AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 Faith Aoghan...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Faith Aoghan...   Sam 16 Jan - 22:32

~Prénom : Faith (la Foi dans une autre langue Humaine).
~Nom : Aoghan.
~Surnom : L’Insaisissable.

~Âge : 16 ans.
~Sexe : Féminin.
~Race : Humaine.

~Lieu de naissance : Nandis.
~Lieu où vous vous trouvez actuellement : Nandis.

~Classe : Guerrière : Voleuse-Inventrice.
~Alignement : Chaotique Bon.

~Description Physique :

Faith Aoghan est une adolescente de 16 ans de race humaine. Elle est de taille moyenne, environs 1 mètre 65 et pèse dans les 47 kilos. Ce qui est léger pour sa taille. C’est une humaine plutôt mignonne sans son arme. Elle a une peau plutôt blanche sans l’être trop. L’adolescente a des cheveux blonds magnifique et qui semblent doré lorsque le soleil les éclaire. Ses cheveux sont coupés court. Elle fait deux petites tresses dans son dos. Une barète verte vient tenir des mèches sur la partie gauche de son visage afin que l’on puisse voir pleinement le visage de Faith. Une grande partie de ses cheveux sont attachés avec un élastique de façon élégante pour que ceux-ci reviennent légèrement sur sa tête. Son visage et petit et fin est sans imperfection. Elle possède des yeux de couleur noisette dans l’ombre et vert feuille au soleil. Ses oreilles sont petites et des boucles d’oreilles y sont accrochées. Son petit nez, ses sourcils fins, son sourire et ses yeux pétillants marquent un visage très souvent souriant et enjoué. Faith porte un haut orange serré à la peau avec des attaches noires lui permettant de l’enlevé sur le côté gauche. A son cou, elle porte la plus part du temps ses lunettes qu’elle a elle-même confectionnée. Sous son habit, elle a une chainette en argent où pend une fine petite clef très joli. Les épaules de l’adolescente son nues. Son bras gauches est habillé avec un gant de couleur beige serré par des sangles noires. Un petit tissu en toile vert est présent à son bras et en fait le tour. Son bras droit, s’il n’est pas habillé par l’arme de Faith, est habillé avec le même morceau de tissu vert à la même hauteur que sur l’autre bras. Il a aussi un tissu noir qui fait le tour de son coude droit. Celui-ci permet d’éviter que les plaques de protection de l’arme de la voleuse, ne vienne frotter contre sa peau et ainsi lui faire mal à cet endroit. Elle porte également un gant troué de couleur marron et qui est foncé. Lorsqu’elle porte son arme, Faith a son bras droit qui est tout de suite plus habillé. En quelque sorte on peu dire qu’elle enfile une sorte de manche aéré sur le côté intérieur gauche. Le dessus de cette manche est de couleur orange et le dessous est de la même couleur que son gant. Sur la face supérieure de ce dernier se trouve une petite plaque relié à deux grosses griffes pivotantes et faites dans un alliage très résistant (voir dans la section Arme). Dans la doublure supérieur de cette manche se trouve deux plaquettes reliées entre-elles qui protègent la partie supérieur du bras de Faith, il s’agit du même alliage (voir dans la section Arme). Dans son dos, deux bandes de tissu de couleur bleues sont attachée à son haut orangé. Elles ont davantage un aspect décoratif qu’autre chose. L’adolescente porte une ceinture en cuire elle aussi de couleur orange. Généralement cette ceinture n’est pas plus serrée que ça. En dessous, Faith porte un pantalon de la taille d’un boxer et de couleur vert aux contours blancs. A sa jambe droite se trouve une poche solidement cinglé à sa cuisse. Cette poche noir est assez grande pour que la voleuse puisse y fourrer quelques objets de son invention. Sinon, elle porte de grande botte qui lui arrive jusqu’en dessous des genoux. Elles sont marron foncé et blanche avec une croix verte dessus. Une plume jaune et orange est attaché sur chaque botte sur leur côté extérieur.

~Description Psychologique :

Faith est une adolescente sacrément unique. On la voit presque toujours souriante et/ou entrain de rire de bon cœur. Elle n’est pas méchante, mais il ne faut pas venir lui chercher des noises. Il y a cinq choses qui comptent beaucoup pour elle : les grandes villes comme Nandis ; tout ce qui a de la valeur ; voler ces objets ; être libre ; avoir la classe en tout instant. Si ces cinq choses sont à porté des mains de Faith, on peu dire que tout va bien pour elle. Elle s’est retrouvée quelques fois dans les grandes plaines et a toujours été dépaysée. De plus dans les plaines il n’y a pas beaucoup de personne à voler. Donc pas beaucoup d’objet de valeur. Et donc personne à impressionné. Il n’y a que la liberté qui est présente. C’est pourquoi être en ville est important pour la voleuse, car sinon c’est un cercle infernal. Si elle aime les objets qui ont de la valeur, elle voue une grande haine aux objets en toc. Elle ne supporte pas qu’on l’ignore ou qu’on l’humilie, surtout en publique. Vous l’aurez compris, elle est orgueilleuse et pas qu’un peu. Sinon, Faith est dynamique toujours prête à faire quelque chose. Elle est aussi intelligente et imaginative. Mais elle est aussi impatiente et distraite. Elle a beaucoup de mal à se concentrer longuement sur la même chose, à moins que ce soit l’une de ses inventions ou l'un de ses buts. Ces inventions sont aussi une très grande partie de l’adolescente. Elle est très douée de ses mains. Elle est débrouillarde et très entêtée. Lorsqu’elle a décidée d’une chose, il est très difficile de lui faire changer d’avis ou de la détournée de son but. A chaque fois qu'elle fait une promesse, elle fait tout pour la tenir, quoi qu'il puisse arriver. C’est parfois dangereux pour elle car il se peut qu’elle ne voie pas ce que ses choix impliquent. L’Humaine est aussi particulièrement lunatique. Elle change de sentiments vraiment très rapidement. Et il est difficile de la comprendre sur le plan de la psychologie. Mais il y a une autre partie d’elle, plus enfoui. Il ne faudrait pas grand chose pour la révéler. Cette partie est beaucoup moins enjouée et dynamique. Cela remonte à un événement particulier qui s’est produit il n’y a pas si longtemps de cela… Faith a été obligée de faire un choix crucial. Et vraiment très dur. Et les conséquences de ce choix à vraiment été terrible dans la tête de la voleuse. C’est pourquoi l'adolescente a du mal à tuer. A moins qu’il y ait une raison particulière pour la motiver, retirer la vie à un être vivant la dégoute vraiment et fait ressortir beaucoup de chose. A tel point qu'après la mort, elle est capable de vomir tout ce qu'elle a.

~Biographie et Histoire :

Voir ci-dessous.

~Particularités propres à votre espèce : Pas de compétence innées, mais pas de défaut non plus.

~Ce qu'elle aime : Faith aime l’or et tout les autres objets de valeurs, elle adore voler et avoir la classe quand elle combat, en n’en mettant plein au yeux de son adversaire. Elle adore que le vent caresse ses joues en lui apportant cette idée de liberté. Elle apprécie également les grandes villes.

~Ce qu'elle déteste : Faith déteste se faire avoir et n’aime pas les objets en toc. Elle ne supporte pas que l’on l’ignore et encore moins qu’on l’humilie, surtout si beaucoup de personnes l’observent. Et le pire de tout pour elle, serait de vivre comme un oiseau en cage.

~Ses Peurs : Vivre en cage, cela lui rappellerait son traumatisme.

~Arme : Faith a un type d’arme très peu commun et surtout peu utilisé sur Astrune. Il s’agit deux griffes posées, grâce à un système de clips, sur le dos du gant de sa main droite. Elles sont faites d’un alliage très résistant et plutôt léger. Les griffes sont suffisamment aiguisées pour trancher la chaire comme du beur. Cette arme est régulièrement enduite d’un poison. Lorsqu’elle rentre en contact avec la chaire le produit s’infiltrera dans la plaie et restera dans la partie du corps touché. A chaque mouvement que fera la cible avec la partie touché, le poison déclenchera de très grande douleur. L’effet dure environs deux minutes. Cette arme a également un aspect défensif. En effet, le bras droit de Faith est recouvert d’une sorte de manche. A l’intérieur se trouve deux plaquettes reliées entre elles et faites du même alliage que celui des griffes. Elles ne couvrent que la partie supérieure de son bras droit. C’est toujours utile pour se protéger d’un coup d’épée… Les deux griffes sont la plus part du temps situés dans la poche noir attaché à sa jambe droite. Tandis que l’aspect défensif de l’arme est permanent, à moins qu’elle ne l’enlève en « déclipsant » les attaches, rendant ainsi son bras nu.

~Signe particulier : Sa vue s’adapte vraiment très rapidement au noir des plus obscure.

~Points forts : Faith a pour atouts une très grande rapidité et agilité qui est rarement égalable chez sa race (et pouvant aisément tenir tête à un Elf rapide ; voir capacité spécial). Elle est aussi douée dans le domaine du combat à mains nues et a même acquis son propre style de combat (voir capacité spécial). Sa rapidité impressionnante pour une Humaine est dû au fait que Faith a une sacré force dans les jambes, sans oublié le faite qu’elle est légère. Ce sont ses points forts les plus importants. Sinon ses coups portés avec ses bras sont d’une force moyenne même s’ils seront vraiment très rapides. Faith a également une endurance à la course plutôt exemplaire pour une Humaine. Ha et dernier atout. Comme Faith agis toujours par intérêt, si elle a décidé d’un but très important pour elle, la voleuse est alors capable d’affronter n’importe quoi avec courage afin de l’atteindre. Elle est très entêtée et abandonne rarement.

~Points faibles : Faith a une constitution et une résistance à la douleur médiocre (ce dernier détail vari en fonction de la présence d’un but ou non). Bien qu’elle soit intelligente, elle peut être distraite en plein combat. Comme par exemple être impressionné par une mécanique ou un système quelconque. C’est sa nature d’inventrice qui veut qu’elle s’intéresse à tout ça. Mais il arrive parfois qu’elle soit intéressée par des armes peu communes ou des sorts originaux. Par ailleurs, le point fort cité plus haut peut aussi être une faiblesse. Enlevez-lui l’envi de réaliser son but, et elle perdra tout esprit de combativité. Mais bon, good luck pour réussir à faire ça… Je ne vois qu’un sort capable d’y arriver car la démotiver n’est pas chose aisé. Autrement, la provoquer pourrait être une bonne idée, car elle pourrait perdre un peu son sang froid et ainsi faire une bêtise. Mais cela est relativement rare, enfin, peu de personnes en son réellement capable. La pire des provocations seraient de l’humilié devant tout le monde.

~Pouvoirs : Aucuns.

~Capacités spéciales :

£-Maîtrise du vol :
Cette capacité, Faith l’utilise depuis bien longtemps. C’est d’ailleurs cette capacité, que certains appelèrent don inné chez elle, qui lui sauva la vie. Faith est capable de vous volez votre argent dans votre poche alors qu’elle est entrain de vous dire bonjour tout en vous serrant la main. Si vous tenez à vos objets, ne l’approchez jamais. Son expérience dans le vol lui a également permis d’apprendre à reconnaître une bourse vide d’une bourse pleine d’un seul coup d’œil. De même que de reconnaître le tintement des pièces d’or entre mille.

£-Grande Agilité :
Voilà pourquoi on appelle Faith, l’Insaisissable. Elle a apprit depuis qu’elle est gamine à courir vite afin d’échapper aux marchands et aux gardes en colère qui lui courraient souvent après. Plus tard, quand elle commençait à se battre, elle apprit à esquiver des attaques et à être plus souple encore. Et à 16 ans, on peut dire qu’elle se débrouille vraiment très bien. Particulièrement à la course où très peu la rattrape. Un véritable exemple de rapidité chez sa race capable de tenir tête à un Elf qualifié d’agile.

£-Art martial :
Faith a une façon de combattre assez particulière. Son bras gauche sert à dévier les bras tenants des armes tranchantes comme des épées, des dagues ou autre. Ceci afin de stopper des attaques. Son bras droit sert, lui, à parer une attaque non dévier (à l’aide de la face protectrice de son arme) ou a entailler profondément la chair de l’ennemi à des endroits précis afin qu’il soit endolori efficacement. Ses jambes, elles, servent à donner de puissants coups afin de rendre l’adversaire inopérant. Si son bras gauche ne suffit pas pour dévier les attaques, ses jambes peuvent également servirent à se débarrasser du surplus d’attaque. Cela arrive le plus souvent lorsque plusieurs personnes attaquent en même temps Faith.

£-Inventrice :
Faith est une voleuse professionnelle avant toute chose. Mais c’est aussi une Inventrice de talent. Elle est très douée dans ce domaine. Elle arrive à créer des objets en tout genre capable de l’aider dans bien des situations. Les objets sont de petite taille de façons à ce qu’ils soient toujours sur elle, dans la poche noire qui est à sa cuisse droite.
Elle utilise six objets en particulier :

~Crocheteur :
Il s’agit d’un objet un peu plus grand que la taille d’un indexe, qui est capable de déverrouiller toute les serrures au monde. Une sorte de passe-partout. Enfin, la seule limite est… l’absence de serrure ?

~Fronde :
Et oui, outil fort utile pour les voleurs. Un caillou bien placé et c’est l’évanouissement assuré. A la différence que celui-ci est un peut plus grand et permet d’accueillir plusieurs cailloux ou autres projectiles comme les boules fumigènes ou incendiaire. Même la plus faibles des armes peut s’avéré utile !

~Boule fumigène :
Il s’agit d’une toute petite boule en verre sombre qui déclenche un important nuage fumé bien compacte lorsqu’elle se brise. Cela permet à Faith de fuir ou de faire un coup sournois à son adversaire qui ne pourra absolument rien voir. Le nuage se déploie sur environ 3 mètres de hauteur et de largeur soit 9 mètres cube. Il dure en tout 30 secondes mais au bout de la 20éme secondes le nuage commence à se dissiper peu à peu. Inutile si beaucoup de vent. C’est un objet à utilisation unique. Faith devra donc en fabriquer d’autres.

~Lunettes :
Ce sont de petites lunettes qui sont toujours à son cou. Cette paire de lunette permet de "zoomer" sur quelque chose par une simple pression sur le contour du verre de droite. Permettant à son utilisateur de voir quelque chose de beaucoup plus pré sans s’en approchait. Il y a aussi une autre caractéristique. Le verre est fait de façons à ce qu’elle puisse voir clairement à travers son nuage de fumé crée auparavant par sa boulle fumigène. C’est aussi un moyen de se protéger les yeux lorsqu’elle nage ou autre.

~La Boîte à Musique :
Voici un objet relativement complexe. Faith a eu du mal à le créer. Il s’agit d’une petite boîte cylindrique blanche toute simple avec une serrure. Elle fonctionne comme une boîte à musique. Sauf que le son… n’est pas agréable à l’oreille croyez-moi. Pour la faire fonctionner il faut se servir d’une clef que seul Faith possède. Celle-ci se trouve autour de son cou, attaché à une chainette en argent, sous ses habits afin d’être sûre de ne pas la perdre. Une fois la clef inséré dans la serrure, il faudra faire plusieurs tours afin de remonter le mécanisme. Après avoir retiré la clef, la boîte cylindrique émettra immédiatement un son particulièrement affreux. Semblable à un hurlement si atroce que seuls des sirènes seraient capable de faire. Cette boîte est capable de causer de gros dommage si les oreilles ne sont pas protéger. Elle peut très aisément rendre sourd n’importe qui pendant environs cinq minutes. Après cela le son se refera entendre petit à petit. Seuls de la cire ou des boules Quiés pourrait épargner totalement l’ouïe des personnes aux alentours. Ce n’est pas un objet à usage unique, Faith dois donc y faire attention quand elle s’en sert. En recréer une serait relativement difficile et contraignant car cet objet lui est très utile pour déstabiliser et faire fuir bon nombre de garde…

~Boule Incendiaire :
C’est une boule de la taille d’une main que l’on doit dégoupiller avant pour avoir une explosion. La boule explose d’elle-même au bout de trois secondes. Créant une déflagration de trois-quatre mètres de largeur sur deux mètres de hauteur. La déflagration n’est pas excessivement dangereuse. Mais elle peut causer une douleur qui est très accentuée si la personne a une blessure grave. Cet objet est d’ailleurs souvent à l’origine d’incendie important s’il y a des combustibles à proximité. En revanche son utilité réside surtout dans le souffle créée par la déflagration. Celui-ci se propage très rapidement dans l’air environnant et est relativement puissant. Il est capable de bousculer en arrière n’importe qui se trouvant proche de l’explosion. Son utilité augmente avec le nombre de boule. La déflagration est alors plus importante et de même que le souffle. A partir de quatre, le souffle est capable de projeter n’importe qui en arrière sur trois-quatre mètre et avec force. Autant se planquer lorsque sa vous tombe dessus… C’est un objet à utilisation unique. Faith devra donc en fabriquer d’autres.

~Talent secret : Aucuns.

~Ma couleur utilisée : Darkorange=FF8C00.
~Lien de votre inventaire : => Faith’s Inventor <=
~Code : Approuvé par Elfwyn !
~Narrateur/P.N.J : PNJ, sans doute.
~Statut : Terminé.


Dernière édition par Faith Aoghan le Sam 23 Jan - 9:38, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elfwyn
avatar
Récits 3344
MessageSujet: Re: Faith Aoghan...   Sam 23 Jan - 2:16

Bonjour Faith,

Très belle histoire, mais une partie que je connaissais bien, le coup des trois filles enfermées puis choisir laquelle sacrifiée était passé dans une série policière, et même certain film, presque un classique. Mais j'aime beaucoup ta façon de le conter, j'aime également l'intrigue que tu as mis par rapport à la lettre qu'elle a reçu de sa mère, voila quelque chose qui pourrait m'être utile dans mes futurs PNJ afin de rendre ton perso plus "excitant" à contrôler. En tout cas félicitation rien à en redire à ce sujet là ^^

Maintenant venons en à ce que je refuse catégoriquement. Ton poison paralysant tu peux l'enlever ...

Citation :
-> LISTE DES LIMITES AUX SORTS : Comme vous vous en doutez vous n'êtes pas des super-héros, donc voici les restrictions auxquelles vous devrez vous tenir :

~Pas d'invisibilité.
~Pas d'illusion.
~Pas de téléportation.
~Si vous créez une arme à partir d'un sort, celle ci doit durer qu'un certain temps, j'autorise une heure grand maximum.
~Pas de sort de hâte.
~Personne ne vole sauf certains Hybrides et les Fées
~Pas de sorts éxagérés comme faire tomber une météorite.
~pas de contrôle sur le temps.
~Pas de visions du futur.
~Pas de sort d'immobilisation.

Tu vas certes me dire que c'est pas un pouvoir, mais c'est du pareil au même, la paralysie est interdite sur le forum alors il faudra t'y tenir. Tu peux toujours remplacer cela par du poison douloureux semblable à du venin de frelon, ce qui rend l'attaque plus efficace.

Et enfin il manque la fin de ta fiche, pas de code, pas d'inventaire "le lien", pas de oui ou non pour le PNJ.

Arranges moi tout ça, et tout sera bon, presque du premier coup ^^
Je met 9/10 à ta fiche de présentation, félicitation ^^

Le Fyfy de service.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lauthentique-destiny.com
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Faith Aoghan...   Sam 23 Jan - 8:27

~Biographie et Histoire :

~Prologue :
Le commencement…

Si vous voulez comprendre cette histoire… il va falloir remonter dans le temps. C’est seize ans plus tôt… dans une grande ville nommé Nandis… que l’histoire de Faith débute. Le commencement a lieu le deux Khole au mois d’Anemos. Nandis sommeille encore. Il fait froid. Ce froid mordant qui a pour effet d’engourdir l’activité tout entière de la ville. Le soleil montre à peine ses premières lueurs. Il semble qu’il sache. Oui, on dirait qu’il sait. Il montre ses rayons les plus rougeoyants. Ceux-ci viennent tinter le ciel d’une façon angoissante. Des nuages gris se rassemblent ci et là. C’est alors que dans les Quartiers pauvres, on entend des bruits de pas léger mais précipités. L’activité dans les quartiers sombre, surtout à cette heure, est anormal. Bientôt, on entend des bruits semblables à des corps tombant par terre. On entend faiblement les cris étouffés. On ne voit pas le sang qui coule, les marres qui se forment, les pleures que la mort engendre. Rapidement, c’est toute un tiers du Quartier pauvre qui est assassiné, au saut du lit. Les Hommes sont tués d’un coup de poignard dans le dos. Les femmes sont étranglées. Les enfants meurent à cause d’un poison mortel et rapide. Les nouveau-nés sont égorgés dans leur sommeille. Le massacre dura une heure. Le ciel, sans doute attristé, s’assombrit et pleura de tout son être avec force. L’attaque avait été particulièrement rapide. C’était une attaque éclaire. Une frappe chirurgical, mais contre qui… ?

~Chapitre 1 :
Un bébé, déjà orphelin...

Nous sommes quelques jours plus tard après le massacre. Il a neigé à Nandis. C’est de la neige qui dure, qui dévore les pieds. Qui est gourmande de cette chaleur. Au détour d’une rue, une femme coure. Pourquoi coure-t-elle ? Elle tien quelque chose dans ses bras. Mais l’on ne peu voir ce que c’est car la chose est enveloppé dans une couverture beige. Elle coure si vite. Elle est essoufflée. Ses cheveux bruns volent au vent. Elle a de si beau cheveux. Ses yeux verts démontrent une peur si grande qu’elle en est innommable. Soudain elle glisse. S’écorche sa jambe droite contre de la glace. Elle lâche un cri de douleur. L’Humaine tourne à droite et entre dans une ruelle. Le bruit des sabots se font entendre, même dans les Quartiers pauvres. Il arrive. Ce chevalier de la mort. Elle espère qu’il ne pourra la suivre dans cette ruelle. Elle entend un hennissement derrière elle et n’ose se retourner pour voir. Voir qu’il la suit toujours, et qu’il tien à accomplir sa mission funeste. Il y a un bruissement de métal. L’homme en armure semble tirer sur les rênes avec forces. Les bruits de sabot si angoissant s’éloignent. Mais l’Humaine ne ralentit pas, elle sait qu’il n’abandonne pas. Elle redouble d’allure, même avec sa blessure à la cheville. Son sang rougeoyant coule sur sa peau qui a la couleur de la terre. Elle se dirige vers la Place de l’Hybride. Ou plus exactement le District du Temple. L’Humaine serre chaleureusement son fardeau. Elle prend soin de ce souffle de vie. Bientôt la femme arrive dans le District du temple. C’est alors que le hennissement de la bête de l’enfer se fait une nouvelle fois entendre. Il est là. Elle court en priant Loominëi de lui venir en aide. La neige est si froide. Elle ne sent plus ses pieds. Ceux-ci sont en sang. Elle en est à un stade où elle ne récent plus la douleur. Elle aperçoit enfin l’église qu’elle recherchait. Elle se précipite devant la grande porte en bois massif de couleur si sombre. La jeune femme martèle la porte. Elle frappe si fort et si vite. Elle espère tellement que l’on vienne ouvrir cette porte.

-Mon père !!! Mon père ! Je demande Asile !!! Criais-t-elle à plein poumons.

Elle serrait fort son enfant contre elle. Elle versa quelques larmes en comprenant qu’il était trop tard. Elle les essuya du revers de sa main libre. Et se retourna lentement. Elle fit face à ce cavalier. Elle fit face courageusement à la mort. L’homme descendit de sa monture et dégaina l’épée.

-Enfin tu as arrêté de courir, dit-il d’un ton lugubre, tu fais enfin face à la vérité.

-Pauvre imbécile ! Tu ne comprends donc rien ?! Répondit-elle en hurlant.

-SILENCE ! Sale traitresse ! Comment oses-tu parler de la sorte après ce que tu as fait ?

Le ton de cet homme était sombre, opprimant, grinçant et surtout effrayant. Il se rapprochait d’un pas lent mais sûr. Il n’avait pas de doute. Il savait pourquoi il était là. Il savait que s’il ne faisait pas sa besogne, il n’y aurait pas de lendemain pour lui. La bohémienne le savait aussi. Et le bébé également. Ce dernier ce mis soudainement à hurler. Etait-ce parce qu’il savait la vérité ? Sentait-il que sa mère allait mourir ? Ou était-ce simplement parce que ces deux Humains faisaient trop de bruit ?
-Chut non… Ne pleure pas, ma chérie… Ne t’en fait pas ma petite Faith… fit la mère en regardant le visage du poupon.

-Fait la taire ! Ordonna-t-il sèchement.

-Pourquoi ne veux-tu pas me croire… ? Pourquoi est-tu si naïf…

Il ne répondit pas. On ne pouvait voir le visage de l’homme en armure. Cette dernière était noire. Noire comme la mort. Il eu soudainement un rire. Un rire glaçant. Plus froid que les morsures de la neige. Plus douloureux qu’un coup d’épée dans le poitrail. La jeune mère laissa des larmes glisser. Le bébé pleurait toujours. Il devait sentir ce qui allait se passer. Il s’approcha soudainement. Le chevalier de la mort s’empara de la femme qui se mit à hurler tout en essayant de se débattre. Il la plaqua au sol et attacha ses mains dans son dos. Il força, par la même occasion, la bohémienne à lâcher son bébé. Celui-ci tomba dans la neige. Il hurler fort, tellement fort.

-Rassure-toi, elle devrait mourir lentement... La froid est si cruel… Ce sera, ta plus juste punition murmura-t-il à l’oreille de la jeune femme.

-Nooon ! Je t’en prie ! Supplia-t-elle.

-Silence ! L’heure de ta mort en publique approche. Le buché est déjà prêt. Il ne manque plus que la principal concer…

-Mais… Que faites-vous ?! Coupa une voix offensée.

Un prêtre avec une large croix autour du coup et une longue robe de moine apparut dans l’embrasure de l’église. Il avait des yeux ronds. Soudain il fut alerté par les cris du bébé et s’empressa de le ramasser.

-Ne vous interposez-pas. Il s’agit d’une affaire qui vous dépasse de loin, mon père. Cette femme a commis des actes graves. Elles sera brûlée vive dans l’après-midi.

-Je vous en supplie mon père ! Occupez-vous de ma fille ! C’est mon bien le plus précieux. Elle s’appelle Faith, Faith Aoghan ! Je vous en supplie…

Le chevalier noir voulut protester mais le prêtre fut plus rapide. Visiblement, le fait que cette mère accorde si peu d’importance à sa vie, et au contraire beaucoup d’attachement à sa fille, l’avait sans doute ému.

-Vous savez aussi bien que moi que la Déesse Loominëi pardonne fort mal l’assassina d’enfant ! Clama le prêtre sur un ton de menace. Ne vous inquiétez-pas je veillerais sur votre fille, ajouta-t-il en regardant la mère.

-Merci mon père ! Répondit la bohémienne visiblement soulagée. Mais permettez-moi de vous demander une dernière faveur. Prenez la clef autour de mon cou, je vous prie. Ha et il y a également une lettre dans les langes. Donnez-lui la clef et la lettre quand elle sera en âge de comprendre s’il vous plait…

-Je le ferais, répondit le prêtre après avoir prit la clef autour du cou de la gitane.

-Allé, nous devons partir maintenant.

Le chevalier noir et sa prisonnière montèrent sur le sombre cheval. La mère disparue peu de temps après dans un coin de la rue. C’est ainsi que l’enfant était déjà orphelin. Qu’elle crime sa mère avait-elle commis ? Elle n’avait fait que suivre les ordres. Ces derniers mots furent : Je peux partir en paix, à présent…

~Chapitre 2 :
Le début d’une lente décente aux enfers…

Faith Aoghan. C’est ainsi que se nommée le bébé déjà orphelin. Les prêtres de Loominëi avaient trouvé un message dans les langes du poupon. Il y avait marqué le nom et le prénom de la jeune fille. Et une lettre qui devait lui être remise quand elle serait plus grande. Ils s’occupèrent de la petite fille comme s’il s’agissait d’un cadeau de leur déesse. Le nom de la jeune fille, signifiant Foi, leur était apparu comme un signe divin. Quoi qu’il en soit, l’orpheline grandit au milieu d’homme et de la croyance en Loominëi. Ca mère était la déesse, et son père, les prêtres. On lui offrit une chambre dans l’une des ailes de l’église. On la nourri convenablement. On lui apprit à écrire et à lire très tôt. Les prêtres lui inculquèrent aussi l’histoire et la géographie. Mais la petite semblait s’intéresser d’avantage aux inventions. Elle passait presque tout son temps à lire des livres sur les inventions. Tous les traités de physique existant à Nandis lui tombèrent sous la main. Et Faith n’avait que dix ans quand elle avait finit de les lires. Les prêtres étaient septiques quant à cette passion. Elle passait de moins en moins de temps à prier la déesse. Et consacrer ce temps libre dans sa chambre à bidouiller des machines qu’il ne comprenait pas.
Puis à partir d’un certain âge, il devint difficile de maintenir Faith dans l’enceinte de l’église. En même temps, ce lieu sacré n’était pas fait pour les enfants. Les prêtres ne voulaient pas qu’elle ne sorte. Cependant Faith jouait la forte tête. Et fit le mur, tout d’abord une première fois pour visiter les environs. Après tout, elle n’était jamais sortit de l’église. Puis elle fit le mur une deuxième fois, puis une troisième. Jusqu’à ce que presque, chaque nuit, elle sorte dehors. A chaque fois la petite allait plus loin dans la ville. Elle était tellement curieuse. Et elle trouvait le District du temple si beau. Puis un jour, elle s’aventura si loin qu’elle se retrouva dans les Quartiers pauvres. Elle fut choquée de trouver une partie de la ville si… morte. Le contraste entre les deux quartiers était frappant. Les quartiers pauvres étaient si sales et mal entretenu. Alors que les jardins du District du temple étaient si beaux… Pour l’instant, tout allait bien pour Faith. Elle était heureuse de sa vie. Elle aimait les prêtres et aimée aussi Loominëi, même si elle ne comprenait pas comment l’on pouvait croire en quelque chose d’abstrait. Tout allait bien… mais plus pour longtemps.

C’est à l’âge de douze ans que sa vie allait prendre un autre tournant. Un jour, elle fit le mur en plein jour, par curiosité. Elle fit croire qu’elle allait lire dans sa chambre, comme d’habitude… Elle voulait voir le marché de la ville. Elle voulait sentir l’odeur du pain chaud qui flottait dans les rues. L’odeur de la viande que l’on fait rôtir dans l’allée principale de Nandis. Voir tout le monde qui parlait fort au point d’en avoir mal aux oreilles. Faith fut totalement conquise par la foule. Elle aimait se sentir entourée. Les passants la remarquée à peine. Elle s’approcha du stand d’un commerçant. Il vendait de nombreux fruits. Faith avait justement faim. Alors elle en prit une et mordit dedans. Le marchand s’en rendit compte et lui demanda de la payer d’une façon peu agréable. N’écoutant que ses envies, Faith s’enfuit. Ce fut la première fois qu’elle courut aussi vite afin d’échapper aux gardes. Mais elle réussit avec succès. Elle rentra à l’église, l’air de rien. Et personne n’avait remarquée son absence. Elle recommença ses sorties en plein jours une dizaine de fois. Prenant goût à voler tout et n’importe quoi tout en semant les gardes qui n’arrivait pas à s’emparer d’une gamine de douze ans. Puis un jour, alors qu’elle courrait pour échapper une nouvelle fois aux gardes, Faith tomba dans une impasse. Elle ne connaissait pas encore très bien la ville. Alors elle se retourna, l’air honteux. Les gardes l’avaient coincée, s’était le début des ennuis. On lui demanda qui elle était et où était ses parents. Elle répondit qu’elle se nommait Faith Aoghan, que sa mère était la déesse Loominëi et que ses pères étaient ceux de l’église du Disctrict du temple. Tout d’abord, les gardes eurent pour réaction d’exploser de rire. Puis, lorsqu’ils virent que la gamine était sérieuse, ils l’emmenèrent sous bonne garde à l’église. Une fois arrivés, les gardes expliquèrent aux prêtres se qui se passait depuis de nombreuses semaines. Leur première réaction commune fut d’être effarée. Car aucun d’eux n’imaginait que Faith sortait en douce. Les prêtres s’excusèrent en son nom, et décidèrent de consigner l’enfant dans sa chambre. Et c’est le lendemain matin que la vie de la jeune voleuse tourna au cauchemar…

Tôt le lendemain matin, Faith fut expulsée de l’église. Les prêtres l’avaient mis dehors sans préciser la raison. La jeune fille avait d’abord pleurée car elle ne comprenait pas ce choix. Puis la colère se cultiva peu à peu dans sa tête, comme le fait un fruit. C’est à partir de cet instant que Faith vécue dans la rue. Elle comprit très rapidement qu’elle pouvait facilement avoir la paix dans les Quartiers pauvres. Mais elle ne s’habituait pas à ces lieux sombre et humide. Elle vola, encore et encore. Courut, de nombreuses fois. Elle se battait même parfois contre d’autres mendiants qui voulaient lui prendre sa nourriture. S’était la loi du plus fort. Un jour, elle se lia d’amitié avec deux autres jeunes filles. Ces dernières étaient aussi des filles des rues et étaient également orphelines. L’une s’appelait Lira et l’autre Mila. C’était la première fois que la gamine avait de vraies amies. Faith s’entendait fort bien avec elles. Mais même maintenant, la jeune fille était heureuse. Même dans la misère, elle pouvait faire ce qu’elle voulait. Et puis, elle pouvait s’amuser avec ses deux autres amies. Ces dernières s’émerveillaient des petites choses que créait Faith avec ses mains. La voleuse ne se souciait pas trop de l’avenir. Elle n’essayait pas non plus de comprendre pourquoi les prêtres l’avait mise dehors sans prévenir. La jeune fille se demandait également se qu’était devenu ses parents. Pourquoi l’avaient-ils abandonnée ? Toutes ces questions tournaient dans sa tête. Et Faith n’y trouvait aucunes réponses.

~Chapitre 3 :
Choix de vie… et de mort…

Comme presque tout les jours, Faith était partit explorer Nandis. Cela faisait presque un an qu’elle vivait dans les rues. Et il semblait que l’enfant avait vraiment un don pour voler. S’en était impressionnant. Elle avait aussi eu plusieurs occasions de muscler ses jambes afin de courir encore plus rapidement. Pour être franc, elle commençait à devenir une véritable Peste pour tous les marchands… Ce jour-ci, elle cherchait juste à se faire un peu d’argent. Elle tentait de réunir assez d’argent pour acheter une petite maison pour ses deux meilleures amies et elle. Mais au lieu de cela, c’est le début du pire moment de la vie de Faith qui commença. Quelque chose qui marqua un tournant conséquent dans sa vie. Alors qu’elle marchait dans la rue au milieu de la foule, quelqu’un lui couvrit soudainement la tête avec un sac en toile. Bientôt, elle perdit connaissance sans même pouvoir crier à l’aide…

Lorsqu’elle se réveilla, Faith était dans un lieu humide et froid. On aurait dit une sorte de cave, sauf qu’elle était vide. Le sol était en dalle blanche. De la mousse verte s’était infiltré entre les dalles. Il y avait un léger filet de lumière qui pénétrait dans le lieu. Une odeur d’algue de mer empesté la pièce. Il n’y avait qu’une porte. Elle était, semblait-il, en acier. Un cache était situé au centre de la porte. La voleuse se leva tout en chancelant et sentit qu’elle avait mal à l’arrière de la tête. Par réflexe elle toucha la surface de la douleur et sentit une vive douleur qui lui fit échapper un petit cri. Elle regarda sa main, du sang. Qui avait bien put faire ça… ? Et surtout, pourquoi ? C’est alors qu’elle remarqua que Lira et Mila étaient là, elles aussi. Elles étaient inconscientes. Faith eu pour premier réflexe de les réveillés en les agitant :

-Mila ?! Lira ?! Réveillez-vous !!

Elles refirent surface péniblement. Elles semblaient s’être réveillée d’un long sommeille. Mais ce fut Mila qui fut la première à parler.

-Qu’est-ce qui c’est passé… ? Demanda Mila, incrédule. Je me souviens avoir sentit une sorte de piqure dans la nuque et de m’être soudainement assoupie.

-Oui, moi aussi, ajouta Lira en se massant le cou. Si j’attrape celui qui a fait ça, je lui brise les os ! Fit-elle, son tempérament enflammée refaisant surface.

-Je crois que vous avez été droguée… Mais pourquoi, ça je l’ignore. Dit Faith en réfléchissant.

-Faith !!! Tu saigne ! Dit Mila avec de grands yeux.

-Oui je sais, répondit-elle. Mais pourquoi vous, vous avez été droguée, et moi assommée…

-J’en sais rien. Mais d’abord, où somme-nous ?! Fit Lira à la charge visiblement agacée en observant la pièce.

-A l’odeur, je dirais que l’on est quelque part dans les Docks, répondit la voleuse d’un ton calme.

Faith avait peur, comme ses deux amies. Mais seulement, elle, elle le montrait moins. C’est alors que sans prévenir, la cache de la porte sombre s’ouvrit en un grincement strident. Deux yeux apparurent dans la petite ouverture rectangulaire. Et c’est alors qu’une voix masculine mais roque surgit :

-Bonjour mesdemoiselles…

-Qui êtes-vous ? Que nous voulez-vous ?! Demanda Lira, enragée.

-Est-ce vous qui nous avez enlevés et amenés ici ? Fit Mila inquiète.

Faith, quant à elle, ne dit rien. Elle avait le pressentiment qu’elle devait marquer ce regard dans son esprit. Ces yeux aussi noirs que le charbon. Ce regard qui semblait si cruel et si remplis d’excitation à la fois. Si le regard montrait toute l’excitation que ressentait cet homme, sa voix, en revanche, restait stoïque.

-Vous avez trois jours. Trois jours pour faire votre choix. Choisissez laquelle de vous trois devra mourir pour sauver les deux autres. Si au bout de ces trois jours, vous n’avez pas fait de choix, je vous tuerais toutes les trois.

A peine eu-t-il eu finit sa phrase que le cache se referma violement avec le même grincement. Il y eu un silence, lourd. Très lourd et ce pendant de nombreuses minutes. Aucunes des trois jeune filles ne parlaient, ni même ne bougeaient. Elles espéraient qu’il s’agissait d’une blague. D’une mauvaise farce. Mais personne ne revint pour ouvrir la porte. C’est finalement les pleures de Mila qui brisèrent le silence. Elle s’était effondrée au sol en pleurant de désespoir. Faith fut la seconde à réagir, elle alla prendre Mila dans ses bras afin de la réconforter.

-Nous devons rester forte et unies ! Aucunes de nous mourra ! Je vous le promets !

-Mais pourquoi veux-t-il nous faire du mal ?! Demanda Lira pour répondre à Faith.

La voleuse haussa des épaules pour dire qu’elle n’en savait rien. Et elles attendirent, grelottant dans la pièce à demis dans l’obscurité, humide et froide… Toutes les trois se demandaient ce qui allait se passer. Elles étaient solidaires. Mais elles ne savaient pas, non elles l’ignoraient. La nature Humaine allait bientôt changer les choses…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Cela faisait maintenant un jour que les trois jeunes filles étaient enfermées. Lira tournait en rond ne supportant plus d’être enfermée. Mira était blottit contre Faith, qui, elle, éprouvée une grande fatigue. Elle avait le besoin irrémédiable de se reposer. De fermer quelques instants les paupières. Mais ne le faisait pas, pour se montrer solidaire avec ses amies.

-Je n’en peu plus ! Qu’est-ce qu’il veut à la fin ?!

Il y eu un silence. Un lourd silence. Personne ne répondait. Car les trois jeunes filles ignoraient. Elle ne savait pas la Vérité. Mira se leva et observa la petite fenêtre et finit par émettre une idée :

-Vous pensez que si l’on cris à l’aide quelqu’un viendra ?

Toutes trois se regardèrent pendant un dixième de secondes. Puis se précipitèrent en même temps afin d’être le plus proche de la petite fenêtre. Elles hurlèrent ainsi pendant presque une heure. Il semblait que personne ne les avaient entendu. Elles s’affalèrent au sol. Elles n’avaient rien mangées et n’avaient presque pas dormis. La tension était palpable. Mila éclata finalement en sanglot. Faith la serra dans ses bras et Lira répliqua :

-Arrête de pleurer ! On n’arrivera à rien comme ça !

-Elle est épuisée. Nous le sommes toutes. Reposons-nous, dit Faith d’un ton qui se voulait calme.

-A chaque fois qu’il y a un obstacle elle pleure ! Elle espère toujours qu’une aide extérieur l’aidera. Elle n’essaye jamais de faire quoi que ce soit !

-C’est pas vrai ! Tu mens ! Répondit Mila.

-Regarde-toi ! Tu es pathétique ! Tu n’es même pas fichu de voler ne serais-ce qu’une pomme. C’est toujours la même chose. On doit toujours faire tout le travaille !

-Arrêtez ! Vous ne comprenez pas que c’est ce qu’il veut ?! Coupa Faith. Il cherche à nous séparer. A nous monter les uns contre les autres ! On doit rester forte…

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Cela faisait deux jours qu’elles étaient enfermée. Les nuits étaient glaciales et difficile à passer. L’humidité dans l’air n’arrangeait rien. Faith n’avait plus trop les idées claires. Sa tête lui tournait un peu et elle grelottait. Mila, elle, essayait de dormir sur l’épaule de son amie. Quant à Lira, elle était adossée au mur dans son coin.

-Je n’en peu plus, murmura Lira à bout de force.

-J’ai faim… répondit Mila.

-Tu as toujours faim... Vous pensez que l’on va mourir ici ? Demanda Lira incrédule.

-Je vous ais dit… que personne ne mourrais ici, dit péniblement Faith.

-Qu’est-ce que tu as ? S’inquiéta Mila.

-J’ai un peu froid…

Elle releva la tête et plaça sa main droite sur le front de son amie l’inventrice.

-Tu es brûlante ! Dit-elle d’une voix étranglée.

-Ca doit-être le coup… que j’ai reçus sur la tête… La blessure a dû… s’infecter avec toute cette humidité…

Mila passa une main dans le dos de Faith et se mis à le frotter afin de la réchauffer un peu. Un moyen dérisoire…

-Vous pensez qu’il est toujours là ? Demanda Mila, tout en frottant le dos de son amie.

-Je n’en sais rien, fit Lira en se levant, mais une chose est sûre. Il faut que l’on face un choix. Le troisième jour arrive.

-Que veux-tu dire ? Demanda Mila d’une voix mal assurée.

-Il faut que nous décidions laquelle de nous trois va se sacrifier pour permettre aux deux autres de survivre.

-Tu es folle ?! Comment pourrions-nous tuer l’une d’entre nous ?

Lira garda le silence, ne pouvant répondre à cette question. Faith n’ajouta rien, elle sombrait peu à peu dans un sommeille. Elle avait besoin de fermer les paupières quelques instants. Elles étaient si lourde… Et la conversation en resta là pour l’instant.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Faith ne savait plus à combien de jour elles en étaient à subir ce cauchemar. A chaque fois qu’elle rouvrait les yeux, elle espérait se retrouver dans la rue. Et à chaque fois, elle se retrouvait dans leur prison de l’enfer. Faith était à demi consciente. Elle ne savait plus quoi faire. D’ici quelques heures ou moins, elles allaient toutes mourir. Elle voyait Lira et Mila parlait un peu plus loin. Elles semblaient murmurer. Que disaient-t-elle ?

-Qu’est-ce que vous faites ? Murmura péniblement Faith.

-Rien, rendort toi, tu as besoin de sommeille, répondit Lira.

Faith obtempéra et s’endormit d’un sommeille léger qui ne laissait pas de repos à l’esprit. La tension était pourtant palpable. Ces deux jours pires que la mort avait mis les esprits à vif. La nature Humaine se révélait enfin… Lira attendit que l’inventrice se rendorme pour rejeter son regard sur Mila, la prenant par les épaules et la fixant dans les yeux :

-Regarde-la, murmurait-elle d’une voix presque inaudible, elle est malade ! Même si elle sortait d’ici elle ne s’en sortirait probablement pas. Il faut que l’on sorte.

-Non… non… je ne peux pas faire ça, disait Mila en versant des larmes silencieuses.

-Il le faut… Pense à notre survie.

Mila hocha la tête, elle avait compris. Lira la serra dans ses bras afin de la réconforter puis elle s’approcha un peu de la sombre porte.

-On a fait notre choix ! Dit-elle d’une voix sûre.

Tout d’abord il y eu un long silence. Il ne se passait rien. Lira et Mila étaient assez proches l’une de l’autres. Toutes deux pensèrent que l’homme mystérieux n’était plus là. Puis, sans prévenir, une trappe semblable à celles pour les chats, s’ouvrit dans la porte noire. Les deux jeunes filles ne l’avaient jamais remarquée avant. L’espace était trop petit pour pouvoir espérer s’enfuir par là. De toute façon, la trappe cracha deux choses noires et se referma ensuite presque instantanément. Les deux objets inconnus s’écrasèrent au sol, dans l’obscurité avec fracas. Se qui fit réveiller Faith.

-Qu’est-ce qui se passe ?

-Rien ! Se retourna Lira, ne t’en fait pas tout va bien, dit-elle d’un ton qui se voulait rassurant.

Lorsqu’elle se tourna vers la porte, Mila était proche des deux objets inconnus. Lira décida de se rapprocher à son tour, et son amie étouffa un cri d’horreur en comprenant de quoi il s’agissait. Son amie à côté d’elle comprit-elle aussi. Son cœur se brisa en deux. Mila fondit en larme sans pourtant faire de bruit afin de ne pas réveiller Faith. Dans l’ombre, un peu devant la porte, il y avait deux objets. Ces deux objets avaient pour manches un bâton en bois et avaient tout deux pour sommer une masse rectangulaire en argent massif. Il s’agissait de deux gros marteaux. Le message était clair. Les deux marteaux étaient destinés à tuer celle qui se sacrifiait. La terrible vérité avait fait fuir le peu de courage qu’avaient eu les jeunes filles. Elles avaient eu le vint espoir que peut-être le kidnappeur allait tuer celle qui avait été désignée. Mais malheureusement non, cela aurait été trop facile. Lira s’approcha de Mila et la releva tout en la regardant droit dans les yeux comme précédemment :

-Regarde-moi ! Regarde-moi ! On peu le faire ! Elle ne ressentira rien, elle s’est endormie. On doit le faire ! Pour notre survie !

-Non. Non ! Je ne peux pas ! C’est impossible ! Répondit-elle, redoublant de tristesse.

-Si ! Allé ! Prend ce marteau !

-Non ! Laisse-moi ! Tu es folle !

-Fait le ou je le ferais !

L’heure était à la survis. La terrible vérité sur le cœur aisément corruptible des hommes était évidente. Il y eu un terrible bruit de crâne brisé. Comme une pastèque qu’une calèche écrase dans la rue. Une giclée de sang se déposa sur le visage de Mila. Celle-ci écarquilla de grands yeux et ne bougea plus. Le marteau, couvert de sang tomba lourdement au sol. Lira avait les yeux grands ouvert, fixer sur une expression de surprise. Elle vacilla et tomba finalement au sol. Une marre de sang se formant très rapidement autour du corps. Faith, était derrière elle, les traits tirés par l’horreur. Elle réalisait ce qu’elle venait de faire. Ce que cela entrainer. Ce que cela signifiait. Elle ne tenta pas de se justifier. Elle versa des larmes silencieuses. La porte s’ouvrit en un grincement strident. Les deux filles ne bougeaient plus. Se disant que si elles allaient mourir maintenant, ce ne serait pas plus grave que ce qu’elles venaient de faire. Car Mila avait vue Faith se relever et s’emparer de l’un des marteaux. Elle n’avait rien pu dire. L’homme emmena Mila et Faith à l’extérieur de la pièce où tant de mauvais souvenir venaient de se graver dans la tête des deux jeunes filles. Il leur donna une couverture et les laissa à leur sort, à l’extérieur. Les deux enfants marchaient péniblement dans les docks. Elles étaient pied nue et vacillaient toutes deux. Elles n’étaient pas rapprochée l’une de l’autre. Aucune des deux n’osaient parler. La liberté avait un goût amer. Elles ne disaient rien, mais pensaient la même chose. A quoi bon vivre avec cette terrible mort sur la conscience ? Lira avait certes tentée de tuer Faith. Mais s’était par désespoir. Et Faith n’avait pas pu tenir sa promesse… Mila ne toucha même pas à la giclée de sang qui entachait son visage. Toutes deux semblaient presque mortes. Leurs esprits, baignant dans les souvenirs moribonds… Cependant, leurs destins se séparaient ici…

~Chapitre 4 :
La Vérité…

La tristesse de Faith conduisit ses pas vers l’église de son enfance. Elle n’avait pas vraiment fait attention à ce qu’elle faisait. Elle avait besoin… de réconfort. De pleurer sur une épaule amicale. Bien que les prêtres l’avait jeté dehors sans prévenir, ils avaient toujours été aux petits soins. C’est pourquoi Faith avait été si triste de devoir partir, qui plus est sans la moindre explication. Elle arriva finalement devant la très grande porte en bois massif. Faith cogna contre la porte et attendit. Quelques secondes plus tard, quelqu’un lui ouvrit. La jeune voleuse reconnue un visage familier.

-Toi ? Mais qu’est-ce que tu fais ici ?!

-Je… demande asile… mon père.

Le prêtre garda le silence. Et paru réfléchir. Il avisa les mains tâchés de sang de sa petite protéger d’en temps.

-Mais que t’est il arrivé ?!

-J’ai péchée mon père, répondit Faith d’une voix stoïque, les yeux grands ouverts fixant le vide.

Une larme coula de son œil droit pour se perdre entre les marches dalles de pierre qui composait le sol.

-Entre… Vient te confesser.

Le prêtre ouvrit un peu plus la porte et laissa entrée la jeune adolescente. C’était une grande église. Avec deux rangées de bancs de part et d’autre de la grande allée qui menait à l’autel de Loominëi. Faith alla s’asseoir sur l’un des bancs vers le milieu de la grande allée. Le prêtre s’assit à côté d’elle.

-Raconte-moi, dit-il enfin d’une voix neutre qui se voulait être sans jugement.

La jeune voleuse raconta alors tout ce qui s’était passé ces trois derniers jours. Ce que Lira avait tentée de faire. Ce que Faith avait fait. Et ce que Mila avait laissée faire. Ce qu’elle ressentait à présent. Puis elle se mit à pleurer en se tenant la tête comme si elle voulait l’arracher avec sa seule force. Elle hurla, comme pour se libérer d’un démon intérieur. D’une folie. D’une douleur. La main du prêtre se posa sur son épaule. S’était une main apaisante et qui était réconfortante.

-Loominëi pardonne tes actes. Ce n’était pas de ta faute. Ce dément t’as poussée à bout, toi et tes amies. La Déesse le punira sans nul doute.

-Je leur avais promis mon père ! Je leur avais dit que l’on survivrait. J’ai mentis…

-Parfois, on ne peu tenir les promesses que l’on fait. Le Destin est une force que seuls les Dieux peuvent influencer directement.

-Je ne sais même pas pourquoi ce fous à fait ça…

-Faith, je dois te faire part de quelque chose. J’ai une promesse à respecter. Et je pense que l’épreuve que tu as traversée ta rendue plus forte. De toute façons, j'aurais dû t'en parler depuis bien longtemps déjà.

-De quoi parlez-vous, mon père ?

-Je parle de ton héritage. De ce que tes parents, ou plutôt ta mère, ta laissée avant de t’abandonner.

-Ma mère ma laissée un héritage ? Répéta Faith incrédule.

Le prêtre acquiesça. Il sortit une enveloppe cachetée avec de la cire rouge, le nom de la voleuse écrit en fines lettres à l’encre sur le dos du courrier. Faith la prit d’une main tremblante. Elle n’avait jamais rien su de sa mère. Et encore moins de son père. Elle resta de nombreuses minutes à contempler l’enveloppe, passant et repassant doucement son doigt sur son nom. Sa mère avait écrit ces lettres. Son écriture était tellement jolie…

-Lis la Faith, mais ne t’attend pas à quelque chose de bien. Il s’agit de la Vérité. Très peu la connaisse. C’est la Vérité sur ta mère et sur celle de Nandis. Car le nom de ta famille fut souillé depuis sa mort.

L’adolescente garda le silence. Sa mère était donc morte. Pourquoi cela ne lui faisait-il pas grand-chose ? Il s’agissait quand même de sa mère. Elle ne savait plus quoi en penser. Puis ce fut la curiosité qui l’emporta. Elle déchira doucement et minutieusement le courrier afin de ne pas abîmer l’écriture fine et belle. Elle déplia la lettre et la lu.

Spoiler:
 


Faith resta sans voix. Elle ne savait que penser de cette histoire. Mais à présent, elle avait un but. Cependant, sa mère n’avait pas parlée de son père. Qui était-t-il ? Un autre but s’ajoutait à sa liste.

-Faith, dit alors le prêtre, ta mère m’avait aussi donné ça avant sa mort.

Il tendit à l’adolescente une sorte de clef ressemblant également à une relique artistique de Loominëi. Elle était très jolie. Faite d’argent, le travaille de celui qui l’avait créée était fin et minutieux. La voleuse releva la tête :

-Qu’est-ce que c'est ?

Son tuteur haussa les épaules ne sachant de quoi il s’agissait. Peut-être un symbole ou quelque chose d’autres. La voleuse passa la clef sur une chainette en argent afin de la garder précieusement. Cependant, Faith avait encore des questions sans réponses. Alors elle se risqua à demander au prêtre.

-Mon père… Pourquoi m’avoir mise dehors, il y a un an ?

-Nous n’avions pas le choix. Quand les gardes t’avaient accompagnée jusqu’ici ils avaient notés ton nom sur un carnet de note. Nous étions prit au dépourvus. Sans doute ont-ils fait un rapport à leurs supérieurs qui en on fait un également jusqu’à ce que cela arrive aux oreilles du gouverneur. Tel que le protocole le demandait. Car nous avons reçus une missive le lendemain matin demandant que tu sois expulsée. Sinon, l’église serait rasée.

-Mais pourquoi le gouverneur voulait-il que je sois expulsée ?

-J’ignore la raison. A présent tu dois partir, si l’on te voit ici, nous risquons de tous mourir.

-Je comprends…

Faith sortit finalement de l’église d’un pas lent. Elle était dans une histoire qui la dépassait de beaucoup. Pourquoi le gouverneur s’intéressait-il à elle ? Une petite voleuse des rues ? Elle l’ignorait. L’adolescente se demandait aussi qui était son père… Tant de questions dont l’enfant allait devoir trouver les réponses.

~Chapitre 5 :
La vie continue.

Trois ans passèrent depuis que Faith avait subit son traumatisme et appris la Vérité le même jour. Elle avait enfermée à double tour au plus profond de son être la scène horrible où elle ôtait la vie à son amie Lira. A la place de ça, Faith Aoghan vivait au jour le jour. Volant et faisant le plus de bruit à Nandis. Sa capacité à voler s’était très largement améliorer. Il en était de même pour son agilité. Sans parler aussi de son don pour les inventions. Elle se créa rapidement une panoplie très utile dans sa vie de tous les jours. Elle paya également un forgeron pour qu’il lui fasse une arme sur mesure avec métaux qu’elle avait volée elle-même. Faith était connue à Nandis pour être la plus riche voleuse solitaire. Depuis ses douze ans, plus aucuns gardes ne réussirent à l’attraper. Ou tout du moins, à la mettre en prison. Tout le monde dans cette grande ville la connaît sous le nom d’Insaisissable. La voleuse vit désormais dans une maison discrète et petite dans le district du temple. Elle vit une vie confortable et pleine d’action au jour le jour. Il ne se passe pas une journée où Faith met une sacrée pagaille en ville. Mais, qui sait ce qui peut encore lui arriver… ?


Dernière édition par Faith Aoghan le Sam 23 Jan - 8:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Faith Aoghan...   Sam 23 Jan - 8:28

Bonjour !

Oui, alors comme ton forum était vilain avec moi car il mangeait la fin de ma fiche de prez' quand je mettais tout ; Il me semblait que j'avais mis exprès l'histoire en détaché.. >.>
Pour le poison, jusqu'à quel degré je peux aller ? :O

PS : Oui pour l'histoire je m'en suis largement inspiré. ^^'
La nature Humaine révélée de cette façon m'avait vraiment beaucoup plus. Mais l'intrigue que ce passage en est tout autre.. Very Happy

Edit : voilà j'ai rectifié le tir avec mon poison. Qu'en penses-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Elfwyn
avatar
Récits 3344
MessageSujet: Re: Faith Aoghan...   Sam 23 Jan - 12:47

Oups ...

Alors c'est moi qui ai fais la bêtise en remettant ton histoire dans un seul et même poste, désolé ... Et pour ce qui est du poison, à présent ça me convient bien, j'ai même édité cela dans ta partie "art martiale" où tu avais laissé la paralysie.

Et bien à présent je ne puis que te valider Faith, je te souhaite bon amusement au sein de ce forum.
Je t'invite donc à aller signer le pacte à présent ^^

Bienvenue sur Les Sept Destinées Faith.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lauthentique-destiny.com
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Faith Aoghan...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Faith Aoghan...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ Le gouffre mystique ~ :: Les présentations-
Sauter vers: