là vos derniers mots ? Vous n’avez eu de cesse que de cracher votre venin dès que vous en aviez l’occasion. Vous dites que je suis un monstre ? Vous ne comprenez donc pas ? Je suis à votre image. Telle mère, tel FILS !

Alors qu’il hurlait ses derniers mots, il abattit le couteau dans le cœur de sa mère de toutes ses forces. Comme possédé par la colère, il la poignarda encore, et encore, et encore. Il émit un râle avant de déchirer le corps de sa génitrice. Il lui ouvrit les entrailles, la défigura, avant de lui couper la tête.

Easley s’immobilisa. Sa colère s’était atténuée, mais il comprit qu’elle serait toujours présente. C’était une partie de lui désormais. Une partie sans laquelle, il n’aurait pu gagner sa liberté. Soudain, sans qu’il ne l’ai vue venir, il fut balayé par une crise de rire. Il se releva avec peine, baignant dans le sang. Il tituba un peu, toujours secoué par des accès de rire. Il parvint à atteindre l’autre porte de la cuisine. La franchie, pénétrant ainsi dans le grand hall. Il réussit à atteindre la grande porte d’entrée. Soudain, il s’arrêta un instant, réalisant alors qu’il tenait toujours le couteau dans ses mains. Ses doigts étaient si crispé sur le manche qu’il ne les sentait plus. Il lâcha soudainement le couteau, qui alla émettre un tintement en tombant au sol. Ses mains tremblaient d’elles-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 724
MessageSujet: Re: Une volonté impie !   Jeu 20 Déc - 0:32


Tout le monde avait un pendant sombre, Abyssia en était la preuve même. À l'instar de la Dame noire, elle était le double d'Oracle, seulement, contrairement à cette dernière, elle n'avait aucun lien de parenté avec la divinatrice. Abyssia avait été conçue par Yloumna afin de dominer le royaume des ombres, mais son rôle ne s'arrêtait pas là. Également surnommée "Faucheuse" par les mortels, elle terrifiait. Bien sûr, ces sots se trompaient ! En vérité, la ténébreuse Abyssia était le bras droit de la Déesse noire. Naviguant sur la frontière qui délimitait les enfers d'Astrune, elle était à même de voir des évènements qu'un Dieu ne pourrait déceler. Chacune des espèces succombant sur ces terres perverties par la faiblesse et la bêtise, passait inéluctablement devant elle... Y compris ceux qui avaient la chance de réintégrer leur corps. Ce fut d'ailleurs des cas de mort imminente qui eurent rapporté l'existence de cette entité, d'où la possibilité de retrouver son nom dans les volumes les plus sinistres.

Mais alors qu'Easley achevait son épreuve de colère, Abyssia fut assignée à une nouvelle mission. Yloumna convia cette dernière à s'occuper du prêtre comme il convenait. Il venait d'échouer, et la sentence était sans appel ! Ainsi, lorsqu'elle se rendit sur place, dans le passé même d'Easley, elle apparut juste à côté du corps mutilé et sans vie de sa mère. Toute la lumière environnante s'estompa, ne laissant planer que mort... et silence. Instant durant lequel sa mémoire intégrale lui fut restituée. Puis lorsqu'elle prit la parole, une étrange nappe grise de nature gazeuse s'en vint recouvrir le sol de cette cuisine désormais repeinte par le sang... comme si le temps c'était arrêté, et que le néant se chargeait de tout emporter.

- Tu as échoué mortel, lamentablement échoué ! Et je suppose que tu devines ce que cela implique, nul besoin que je te le rappelle ?! Néanmoins, tu n'es pas condamné aux tourments éternels, pas encore. Tu as certes fait défaut à la grande Déesse, mais ton erreur peut-être rattrapée. Eh oui, lors de la confrontation d'Hovira, tu as choisi la femme en noire, au lieu du pouvoir. Or, il se trouve que cette mortelle est également en erreur ! Ainsi, ça va être au travers d'un passé physique, que vous allez devoir payer le prix de votre parjure ! Abyssia laissa passer quelques ténébreux instants avant de reprendre. Vous allez devoir, ensemble, accomplir une mission à votre mesure ! Elle prendra le temps qu'il faudra, mais si avant minuit cela n'est pas réglé, les tourments éternels vous accueilleront tous les deux ! Tu sais à quel point les religions sont prisées, c'est pourquoi vous allez devoir assassiner deux personnes. Le premier est le haut prêtre du temple de Loominëi, quant à l'autre, il est le courroux d'une secte située dans les égouts. Tous deux demeurent à Nandis !

Les consignes étaient données, Easley ainsi que la femme en noire allaient devoir tuer deux personnes pour le compte d'Abyssia, qui elle-même répondait aux ordres d'Yloumna. Quant à ce qu'elle entendait par "passé physique", était que le prêtre allait avoir l'air d'un adolescent, exactement comme celle qui se devra de l'accompagner. Quand bien même le pire n'était point là, car de pouvoirs ils n'auront plus, que ce soit pour l'un, ou pour l'autre ! Leur ruse et leur entente allait être leur seule et unique arme tout au long de cette soirée...

- Il est temps ! Termina Abyssia, laissant la grisaille tout emporter.

[OUT : À la grande plaine... Arrow]

[Annonce : Merci de changer ton avatar de telle façon à paraître adolescent, et vois avec Vashti afin de savoir lequel de vous poste en premier Exclamation]

[Note : Vos pouvoirs sont barrés sur votre fiche de présentation, et non supprimés, car le définitif se produira à Minuit "Heure RP" Exclamation]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Une volonté impie !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une volonté impie !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ L'AU-DELÀ ~ :: Le royaume Abyssal :: Les neufs enfers-
Sauter vers: