AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 Sur les traces d'un douloureux passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eldakka
avatar
Récits 512
MessageSujet: Sur les traces d'un douloureux passé   Dim 25 Mai - 17:35

{ Je viens de la surface juste là !}

Une fois engloutis par les mâchoires de pierre, je dus progresser à tâtons jusqu'à ce que l'obscurité m'ait entièrement submergé. Et ce fut au bout d'une dizaine de minutes que mes yeux daignèrent enfin s'adapter au gosier de l'Ombre-terre. Cela faisait si longtemps... j'en avais presque oublié la sinistre impression d'être épié en permanence. Il n'y avait plus de lumière dans mon dos, ce fut pourquoi je finis par discerner ce qui jusqu'alors était tapi dans les ténèbres ! Comme jadis, j'allais devoir avancer dans des boyaux regorgeant de danger. À tout instant, des Drows embusqués menaçaient de fondre sur la proie que j'étais. Quant à Lucosa, je préférai la laisser découvrir par elle-même si jamais elle me suivait toujours. Pour l'heure, il ne s'agissait que de l'entrée, mais une fois que j'aurais atteint la première intersection, alors là et seulement là, je pourrais me dire que désormais, je me trouvais dans les Tréfonds obscurs !

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 01 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucosa Warou
avatar
Récits 89
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Jeu 3 Juil - 10:45

La main du drow sur mon bras était douce mais ferme. Evidemment que j'étais inquiète, quelle personne ne le serait pas en entrant dans ces tréfonds ! Cependant ma détermination n'avait pas d'égal. Et j'étais heureuse qu'il soit là. Sinon il m'aurait fallu y entrer seule, et face à ce monde inconnu, savoir que Eldakka y avait laissé une part de son passé était rassurant quelque part. Et ce même si cela devait être très dur pour lui. Mon ami me surprit alors m'attirant dans une chaleureuse étreinte, un câlin... calant ma tête dans son cou, dans ce creux où l'on ne peut que se sentir bien, je passais ms mains dans son dos et caressait sa chevelure d'argent. Des sons graves de satisfaction sortaient de ma gorge mais cela, je n'en eu pas conscience. Et pour cause, je pensais. Il avait foi en moi, en nous. Depuis quand le jeune elfe noir était il devenu aussi positif ? Cherchait il a me convaincre ? Ayant profité de ce doux moment, sachant qu'il faudrait peut être beaucoup de temps avant que cela ne se reproduise, je souriais lorsque, reculant, il posa la question finale. Et bien qu'il n'attendit aucune réponse, il put entendre un grognement ferme. Oui j'étais prête.

Je le prouvai en le suivant dans cette grotte sombre, sans un bruit. Je réfléchissais à ce qu'il avait dit plus tôt. Se faire capturer. Une grimace, invisible dans l'obscurité que nous venions d'atteindre, se forma sur mon visage. Je détestais les cages. Néanmoins je me doutais bien que pour entrer, si les patrouilles étaient aussi douées, nous n'aurions guère le choix. Il faudrait pourtant en sortir à un moment donné afin de ne pas mourir mais d'avoir des réponses. Mon ami avançait à tâtons, et repoussant ces sombres pensées bien réelles je me rendis compte qu'il y voyait moins que moi dans ce début de galerie. En effet il y avait fort longtemps qu'il avait quitté cet endroit, et mes sens animal me permettaient de voir bien plus nettement que lui dans une cavité comme celle ci. Bientôt l'entrée ne fut plus visible. Je le suivais, sans bruit, me demandant combien la résonance était importante en ces lieux. Et je me rendis alors compte que je ne lui avais pas demandé quelque chose d'important. Réduisant ma voix le plus possible, semblable à un souffle, je parlais.

-Où as tu l'intention d'aller ? As tu une idée de l'endroit où se rendre ?

Eh oui, nous aurions eu tout le temps pour en parler, en haut, mais il faut dire qu'entre combat et éclats de voix, eh bien... cela n'était pas ma priorité. Tout était différent maintenant. Nous étions deux, à descendre en profondeur dans les tréfonds obscurs de son passé. Il me fallait un minimum de compréhension quant à ses actions futures sans quoi je risquais de faire nombre de bourdes. Réagissant à l'instinct plutôt que par réflexion, j'incitais la fée en moi à rester au dessus de ma conscience. Ici, pas question de foncer, il fallait de la prudence. Or je savais bien que ma nature sauvage préférai mordre d'abord. Je me concentrai donc à la maintenir au plus profond de mon être. Au fait, était il possible à Eldakka de se repérer par ici ? Encore quelque chose que j'ignorais. Ah si seulement au lieu de s'entêter à vouloir m'empêcher de venir, il m'avait écoutée... Un grognement s'éleva que je réprimais bien vite. Bon sang ! ne venais je pas de dire qu'il fallait museler mon coté loup pour quelques temps ?

Pour me calmer je regardais mon ami devant moi. S'il connaissait mes pensées il m'aurait surement déjà renvoyé dehors. Il en était de ma responsabilité d'être ici, je devais assumer. Et je me rendais compte que, seule, certes je m'y serais risquée mais aurais je vécu ? C'était moins sûr. A nous deux nous pouvions le faire, comme il l'avait dit précédemment, oui, ensemble nous allions y arriver. L'intersection se rapprochait. Une nouvelle aventure commençait et aussi risquée soit elle, c'était mon vœux le plus cher que de l'achever avec succès. Pour Eldakka, pour que la tristesse quitte son visage et qu'un nouveau départ lui soit offert.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 02 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldakka
avatar
Récits 512
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Jeu 11 Sep - 15:27

À chacun de mes pas, d'autres souvenirs vinrent s'ajouter à ceux qui m'eurent hanté tous ces siècles durant. Des cris, des odeurs, des pleurs... tout ce que ma conscience s'était évertuée à ensevelir. Koolën... j'étais tellement désolé, elle qui avait souffert bien plus que moi de la tyrannie de sa maison... J'avais beau me répéter que je n'étais pas responsable de cette malédiction, la culpabilité ne m'abandonnait point. Peut-être en avais-je besoin, au moins grâce à elle, j'éprouvais davantage la sensation d'avoir un coeur, de ne pas être aussi insensible que mes semblables... Les derniers instants de ma bien-aimée ne me quittèrent plus, et je dus à Lucosa la fuite de ces souvenirs funestes. Ses murmures réchauffèrent mon oreille et éveillèrent mes sens. Où est-ce que j'allais me demandait-elle ? Je n'avais pas de lieu spécifique où me rendre, comme je lui avais précédemment stipulé, je misais tout sur notre capture. Ainsi, je continuerai de faire route jusqu'à la cité même de Ched-Nasad, et si d'ici là nous n'étions toujours pas pris, alors je frapperai à la porte !

- Je vais simplement dans la direction de Ched-Nasad, le nid de mon peuple. Lui répondis-je en chuchotant. Mais je doute qu'on nous laisse l'occasion d'y parvenir avec nos propres moyens. Tu n'as pas à avoir peur des patrouilles, elles ne riposteront que si nous les attaquons. Elles ne prennent jamais de décisions, cette tâche en incombe uniquement aux Matrones et aux Vestales.

J'avais bien conscience que nous pourrions aussi avoir la malchance de se faire prendre par une escouade avec à sa tête une Matrone... ça serait le pompon ! Mais en dehors de la cité, même une Matrone ne jouissait pas de toute la liberté. La hiérarchie Drow faisait partie des plus complexes qu'il m'avait été donné de voir ! Chaque maison était dirigé par une Mère, une dirigeante de tout premier ordre ! Les Mères Matrones étaient les petites protégées des Vestales, qui elles étaient les élues de Lolth, leur perfide Déesse ! Hélas, L'Ombre-Terre était également le terrain de bien des infamies, comme les araignées, les Illithids, les Spectateurs et autres Kuo-Toa... Je ne citais là que les plus répandus, mais nous pouvions aussi croiser la routes de Démons, de Dragons et nombre de Mutants ! Certaines maisons entretenaient même des liens avec les dévoreurs d'intellect... J'ignorais si cette ignominie était toujours d'actualité, mais rien que d'y songer, mes rares poils se dressaient au garde à vous !

- Nous approchons... Soufflais-je après avoir aperçu le premier carrefour.

Près de l'entrée... ou sortie, je me doutais que nous ne rencontrerions pas âme qui vive, mais à présent, le danger guettait à chacun de nos pas.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 04 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucosa Warou
avatar
Récits 89
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Ven 19 Sep - 17:03

Oui c'était plus fort que moi, il fallait que je parle. Habituellement silencieuse, habituée à ne prononcer aucun mot et à m'exprimer par les gestes, voilà qu'ici dans ces sombres couloirs j'éprouvais le besoin d'entendre une voix. Ne serait ce pas plutôt sa voix d'ailleurs ? Il était vrai que si je parlais il me répondait, et alors je ressentais un doux soulagement. Étrange sensation. Avais je peur ? pour lui certainement.  Pour moi, je ne savais pas trop. En fait ce qui m'angoissait le plus c'était ses pensées. Si je retournais sur ma terre natale, j'en serais malade voire terrorisée. Ce serait quelque chose d’extrêmement complexe et il aurait fallu que je m'y prépare des semaines à l'avance. Je me doutais qu'il en allait de même pour beaucoup ayant un passé douloureux. Or s'était il préparé à un retour ou avais je précipité les choses ? Ses pensées devaient beaucoup le travailler alors si je pouvais le distraire un peu... J'appris qu'il comptait se rendre au plus proche de la ville Ched Nasad. Les drows n'avaient donc qu'un seul lieu d'habitation ? Je ne connaissais pas grand chose à ces êtres, m'étant plus précisément arrêtée au dessus de la surface lors de mes promenades. Eldakka commença à énumérer des rangs, et je m'y perdis complètement. Je retins néanmoins que la capture était une chose mais qu'on avait des chances d'arriver vivants jusqu'à la ville. Un grondement sourd raisonna autour de nous et je baissais les oreilles juste après.

- Désolée... c'est juste que je ne comprends rien à tes matrones et autres noms bizarres. Et ça pourrait être une bonne idée de me faire une explication avant qu'on arrive ou que je commette un impair et froisse une de ces... enfin les chefs quoi.

J'accompagnais mes propos de plusieurs mouvements de bras censés m'aider à m'exprimer mais en général ça ne servait pas à grand chose. Néanmoins mon ami devait avoir compris ce que je demandais. Patiente en temps normal, je perdais assez vite mes moyens lorsqu'il s'agissait de hiérarchie ou d’ordre. C'était tellement plus simple chez nous !

- Alors attends, d'abord il y a le peuple, dont fait partit les patrouilles, repris je lentement, l'obscurité ne me gênant pas vraiment, ensuite les matrones à moins que ça ne soit les vercales ou les mères... raah juste un ordre s'il te plait... court et simple de préférence.

Il était dommage qu'Eldakka ne puisse voir mes yeux, on aurait surement dit un chien battu complètement perdu et qui ne demande qu'à se faire pardonner de quelque chose qu'il n'a pas encore fait. Au pire je me débrouillerai sur le tas, mon ami venait de dire que nous approchions. Mais je dois avouer qu'un cours en version accélérée m'irait tout aussi bien.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 05 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Dim 21 Sep - 18:15

L'ambiance était lourde et malsaine, et comme pour échapper à ce silence de mort, Lucosa ne songeait plus guère à chuchoter. Parlant d'une voix presque forte, elle questionna son compagnon de route, Eldakka. Conscient du danger et du manque de vigilance dont faisait preuve son amie en se comportant ainsi, il siffla à son attention un long "chut". La politique Drow n'était vraiment pas le sujet à aborder en pareil instant, pour peu qu'il y en est un. Si elle ne pouvait en revanche s'empêcher d'émettre un son, autant grogner ! ça aura au moins le mérite de ne pas alerter toute la galerie. L'Hybride comprit rapidement son erreur, et commença à culpabiliser... mais au fin fond de son esprit, elle grondait, elle qui déjà parlait si peu... Ce fut donc à pas de loup que le duo pénétra dans le carrefour. La paroi craquait par endroit, mais à part ça, c'était calme... Des courants d'air inquiétants faisaient la navette entre les diverses embouchures, l'un d'eux alerta d'ailleurs les sens de Lucosa. Humant une odeur putride, celle-ci se mit en garde ! Quelque chose approchait...


- HOUUouOUouOUUouuOUou... moi pas vouloir bagarre ! MOUAaaAAaa Dorve, mouAAAaaaAAA bon gAAarçon ! S'exprima tout à coup une voix tremblante depuis le boyau de droite. On pouvait aisément entendre la créature s'avancer à sa manière de trainer les pieds. DooOOorve se demande, pouUUUurquoi vous être descEEeeeeEEEndus iciIIIii. Souterrains méchants, trèèèÈÈÈèèèès mééÉÉééchants !

Étant un rescapé de la mort, l'infravision ne permettait pas de le discerner dans les ténèbres. Néanmoins, Dorve se doutait bien que s'approcher d'avantage lui serait préjudiciable, ainsi décida t-il de s'arrêter, à tout juste quelques mètres des protagonistes qui lui faisait face. Il ne leur voulait aucun mal, après tout, ils n'étaient ni Elfe noir, ni Illithid !

- NuiiiIIIiiiT AAaaariive bientôt ! Dorve contEEEeeent de remoooOOOOnter ! DOOOooorve être fatigué deEEee tuUUUer être à peau nouUUUuuuaaAAAar !

Il pouvait y avoir pire comme première rencontre dans les Tréfonds, mais la question se posait d'elle-même... si la chose, Dorve, tuait les Drows à vue, pourquoi Eldakka échapperait-il à cette macabre purge ? Voilà un mystère qu'il fallait creuser, ou laisser dormant...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 09 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldakka
avatar
Récits 512
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Lun 6 Oct - 23:36

Dans ce gouffre sans âme, il n'y avait guère de place pour la déprime. Je devais oublier ma tristesse et relativiser. Pour Lucosa, je m'y emploierai ! On ne pouvait pas être tranquille dans les Tréfonds, c'était tout bonnement impossible si la surface était notre foyer. Mon amie se donnait pourtant du mal à jouer le rôle de l'aventurière impassible. Mais le ton de sa voix eut tôt fait de la trahir... Je dus lui rappeler que le calme était de mise, car même si je visais à nous faire capturer par un raid Drow, nous n'étions pas à l'abri de nous faire surprendre par plus infâme qu'eux ! Je savais que la conversation permettait bien souvent d'oublier la terreur qui nous parcourait, mais nous n'avions pas le choix, il fallait nous faire discrets... Aussi, lorsque nous arrivâmes au coeur de l'intersection, je m'arrêtai un instant afin de faire le point sur mes souvenirs. Il serait mal avisé que je nous perde ! Nous devions traverser Gorge profonde ; Valna Deth en langue Drow. Si ma mémoire ne se jouait point de moi, il fallait s'engouffrer dans le premier passage à droite. Par-delà Valna Deth, nous longerions Yhioli, un antre pour que les enfants de Lolth puissent s'épanouir. Bien naturellement, j'espérai que nous nous fassions prendre avant...

Perdu dans mes pensées, je ne prêtai guère attention au comportement de Lucosa. Ce fut alors avec surprise qu'une voix inconnue de mon ouïe me rappela la dure réalité qui m'entourait. Mon sursaut me tourna spontanément face à la menace... Je l'entendais ; il parlait, s'avançait... mais nul visage ne m'apparut ! Qu'est-ce que cela signifiait ? Une créature ne dégageant aucune chaleur... c'était une première pour moi ! Pourtant, en dépit de son laïus qui faisait trembler mes entrailles, la chose s'imposa comme "pacifique". J'eus bien du mal à boire ses paroles... Il disait s'appeler Dorve, qu'il venait en paix. Il insista même sur le fait que les Tréfonds étaient dangereux, et que notre présence l'intriguait. Comment étais-je supposé réagir ? En bon survivant, j'empoignai la garde de mes cimeterres dans l'attente d'en apprendre davantage sur cette rencontre fortuite. Toutefois, quand Dorve ajouta qu'il était fatigué de tuer des êtres à peau noir, soit MOI ! je dégainai aussitôt !

- Qu'êtes-vous ?! Que faites-vous ici ?!! Aboyai-je redoutant l'escarmouche.

Je m'étais un peu emporté, mais zut quoi ! ce n'est pas vous qui avez la peau noir et qui ne voyez pas votre interlocuteur chantonnant à l'instar d'une momie qui sort de sa crypte des paroles aussi douteuses qu'angoissantes ! J'avais perdu mon sang froid, mais aveuglé et terrifié à l'idée que Dorve puisse massacrer mes pairs seul et avec une apparente facilité, je ne pouvais rester de marbre...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 10 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucosa Warou
avatar
Récits 89
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Sam 25 Oct - 10:20

Un long chhhhht ! de la part d'Eldakka me fit taire. Quoi ? bon d'accord c'était un mauvais moyen d'évacuer mon stress, du moins celui de la petite fée car la louve était plutôt reconnaissante au drow pour son intervention. Culpabilisant de n'être pas capable de me maîtriser en pareil instant, moi qui savait très bien me taire habituellement, je grognais intérieurement, baissant la tête et les oreilles en signe de compréhension et de regret. Plus un bruit. Calme et disciplinée j'étais, suivant Eldakka comme son ombre sans vraiment remarquer les autres chemins se présentant à nous. Cependant alors que nous avancions dans des couloirs déserts ou seul un léger courant d'air parvenait, je humais brusquement l'un d'eux .

Faisant signe à mon ami de s'arrêter, ce qu'il ne vit pas, je laissais mon odorat déterminer la cause de mon malaise. Une odeur de pourriture, putréfaction se répandait. Quelle horreur ! J'en grognais de mécontentement. Néanmoins cela s'approchait. je me mis en garde, lance devant moi, prête à nous défendre si besoin était. Alors une étrange créature apparue. Laide à mourir, elle commença à déblatérer d'un ton presque rouillé, ce qui réveilla mon ami qui semblait chercher l'inconnu. Ne le voyait il pas ? pourtant... Non ce n'était pas le moment de chercher pourquoi. Ce cher... étranger disait s'appeler Dorve et être pacifique. Le peu que je voyais de lui n'inspirait pourtant pas la sympathie.

*Est ce que je lui demande moi ce qu'il fait ici ? On a pas le droit de se rendre quelque part tranquille dans ces fichus souterrains ou quoi ?*

La seconde tirade de Dorve une fois décodée, fit son entrée dans mes pensées. Un tueur de d'elfe noir ? Et Eldakka ? A moins que l'étranger ne soit aussi aveugle que mon ami en pleine nuit ce dont je doutais puisqu'il nous avait repéré, je ne comprenais plus son comportement. Ce fut à ce moment que mon ami, justement, explosa. Et après on me reproche de ne pas savoir me tenir. Pourquoi cherchait il le combat ? Surtout que sa race ne lui tenait pas spécialement à coeur. Me plaçant à coté de lui je serrais une de ses épaules.

-Arrête !Prononçais je en cherchant son regard. Tu es un elfe noir par le sang mais pas dans l'âme

Puisque apparemment je pouvais enfin laisser cours à ce flot de parole qui semblait vouloir absolument se déverser, je laissais la petite fée s'exprimer, à Dorve cette fois, tout en gardant une posture défensive, la louve ayant grandement envie de se jeter sur lui.

- Nous ne voulons pas de bagarre non plus. Je suis Lucosa. Nous avons besoin de nous rendre chez les drows pour régler un problème. Débitais je su un ton neutre. Pourquoi est ce que tu les tues ? Tu as énervé mon ami en disant ça, tous les êtres noirs ne sont pas méchants.

Comme d'habitude, je n'étais pas championne des discours, et il n'était pas simple de trouver comment répondre le plus simplement possible à Dorve. Son vocabulaire étant peu étendu d'après ce qu'il venait de nous dire j'espérais vraiment qu'il m'avait comprise. Et que Eldakka se calmait. Je crois que je commençais à comprendre son éclat. Il en avait marre d'être pourchassé et humilié à cause de son appartenance à cette race. je ne pouvais qu'être d'accord avec lui, n'étant guère aimée de par la surface non plus. Néanmoins nous devions être prudents, lui même me l'avait dit, aussi, éviter le combat me semblait plutôt une bonne idée. Toujours une main sur l'épaule de mon ami je la caressais lentement.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 11 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Sam 27 Déc - 13:51


Peu après son annonce, l'homme fut le premier à réagir. Sur l'instant, Dorve ne comprit pas son comportement. Était-il incrédule, ou bien était-ce autre chose ? En tout état de cause, cette autre chose était bien trop complexe pour un cerveau dépourvu de toute fraicheur comme le sien. La tâche pour laquelle il fut envoyé ne requérait aucune espèce d'intelligence. Aussi le décodage comportemental ne faisait guère parti de ses attributions. Fort heureusement, la femme enchaina peu après. Par ses paroles, elle révéla la nature de son allié à Dorve... un Elfe noir. Mais pour la créature putride, ce dernier n'en était point ! Quoi qu'il en était, celle-ci finit par mettre le doigt sur la véritable question, soit ; pourquoi tuait-il les êtres à peau noir ?

- HOUUouOUUouuOUUou Dorve paaAAAaas criminel ! Être à peau nouUUUUaaAAAar pas aimer Dorve ! Être à peau nouUUUaaAAr aimer personne houOUUouOUU ! Maitresse Cymetia autooOOooOOOooriser Dorve à tuuUUUuuer être à peau nouuUUUaAAaar ! Aaami de femme pas être à peau nouUUaar HOUouuuOUUouu ! Dorve pas lui vouuUUUloir du mal !

La créature Dorve était incapable de distinguer les couleurs, et même si elle le pouvait, il lui serait impossible de les comprendre. Les fonctions cognitives du revenant n'étaient que basiques, pour lui la seule chose qui importait était de mener à bien la mission que sa maitresse lui avait confié. Toutefois, si l'on convenait de son intelligence des plus précaires, il en allait forcément de même pour la tâche dont il devait s'acquitter. Quant aux Elfes noirs, Dorve pouvait les sentir. Sans doute était-ce un don auquel Cymetia avait pensé, de ce fait, il était en mesure de deviner leur lien avec Lolth, ce qui, de toute évidence, n'était guère le cas du Drow ici présent...

- HOUUouuOUUUouu Dorve pas vouloir bagarre, juUUUuste passer ! Finit-il par ajouter.

Apparemment consciente du malaise qu'elle générait chez les deux aventuriers, la créature attendait qu'on la laisse passer. Mais lorsqu'un cri déchirant traversa la cavité située à sa droite, Dorve détourna son attention de ses vis-à-vis. Le hurlement était bien celui d'un être à peau noir, il ne pouvait donc s'agir que d'un allié. Pour le revenant, les grognements qui s'en suivirent n'était qu'un son parmi tant d'autres. Ce qui n'était en revanche point le cas pour Lucosa et Eldakka qui purent apercevoir deux petites tâches lumineuses dans les ténèbres. Elles étaient si proches l'une de l'autre que l'on pourrait les apparenter à des yeux diaboliques... Hélas, nul visage ne se trouvait derrière, même pour la vue perçante de l'Hybride. Cependant, le plus inquiétant ne se trouvait pas tant en sa présence, mais en son approche...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 13 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldakka
avatar
Récits 512
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Mar 30 Déc - 4:39

J'étais sur le qui-vive, fallait bien se l'avouer... D'habitude très calme, je ne dégainais qu'à la toute dernière seconde. Or, la situation actuelle ne m'était guère favorable. En m'en retournant dans les profondeurs, je me confrontais également à de vieux fantômes que je pensais avoir définitivement chassé. Ne voulant point me laisser abuser par mes émotions, je pensais... peut-être à tort, qu'avoir l'esprit rebelle me permettrait de les ensevelir à nouveau. Ce fut aussi pour cela que je me mis en garde si promptement ! Enfin... demeurer vivant pour protéger Lucosa faisait parti du lot, mais ça... ça ne comptait pas, si ? Quoi qu'il en était, la créature qui disait se nommer Dorve nous confia sa nature pacifique, et que même si j'étais un Drow, lui se refusait à me percevoir comme tel. Voilà qui était... curieux ! Mon palpitant cessa alors son galop, mes muscles se détendirent, puis de ma main, je cherchai celle de mon amie toujours présente sur mon épaule. Maintenant la garde de mon cimeterre avec mon pouce, mes doigts purent se déposer avec douceur sur les phalanges de Lucosa. Ce geste retour avait pour but de rassurer la belle sur mon état d'esprit, mais il se voulait aussi remerciant pour l'empathie et l'attention dont elle faisait preuve à mon égard.

- Mon amie dit vrai, nous ne cherchons point querelle. Et je vous prie de pardonner le fait que je me sois emporté... Dialoguer avec ce Dorve me rendait nerveux, je devinais sans mal son apparence, de plus, répondre à cette voix tremblante sans pouvoir discerner ses traits n'était pas pour encourager mes bonnes manières. Vous pouvez passer sans crainte. Avais-je ajouter incertain de savoir à qui je m'adressais. À Dorve, ou bien à moi ?

Non non, savoir pourquoi il tuait mes pairs ne faisait point parti des leçons que je voulais apprendre là tout de suite... J'étais désolé pour la curiosité de Lucosa, mais pour ce coup je n'étais guère enclin à ce type de désir. Je voulus m'excuser une fois de plus, mais un hurlement que je qualifierais d'effroyable... résonna depuis l'obscurité ! Le cri s'extirpa de l'embouchure située à ma gauche, naturellement je portai mon regard dans ladite direction.

- Recule ! Avais-je chuchoté à Lucosa, me plaçant entre elle et la nouvelle menace.

Je perçus deux petites sphères lumineuses dans le boyau, elles se rapprochaient de nous ! Je ne le jurerai point, mais plus elles avançaient, plus elles gagnaient en vitesse. Cette fois, il n'y avait pas de place pour le doute, cette chose nous voulait du mal ! Ses grognements n'avaient rien d'amicaux... hélas, à l'instar de Dorve, j'étais incapable de distinguer la moindre forme. On aurait dit un spectre avec des yeux, ça faisait froid dans le dos ! Était-ce une créature de l'au-delà, ou bien de la sinistre magie ? À vrai dire, on pouvait s'attendre à tout !

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 13 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucosa Warou
avatar
Récits 89
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Mar 13 Jan - 14:26

La créature aux sons biscornus nous avoua que pour lui, Eldakka n'était pas un être à la peau noire. Voilà qui était pour le moins étrange. Soit ce cher Dorve avait besoin de faire corriger sa vision soit il ne se basait pas sur la vue pour distinguer les drows. Je misais plutôt sur la deuxième option et fut des plus heureuse lorsque je vis Eldakka redescendre en pression. Sa main vint toucher la mienne comme pour me rassurer ou me remercier. Je rougis, très heureuse que tout autour de nous ne soit que pénombre ainsi personne ne voyait mes couleurs. Mon ami se mit alors à bavarder si je puis dire, avec la créature, allant jusqu'à s'excuser et à lui permettre de passer. Voilà qui était davantage celui que je connaissais ! Le reste de ma curiosité s'étant envolé, Dorve pouvait bien s'en aller. De plus il faisait au moins autant de bruit que moi, alors pour plus de discrétion mieux valait s'éloigner de lui.

*Ces couloirs sombres doivent rappeler de terribles choses à Eldakka pour qu'il perde son sang froid si facilement. Et puis il s'agit quand même de sa race que cette créature tue pour sa...maîtresse.*

Un cri perçant me fit dresser brusquement les oreilles et tourner la tête. Qu'est ce que je disais ! A coup sur, Dorve avait été entendu à des kilomètres, avec ses HouHou. Tandis que le drow que j'accompagnais me demandait de reculer, je cherchais à voir l'origine de ce bruit qui s'était maintenant mué en grognements. Cependant il était hors de question qu'Eldakka se place entre moi et cette chose. Aussi je me fis une place à ses cotés, et ce même si cela n'allait point lui plaire.

-Surement pas, on fait front tous les deux. Sifflais je entre mes dents.

Je le savais chevaleresque mais je n'accepterais pas que monsieur se batte pendant que je regardais derrière. Je n'étais pas venue ici pour le voir se faire déchiqueter. D'autant plus que les billes jaunes, seules choses que je pouvais distinguer, se rapprochaient de nous. Qu'était ce ? Pourquoi étais je incapable d'en voir la moindre parcelle ? Sur la défensive, mon corps se raidit, mes oreilles se baissèrent et un sombre grognement monta de l'intérieur de ma gorge. La fée laissa la main mise sur mon corps à la louve et se réfugia dans mon esprit afin de la guider du mieux possible. Lance à la main, je ne savais pas ce qui nous arrivait dessus mais je l'attendais de patte ferme.   Cela dit, combattre le vent, ou l'inconnu n'était pas pour me plaire. Aussi lançais je quelques mots plutôt aboyés que parlés, des fois que cette chose décide de me répondre.

- Qui êtes vous ?

Comme quoi la langue pouvait parfaitement servir de temps à autre même à quelqu'un comme moi.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 14 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Lun 16 Fév - 16:18

L'Ombre-Terre réservait bien des surprises outre les mauvaises. Qu'est-ce que ce pauvre couple d'humanoïdes venait faire ici avec leur triste matériel ? L'un des deux était un Drow, mais vu que c'était un homme, il ne valait pas mieux que le rampant des roches ! Quant à l'autre, il s'agissait certes d'une femme, mais pas d'un Elfe noir, donc, vermine également ! Étant donné leur dégaine, un rien les ferait s'essorer.

De leur côté, Eldakka et Lucosa resserrèrent leur arme en constatant la disparition soudaine des "yeux". À la suite de quoi, un brouillard que seule l'Hybride fut en mesure de distinguer les enveloppa. Guidée par son instinct animal face au danger, la sauvageonne fouetta l'étrangeté de sa lance à deux reprises avant de se la faire brutalement arracher des griffes ! Il ne s'écoula qu'une seconde après cette première manifestation pour que les deux individus se retrouvent au sol. Surpris et désemparé, Eldakka voulut dégainer quand tout à coup, une voix lui susurra ; "À ta place, je ne ferais pas ça !" Il avait beau y mettre toute sa volonté, ses mains décidèrent pour lui en se pliant à l'exigence du murmure... Puis les "yeux" firent leur retour.



Très en colère d'avoir dû abandonner Ydris et Pheare sous les assauts de sa faim, Mina avait le meurtre facile. Sans l'étrange regard de ce Drow, deux têtes de plus seraient épinglées sur les stalactites rocheuses qui parsemaient le plafond. Et pour cause ; il n'était pas investi de la haine de ses congénères, pour faire simple, il avait le même faciès que la prêtresse. Le Vampire songea alors au fait qu'il pourrait s'agir d'un allié à Ydris en quête pour la retrouver. Mais dans ce cas, qui était cette chose qui l'accompagnait ?! Hmm... à cet éclat de rage, Mina se reprit, après tout, elle pouvait très bien valoir une Pheare ! Son corps avait cessé d'être de brume, l'Hybride était donc en mesure de la voir, malheureusement, l'emprise télékinésique de la prédatrice les privait tous deux du moindre mouvement.

- Dorve espèce de serpillère, hors d'ici et ne te retourne pas ! Vociféra t-elle en lui pointant la sortie de son index.


- HouhouHOUhou...

- DEHORS !

Dorve d'accord, c'était tout ce qu'il voulait dire... Toute façon, il était bon de ne jamais énerver Mina, sans compter que Maitresse Cymetia avait de l'affection pour ce buveur de sang. Ainsi donc, sans même se soucier du sort de l'être à peau noir qui n'en n'était pas un et de la femme, le revenant s'éloigna en trainant la patte sans jamais se retourner.

- Tu n'es pas de Ched-Nasad hein ?! Alors dis-moi ce que tu fais ici ! et vite !

Mina avait hâte d'être à Kumra, mais il fallait d'abord qu'elle sache ! Si elle pouvait au moins mettre l'ami d'Ydris, si l'en était, sur la voie, elle s'y emploierait afin de se racheter. Peut-être même qu'elle l'aiderait. Mais s'il n'était point là pour secourir la prêtresse, il n'aurait alors plus guère besoin de respirer, ça allait de soi !

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 16 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldakka
avatar
Récits 512
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Lun 23 Fév - 16:04

Aussi loin que remontaient mes souvenirs, jamais encore je n'avais été confronté à ce genre de... présence. Alors je me tins pour ainsi dire ; prêt à la recevoir. Mais comme j'ignorais tout de sa nature véritable, je préférai Lucosa derrière moi. Et comme je m'y attendais avec plus ou moins de certitude, mon amie se rebiffa ! Je grognais intérieurement, car l'heure n'était point aux querelles. Toutefois, si l'on sortait vivant de cette rencontre, je ne manquerai pas de la sermonner ! À savoir que si malgré ma réticence j'avais accepté de lui faire confiance, il était légitime pour moi d'en espérer tout autant de sa part. Sans doute pensait-elle bien faire, mais son comportement prouvait à lui seul qu'elle n'avait pas la moindre idée du danger régnant ici-bas. Certes, elle m'avait dit ne pas être novice en la matière, et je la croyais, cependant... il s'agissait là de surnaturel et de magie. Combien d'atrocités, de sorciers, de fanatiques et autres, avait-elle déjà combattu au cours de son existence ? Oui... je me posais la question.

La menace qui nous faisait face était bien réelle, mais nous, qu'est-ce que l'on représentait pour elle ? Mon instinct me disait ; la fin est proche ! Et pour cause, je savais qu'en fuyant elle aurait tôt fait de nous rattraper, quant à la combattre... frapper le vent aurait le même effet, et le vent obtenait toujours la victoire ! J'eus un bref sourire à l'affiche de mes souvenirs liés à cette réflexion, car lorsque j'eus découvert la surface pour la première fois, hormis la lumière aveuglante et les couleurs, ce fut la brise qui me surprit le plus ! Ca faisait déjà plusieurs semaines que je m'étais extirpé des Tréfonds, et sans m'en rendre réellement compte, je m'étais rendu jusqu'à la vallée. Je pleurais toujours la mort de Koolën dont je me savais responsable, mon esprit était donc ailleurs que dans le paysage. Quand d'un coup, une force invisible me bouscula avec violence dans les proches buissons ! Les enfants se plairaient à dire ; Pousse-fourré ! Mais moi, me pensant attaqué, je dégainais aussitôt. Plus solide sur mes jambes, je frappais chaque rafale qui s'en venaient me heurter tout en sommant à l'être responsable de ce méfait de bien vouloir se montrer. Il me fallut bien deux heures pour comprendre ce à quoi j'avais réellement à faire. Aujourd'hui, je ne pouvais qu'en rire, y compris dans une situation aussi malsaine.

Aussi, lorsque les yeux disparurent, j'assurai ma prise sur la garde de mes cimeterres. Quitte à mourir sans rien pouvoir faire, autant réitérer ce souvenir ! Je gardai un oeil sur Lucosa, des fois qu'elle soit victime d'une attaque isolée, mais ce fut au contraire elle qui porta l'estoc à... à quoi d'ailleurs ? Mon amie frappa à deux reprises dans le vide, comme moi à l'encontre du vent ! Bien sûr, il ne m'était guère possible de rire, mais c'en était pas loin en tout cas. Naturellement, je voulus lui demander ce qui se passait, mais une force, cette fois bien réelle ! me plaqua au sol.

- Lucosa ! Avais-je crié par crainte qu'elle ne meure. Puis une voix à glacer le sang me chuchota de ne pas faire ça, mais ça quoi ?! Je le compris lorsque je sentis mes mains s'éloigner de mes armes. Je n'étais plus guère capable de bouger, cependant, malgré ma position épineuse, je constatais avec effroi le retour des yeux...

Dans un premier temps, l'assaillante ordonna à Dorve de déguerpir. Se pouvait-il que ces deux là se connaissent ? Mais qui était cette... femme ? Hélas, une fois Dorve parti, la voix derrière les yeux me soumit à la question. Comment pouvait-elle savoir que je n'étais pas de Ched-Nasad ? mes vêtements peut-être ? Quant à ce que je faisais là... pourquoi le savoir ? Quoi qu'il en était, son "et vite" ne me disait rien qui vaille !

- Vous avez raison, il y a longtemps que j'ai renié Ched-Nasad et ses partisans. Amorçais-je d'une voix frustrée. Si nous sommes là, c'est pour mettre un terme au mal qui me ronge... une malédiction. Et pour ça je n'ai guère le choix d'y retourner. Puis j'ajoutais en haussant d'un ton : Si votre intention est de me tuer, alors faites-le ! mais épargnez mon ami, je vous le demande !

Pff, que pouvais-je dire de plus ? Toute façon, j'étais déjà mort ! Les Drows étaient bien les derniers à aller voir pour ce qui était d'un remède. Seule Lucosa se berçait d'illusions à ce propos. Mais moi, je demeurais rationnel, la présence de mon amie veillait juste à ce que je me défende d'avantage pour ma vie, car je ne tenais pas non plus rendre l'âme sous ses yeux impuissants... Toutefois, espérer de la compassion à la première rencontre venue dans cette obscurité, c'était comme croire au fil à couper le vent !

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 17 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucosa Warou
avatar
Récits 89
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Mer 25 Mar - 10:45

Ces yeux brillants... décidément pas moyen d'être tranquille en ces lieux ! tout ce que je désirais c'était arriver au plus vite chez les drows pas rencontrer toutes les créatures de ces couloirs obscurs ! Cela commençait à devenir agaçant. D'autant plus que la lumière disparut. A cela je serrais ma lance, prête à me battre lorsqu'une brume nous enveloppa. La louve n'attendit guère et gronda avant de me pousser à attaquer. Ma lance transperça ce brouillard par deux fois avant que quelque chose ne me l'arrache des griffes. A cela je voulus plonger en avant sur la chose qui avait osé me prendre mon arme mais je me retrouvais violemment projetée au sol en arrière sans plus pouvoir bouger. J'entendis alors la voix d'Eldakka non loin de moi. Un regard me confirma qu'il avait également subi mon sort. Un grognement sourd lui indiqua que j'étais en vie. Quand soudain, les yeux firent leur retour. En plus d'eux, une femme fit son apparition devant nous. Pas une drow non, elle était bien trop différente.

*J'ai bien entendu parler d'êtres qui lui ressemblent mais...*

Notre assaillante commença alors par demander à Dorve de partir. Elle le connaissait ? Je n'y comprenais rien. Heureusement pour lui, du moins au ton de cette femme, il ne traîna pas par ici. Mais pourquoi prenait elle le temps de nous immobiliser, et maintenant de parler à Eldakka ? C'était étrange, nous n'étions pas une menace pour elle, il n'y avait qu'à voir notre position et notre incapacité de bouger pour le prouver ! Je retenais ma frustration pour le moment mais ça n'allait pas durer. la fée tentait de raisonner la louve qui, fière, ne comptait pas se laisser tuer sans réagir. J'écoutais la réponse de mon ami, on ne peut plus honnête, comme à son habitude. Néanmoins sa dernière tirade fut de trop. Il ne comprenait donc pas que mon sort n'importait en rien à cette femme ? Elle nous tuerait tous les deux si sa réponse ne lui convenait pas et passerait son chemin j'en étais certaine. Ce qui me préoccupait c'était que nous étions encore en vie justement.

-Ne dis pas de sottises Eldakka, notre vie lui importe peu, que ça soit la tienne ou la mienne. Grondais je avant de regarder la femme dans les yeux. Ou ce qui lui servait d'yeux... Pourtant tu as attendu, si tu nous disais plutôt ce que tu cherches ? Mon ami n'a de drow que le nom, même ce Dorve, n'a pas voulu de lui.

Un profond grognement provint de ma gorge raisonnant dans l'espace clos. Je voulais bouger et me débattre. Cette situation n'avait que trop durer. Pour l'humiliation, elle était plutôt douée la créature en face. Enfin si nous survivions, cela me préparait pour les elfes noirs...  En attendant cette femme m'intriguait. Surpuissante et énervée elle prenait pourtant un minimum de temps pour demander à un drow son chemin. Avait elle perdu quelque chose dans ces sombres couloirs ? Elle était pourtant plus à même que nous de le retrouver... La fée en moi se posait un tas de questions à son propos. La louve était davantage concentrée sur le présent mais rongeait son frein, ne pouvant agir. Mourir là, était une option qui me traversait l'esprit mais que je refusais en bloc, tout comme pour Eldakka de toute manière. Il m'énervait à montrer si peu d'intérêt pour sa propre vie... Si seulement je pouvais lui prouver qu'il la méritait ! C'était bien pour cela que je l'avais accompagné. Si je n'étais pas présente, se battrait il seulement ou se laisserait il tuer, pensant que plus rien ne l'attendait de bon ? Même au bord du gouffre je l'empêcherais de penser ainsi. Il avait une amie, et il faudrait faire avec ! Si nous vivions évidemment. Tout dépendait de ce qu'il se passait dans la tête de cette femme aux dents pointues.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 17 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Dim 11 Oct - 0:25


La réponse de l'être noir fut aussi rapide que décevante pour Mina. Il ne retournait donc chez lui qu'à des fins purement égoïstes... Voilà qui était... fâcheux ! En revanche, celle qui à présent attisait la curiosité de la prédatrice se trouvait en la personne de cette Lucosa. Sa franchise aux portes de la mort éveilla en elle un bien vieux souvenir. Il y a plus de dix mille ans, alors que Syriona faisait étalage de toute sa puissance, la frêle gamine qu'elle était s'adressa à sa future reine avec le même aplomb que cette créature. Un trait de caractère ô combien apprécié par le Vampire ! De plus, elle avait raison en disant que la vie de l'un ou de l'autre lui était égale, mais désormais, elle s'intéressait au fait que Mina ait pris le temps de les soumettre à la question plutôt que de les décapiter directement ! De là, un long et terrifiant grognement remonta depuis les entrailles de la prédatrice, puis se propagea jusqu'à faire écho dans les cavités voisines. Lucosa pouvait dès à présent se convaincre qu'un monstre plus terrible encore que son double louve, résidait au sein de cette femme...

- Si tu me fais une promesse de sang ! Souffla t-elle à portée d'haleine. Alors je vous laisserai partir, tous les deux ! et entiers ! Se tournant à présent en direction de l'être noir, elle poursuivit d'un ton plus sec : Tu veux crever toi, je sens les suicidaires à des kilomètres à la ronde. Tu es faible et lâche, car je sais que même si je venais à te transformer en Vampire, tu irais faire bronzette aussitôt malgré ton amie !

Mina connaissait bien ce genre de loque, et quand bien même l'on s'offusquerait à sa manière de le dire, ça ne changerait rien à ce qu'il est ! Qu'importait l'étendu du pouvoir néfaste de sa malédiction, car pour ce type d'individu, tout ce qu'il ne pouvait tolérer ne pouvait en aucun cas être accepté. Autrement dit, ces gens là faisaient de la destruction leur alliée, aussi dévastatrice que l'intolérance raciale dans l'esprit d'un élu du peuple chez les humains ! Son regard niais au possible témoignait d'une certaine innocence, sans doute pour ne pas sombrer dans la folie... Seulement, Mina n'était pas femme à faire dans la dentelle.

- Je sais que je peux faire confiance à ton amie si elle m'a donné sa parole. Reprit le Vampire en griffant lentement la joue du Drow avec la serre que lui servait d'index. Cependant... je suis convaincue que si l'occasion se présente à toi de mourir dans une certaine dignité, tu la saisirais ! Si ton amie choisit la vie, tu auras tout intérêt à changer de comportement, sinon vous crèverez tous les deux ! Termina t-elle en se relevant.

Impossible de savoir ce que Mina allait faire promettre ni même ce qu'elle avait en tête, mais quoi qu'il en était, c'était désormais Lucosa qui avait toutes les cartes en main. Enfin presque... car l'emprise télékinésique avait toujours cours !

- Alors, qu'est-ce que tu décides, amie de l'être noir ?! Gronda t-elle une dernière fois.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 19 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldakka
avatar
Récits 512
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Dim 11 Oct - 20:40

Pourquoi les prédateurs rabaissaient-ils toujours leur proie en guise de préambule ? Après qu'elle s'eut adressé à Lucosa, la voix porta son attention sur moi... De la manière dont j'étais maintenu au sol, pour ne pas dire écrasé, je ne pouvais savoir si le monstre me regardait ou non, ses yeux étant l'unique chose de lui que je pouvais discerner dans cette obscurité. C'est alors que je fus injurié, pour cette... femme, je n'étais qu'un faible doublé d'un lâche. Mais quel crédit pouvais-je apporter à ses paroles ? Elle ne me connaissait guère, et jusqu'à preuve du contraire, nous étions ennemis. Elle ne savait rien du mal qui me rongeait ! Quoique... réflexion faite, je refusais d'entrer dans le jeu de l'adversaire, même par la pensée ! Cependant, je demeurais troublé par ce que je venais d'entendre... sans doute par la parcelle de vérité qui s'y trouvait. Il était vrai que si je venais à être métamorphosé en suppôt des Enfers, soit en Vampire, le soleil serait mon ultime recours... Je ne verrai rien à par la mort qui me tendrait les bras, pas même Lucosa ! Étais-ce de l'égoïsme, ou de la prévenance ? Cette femme, ce Vampire, qui était-elle avant de rejoindre le monde de la nuit ? L'avait-elle voulu, ou abandonna t-elle son esprit et son coeur à sa vie passée ?

Puis de nouveau, sa voix s'éleva... et ma conviction de la veille au matin à vouloir en finir avec la vie, allait être mise à contribution. Diantre ! mais pourquoi ?! Que je vive ou que je meure, quelle importance cela pouvait-il avoir ? Même si je regrettais de m'être égaré de la sorte, il me prit à songer ; "Lucosa, répond-lui NON de telle façon à ce qu'on n'ait pas à se soumettre à ses exigences !". En somme, durant cet instant de faiblesse, j'étais prêt à sacrifier de sang froid la vie de mon amie ! Les paroles du Vampire prenaient alors un tout autre sens... Serait-il possible que malgré sa folie à boire le sang des vivants, son intention soit de me sauver de moi-même ? Non ! c'était vraiment trop tiré par les cheveux ! Je supposai donc que dans ma position actuelle j'eus un épisode de délire. Fort heureusement, nul n'en saura jamais rien !

Refusant de mettre Lucosa plus en danger qu'elle ne l'était, je choisis de garder les lèvres closes, des fois qu'une bêtise monumentale s'en échappe. De toute façon, je savais déjà sa réponse ! En réalité, ce qui m'inquiétait le plus, c'était cette promesse... Qu'est-ce qu'un Vampire de son rang pouvait attendre de cette rencontre dans les tréfonds ? tout en sachant qu'elle pouvait nous tuer sans même lever le petit doigt ! Dans tous les cas, si c'était pour quelque chose d'infâme, j'étais prêt à nous faire mourir tous les deux ! Car jamais je n'accepterai que Lucosa verse le sang pour le simple fait de me garder en vie ! Je m'appuyais sur la logique que si mon amie était seule, servirait-elle d'esclave à un Vampire sans foi ni loi afin de préserver sa vie au détriment d'autres ? La réponse était non bien sûr, j'en avais l'intime conviction. Mais... avais-je raison de penser ainsi... ?

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 19 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucosa Warou
avatar
Récits 89
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Ven 16 Oct - 17:27

Le grognement de cette femme vampire, m'aurait fait frissonner si j'avais pu bouger. Même la louve n'était en rien rassurée après un tel cri obscur... Oui j'avais peur. Je ne cherchais pas à le nier,, mais je me battrai jusqu'à la mort qu'elle me soit donnée par cette.... créature des ténèbres ou non. Une promesse de sang ? Qu'entendait elle par la ? Cela signifierait donc notre vie et pourtant je ne voulais rien devoir à ces  yeux qui me clouaient au sol. De plus elle enchaîna avec un discours qui me déplut au plus haut point sur mon ami. Allait elle donc se taire ? Je n'avais pas fait tout ce chemin pour qu'il reprenne l'envie à Eldakka de mourir ! J'avais compris sa fragilité et voilà que madame en rajoutait. Ne pouvant retenir un sourd grondement, je la laissais tout de même finir, me retenant fermement de protester alors même que la vampire enfonçait encore mon ami. Qu'avais je de si... spécial pour qu'elle me fasse confiance ? Du moins selon ses paroles car était elle seulement sincère ?

En la regardant, et malgré le fait que Eldakka n'ai rien dit, et que nous soyons encore cloués au sol, une partie de moi apportait du crédit aux dires de cette femme. Elle ne paraissait pas faire les choses au hasard, si elle prenait le temps de me dire tout cela, au lieu de nous tuer et continuer son chemin, il me semblait logique qu'elle ne jouait pas avec nous. Aussi, et malgré l'inconfort de la position entièrement statique, je ne tardais pas à lui répondre.

-Tu crois peut être tout connaître, mais mon ami est plus courageux que tu ne le penses. Alors ne le rabaisse pas ainsi au risque qu'il choisisse par ta faute, la lâcheté ! Aboyais je prestement. Eldakka, réagis, tu sais mieux qu'elle ce que tu vaux non ?

Ma rage avait eu raison de moi. Je ne pouvais supporter de voir ce jeune elfe noir pour qui je m'étais pris d'affection se faire miner de la sorte. Et sans rien dire en plus ! La connaissance que croyait posséder la vampire ne lui donnait pas tous les droits et ce même en nous tenant entre ses mains. Néanmoins, il fallait que je fasse un choix. Ce n'en était pas vraiment un d'ailleurs. Il était hors de question de mourir ici. Mais que pourrait me demander cette... sinistre créature ? il y a beaucoup d'actes que j'étais prête à commettre oui, mais pas tout, et encore moins sans raison.  Plantant mon regard dans le sien, bien que la lumière soit assez vive, j'ajoutais alors.

-D'accord. Tu as cette promesse. Maintenant dis moi ce que tu veux, nous avons déjà pas mal à faire.

Hors de question qu'elle voit à quel point cela avait été difficile à prononcer. L'angoisse qui me rongeait quant à savoir ce qui équivaudrait à notre vie n'était donc pas visible. Pour le moment. La louve était au commandes et c'était parfait ainsi. On se bat pour survivre. La nature est ainsi faite et montrer ses faiblesses ne serait que donner du champs à l'adversaire. Poussant donc à l'arrière de mon esprit toutes les questions, et peurs qui me venaient, j'attendais la sentence de la vampire dignement si l'on peut dire au vu de la position que j'occupais actuellement. J'espérais de toutes mes forces qu' Eldakka ne m'en veuille pas trop. Bien sur que sans moi il aurait choisit la mort, cependant il allait réapprendre la vie, je me l'était juré et nulle promesse ne pourrait surpasser celle ci en moi. Alors oui j'accomplirai ce que l'autre voulait, si c'était possible selon les valeurs que je possédais, mais c'était pour que nos coeurs continuent de battre, et qu'un jour, il soit libre et heureux.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 20 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Mer 28 Oct - 14:50


C'était plus fort qu'elle n'est-ce pas ? de défendre ce paquet de viande qu'elle appelait ami ! Néanmoins cette Lucosa se trompait sur un point, car Mina, en dépit de son âge avancé, n'avait pas la prétention de tout connaître. Une certitude n'avait rien à voir avec la connaissance, après les milliers de vies qui trépassèrent entre ses griffes, le Vampire avait acquis un instinct et une ascendance psychologique sans précédents. Que le sang mêlé appréciait ou non ses paroles, ça ne faisait aucune différence pour Mina. À savoir que tout ce qui lui importait, c'était la réponse à sa question au sujet de la promesse. Fort heureusement, la patience de la prédatrice ne fut guère sollicitée, et ce fut d'une voix tranchante que Lucosa finit par donner sa parole ! Désormais, faire machine arrière leur serait impossible, ils allaient devoir s'en acquitter ou mourir !

- Je savais bien que derrière cette impétuosité se cachait du bon sens ! Ironisa Mina avec sarcasme. Mais tu as fait là, un bon choix... Finit-elle par chuchoter en s'accroupissant, puis, à l'instar d'un fauve tapis dans les hautes herbes, le Vampire s'approcha de Lucosa, sa bouche s'ouvrant toujours plus grande à chaque centimètre parcouru. D'une main délicate, elle écarta une mèche de cheveux qui masquait son cou, et l'instant d'après, elle plongeait ses crocs dans la chair !

Lorsque le flot de sang inonda sa gorge, le Vampire émit un son que l'on pourrait apparenter à de l'apaisement. L'acte ne dura qu'une fraction de seconde, juste le temps de prélever à cette créature son précieux nectar... Pourtant, Mina ne se détacha pas tout de suite de sa proie, la tentation était forte, très forte ! La vitae de Lucosa était à la fois pure et épicée, un gout divin pour le palais de notre Vampire... comment ne pas y résister ? "Allez, rien que la moitié, elle ne s'en rendrait pas compte !" Rhaa SUFFIT ! Ce même démon qui manqua de la faire s'attaquer à Ydris faisait encore des siennes... Refusant de laisser cette chose lui dicter sa conduite, la prédatrice finit par se retirer. Désormais debout, elle se tourna vers le Drow quand soudain ! d'une seule main elle le saisit à la gorge. Resserrant son étreinte, elle le décolla de terre avant d'imposer son visage sombre contre le sien...

- Ton amie a parlé, être noir ! Lui susurra t-elle les lèvres encore maculer du sang de Lucosa. Interdiction formelle de crever, sinon quoi... Au moment d'interrompre sa phrase, le Vampire pressa de son autre main les joues du Drow comme l'on presserait un citron, forçant ainsi se dernier à ouvrir la bouche. Dans un décor paradisiaque nimbé d'une couleur dorée propre au coucher de soleil, ça ressemblerait presque à un baiser d'amour torride ! Après tout, ce genre de pratique n'était rien de moins qu'un transfert de fluides, or, Mina respectait parfaitement ce fait étant donné qu'elle fit ingérer au compagnon de l'Hybride, le sang qu'elle venait de lui sucer ! C'est délicieux, n'est-ce pas ? Grommela Mina avant de laisser retomber sa victime, la laissant ainsi s'écraser comme une merde. Le sang c'est la vie, et la vie de ton amie coule désormais en toi. C'est un cadeau que je te fais, puisque tu donnes l'air de vouloir veiller sur elle, commence déjà par rester à ses côtés pauvre lâche ! Autrement dit si tu crèves, elle crèvera aussi !

Il s'agissait d'une petite malédiction que sa Reine lui avait appris lorsqu'elle célébra son premier siècle. Mina venait de cheviller la vie de Lucosa à l'essence même du Drow, ce qui signifiait que l'Hybride était libre de mourir sans pour autant craindre d'emporter son ami avec elle, mais le contraire lui, n'était plus guère possible. De toute façon, ils ne seraient pas trop de deux pour mener à bien la mission qu'elle allait leur confier.

- Et pour en revenir à la promesse ! Reprit la prédatrice en lorgnant Lucosa. Je veux que vous retrouviez deux personnes pour moi. Je l'aurais bien fait moi-même, mais j'ai des comptes à rendre à ma Reine, et il est plus que probable qu'elle ait d'autres projets pour moi dès mon retour à Kumra. Je ferais mon possible pour revenir dans les meilleurs délais, mais je ne puis m'appuyer sur la foi d'une intuition ! Rassurez-vous, je vous laisse faire vos trucs à Ched-Nasad, et à supposer que vous en réchappiez, votre devoir envers moi sera d'honorer votre promesse, et vous aurez tout intérêt à vous y tenir ! Puis elle ajouta d'une voix terrifiante : Car si je ne parviens pas à les sauver, alors je les vengerai ! Et vous serez les premiers à en subir les conséquences !

Ceci étant dit, Mina se changea en grand loup noir avant de bondir par dessus Lucosa afin de s'en retourner à la surface. Il faudra tout de même patienter quelques secondes de plus avant que l'emprise télékinésique cesse enfin ! Quant à savoir où chercher ces deux personnes, Eldakka serait à même de retrouver l'endroit où l'éboulement avait eu lieu... Car lorsque la prédatrice l'embrassa, elle lui transmit également ses derniers souvenirs aux côtés d'Ydris et Pheare...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 29 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldakka
avatar
Récits 512
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Sam 21 Nov - 3:34

Je n'avais point la volonté de me défendre, surtout face au courroux d'une créature qui se prétendait à la fois juge et bourreau. J'ajouterais même que mon amie se débrouillait fort bien dans ce domaine, et que mon argumentation ne ferait qu'échauffer les oreilles de notre assaillante. Je n'avais guère besoin de gonfler notre malheur, à savoir que j'estimais le Destin suffisamment apte à remplir ce rôle... Puis finalement, Lucosa donna suite à la question du Vampire au sujet de la promesse, et comme je le suspectais : elle répondit oui ! Elle prêta serment à l'aveugle afin de sauver nos vies, pourtant je ne me sentais pas rassuré. Le monstre avait désormais ce qu'il voulait, alors que nous, pauvres Mortels, dépendions toujours de son bon vouloir... Je ne puis le voir, mais je demeurais certain que son visage affichait un sourire aussi sarcastique que les paroles qu'elle venait de prononcer. À cela je n'eus qu'une envie, lui fendre la chair ! J'étais furieux mais... étant aussi armé et redoutable que le chaton qui vient de naître, je me devais de taire mes émotions.

J'essayai de bouger... en vain ! J'avais beau y mettre toutes mes forces, c'était comme si le temps c'était arrêté autour de moi. Je sentais une mèche de cheveux chatouiller mon visage, sa longueur traçait un arc de cercle allant de mon sourcil gauche jusqu'à la commissure droite de ma bouche. Sans doute pour me donner de l'espoir, je fis jaillir de l'air par mon nez afin de la repousser, mais elle demeura figée ! Cette situation me fis inéluctablement songer à mes victimes, car sans vraiment l'être, j'avais tout d'une statue en ce moment... Hélas, je n'eus point le loisir de m'appesantir sur un passé depuis longtemps révolu. Me pensant d'abord la proie d'un nouveau sortilège, je ne compris que tardivement qu'il s'agissait en fait d'une main qui m'enserrait la gorge. Toujours aussi raide, je me retrouvais à la verticale suspendu dans les airs par une force que je ne pouvais définir ! Il s'agissait bien sûr du Vampire, son souffle empestait le sang, enfin... le terme sang était un euphémisme. C'était comme si le sang d'un millier de personnes avait concentré son odeur dans la bouche de ce monstre !

Même si il ne m'en restait que peu, ma fierté en prit un sacré coup ! Humilié, et bientôt souillé par cette femme, cette chose ! "Ton amie a parlé, être noir" avait-elle dit, mes oreilles m'avaient déjà appris cette information, qu'espérait-elle donc obtenir à travers la torture morale ?! J'étais loin, très loin d'imaginer ses intentions... J'eus tout juste le temps de comprendre que je n'aurais pas le droit de mourir, quand soudain ! je ressentis une vive douleur dans les joues et la mâchoire. Par Xiris que se passait-il, qu'allait-elle me faire ! J'étais terrifié, et cela ne m'arrivait jamais ! sauf à l'égard de ma malédiction. C'est alors qu'un goût des plus immondes s'imposa à la saveur sucrée qu'avait laissé les baies sur ma langue ! C'était liquide, épais et chaud... J'en frissonnais de toutes parts ! Je détestais le fumet du chou-fleur, que Xiris me pardonne de rejeter ainsi une de ses créations... mais à cet instant précis, j'échangerais volontiers tous les choux-fleurs du monde afin de m'épargner cette horreur qui désormais ruisselait dans ma gorge...

Au sens propre, elle me violait ! Son immondice put se frayer un passage jusqu'à mes entrailles sans rencontrer le moindre obstacle, comme le fait d'avaler qui là ne fut pas nécessaire, et la régurgitation que je ne pouvais en aucun cas solliciter ! En bref.. je lui appartenais ! Je voulus hurler, mais là encore mon corps refusa de répondre... et sans vraiment comprendre ce qui me tourmentait, la conscience me déserta. Tout du moins pour un court instant, car lorsque je rouvris les yeux, je fus en mesure de serrer les poings de toutes mes forces ! Ne sachant quoi faire, ni comment réagir, je prononçai le seul mot qui me venait à l'esprit...

- Lucosa ? Avais-je chuchoté la gorge encore inondée par le présent du Vampire.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 29 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucosa Warou
avatar
Récits 89
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Sam 21 Nov - 18:29

Eldakka ne réagissait pas vraiment aux paroles que j'échangeais avec cette femme vampire. Après tout, que pourrait il bien dire mis à part se défendre du mépris qu'elle lui faisait endurer ? Je  n'avais qu'une envie : que l'on en finisse au plus vite. Le sarcasme qui suivit dans les paroles de la créature m'agaça. Evidemment que j'avais répondu positivement à sa demande, comme si j'avais vraiment le choix ! Je m'étais confié une mission et ce n'était pas le moment de mourir, donc il ne me restait plus qu'à me calmer et attendre le bon vouloir de cette femme concernant la promesse. Son visage était si près que j'en aurais frissonné si brusquement, une douleur n'avait pas déchirée mon cou. Un cri s'échappa alors de ma gorge, puissant, manifestant à la fois la douleur et la surprise. Mais quelle horreur ! Cette.... cette chose était en train de... d'aspirer mon sang. Je dus devenir blême de peur, et je cherchais à me tortiller dans tous les sens même si je savais que c'était impossible. De plus un son qui s'apparentait à un miaulement de plaisir me parvint. Serrant les dents, je sentis alors la créature se retirer et la vit se lever. De mon coté j' haletais, à la fois horrifiée et sonnée. Pourquoi ? Quel était le but de cette mascarade sanglante si ce n'était pas pour me vider de ma vie ?  Je n'eus pas le temps de me poser trop de questions car elle se pencha vers Eldakka et le souleva de terre.

-Lâche le, mais lâche le !, Hurlais je en essayant vainement de bouger afin de prêter assistance à mon ami en mauvaise posture.

Cependant, ce qui suivit me rendit aussi immobile qu'une statue. La femme vampire venait de... faire une sorte de baiser forcé au jeune drow, alors que de là où je me trouvais j'avais encore pu voir mon propre sang dans la bouche de la sinistre créature. A quoi rimait cette abominable spectacle ? Muette et stupéfaite, incapable ne serait ce que de grogner, mon regard était figé sur la scène. Néanmoins j'entendis rapidement un bruit m'indiquant qu'elle venait de lâcher mon ami. La voix se fit de nouveau entendre et je sortis de l'état malsain dans lequel je me trouvais, voulant secouer la tête, tout en grimaçant en me rappelant que cela m'était impossible. J'écoutais alors la femme, essayant d'analyser ce qu'elle racontait. Délicieux ?... mon sang dans ses veines ... ? Par tous les dieux elle avait fait boire ce qu'elle m'avait prit à mon ami ! La fée au loin dans mon esprit eu soudainement envie de vomir tripes et boyaux. Cependant, comme la créature n'avait pas finit de parler, je laissais la louve, beaucoup moins bouleversée par l'acte lui même, aux commandes. Un grognement s'éleva alors, rauque et continu. J'écoutais les directives concernant ma promesse, emplie de haine envers celle qui venait de maudire Eldakka qui n'en avait nullement besoin ! Et alors que je voulus répliquer puisqu'elle semblait avoir finit après une menace qui pour le moment me laissa de glace, elle se changea en loup, bondit et disparut derrière moi. Il me fallut un certain temps avant d'intégrer le fait que je venais de voir une vampire devenir une partie de moi dont elle était absolument indigne. En fait ce fut un murmure qui me fit redesendre sous terre.

-Eldakka ?! Prononçais alors surprise de pouvoir me tourner vers lui. Je me hissais alors sur mes genoux et me rapprochais de mon ami. Je suis là, et elle est partie... Est ce que.... est ce que ça va ?

Un tiraillement au niveau du cou venait de me rappeler ce qui venait de se passer exactement. Or ma question devenait complètement stupide. Comment pourrait il aller bien ? Il venait de se faire humilier, maudire et j'en passe... tout ça sous mes yeux et alors que nous n'avions pas encore croisé de drows ! Notre voyage s'annonçait plutôt mal. Cependant je ne savais pas comment aborder le sujet de ce qu'il avait subi quelques minutes avant, c'était délicat voire presque...intime. Tout en gardant une part de colère dans mon esprit, j'étais à présent focalisée sur le bien être d'Eldakka. Il ne fallait surtout pas renoncer, de toute manière nous étions obligés d'avancer à présent. Je sortis une des réserve d'eau que je portais et lui tendit doucement, désirant l'aider à s'asseoir et reprendre courage. Mais j'avais aussi quelque chose à lui dire.

-Est ce que tu pourras me pardonner ?

La réponse qu'il pourrait apporter me terrorisait. A vrai dire mon angoisse était visible. Ma queue était enroulée autour de moi, comme pour me protéger, et mes oreilles étaient baissées en signe de tristesse. La mort était elle plus enviable que ce qu'il venait de subir et ce que nous avions à présent à accomplir ? Pour moi il était certain que non. Néanmoins je savais qu'il n'avait pas cette vision des choses aussi étais je inquiète. Maladroitement je portais une main à mon cou qui ne présentait quasiment rien, du moins au touché. J'avais l'impression de me réveiller d'un cauchemar, de sortir d'un état végétatif. Et d'avoir fait du tort à mon ami. Quoi qu'ai pu dire cette femme j'avais parlé pour nous deux, et c'était terriblement injuste. Frissonnant de dégoût et de la peur ressentie lors de sa présence, je n'osais croiser les yeux d' Eldakka. Je n'avais pas encore conscience de tout ce qu'impliquait l'échange de sang et ces personnes que nous devions rechercher. Pour le moment, ce qui m'importait c'était lui.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 31 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldakka
avatar
Récits 512
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Dim 22 Nov - 15:49

Perdu dans des souvenirs que ne m'appartenaient guère, je me ressaisis rapidement à l'entente de mon prénom. Lucosa m'avait rejoint, visiblement inquiète, elle voulait savoir comment j'allais... Énervé, hors de moi, furieux, enragé ! nul adjectif ne saurait qualifier mes ressentis du moment... Mon seul désir était d'en découdre avec ce monstre qui venait de vomir son fiel en moi. Mais il était parti, nous abandonnant tous deux à notre frustration ! La tête me tournait, la langue et la gorge me brûlaient, mis à part cela... ça allait. En tout cas physiquement, moralement en revanche, c'était l'apocalypse ! Car lorsque la conscience me déserta, ce ne fut pas dans sa totalité. Autrement dit, je fus incapable de voir, de penser ou même d'éprouver une émotion, mais je pus tout entendre... Je savais donc ce qui se passerait pour mon amie si je venais à périr ! Mes dents se soudèrent sous la fureur qui ne cessait de s'étendre dans mon coeur. Comment cette créature avait-elle pu oser me faire une chose pareille ?! Présentement on pouvait me voir comme faible, ça je l'admettais, mais ce ne fut pas toujours le cas !

J'avais plus d'un millénaire au compteur, si vraiment j'étais un suicidaire dans l'âme, j'aurais mis fin à mes jours juste après la mort tragique de Koolën ! Puis en surface par la suite, mais non... j'ai poursuivis mon errance, idolâtré Xiris comme le ferait un enfant pour sa mère ! À présent... je n'avais que trop vécu, et il était de mon droit le plus juste que de réclamer la mort. Lucosa sut mettre un frein à mes envies, car elle me prit par les sentiments et parvint à me sauver de moi-même. De plus... il se pouvait d'après ce que j'avais lu, que Lucosa soit une des enfants de ma Déesse vénérée. Je pris alors son refus de me voir mourir comme un signe du Destin, comme si Xiris elle-même s'opposait à cet acte qui était le mien... Mais cette chose, ce Vampire ! quel était le lien si ce n'était la démence ?! Serait-ce un bras de fer entre les Enfers et le monde Céleste afin de savoir lequel des deux me possèderait, ou bien un accord commun ?!

Je supposais que Lucosa finirait par éprouver de la satisfaction... après tout, elle aussi ne voulait pas que je meure. Et comme je tenais à elle jamais je ne la laisserai mourir, même si pour ça je me devais de vivre un millénaire de plus ! Sur ces songes, je posai mon regard sur ses traits. Et sa tristesse me fendit le coeur... Elle ne voulait certes pas assister à la fin de mes jours, mais à la voir, elle ne souhaitait pas non plus être l'instrument d'une souffrance prolongée. Je pus lire dans son regard rougit par l'infravision qu'elle serait même prête à se sacrifier pour m'éviter cette funeste agonie. Ce que bien sûr je refuserai ! Hmm... en une fraction de seconde les rôles semblaient s'être inversés, et pourtant... aucun mot ne fut prononcé. Je comprenais désormais le combat de Lucosa pour me garder en vie. La solitude n'avait pas que du bon si il fallut pareille chose pour que mon esprit s'éveille enfin...

Trop épris par la colère, je ne puis répondre à sa question, mais lorsque je voulus le faire... mon amie se confondit en excuse. Une inqualifiable tristesse sans doute pareille à la sienne m'envahit alors, repoussant lentement du revers de la main la gourde qu'elle me tendait, je lui caressai la joue de l'autre. Ses attributs animal mais faisaient fondre, littéralement. Aussi, après lui avoir démontré que je ne lui en voulais pas d'avoir fait cette promesse, je me redressai pour finalement m'assoir. Me servant cette fois-ci de mes deux mains, je réitérai mon geste qui consistait à lui redresser les oreilles. J'avais trop de peine à la voir ainsi, et je voulais au plus vite oublier cet instant, à défaut de la rencontre... À la suite de quoi, je me relevai entièrement, encourageant Lucosa à faire de même.

- Ca va aller... Bredouillais-je sans être certain de mes dires. Nous allons honorer cette promesse, et une fois fait, elle nous libérera de son maléfice ! Je mettrai tout en oeuvre pour ça. Ma voix se voulait rassurante, mais la colère n'en demeurait pas moins présente.

Aussitôt je m'en allai récupérer mes cimeterres, mais avant de les mettre au fourreau, je rendis sa lance à mon amie. Toutefois... en échange de celle-ci j'étais désormais prêt à accepter la gourde afin de rincer cette horreur qui, à l'instar de l'acide, ne cessait de me ronger ! Je savais où nous rendre pour retrouver ces deux personnes, et c'était par ça qu'il fallait commencer. Jamais je ne me rendrais à Ched-Nasad sachant la vie de Lucosa chevillée à la mienne ! Ma malédiction pouvait attendre.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 33 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucosa Warou
avatar
Récits 89
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Mar 16 Fév - 17:43

La conscience lourde, le regard triste, je ne pouvais que voir les quelques émotions qui passèrent dans le regard d'Eldakka avant qu'il ne parle. La colère, la rage, puis... la frustration. A vrai dire il y en eut bien d'autres mais je ne cherchais pas à les identifier. Je voyais simplement mon ami se remettre lentement du choc qu'il venait de subir, des paroles viles de ce monstre de vampire. Par instinct de survie, la louve n'avait eut aucun mal à se remettre promptement d'aplomb, prête à protéger son ami d'un nouveau danger. Pourtant il en était tout autre de la petite fée terrorisée qui se retranchait à l'arrière de mon esprit. Celle ci refusait encore la situation ainsi que ce qu'il venait de se produire. Quel boulet allais je devenir pour Eldakka ? Il me protégerai j' en étais certaine et c'était bien ça le problème. Il avait déjà été tellement rude à convaincre et à présent voilà que ma vie était attachée à la sienne. Je mourrais d'envie de me taper la tête contre la paroi pour avoir été aussi stupide. Cependant, et alors que je le regardais, mon ami s'anima. Il refusa d'abord l'eau que je lui proposai puis posa sa main sur ma joue, me faisant comprendre qu'il ne m'en voulait pas. Sincèrement surprise, je frottais ma peau contre sa paume lorsque, trop rapidement si l'on me demandait mon avis, le contact se brisa. Il reprit pourtant bientôt car le drow entreprit de me redresser les oreilles. Geste si réconfortant et doux que je poussais un grognement de plaisir, le visage rouge. Je le laissais faire et m'obligeai à les garder bien droites comme pour lui démontrer qu'il avait raison. A la suite de quoi, encouragée par ses propres gestes, je me relevai à mon tour et pu entendre sa voix. Peu sûr de lui et néanmoins déterminé à agir. Je compris alors qu'il voulait régler cela au plus vite et ranger ce moment passé loin dans nos mémoire.

Reprenant la lance qu'il me tendait, je lui donnais l'eau en échange. Il était important qu'il se débarrasse de tout cela et j'étais sure qu'à présent il en avait très envie. D'après ce qu'il venait de dire, nous allions donc changer nos plans. Du moins temporairement. Je n'en étais pas étonnée le connaissant, sa malédiction pouvait bien durer un peu plus longtemps tandis que ce lien... Oui je le comprenais parfaitement même si je ne pu retenir un grognement de frustration. Il y avait toujours quelque chose, ou en l’occurrence quelqu'un, pour se mettre en travers de notre quête vers sa liberté ! Cela commençais sérieusement à m'agacer. Sauf que personne ne nous demandait notre avis, ainsi râler ne pouvait que nous ralentir.

- Oui finissons en rapidement avec cette...promesse...

Prononçais lentement, prenant consience que je ne savais absolument pas ou, ni comment commencer. Ce qui avouons le, était plutôt préoccupant. Seulement, au vu de sa rapide préparation j'étais quasiment certaine que mon compagnon en savait davantage que moi. Cette... femme lui aurait elle transmis autre chose ?

- Tu sais où nous devons nous rendre ?

Je ne doutais absolument pas de notre réussite. Ou plutôt j'occultais notre possible défaite. A mes yeux c'était inconcevable. Nous devions réaliser ce service si gentiment demandé par la créature pour pouvoir ensuite continuer notre route. Et trouver le moyen de délivrer mon ami. Il ne restait donc plus qu'à avancer ! Je vérifiais rapidement mes maigres possessions, attendant une réponse d'Eldakka et prenant quelques temps pour réfléchir. Car si la louve était prête à foncer tête baissée, la fée elle, qui venait tout juste de se reconnecter avec la réalité, avait besoin de plus de détails. En effet, il était quasiment certain selon les dires de la créature, que Ched Nasad n'était pas notre destination. Or je ne connaissais pas grand chose à l'ombre terre mais je pensais que seuls les drows et certains monstres y résidaient. Les personnes a rechercher étaient elle prisonnières d'un de ceux ci ? Ce qui me dérangeait était en fait la puissance du vampire. Pourquoi les charger eux, si faibles en rapport à elle, de sauver quelqu'un ? Si elle même n'avait pas réussi, il pouvait y avoir des doutes concernant notre propre initiative... Décidant que manifestement réfléchir ne m'aidait absolument pas, je secouais la tête reléguant les interrogations de la petite fée en arrière plan, avant de me placer aux cotés d'Eldakka et de prendre sa main.

- Crois moi, je ne permettrai à rien de nous empêcher de réussir. Commençais je, affirmant ainsi que j'étais prête. Puis je me permis d'ajouter, ne nous préoccupons pas de ses paroles au delà du raisonnable et agissons selon nos habitudes. Je serais prudente je te le promets.


A cela j'amenais sa main à mon visage et frottai son dos contre ma joue. Je voulais lui apporter un peu de réconfort. Ce n'était pas grand chose, presque rien, mais je tenais à lui montrer que j'étais là. Qu'il n'était plus seul, et que je ne comptais aucunement le laisser. J'avais confiance en lui, et je connaissais aussi son coté protecteur. Peut être qu'il verrait à travers mes paroles que je ne me sentais pas plus vulnérable qu'avant et que, de toute manière, me connaissant je ne comptais pas le laisser se faire tuer peu importait ou non ma propre vie.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 35 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eldakka
avatar
Récits 512
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Mer 21 Sep - 12:51

Encore secoué par ce baisé des ténèbres, je n'écoutai que d'une oreille les paroles de Lucosa. J'en compris le sens mais ne pus réagir en conséquence. Mon esprit était pour ainsi dire... ailleurs. Il me fallut son contact pour recouvrer ma lucidité. De ses mains elle enveloppa la mienne comme si il s'agissait d'une pierre précieuse, puis doucement, elle l'appliqua contre sa joue. Elle frotta lentement cette dernière laissant ainsi transparaître au travers de cette caresse, un réconfort dont seule Lucosa avait le secret. J'esquissai un sourire furtif à son geste, mais je ne voulais pas qu'elle soit la seule à donner de son âme. Ce fut pour cette raison, mais aussi par envie que de mon autre main je pressai l'arrière de sa tête afin de la ramener contre moi. Je voulais qu'elle sache par l'acte que je tenais beaucoup à elle, peut-être plus que je ne voulais l'admettre d'ailleurs.

-*Même dans un endroit aussi sordide, la douceur peut trouver corps...* Songeai-je le regard masqué par mes paupières.

Ignorant tout du temps qui s'était écoulé, je finis par rompre le contact afin que l'on puisse se mettre en route. Je connaissais l'endroit que le Vampire m'avait montré, malheureusement... il n'était pas tout près. Malgré les siècles passés, je n'avais rien oublié de ces vieux boyaux abreuvés du sang des morts ! En revanche, la question du : "Pourquoi avons-nous croisé un Vampire ici ?" ne cessait de me marteler l'esprit. Aussi longtemps que remontaient mes souvenirs, les Drows et les créatures de l'ombre éprouvaient l'un pour l'autre une haine sans bornes. D'après les songes qu'elle me transmit, elle ne venait guère de la cité noire. Cependant, je ne pouvais m'empêcher de craindre une union entre Vampires et Elfes noirs. Le temps changeait bien des choses, et si l'on voulait mon avis, ça serait la pire des alliances !

Le feu dans ma gorge semblait s'être apaisé, cependant... plus je marchais, plus mes émotions se faisaient nombreuses. Et c'était bien là le problème, car toutes ne venaient pas de moi ! Inquiet, je m'arrêtai brusquement, de là, naquit une nouvelle émotion en mon coeur, celle de l'interrogation. Fronçant les sourcils, je me retournai vivement, mais je n'aperçus que Lucosa. D'où pouvaient bien provenir ces ressentis ? Je cherchai du regard une réponse à ma question, dans un élan de panique je scrutai murs et plafond ainsi que la profondeur des ténèbres que l'on se devait de franchir. Hélas, rien de probant ne fut décelé... Peut-être que mon amie savait ce qui nous épiait, ou encore ce qui cherchait à me tourmenter de la sorte.

- Tu vois ou tu sens quelque chose ? Lui demandai-je rapidement.

J'étais convaincu que nos vies en dépendaient, sans savoir que les émotions qui se superposaient aux miennes n'étaient autres que celles de Lucosa.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 38 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucosa Warou
avatar
Récits 89
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Mer 11 Jan - 18:55

Je ne pu être qu'étonnée lorsque mon ami, bien qu'encore certainement hanté par ce qu'il venait de vivre, répondit à mes caresses par une réunion entre mon front et le creux de son cou, ce qui constituait à mes yeux quelque chose de très proche du mot, câlin. J'en fus toute émoustillée battant l'air renfermé de l'ombre terre de ma queue, les oreilles relevées, je manifestais là ma profonde reconnaissance, et ma joie de ce contact imprévu. Lorsqu' Eldakka rompit de lui même cet instant, je me sentais gonflée à bloc pour affronter un horde de vampires ou de drow. Je tenais énormément à lui, mais il était dur de savoir ses propres sentiments. C'était un véritable cadeau qu'il venait de m'offrir et mes joues restèrent rouges et chaudes quelques temps encore. Nous nous mîmes ainsi en route, nous enfonçons davantage dans ces tunnels qui avaient vu l'enfance de mon ami.

* Dois je lui demander ce qui nous attend ? Ce qu'il a vu ? *

En effet, puisque nous avions à présent une destination différente, j'étais avide d'en connaître les détails. Ce monde du dessous m'était totalement inconnu. A part quelques rumeurs, je n'en savais rien et je m'inquiétais de notre prochaine tâche. Cependant, je ne désirais pas pousser Eldakka. Il me dirait ce qui était essentiel en temps voulu, de cela je ne doutais pas. En fait, j'étais simplement impatiente. D'en finir, de nous consacrer à notre quête initiale, de laisser cette fichue malédiction. Soudain, et alors que j'étais toute à mes pensées, mon ami fit halte sans mot dire. Je l'imitais, sur la défensive et observais les alentours avec attention. Que se passait il ? Je ne détectais pourtant rien, que ce soit visuellement, de par mes oreilles ou mon odorat. Eldakka se retourna vers moi, comme si j'étais suivie. Ce à quoi je répondis en effectuant un demi tour sur moi même. Mais non. Rien. Alors le drow se mit à avoir un comportement étrange. Il sondait les murs, le plafond, comme à la recherche d'une menace indétectable ce qui se confirma lorsqu'il m'adressa une courte demande. Je secouais la tête et refit une nouvelle fois toute les vérifications possibles.

*Il n'y a rien ni personne.... j'en suis sure. j'ai vérifié encore et encore depuis qu'il s'est arrêté. Mais alors qu'a t'il ressenti ?*

Je ne comprenais absolument pas ce qui chagrinait Eldakka. Néanmoins, certaine que tout danger imminent était écarté, je m'approchais de lui, et me plaçais juste devant de façon à couper son regard des murs afin qu'il stoppe son manège et m'accorde toute son attention. De plus je pris ses deux poignets dans mes mains, les emprisonnant ainsi pour le forcer à se poser réellement.

- Arrête ! grognais je de ma voix rauque. Puis plus calmement je poursuivis.Il n'y a absolument rien ici. Nous sommes seuls dans cette portion de tunnel. Je peux le jurer. Que se passe t'il  ?

Dans mon regard, ainsi que dans la fermeté de mes paroles, on pouvait discerner l'inquiétude que j'éprouvais pour lui. Le besoin de le rassurer, de trouver ce qui clochait, afin de le ramener ici et maintenant. Oui il me semblait complètement ailleurs. Je le regardais droit dans les yeux espérant qu'il trouve sa réponse en moi. Je relâchais doucement l'étreinte imposée sur ses mains, mais ne bougeait pas. Je commençais à croire que cette femme avait corrompu d'une certaine manière l'esprit de mon ami et qu'il voyait des choses inexistantes. Ou alors c'était encore une illusion dû à ce qu'il venait de subir. Une chose était certaine, je ne bougerais pas tant que je n'en saurais rien.

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 39 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   Dim 29 Jan - 9:05

Effectivement il n'y avait personne non loin de Lucosa et Eldakka, mais à plusieurs centaines de mètres de leur position, une mystérieuse sphère lumineuse sillonnait les boyaux obscurs des Tréfonds. Rapide et silencieuse, elle ne tarda guère à rejoindre l'Hybride et le Drow... D'abord intrigué par cette manifestation soudaine, le duo se mit sur la défensive avant de finalement comprendre que le phénomène ne leur voulait aucun mal. De cette lueur émanait amour et compassion, il n'y avait donc aucune raison de se faire violence, et ce... malgré l'endroit. D'abord immobile, elle finit par grossir puis se transformer en une éblouissante silhouette qui rappelait étrangement le corps d'une femme adulte. Puis, quelques secondes plus tard, l'intense lumière finit par se dissiper, cédant ainsi sa place à une personne au visage délicat et à la chevelure cuivrée...


En face de ces deux jeunes gens, Xiris se sentit tellement gênée qu'elle ne parvint guère à s'exprimer... Elle avait pourtant la motivation, mais le courage semblait lui faire défaut. Comment devait-elle se présenter ? Comment pouvait-elle expliquer la chose ? Maintenant qu'elle y était, tout semblait se compliquer ! Pour la première fois depuis qu'elle existe, Xiris se retrouvait face à l'une de ses créations. Elle se prénommait Lucosa, et l'ancienne Déesse savait à quelle point l'Hybride lui en voulait. Son profil était tout indiqué pour une telle rencontre. Or, pour que la voie de l'expiation s'ouvre, elle se devait de passer par là. Telle était sa conviction !

- Veuillez m'excuser de vous apparaître comme cela... je sais que ce n'est ni le lieu, ni le moment. Entama la jeune femme en déglutissant. J'espérais vous croiser dans la Vallée, mais j'ai manifestement été trop lente pour m'y rendre. Heureusement que la bien aimable Reine Ellesime m'eut donné un petit coup de pouce pour vous rejoindre. Elle passa les détails comme quoi cette dernière l'avait changé en feu follet en plus de lui indiquer la direction probable que Lucosa avait pu suivre. Qu'elle le voulait ou non, la part de Fée dont elle était investie ne pouvait être cachée au regard protecteur de la Souveraine Féerique. J'ai parcouru tout ce chemin dans le seul but de vous rencontrer, Lucosa... Bon ça c'était dit, la suite maintenant... Je suis celle qui vous a fait tant souffrir, celle qui vous a trahi de la plus horrible des manières, celle que vous méprisez à juste titre ! Je suis également celle qui a choisi d'abandonner sa Divinité pour réparer ses torts tout en sachant que ce n'était pas possible... je suis Xiris, celle qui fut la Déesse de la nature.

Après ces derniers mots, il ne lui était plus guère possible d'en ajouter d'autres. Son visage triste faisait ressortir la honte qu'elle éprouvait pour ses actes de folie, son regard était sincère mais ne donnait pas l'impression de rechercher le pardon. À présent Xiris redoutait plus que tout la réponse de Lucosa, alors que paradoxalement, l'impatience de celle-ci naissait en son sein...

¤ 2 Khole Vita ¤
~ Il est 19 heures 44 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sur les traces d'un douloureux passé   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sur les traces d'un douloureux passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ LES TERRES ÉLOIGNÉES ~ :: L'Ombre Terre :: Grotte ténébreuse-
Sauter vers: