AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 Dans une maison abandonnée...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Dans une maison abandonnée...   Dim 11 Avr - 18:45

Lorsque la vampire s’était retrouvée derrière elle, Thalierya avait bien cru que cette dernière la tuerait. Quand elle avait senti la lame glisser de ses lèvres jusqu’à ses hanches, elle s’était glacée d’effroi en redoutant le moment où la vampire enfoncerait la lame. Puis Thalie l’avait senti rentrer dans sa hanche très lentement… trop lentement à son goût. Elle aurait préféré que la douleur soit violente, puis s’estompe au fur et à mesure, or là, elle n’était pas très violente mais elle dura en s’amplifiant jusqu’à ce que la vampire stoppe l’enfoncement de la dague. La très lente montée de la lame jusqu’à son abdomen fit beaucoup souffrir Thalie. Elle aurait voulu crier de douleur, afin de se libérer, mais elle n’y parvenait pas. Par contre, les larmes elles, coulèrent bien sûr le long de ses joues. Elle se demandait jusqu’à quand durerait ce supplice dans une autre femme avait fait irruption pour les sauver, Sepulturo et elle. La vampire l’avait lâchée, et Thalie avait failli s’effondrer, mais elle parvint à garder son équilibre.

Puis Sepulturo avait arraché dans un geste de haine la dague plantée dans son abdomen. Cette action l’avait fait souffrir, mais au moins, elle ne sentait plus cette lame fichée en elle. Et il lui avait mis un bout de son pantalon à la hanche pour stopper l’hémorragie. Mais il n’y avait pas que là que Thalie saignait ! Sa blessure partait de sa hanche pour finir à son abdomen. Elle aurait voulu lui dire, mais à peine eut-elle le temps de rassembler ses esprits et d’ouvrir sa bouche que Sepulturo l’avait soulevée et posée sur son épaule nonchalamment. Elle aurait bien tenté de se débattre pour qu’il la repose, mais elle était trop faible pour le faire, et elle se laissa porter, comme un vulgaire sac en toile…. Sepulturo commença à courir, afin de partir de cet endroit, et de sans doute mettre le plus de distance possible entre eux et la vampire. La clavicule de Sepulturo lui rentrait dans le ventre, lui coupant ainsi le souffle, mais la faisant aussi souffrir, car elle appuyait sur sa blessure. Heureusement que l’hybride était croisé avec un léopard, comme ça au moins, la souffrance de Thalie ne fut pas trop longue. Mais au fur et à mesure qu’ils avançaient, elle sentait ses forces l’abandonner petit à petit, et que son cœur commençait à battre plus lentement. De temps à autre, sa vision se troublait. Sepulturo avait lui aussi dû sentir qu’elle commençait à faiblir, car il semblait s’inquiéter pour elle, et à être prêt à tout pour qu’elle survive. Ainsi, il s’était arrêté et il lui avait dit qu’elle n’était pas faible, qu’elle était courageuse etc… Mais tout cela la jeune hybride le savait déjà, alors pourquoi le lui rappeler ? Thalie sentait bien qu’elle était irritée, mais elle se demandait tout de même pourquoi… Peut-être était-ce la douleur qui la rendait comme ça, ou bien le fait qu’elle eut été impuissante face à cette vampire… Enfin bon, Thalie ne s’encombra pas de cette pensée, et regarda tout autour d’elle, jusqu’à ce que ce fût Sepulturo qui la regardât droit dans les yeux. Cela gêna beaucoup Thalie, car elle avait l’impression d’être sondée de l’intérieur… Mais elle le laissa faire, ne parvenant pas à détourner la tête.

Puis, il reprit sa course effrénée à travers les arbres pour enfin arriver à une petite maison qui paraissait abandonnée. Ils y entrèrent, et par bonheur, Sepulturo posa Thalie sur un petit lit de paille. La jeune hybride souffla de soulagement, car au moins l’épaule de Sep’ de lui faisait plus mal. Elle tenta de s’assoir, mais le simple fait déjà de respirer lui faisait mal. Elle resta donc allongée, et patienta en écoutant l’autre hybride fouiller un peu partout dans la maison. Ensuite, il lui annonça qu’il avait trouvé quelque chose, et qu’il allait lui mettre. Thalie espéra que cette pommade allait la soulager ou bien l’aider à cicatriser. Quand Sepulturo défit sa ceinture, la jeune hybride frissonna. Elle aurait préféré qu’il la laisse faire, mais elle était beaucoup trop faible pour l’empêcher d’agir. Et il lui appliqua la pommade, mais uniquement à la hanche, non pas tout le long de la plaie. Peut-être ne voulait-il pas oser le faire, ou peut-être n’avait-il pas remarqué que la blessure n’était pas que sur la hanche ? Heureusement que la plaie n’était pas trop profonde, car au moins, la pommade ne lui fit pas mal, au contraire, elle lui soulagea la douleur qui était désormais légère mais toujours présente. Et Sepulturo était sorti de son champ de vision pour aller refouiller dans l’amphore.

Thalie chercha la poche dans laquelle était la pommade tout autour d’elle, dans la mesure du possible vue sa position. Elle tâtonna le sol des mains, mais ne trouva rien. Un léger grognement rauque de louve se fit entendre, et elle se demanda où Sepulturo avait-il bien pu mettre cette pommade. Au moment où elle allait mettre ses mains sous sa tête, elle sentit une petite poche sous sa main droite, à proximité de son épaule. Elle prit donc la poche, et rassemblant ses forces, parvint à s’assoir, non sans éprouver la moindre douleur. Elle remonta sa robe jusqu’à l’abdomen, essuya le sang avec le tissu certes déjà bien imprégné qui lui avait servi de bandage pendant leur course folle. Une fois la plaie très superficiellement nettoyée, Thalie y appliqua la pommade. Quand ce fut fait, elle redescendit sa robe, se rallongea, et souffla longuement de soulagement de ne plus souffrir. Un long silence s’installa alors, que Thalie décida de briser en prenant tout de même la peine de remercier Sepulturo.

- Sep’… Je… Merci pour tout…

Puis, étant déjà à bout de souffle, Thalie se tut, et attendit… Quoi ? Elle ne savait pas, mais une chose était sûre, elle attendait…

~ Il est 22 heures 46 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Lun 12 Avr - 14:57

Sepulturo ne bougeait plus. Il semblait s'être évadé dans ses pensées. Alors que ses yeux dansaient dans la nuit, scrutant les étoiles avec délectation et amour, il entendit Thalie soufflait une petite phrase d'une voix très douce et très agréable. Sepulturo aimait particulièrement sa voix, elle était teinté de douceur et de sensualité, comme une caresse au gré de la peau, une caresse qui fait frissonner chaque partie du corps. Cette voix était douce et chaude, mais très faible; Thalie était probablement extrêmement fatigué. Sepulturo remarqua qu'elle s'était soigné jusqu'à l'abdomen. Il n'avait pas osé parcourir son corps, il s'était limité à ses hanches. Sepulturo n'avait pas honte de sa nudité, car il l'assumait entièrement, mais, il avait par rapport aux autres, et surtout envers les femmes, une grande timidité et un grand respect. Peut être voulait-il échapper à la primauté de ses désirs et des ses pulsions primaires. Non, il ne considérait par Thalie de par son corps, bien que celle ci était d'une rare beauté, une beauté froide pour Sepulturo, elle ressemblait à celle qu'il avait tué par accident, rongé par la haine de son rival et manipulé par cet homme vêtu de noir. Non, Sepulturo ne considérait pas le sexe opposé par ses attraits physiques, il avait une grande préférence pour la beauté intérieur, celle qui se cache au fond de l'âme de chacun. Il semblait avoir déceler le caractère vif et instinctif de Thalie, mais ne voulait pas en savoir plus tout de suite. Non, Sepulturo préférait prendre le temps de connaître Thalie, d'admirer chacune de ses qualités et de lui parler.

- C'est toi qui mérite les remerciements Thalie', tu donnes enfin un sens à une vie qui n'en avait plus, la mienne. Je suis profondément touché par tes mots.

Sepulturo n'avait plus envie de cacher son jeu, et il laissa quelques larmes de joie couler le long de sa joue, larmes qui lui faisait sentir qu'il allait enfin prendre de nouveaux vents. Mais pour combien de temps ? Le temps passait vite lorsque Sepulturo se rendit compte qu'il ne s'était pas excusé de ne pas l'avoir soigné totalement, de peur de la dénudé et d'avoir en guise de remerciements, des griffes au visage. Il avait déjà une petite cicatrice, alors ça ne valait pas le coup, d'oser en faire d'autre sur son visage. Il se raidit, une violente douleur lui prit la jambe, c'était une crampe. Sepulturo se mit au sol puis étira ses jambes vers l'arrière, il avait un peu forcé. Puis il se releva et enleva son vêtement du haut, il sentait bouillonner en lui une chaleur quelque peu agréable mais légèrement insupportable. Il s'approcha de Thalie, puis se mit accroupi en face d'elle, en plongeant ses yeux dans les siens et en la regardant avec un regard triste.

-Je suis profondément désolé de ne pas avoir osé te soigner jusqu'à ton abdomen. Je respecte l'intimité et le corps de chacun, n'ayant rien à faire du miens. J'espère que le voyage n'a pas été trop douloureux ? Je ne pouvais pas faire autrement, je sais que je ne suis pas confortable à grande vitesse. Mais l'essentiel est que tu ailles mieux. Je suis certains que tu sais ce que tu as à faire pour te soigner et te reposer. Je n'ai rien à te dire, j'ai juste le droit de te dire " Oui ". Alors, comment te sens-tu ?

Sepulturo se releva et retourna en arrière, il avait vu une petite pipe posée sur un vaisselier et du tabac était tassé dans une petite boîte à côté de celle ci. Il prit soin de ne pas casser la pipe lorsqu'il l'a prit puis entama l'ouverture de la boîte à tabac pour en insérer dans la pipe. Il prit ensuite le temps de chercher des pigments de soufre dans la cuisine, quand il tomba sur la pierre à souffre. Il prit alors un caillou de souffre puis le gratta frénétiquement contre la pierre. Le petit cailloux maléable s'enflamma et Sepulturo enfonça celui ci à l'embouchure de la pipe afin d'allumer le tabac et de commencer à fumer. Il inspira une profonde lampé de l'âcre fumée puis expira avec lenteur et joie. Un petit sourire vient égayer ses lèvres.

- Qu'est-ce que ça faisait longtemps, du bon tabac de la cité elfique... Il en passait rarement avant sur le territoire des hybrides.

Sepulturo prit le petit tabouret, attendant toujours la réponse de Thalie, puis se mit à continuer de fumer sa pipe. Il avait envie de discuter, bien que son esprit était plongé dans la tristesse.

~ Il est 22 heures 49 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Lun 12 Avr - 16:19

Thalierya avait attendu patiemment que Sepulturo agisse, et il avait enfin agit en disant qu'elle donnait enfin un sens à sa vie, et qu'il était touché par ses mots... Mais pourtant Thalie n'avait prononcé que cinq malheureux mots... Comment pouvait-il être touché par si peu de mots ? Décidément, elle ne le comprenait pas... Et puis, il avait laissé quelques larmes couler le long de sa joue... Était-ce des larmes de tristesse, de joie ou d'autre chose ? La jeune hybride n'en savait toujours rien... Peut-être était-ce de tristesse, car quand il s'accroupit et la regarde encore dans les yeux, il avait un regard triste. Puis il s'excusa et lui demanda comment elle se sentait. Thalie l'observa se lever, prendre sa pipe, la bourrer de tabac et l'allumer. C'était la première fois que la jeune hybride voyait une chose pareil, et elle se demandait bien à quoi cela pouvait-il servir. Selon Sepulturo, c'était du tabac elfique... Quand Thalie respira le tabac, ça lui piqua le nez, et la fit éternuer. Cette odeur n'était pas du tout agréable, surtout pour elle qui avait un très bon odorat, mais qui était également très sensible. Elle allait demander à Sepulturo d'éteindre son tabac, quand tout à coup, la situation lui en fit rappeler une autre qu'elle avait vécu, et qui était très semblable à celle-ci, sauf que ce n'était pas elle qui était blessée, mais son ex fiancé...

Elle se revit combattre l'hybride homme/ours qui venait de tuer ses parents, et de blesser sérieusement Einrisch. Puis, elle se rappela les deux longues semaines pendant lesquelles elle avait pris tant de précautions pour soigner Einrisch, perdant une bonne partie de son sang, et étant au gouffre de la mort. Certes elle, en ce moment même, dans cette maison avec Sepulturo, elle n'était pas sur le point de mourir, mais il lui avait été impossible de ne pas faire le rapprochement entre le présent et ce moment du passé. Elle se remémora que c'était à cette époque que ses sentiments pour Einrisch s'étaient développés pour finir par être de l'amour, mais que cet homme n'en avait pas voulu, car le jour de leur mariage, il était lâchement parti, et l'avait abandonné... C'était notamment à partir de ce jour que Thalie avait décidé de ne plus s'attacher à personne pour ne plus jamais revivre ceci ou bien être déçue une nouvelle fois... Or là, elle commençait à s'attacher à Sepulturo... Certes, ce n'était encore pas grand chose, mais bon, elle l'appréciait ne serait-ce même qu'un peu. Il fallait donc remédier à cela, et s'éloigner le plus possible de lui... Mais en avait-elle réellement envie ? Voulait-elle rester toute sa vie seule, ignorée de tous ? Non, bien sûr que non. Mais seulement, à qui pouvait-elle faire confiance ? A qui pouvait-elle ouvrir son coeur, confier tout et même jusqu'à sa propre vie ? Peut-être était-ce Sepulturo ? Ou peut-être pas... Ne pouvant savoir, Thalie décida de continuer à être avec lui, et d'attendre...

Pendant qu'elle pensait à tout cela, la jeune hybride n'avait pas vraiment fait attention à l'odeur du tabac, mais désormais, elle lui devenait presque insupportable. Elle devait respirer un air sain, sans aucune odeur. Elle se releva lentement, en grimaçant et en souffrant légèrement. Une fois qu'elle fut debout, elle se dirigea vers la porte de la maison, non sans difficulté, car sa hanche lui faisait mal. C'est donc haletante et en boitant qu'elle parvint à la porte. Elle sortit dehors, et s'assit contre l'arbre le plus proche. Elle respira lentement, reprenant petit à petit des forces. Elle leva les yeux au ciel et admira les nombreuses étoiles qui le parsemait. Elle aimait regarder les étoiles, car cela lui permettait de ne plus penser à rien, et ainsi, sa tristesse qui était survenue quelques temps avant pendant qu'elle avait pensé à Einrisch, s'était envolée. Elle se perdit à la contemplation de ses petites lumières illuminant le ciel, oubliant que Sepulturo lui avait posé une question un peu plus tôt. S'en rappelant tout à coup, elle retourna dans la maison, quelques minutes plus tard, et s'asseyant en soupirant devant l'hybride elfe/léopard, elle dit :

- Je vais plutôt bien, merci. Par contre... pendant ta course folle, j'ai assez souffert à cause de ta clavicule qui me rentrait dans le vendre et appuyait par la même occasion sur ma blessure. Mais je ne t'en veux pas, il fallait que l'on s'éloigne le plus possible de cette vampire.

Elle se tut, et respira de nouveau le tabac de Sepulturo. Elle éternua une nouvelle fois, et toussota légèrement. Elle demanda :

- Sep', s'il-te-plait, pourrais-tu éteindre ton tabac ? Je... Je n'en supporte pas l'odeur, désolée.

Elle regarda Sepulturo, attendant qu'il fasse ou dise quelque chose, et supporta l'odeur de son tabac en espérant qu'il l'éteigne bientôt.

~ Il est 22 heures 51 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Lun 12 Avr - 18:42

Sepulturo humecta ses lèvres en regardant Thalie sortir dehors pour s'asseoir près d'un arbre. Il avait probablement déranger son odorat avec l'odeur forte et caramélisé du tabac qui grésillait au fond de la pipe que Sepulturo avait déniché quelques mètres plus loin dans cette maison abandonné. Il ne savait pas ce que pensait Thalie et c'était insupportable pour lui, il ne savait strictement rien depuis qu'il avait rencontré et était maintenant dans le remord de s'être beaucoup trop dévoilé devant elle. Peut être était-ce un tort que d'avoir osé livrer une partie de lui à Thalie ? Il n'en savait vraiment rien et son dédain pour les problèmes, le fit vite passer à d'autres préoccupations. C'est donc à partir de ce moment qu'il commença à réfléchir sur un sujet nettement plus épineux : Qu'est-ce qu'on fait maintenant ? C'était une question qui venait d'arrivée dans son esprit et qui serait sujette à beaucoup d'interrogation et de questionnement. Oui, il ne savait strictement pas quoi faire.

* Peut être faudrait-il changer de continent * songea-t-il.

Sepulturo observa Thalie se relever. Elle s'était attardé à regarde les étoiles, probablement pour s'apaise et pour être en harmonie avec elle même. Elle boitait douloureusement et devait encore être dans un état de convalescence. On ne pouvait donc pas reprendre la route tout de suite. Peut être était-ce le moment rêvé pour dialoguer de choses et d'autres. Peut être que Thalie allait partir à la sauvette et Sepulturo e retrouvera seul. C'était affreux, il cherchait tellement la confiance d'une femme, mais les remords du meurtre accidentel de sa propre femme le plongeait dans un état de questionnement et de peur incessant. Serait-il encore une fois victime d'un complot ? Serait-il encore une fois victime de la fatalité ? De toute façon, il le savait, ce n'est pas demain qu'il réussirais à échapper à la fatalité et rien que de savoir qu'il était dans de mauvais draps le plongé dans une colère noir. Mais Sepulturo était calme.

-Je...

Thalie lui demande expressément d'éteindre sa pipe, probablement à cause de l'odeur qui devait amplifier sa douleur au poumon, elle qui avait déjà mal à l'abdomen. Sepulturo prit alors acte de ses paroles et d'un geste vif balança la pipe au sol et la broya avec son pied avec une force telle, que la pipe éclata littéralement sous la pression de son pied.

- Tu as raison. Et je vais te dire, si ce tabac est nocif pour ton organisme, ou si ce tabac te fait souffrir ton nez développé ou tes petits poumons qui inspirent et expirent de l'air à longueur de journée, alors pour moi aussi, ce tabac est nocif et je t'assure que cela ne se reproduira plus. veux-tu que j'aille chercher de l'eau ? à manger ?

Sepulturo mourrait de faim. Il n'avait rien mangé depuis un certain bout de temps et il est vrai que quelques bouts de viandes séchées et des baies rouges auraient flatté son estomac et calmé ses pulsions meurtrières ( bien qu'il en est pas pour le moment ). Sepulturo se posa sur le lit, laissant une place bien distincte afin que Thalie puisse le rejoindre. Peut être n'était-ce pas le moment de parler de ce qu'il allait faire, peut être était-ce le moment de parler d'eux ? De leur passé ? De leur personnalité ? Peut être était-ce le moment de dialoguer librement, entre grande personne et d'oublier le monde qui nous entoure ? Sepulturo se posait tellement de questions, qu'un mal de crâne puissant et nauséabond envahie son pauvre crâne. Il plongea alors sa propre tête dans les paumes de ses mains afin de se calmer et de faire de son esprit, un néant au vide exponentielle et rassurant. Ce n'était pas le moment de souffrir, mais celui de réfléchir et Sepulturo ne voulait pas donner pitié de lui auprès des autres, surtout auprès de Thalierya.

- Moi, je crêve de faim, j'engloutirais un cerf, grillé au feu avec quelques légumes !

Sepulturo décida de se taire et de laisser du temps à Thalierya. Il découvrit avec stupeur qu'il était excité et qu'il avait envie de faire un tas de chose. Comme si la joie l'envahissait. Il devait probablement cette joie à la présence de Thalierya qui adoucissait son cœur et donnait à ses lèvres un sourire discret, timide et charmeur. Sepulturo n'avait plus peur de rien, non, des qu'il pouvait sentir la présence de Thalierya, ses muscles se raffermissaient, son âme se réchauffait et son regard s'estompait dans ses pupilles devenue microscopique, très précise. Il se sentait revivre et être plus fort. Bizarrement, il se sentait comme quand il était avec sa défunte épouse... Malgré sa joie, Sepulturo ne cachait pas son étonnement...

-Alors... Qu'est-ce qui te dirait ? Viande ou Légume ?

~ Il est 22 heures 53 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Mar 13 Avr - 12:07

Thalierya observa Sepulturo lancer sa pipe au sol et l’écraser avec force… Pourquoi tant de violence ? La jeune hybride avait l’impression de d’avoir irrité Sep’… Peut-être était-ce parce qu’elle lui avait demandé expressément d’éteindre son tabac ? Mais alors, pourquoi avait-il bien voulu l’éteindre ? Thalie ne le comprenait décidément pas… Puis, il lui proposa d’aller chercher à manger. A cette proposition, le ventre de Thalie gargouilla, mais pas assez fort pour que Sepulturo puisse l’entendre. Et il se posa sur le lit, en laissant une place bien distincte, comme s’il voulait que Thalie vienne s’y assoir. Mais pour le moment, elle resta à sa place, et continua de l’observer et de l’écouter. Après avoir dit qu’il mourait de faim et qu’il aurait avalé n’importe quoi, Thalie ressentit en lui une grande joie, une grande excitation… En ressentant ses sentiments, elle fut étonnée, car il n’y avait aucune raison pour laquelle il aurait pu être joyeux ou excité… Enfin bon, Thalie n’y pensa plus. Alors qu’il lui demandait ce qu’elle voudrait bien manger, son ventre gargouilla une nouvelle fois, mais cette fois, beaucoup plus fort, et Sepulturo dut lui aussi l’entendre. Thalie posa alors sa main sur son ventre, releva la tête, sourit à l’autre hybride et lui dit :

-Je crois bien que mon ventre lui aussi réclame à manger ! Et personnellement, je préférerais de la viande, les légumes, ce n’est pas vraiment mon truc… Moins j’en mange, mieux je me porte !

Puis, Thalie décida de venir s’assoir à côté de Sepulturo. Elle fit cela très lentement, comme si elle redoutait le moindre geste hostile de la part de l’homme, et que comme ça, elle pourrait anticiper plus vite le geste, et se reculer à temps. Mais elle savait bien que Sepulturo n’oserait pas lui faire du mal, vu comment il s’était comportait avec elle depuis tout le début… Justement, elle trouvait ce comportement pour le moins étrange… Il s’était beaucoup dévoilé à elle, et avait tout fait pour la protéger, ce qui l’avait au début irritée au plus haut point, mais elle devait quand même s’avouer que s’il n’avait pas été là lorsque la vampire les avait attaqué, elle ne serait peut-être désormais plus en vie… Mais celle qu’elle devait surtout remercier était cette femme qui était arrivée et l’avait sauvée des griffes de la vampire. Il faudrait qu’elle la retrouve et qu’elle la remercie, même si ça lui couterait de sa dignité… Et tout à coup, elle s’était souvenu que lorsque le vampire avait fait irruption entre Sepulturo et elle, l’hybride avait dit que leur destinée était étroitement liée… Comment avait-il pu dire une chose pareille alors qu’il ne se connaissait presque pas ? Il allait donc falloir qu’elle lui pose la question, et quel meilleur moment que maintenant pour le faire ? Elle regarda dans le vide pour éviter que Sepulturo ne la regarde encore une fois droit dans les yeux, puis demanda :

-Sep’… Tu sais, quand le vampire s’est interposé entre nous un peu plus tôt dans la soirée, tu as dit que notre destinée était étroitement liée, mais…

Et là, Thalie releva la tête rapidement, et fixa Sepulturo droit dans les yeux, tout en continuant :

-Pourquoi est-ce que tu peux dire une chose pareille ? On ne se connait même pas, ou si peu, que tu ne peux pas affirmer quelque chose comme ça ! Et puis… Qu’est-ce que je t’ai fait pour que tu veuilles me protéger ainsi ? Qu’est-ce que j’ai de plus qu’une autre ? S’il-te-plait, j’ai besoin de réponse… Je dois savoir !

Elle se tut, et détacha son regard de celui de Sepulturo, non sans difficulté. Elle replia ses jambes sur elle-même, les entoura de ses bras et posa sa tête sur ses genoux. Sans savoir vraiment pourquoi, Thalie se sentait triste, et avait envie de pleurer tout ce qu’elle savait. Mais il ne fallait pas qu’elle montre ses sentiments. Non, elle avait mis bien trop de temps à ne montrer ses sentiments à personne pour que cet entrainement soit détruit là maintenant. Elle ravala ainsi difficilement ses larmes, et observa le plafond pour que Sepulturo ne voie pas qu’elle était sur le point de pleurer. Puis, elle dit :

-Je sais bien que tu t’es beaucoup dévoilé à moi, et qu’en contrepartie, je ne t’ai rien dit par rapport à moi, mis à part mon prénom et mon nom… Je suis désolée si jamais tu t’en sens offusqué, ou autre chose, mais c’est qu’autrefois, j’ai tout confié à un homme qui m’a lâchement abandonnée, et détruite… Je ne souhaite en aucun cas répéter ceci, et c’est pour ça que j’évite d’en dire de trop à mon sujet.

Thalie arrêta de parler de nouveau, continua de regarder le plafond, et attendit que Sepulturo réagisse, pose des questions, ou lui dise quelque chose… Lui répondra-t-elle ? Elle ne savait pas… Elle verrait bien le moment venu !

~ Il est 22 heures 58 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Mar 13 Avr - 18:31

Sepulturo avait donc confirmation d'une faim réciproque chez Thalie. Elle aimait la viande, c'était une bonne nouvelle ; Nous étions deux maintenant à vouloir manger un bout de viande. Sepulturo sourit à cette bonne nouvelle, mais il constata que le teint de Thalierya venait de fondre dans un blanc plus inquiétant. Elle lui parla de tout ce qui c'était passé dans la forêt, des aveux de Sepulturo. Sepulturo resta bouche bée lorsqu'elle entama son discours. Sepulturo perdit toute sa joie pour laisser place à de l'étonnement et de la peur. Elle doutait de lui et de ses actes, par peur de voir la même chose se produire qu'avec le passé. Elle vivait avec le passé comme si celui ci ne voulait pas l'a lâcher. Sepulturo aussi vivait avec son passé, son erreur et la haine qui démontait son cœur pièces par pièces et jours après jours. C'était insupportable pour lui et il faisait tout pour ne pas y penser. Sepulturo baissa la tête et regarda le sol sombre de la pièce avant de prendre une profonde respiration :

- Si nos destins sont liés, c'est parce que mère nature me l'a fait sentir ainsi lorsque je l'a sentais en moi entrain de plonger la moindre partie de son âme dans mon corps, mes mains touchant le sol, mes yeux devenant blanc et laiteux. Mais je comprends ton questionnement et au combien ta peur.

Sepulturo marqua une pause et essaya de sonder les magnifiques yeux de Thalierya. Mais il ne voulait pas perdre sa transparence.

- Généralement, ma famille m'a enseigné la nécessite de protéger les êtres que nous chérissons. Par chérir, j'entends " Apprécier ". Si je t'apprécie c'est parce que, trait pour trait, tu ressembles à la femme que je chérissais et que j'ai tué par manipulation et par erreur. Chaque nuit que je passe sur cette terre depuis qu'elle est morte, est une nuit insupportable, pleine de cauchemars et d'angoisse. Je ne veux pas fermer l'oeil, encore moins ouvrir les mains, car la haine que je ressens contre moi est si grande que même les montagnes ne seront jamais assez à la hauteur pour combler cette haine.

Sepulturo décida de ne plus se cacher et se tourna vers elle, il plongea ses yeux mauves dans son regard et se mit à pleurer doucereusement, sans un bruit, ni un sanglot. La tristesse qu'il ressentait dans son coeur était si grande, qu'il ne pouvait plus retenir sa douleur et que seul les larmes pouvaient l'apaiser et le calmer.

- Je ne pleure pas souvent, mes larmes sont sucrées et je risquerais d'y prendre goût

Chuchota-t-il lentement avec une légère esquisse au niveau des lèvres qui devait probablement dissimuler un petit sourire très timide. Il continua avec une voix plus douce et plus sereine.

- Ton odeur est la sienne, ton regard est le sien, tes larmes que j'ai vu coulé dans la forêt sont identiques à celle qui coulaient sur son visage, ta démarche et ton caractère sont exactement les mêmes. Quand je te vois, je l'a vois. Oserais-je te dire que je m'en veux ? Oserais-je m'excuser de ma douceur à ton égard ? Je ne sais pas si je t'énerve... Je ne sais pas... Je ne sais plus.

Sepulturo laissa alors couler toutes les larmes qui demandaient voie de passage au fin fond de ses glandes lacrymales. Il lâcha avec douceur et rapidité, de nombreuses larmes. Il ne voulait pas s'essuyer, car si il le faisait, il serait encore plus triste. Il préférait se dire que c'était un moment difficile et qu'il fallait attendre que ça passe.

- Mais tu as raison, je suis bien trop rapide, bien trop vif. L'aura maléfique qui me rongeait s'apaise lorsque tu es à mes côtés. Je ne suis pas celui qui t'a blessé dans le passé, je ne suis pas celui qui t'a offusqué, non, je ne suis rien de tout ça. Je suis Sepulturo, celui qui, par la naïveté de sa jeunesse et la haine d'un rival a suivit un sombre mage pour finalement devenir un récalcitrant. J'ai honte de moi, Thalie, si tu savais.

Encore une fois, et comme il l'avait souvent fait, Sepulturo se rabaissait, manqué d'estime à son égard, il manquait de beaucoup de chose. Il mettait Thalie sur un piédestal pensant que c'était la réincarnation même de sa propre femme qui l'avait tué de ses propres mains.

- Je ne te cache pas que mon instinct me pousse à reconstruire ma vie, que je cherche par les mots doux et la sensualité à établir une autre vie, une nouvelle vie, celle dont je rêvais, mais que j'ai perdu très bêtement.

Sepulturo n'avait plus fin. Il ressentait un profond dégout de lui même et s'en voudrait de perdre Thalie sur un coup de tête. Il allait peut être devenir un hybride errant, seul au gré du temps et de l'histoire. Un être sans but, ni espoir, une ombre au gré du vent et feuilles d'automne, une erreur. Sepulturo arrêta un bref instance de penser. Il ne fallait pas penser noir comme il était entrain de faire. Il redressa sa tête, le regard vif puis dirigea ses deux pupilles très dilatées vers Thalie, pour lui soufflait d'une voix très douce.

- Si tu veux partir, je ne te retiendrais pas. Mais si il t'arrive la moindre chose, je donnerais jusqu'à ma vie pour que tu puisses respirer et continuer à vivre, car c'est lorsque tu inspires et expires cette oxygène de tes poumons, que les battements de mon cœur se font doux et que mon âme se réchauffe.

~ Il est 23 heures 00! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Mer 14 Avr - 11:45

Thalierya observa et écouta attentivement Sepulturo, le cœur serré de le voir pleurer ainsi… C’était la deuxième fois qu’elle voyait un homme pleurer, et elle n’appréciait pas vraiment cela, surtout quand elle ne savait pas quoi faire pour le consoler… De toute façon, elle n’avait jamais su consoler… La situation de Sepulturo lui faisait de la peine, et elle aurait tant aimé qu’il s’arrête et de pleurer et de parler. Ses mots la touchaient tout autant que ses larmes. Ainsi, il ne l’appréciait que parce qu’elle ressemblait traits pour traits à celle qu’il avait tué autrefois. Et il se demandait s’il l’énervait… Est-ce qu’elle serait capable de lui dire qu’à certains moments oui ? Elle verrait bien quand il aurait fini. Elle attendit donc patiemment qu’il finisse, tout en continuant de l’écouter attentivement. Quand il eut enfin fini, Thalie laissa un moment de silence prendre place, pour lui permettre d’organiser ses idées, et ce qu’elle allait dire à Sepulturo. Avant tout, elle devait au moins essayer de le consoler. Elle avança sa main droite, en hésitant, et en tremblant, pour aller prendre celle de Sepulturo. Elle était rongée par le temps, et sans doute aussi par quelques batailles dans lesquelles il aurait dû combattre. Thalie posa sa main gauche par-dessus celle de l’homme qu’elle venait de prendre. Elle le regarda dans les yeux, afin qu’il sache que ce qu’elle allait dire était sincère, et lui sortait tout droit du cœur.

-Sepulturo, je dois t’avouer que oui tu m’as énervée plus d’une fois, notamment lorsque tu as tenté de me protéger face à ce vampire, et d’autres fois que je n’ai plus en mémoire. Après, tu dis que je lui ressemble en tous points, mais on m’a appris que personne n’était identique, donc je ne peux pas lui ressemblait autant que tu le dis… Et puis, tu n’as pas à avoir honte de toi, ce qui est fait est fait, on ne peut revenir sur nos erreurs du passé, et celles-ci ne nous servent que pour ne pas les répéter à l’avenir. Il faut essayer de ne pas vivre avec le passé et voir de l’avant. Certes, je n’en fait rien moi-même, mais une fois que j’aurais tué cet homme, je pourrais enfin me construire une nouvelle vie. Et ne t’inquiète pas, je ne vais pas partir, je suis, je crois, encore un peu trop faible, physiquement et sans doute émotionnellement pour m’en aller, et…

Thalie n’eut pas le temps de finir sa phrase, car son odorat surdéveloppé sentit une odeur qu’elle appréciait tant, celle de gibier. Une léger sourire se dessina sur ses lèvres, et elle se leva, cette fois sans difficulté, tellement elle avait faim. Elle prit son arc et ses flèches. Elle se posta dans l’embrasure de la porte, et vit une biche qui mangeait de l’herbe non loin d’ici. L’animal dut sentir la présence de Thalie, car il leva soudainement la tête, et quand il vit la jeune hybride, il détala à grande vitesse. Thalie grogna entre ses dents, et se dit qu’avec sa blessure, et vu la vitesse de la biche, jamais elle ne parviendrait à l’attraper sous cette forme. Elle regarda le ciel, toujours parsemé d’étoiles, et se dit qu’il ne restait sans doute plus beaucoup de temps pour être le lendemain. Elle pouvait donc se permettre de se transformer en louve pour attraper cette biche. Elle lâcha son arc, et lança à Sepulturo avant de s’en aller chasser :

-Sep’, je vais chasser cette biche, fais ce que tu veux en attendant que je revienne. Ne t’inquiète pas, je ne serai pas longue !

Puis, sans attendre que Sepulturo dise quoi que ce soit, elle s’élança à la poursuite de la biche, en espérant que celle-ci ne serait pas partie trop loin. Thalie commença à courir, toujours en humaine, mais au fur et à mesure qu’elle s’enfonçait dans la forêt, sa métamorphose en louve se faisait. Cela commença par son nez et sa mâchoire qui s’allongèrent pour devenir un long museau ainsi qu’une mâchoire puissante aux nombreux crocs bien tranchants. Ses oreilles se déplacèrent pour monter vers le haut de sa tête, qui commençait à être celle d’une louve. Ses hanches devinrent beaucoup plus musclées, et se couvrir de poils. Ayant tout le bas de son corps en louve, il fut plus facile à Thalie de courir à quatre pattes plutôt que debout. Son dos se couvrit lui aussi de poils, et ses cheveux noirs et bouclés se raidirent, se raccourcirent et se teintèrent de blanc pour se transformer en poils. Et puis, rapidement, son tronc et ses bras se métamorphosèrent pour devenir ceux d’une louve. Toute cette transformation n’avait pris que quelques secondes à la jeune hybride, et désormais, elle pouvait courir beaucoup plus vite, et sans se soucier de sa blessure, qu’elle ne ressentait plus du tout.

Elle rattrapa en à peine quelques minutes la biche qu’elle avait prise en chasse. Sa proie se délectait au bord d’une rivière, et elle n’avait pas sentie la présence de la jeune louve. Cette dernière se tapit derrière un tronc d’arbre, en attendant le moment propice pour attaquer. A cet instant, ce n’était plus vraiment l’elfe qui contrôlait le corps, mais plutôt l’animal qui était en Thalie qui avait les commandes. Et tout à coup, elle sentie la présence d’un autre loup dans les parages, sans doute lui aussi à la recherche de nourriture. Elle se retourna violemment et aperçu l’autre prédateur, à quelques mètres d’elle. Elle grogna, pour lui faire savoir que cette proie était à elle. Apparemment l’autre loup ne la remarqua pas, ou peut-être qu’il ne la comprit pas. Elle se mit donc en travers de son chemin et grogna de plus belle en montrant les crocs. Il se mit lui aussi à grogner, et ce serait donc au plus fort d’avoir cette proie, qui heureusement n’avait pas sentie leurs présences et s’abreuvait toujours à la rivière.

Puis soudain, le loup sauta sur Thalie, qui l’esquiva sans difficulté. Il se prit de pleins fouets l’arbre devant lequel était la jeune hybride. Profitant qu’il était à moitié sonné, Thalie en profita pour lui sauter dessus à son tour, et le mordit à la gorge. L’autre se débattit autant qu’il le put, et rua pour faire lâcher prise à Thalie. Mais cette dernière tint bon, et enfonçait un peu plus ses crocs dans la chair de l’autre. Puis, jugeant qu’il avait compris que cette proie était à elle, Thalie lâcha l’autre loup. Celui-ci, avant de partir bredouille, griffa violemment Thalie sur tout le flanc droit. Elle poussa un long hurlement de plainte et de douleur. Mais elle ne devait pas faire attention à cette blessure. Elle avança lentement de la biche, et au dernier moment, lui sauta dessus, et la mordit sauvagement, elle aussi au coup. L’animal se débattit, mais il était sur que malgré sa blessure et son épuisement, c’était Thalie qui avait le dessus. Et puis, l’animal ne bougea plus du tout, et Thalie sut qu’il était mort. Tenant toujours la biche dans sa gueule, elle la traîna en marchant en arrière pour revenir à la maison abandonnée. Ce fut sans difficulté qu’elle y retourna, car elle sentait l’odeur de son sang qui avait imprégné le tissu qui avait servi pour bander sa blessure.

Elle parvint enfin à la maison, quelques minutes plus tard. Elle était à bout de souffle. Elle rentra toujours à reculons, posa la biche en plein milieu de la pièce, puis s’écroula à côté, à cour d’énergie. Sa blessure au flanc droit lui faisait mal, autant que celle de la vampire. Elle lança un long hurlement de douleur, puis entama sa transformation en humaine. Elle eut juste assez d’énergie pour la faire, et cela prit beaucoup plus de temps que dans la forêt. Une fois redevenue humaine, Thalie s’allongea sur le dos, car sinon, elle appuyait sur sa blessure au côté droit. Elle observa le plafond, qui commençait à devenir tout flou, et à s’assombrir. Elle dit, d’une voix faible :

-Le repas… est… servi !

Puis, elle tourna la tête vers Sepulturo, lui sourit, ferma les yeux, et sombra dans l’inconscience.

~ Il est 23 heures 08 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Mer 14 Avr - 17:56

Sepulturo n'insista pas quand à la détermination de Thalie pour aller chasser la biche. Il regarda la jeune elfe/louve se transformer au loin et devenir d'un blanc laiteux... Une vraie louve. Sepulturo fut pris d'une excitation. Il aimerait bien se changer en léopard, mais il ne le fait qu'en danger de mort. Peut être devrait-il outrepasser cette idiote mais intelligente règle. Sepulturo ne distingua plus Thalie, mais entendue au loin, des hurlements féminins teindre la placidité de la forêt. Sepulturo se leva et sauta par l'embrasure d'une fenêtre. Il regarda le sol, puis constata que de nombreuses branches parsemées l'âpre terre de Lalwende. Il commença à ramasser, morceaux de bois et grosses brindilles pour finalement en faire un énorme cageot. Il se mit derrière la maison, puis commença à faire un rond avec des pierres qui trainaient ça et là. Enfin, après avoir admiré la parfaite circonférence du rond de pierre, il colmata chaque trou avec de la terre et de la salive pour fermer le rond hermétiquement. Enfin, il plongea son majeur de sa main gauche dans la terre pour faire un conduit d'air. Il posa alors les branches, puis les rondins et les fines brindilles avec une précision redoutable, c'était peut être la seule chose qu'il devait à ce vieux mage noir. Enfin, il rentra dans la maison et prit le bloc de souffre pour un détacher quelques morceaux puis il les glissa en dessous du bois et frotta le un petit morceau de souffre sur une pierre. celui ci s'enflamma alors lentement, puis commença à se consumer. Sepulturo le plaça au milieu du bois et des brindilles, puis glissa tous les autres blocs de souffre à l'intérieur du rond de pierre, le feu commença à prendre des formes, mais il s'affaiblissait de plus en plus, Sepulturo approcha sa bouche du petit trou qui avait creusé à même le colmatage de terre puis souffla une trentaine de fois très rapidement à l'intérieur... L'appel d'air se fit et le feu s'embrasa. Sepulturo était content, le feu, si il était alimentait, tiendrait pour au moins cinq bonnes heures.

* Belle lune, beau feu, douce nuit... Que le temps a été long avant de permettre de passer une nuit comme je les aime, âpre et douce

Sepulturo rentra et entendit un hurlement sonore assourdissant. Peut être que Thalie avait des problèmes ? Sepulturo enleva de sa tête la pensée qu'il venait d'arborer car il savait qu'avec son caractère, elle se défendrait seule. La puissance féminine est bien plus redoutable que ce que l'on peut penser, bien plus que celle de l'homme. Sepulturo n'en doutait pas. Il se retourna et admire le feu brûler. Il avait pris soin entre temps de mettre de grand bâton parallèle des deux côtés du rond de pierre pour y poser un autre bâton, très aiguisé, pour y faire cuir la viande. Sepulturo avait aussi trouvé des baies sucrés dans les étagères de la maison et il savait que cela agrémenterait le repas parfaitement. Il ne manquait plus qu'un peu d'eau. Il discerna à quelques mètres de la maison, un puits, qui comme il était non loin de la rivière, devait regorger d'eau. A son grand bonheur, il put en tirer un sceau, se qui serait parfait pour boire. Quel bonheur, il allait pouvoir enfin partager un vrai repas.
Tout à coup, ses oreilles se raidirent, il sentait approchait quelque chose ou quelqu'un. Il fit volte face et traversa la petite maison pour apercevoir Thalie, consentante mais haletante, qui se ramenait à la maison, en louve avec la biche entre ses crocs. Elle rentra déposa le carcasse sur le sol puis se transforma en elfe. Elle hurla et prit beaucoup de temps pour faire une transformation, qui, d'habitude, ne devait prendre que quelques secondes. Elle avait une immonde griffure sur le flanc droit... Probablement un autre loup qui avait voulu obtenir la proie qu'elle désirait. Thalie lui annonça que le repas était servis, dos au sol, puis elle ferma les yeux inconsciente.

-Mais c'est pas vrai !!!! NON !!!

Sepulturo sentit le sang bouillir dans ses tempes, il sentait aussi insupportable haine monter dans son cerveau. Il se calma pour quelques instants pour prendre le corps de Thalie avec douceur et sensualité et l'étalé sur le petit lit de paille. Il se redressa puis, d'un pas léger et sans bruit, se dirigea vers l'étagère où reposait la petite poche de pommade. Il l'attrapa avec délicatesse, puis retourna vers Thalie afin de la soigner, ses habits étaient légèrement déchirés et Sepulturo n'hésita pas une seconde pour l'a soigner, il sortit son coutelas puis déchira son vêtement afin d'avoir une vue complète sur son flanc droit, Sepulturo qui, par respect du corps d'autrui ne ressentait que de la neutralité, sentit monté en lui, un désir qu'il qualifié d'insoutenable. Il ferma les yeux, puis dans un geste instinctif, sortit la pommade une énième fois pour cicatriser la seconde plaie de Thalierya. Il massa lentement son flanc, puis rouvrant les yeux, insista sur chacune des tranchées qui parsemaient sa blessure afin de faire pénétrer la pommade de façon rapide et efficace. Puis il déchira un nouveau pan de son pantalon pour le coller contre cette nouvelle blessure. Il se retourna et constata que des chiffon traînait au sol, du tissus froissé. Il en prit un grand bout, puis refit le bandage de la blessure du vampire sur son abdomen. Enfin, après avoir terminé les deux pansements, il prit tout les bout de tissus pour les enrouler autour de Thalie. Elle le tuerait, il le savait, mais il préférait la voir soigner, plutôt que souffrante. C'était ainsi et pas autrement. Après avoir terminer son oeuvre, il posa un baiser timide sur son front.

-Tu seras venger, et tu me tueras une deuxième fois d'ailleurs...

Sepulturo se recula et sortit vérifier le feu, celui ci brûlait parfaitement bien. Il rentra à nouveau dans la frêle bâtisse puis traîna le cerf vers le feu. Là, il sortit sa dague et son coutelas, puis déchira avec méticulosité chacune des partie de la biche pour en faire des morceaux de taille généreuse. Enfin, il aiguisa le bâton qui était maintenant par les deux autres au sol, puis planta plusieurs morceaux de la biche pour la poser sur le feu, il monta la hauteur des bâtons pour que les morceaux de viande ne cuise pas trop vite, le temps qu'il aille tuer l'autre animal.

- J'arrive sale ordure...

Son regard devint alors méchant et sombre, ses yeux s'injectaient de sang et son teint pâle vira au rouge en quelques secondes. Il posa ses mains au sol et rentra immédiatement dans un état de transe qu'il n'avait jamais réussi à faire auparavant. Il commença alors à questionner les vibrations environnantes de la nature.

* Où est-il ?*

Il savait que la nature ne lui donnerait pas de réponse, mais qu'elle affuterait néanmoins son instinct. Sepulturo se leva, puis commença à se déshabiller. La queue qui pendait en bas de son était devenue hérissé et il ne tarda pas à crier. Il allait se transformer et cela faisait longtemps qu'il ne l'avait pas fait. Il sentit ses mains se raidirent, ses yeux se rétrécirent, son poids s'harmoniser, ses pieds devinrent de plus en plus petit, il sentit de courts poils jaillirent sur son dos. C'était bon, c'était un léopard. Le poids du léopard adulte varie de 40 à 90 kilos, Sepulturo en faisait 95 et la longueur du corps varie de 90 cm à 1,60 m et jusqu’à 1,90 m pour certains mâle hybride, notamment Sepulturo . Sa hauteur au garrot varie entre 45 et 80 cm et sa queue peut mesurer jusqu'à 100 cm, queue qui lui sert notamment de balancier dans les arbres.
lorsqu'il se déplace dans les arbres. Sepulturo savait qu'il faisait partie d'une espèce exceptionnelle. Il sortit et commença à bondir et à tracer une pointe de vitesse, il se sentait souple, léger, fort, puissant, terrible et diabolique. Il sortit ses crocs, puis commença à grogner d'une voix très grave. Il sentait un loup non loin de là, qui marchait avec difficulté. Il sauta sur un énorme arbre puis commença à faire le trajet en sautant les branches, c'était un félin, et non un chien comme beaucoup le penser, il pouvait, lui, grimper au arbres. Il scruta chaque coin de la forêt, dans un angle total, puis réussit à entrevoir la bête.

-Grrrooooooooooooooooooooaaaaaaaaaaarrrrrrrrrrrrrrrrrr ...

Son grognement résonna dans toute la forêt et résonna dans les tympans du loup. Celui ci fit un bond en arrière puis chercha désespérément à savoir d'où le bruit provenait. Sepulturo jouissait de ce camouflage de félin au patte de velours. Il continua à s'approcher du loup au gré des arbres de la belle forêt de Lalwende, puis, dans un élan tel un éclair qui frappe la terre, il sauta sur sa cible. Le loup, choqué et désappointé par sa blessure au cou, commença à se débattre, mais Sepulturo planta ses griffes dans sa chair et il compta le nombre de coups qu'il lui donna, quelques trois cent quarante-huit coups traversèrent le corps du loup. Quand il constata que celui ci ne réagissait plus, il lui mordit le museau violemment et lui arracha la gueule qui lui servait à aboyer. Sepulturo se transforma en Elfe puis reprit le temps de reprendre ses repères. Son ouïe était moins efficace, tout comme ça vue et ses déplacements seraient moins précis. Il attrapa le loup puis le mit sur son épaule gauche. Il se tourna puis commença à rebrousser chemin pour retourner à la maison. Toujours rouge de rage et de colère, à proximité de la maison, il s'arrêta puis prit son coutelas qu'il avait laissé à l'entrée de la maison pour ouvrir le ventre de la bête. Il en sortit les intestins, le foie, le cœur et toutes les organes qu'il pouvait. Il jeta les organes au loin pour nourrir les autres animaux qui rôdent puis planta un énorme bâton au sol, qu'il aiguisa et il y mit le loup dessus, en prenant bien garde que le bâton rentre par sa gorge et traverse sa cavité buccale. Que c'était barbare et méchant, mais qu'est-ce que Sepulturo aimait ça. Il se calma puis rentra dans la maison pour aller chuchoter à Thalie, qui dormait probablement encore :

- Il ne te fera plus aucun mal ...

Sepulturo sortit et admira le feu qui brillait encore vaillamment. Il y rajouta quelques bout de bois qui trainaient puis se posa près du feu. Il venait de faire un effort d'une rare intensité et sa colère l'avait affaiblit. Il s'écroula et ses yeux se fermèrent lentement.

~ Il est 23 heures 14 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Jeu 15 Avr - 23:52

Cela faisait plusieurs minutes que Thalierya était inconsciente. Mais il fallait bien qu'elle se réveille un jour ou l'autre, et ce fut maintenant qu'elle se réveilla. Elle cligna plusieurs fois des yeux, et la seule chose qu'elle vit fut un plafond tout flou. Sa vu n'était pas complètement rétablie, et elle allait devoir attendre un certain temps avant de pouvoir bouger ne serait-ce que le petit orteil. Elle respirait très lentement, mais prenant de grandes inspirations pour après expirer très longuement aussi. Elle avait mal au flanc droit, ainsi qu'à sa blessure que la vampire lui avait faite. Thalie parvint finalement à bouger les doigts, puis la main, et enfin le bras en entier. Elle leva le bras droit, ce qui la fit souffrir au flanc droit. Elle posa sa main sur sa blessure, et elle se rendit compte que se n'était pas de la peau où du sang séché qu'elle touchait, mais du tissu. Ses yeux s'écarquillèrent en grand. Sa main parcouru le reste de son torse, et Thalie remarqua que tout était bandé. Sepulturo avait donc osé la déshabiller pour la soigner ? Elle allait le tuer, oh que oui ! Certes, si jamais elle avait la vie sauve, se serait grâce à lui, mais justement. Elle lui devait une nouvelle fois la vie. Elle grogna bruyamment. En plus, si ça se trouvait, Sepulturo avait profité qu'elle soit inconsciente pour l'examiner plus en détail, sans ses vêtements... Thalie ne pouvait supporter cette idée, et elle décida d'aller le voir pour aller lui expliquer ses quatre vérités.

Elle tenta de se lever, mais elle n'y parvint pas tout de suite. Ce fut très difficilement, et en souffrant beaucoup qu'elle réussit à s'assoir. Elle haletait et transpirait à grosses gouttes. Elle chercha Sepulturo partout dans la maison mais ne l'y vit pas. Peut-être était-il dehors ? Puis, Thalie sentit une odeur agréable à sentir... Celle d'un animal en train de griller. Sepulturo avait donc fait griller la biche qu'elle avait ramenée. La faim reprit Thalie, qui, se tenant le flanc avec la main, s'apprêta à se relever. Mais une pensée lui vint à l'esprit... Elle ne pouvait pas sortir sans rien sur le dos. Elle attrapa vivement son sac en bandoulière fouilla dedans, et fini par trouver sa cape argentée brodée de fils d'or. Tenant l'habit dans sa main, et s'appuyant contre le mur, Thalie parvint finalement à se relever. Elle s'emmitoufla dans la cape, et commença à marcher en direction de la porte de la maison, tout en s'aidant toujours du mur. Elle n'avançait pas très vite à cause de ses deux blessures qui la faisaient horriblement souffrir, mais elle ne devait pas en tenir compte, il fallait qu'elle mange, et qu'elle parle à Sepulturo. Alors qu'elle arriva près de la fenêtre, elle jeta un coup d'oeil dehors. Ses yeux s'arrêtèrent sur le loup fiché sur le bâton planté dans le sol. En voyant ceci, elle recula d'effroi, et c'est difficilement qu'elle retint un cri. Elle posa ses deux mains sur sa bouche, et écarquilla grand les yeux.

-Mon dieu... Mais qu'est-ce que c'est que cette chose immonde, souffla-t-elle.

Elle se demanda qui avait bien pu faire une chose aussi horrible et barbare. Le pauvre loup... Qu'avait-il pu bien faire pour mériter une telle chose ? Thalie le plaignait. Elle continua de marcher vers la porte, le cœur serré, du destin funeste du pauvre animal. Elle s'approcha lentement du loup piqué sur ce bâton. En sentant son odeur, elle reconnu celle du loup qui l'avait attaqué dans la forêt. Thalie sut immédiatement que Sepulturo était à l'origine de cette barbarie. Comment avait-il pu faire une chose pareille ? Et surtout... Pourquoi ? La jeune hybride sentit les larmes monter, choquée du destin tragique du loup. Elle les laissa couler, tout en posant une main sur la fourrure de l'animal. Elle serra le poing sur une touffe de poil, et furieuse, releva rapidement la tête, déterminée plus que jamais à aller parler à Sepulturo.

Thalie se dirigea donc vers l'arrière de la maison. Pendant le trajet, très lent long, elle se dit que Sepulturo avait sans doute voulu faire ça pour la venger de la blessure que lui avait infligé le loup. Mais de quel droit se permettait-il de la venger ? En plus, elle ne voyait pas de raison de la venger. Ce loup l'avait certes blessée, mais elle aussi elle l'avait blessé. Thalie serra les poings, et se jura à les mettre dans la figure de l'autre hybride. La rage qu'elle ressentait lui redonnait des forces, et ce fut donc d'une allure plutôt rapide qu'elle parvint à l'arrière de la maison. Elle y trouva Sepulturo, assoupit à côté du feu. Elle se posta devant lui, s'accroupit, et le frappa de toutes ses forces dans le ventre avec son poing gauche, espérant que ça le réveille. Elle se releva, et sans prendre le temps de savoir s'il dormait encore ou non, Thalie hurla, toujours en pleurant :

-SEP'... SI J'EN AVAIS LE COURAGE, JE TE TUERAIS VOLONTIERS POUR CE QUE TU AS FAIT !! JE T'INTERDIS À L'AVENIR DE ME SOIGNER SANS MON ACCORD, ET CE, MÊME SI JE SUIS INCONSCIENTE. ET APRÈS... CE QUE TU AS FAIT À CE PAUVRE LOUP EST IMPARDONNABLE !! CERTES IL M'A BLESSÉE, MAIS CE N'ÉTAIT PAS UNE RAISON POUR LE TUER !! J'EN AI MARRE QUE TU ME PROTÈGES DE LA SORTE, JE NE SUIS PLUS UNE ENFANT, J'AI TOUT DE MÊME 251 ANS, ALORS JE SAIS ME DÉBROUILLER TOUTE SEULE ! ET...

Thalie sentit ses forces s'amoindrir, et elle s'écroula au sol, à bout de souffle et de force. Certes, sa rage lui avait permis d'aller plus vite, et de crier après Sepulturo, mais elle avait consumer peu à peu ses forces. Thalie parvint cependant à s'assoir, et à y rester. Elle était haletante, et se respiration était saccadée et très rapide. La jeune hybride essayait de se calmer pour pouvoir respirer normalement et s'apaiser, mais elle n'y arrivait pas. Ainsi, c'est respirant toujours rapidement, mais un peu moins qu'au début, qu'elle attendit que Sepulturo parle, bouge ou fasse bien autre chose. Mais avant qu'il ne bougeât, Thalie dit :

- Et, je vais très bien, pas la peine de t'inquiéter une fois de plus pour moi.

Puis, Thalie resserra sa cape autour d'elle, car elle avait tout de même un peu froid, bien qu'elle fût devant le feu.

~ Il est 23 heures 19 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Ven 16 Avr - 18:59

Sepulturo s'étalait dans son songe. C'était un rêve salé, où, il devait probablement nager en pleine mer. Il nageait sous une eau azur, souriant à la faune marine et aux coraux qui bordaient cette merveilleuse côte. Il devait encore nager plusieurs kilomètres avant d'atteindre cette île, cette sombre île, qui laissait dépasser une tour. Une tour noir, dont le sommet laissait échapper un flambeau énorme où le feu s'exaltait de 'l'air marin qu'il recevait pour alimenter son foyer. Sepulturo commença alors à nager de plus en plus vite, lorsqu'il fût pris de chatouillis au ventre, et peu à peu les images disparaissaient lentement. Sepulturo était bien dans la forêt de Lalwende. Il entendait Thalie lui assenait un dernier coup dans le ventre et lui crier les deux bêtises qu'il venait de faire. Il se retint de sourire, bien qu'il en avait envie. Il l'écouta, elle semblait avoir repris des forces, c'était donc bien la rage qui provoquait en elle une certaine régénération, mais Sepulturo sentait que ça allait être de courte durée. Il entendit alors Thalie s'asseoir mollement au sol. Puis un silence s'établit, un silence doux et âpre. Sepulturo pût entendre son chuchotement lui soufflait qu'elle allait bien, qu'il ne devait pas s'inquiéter.

- Je ne vais pas te proposer la laine qui est de la maison, ce serait vouloir ma mort.

Il se retourna, se redressa, l'a regarda puis sourit. Il constatait qu'elle se régénérait vite. Mais elle n'était pas encore dans son assiette, où plutôt dans la meute. Sepulturo contracta ses jambes pour se relever d'un simple mouvement, laissant ses muscles faire pression sur ses os de jambe et laissait entendre plusieurs craquements d'os harmonieux. Il observa le gibier qui était grillé à point et à feu doux. Encore une magnifique cuisson, calculée à la seconde prêt. Sepulturo regarda Thalierya toujours emmitouflée dans sa cape, puis se dirigea vers la maison, il y trouva des auges(*), puis se retournant, il sortit son coutelas d'un geste vif pour qu'il vole en l'air et fit tomber le manche du coutelas dans sa main. Après avoir passer l'embrasure de la porte, il s'approcha du gibier, puis découpa des tranches fines et précises, larges et tendre, puis les posa de façon esthétique dans l'auge. Puis, il sortit les baies qu'il avait précédemment mit dans sa poche, puis commença à faire une mouture(*) dans un petit récipient avec de l'eau. C'était probablement la meilleur sauce qu'il ferait de la nuit. Après avoir prit le temps de moudre lentement les baies dans l'eau, il commença avec vigueur à donner de la volupté et de la consistance à la sauce. Il avait aussi en prenant les baies, glissait du sel dans la petite poche et un peu de poivre noir. Il rajouta dans la sauce quelques pincées puis étala le tout sur la viande, dans l'auge de Thalierya.

- Suprême de gibier et sa sauce aux baies lui adressa-t-il avec un grand sourire.

Posant l'assiette près de Thalierya, il recommença à se faire une assiette pour lui aussi, faisant les mêmes gestes, répétant les mêmes actions. Il s'installa à côté d'elle, puis laissa instinctivement la chaleur de son corps augmentait afin qu'il puisse dégager plus de chaleur et chauffer l'entourage de Thalierya pour plus qu'elle n'est froid. Il ferait alors un acte plein de gentillesse mais sans qu'elle ne le sache. Il ne se ferait pas disputer, c'était sur.

- Je te présente mes sincères excuses pour avoir tuait ce loup, j'étais dans un état de colère assez impressionnant et je me suis transformé... Oui, j'étais en léopard... Je me contrôle encore mal, instinctivement, lorsque j'adopte la posture psychologique de l'animal qui est en moi. Tu sais Thalierya, les dieux ont confiaient un esprit aux races qui peuplent nos mondes, mais ils ont laissé une certaine primauté à nos chers animaux. Ne m'en veux pas, il ne manque pas de loup sur cette terre.

Sepulturo marqua une petite pause, puis entama la viande, il avait vraiment très faim et ce repas n'allait pas être de refus. Il sentit ses papilles se ravirent de la sauce aux baies qui embellissait la viande. Il prit un peu d'eau dans le creux de sa main puis l'a porta à la bouche. Que c'était bon de partager un repas. Sepulturo prenait son temps pour manger, mais en observant Thalierya lorgnait sur son assiette, il était quasiment sur qu'elle allait manger son plat avec rapidité et sauter sur les autres morceaux. Elle reprendrait toutes ses forces, si elle se mettait à manger. Sepulturo observa les étoiles, puis en finissant une bouchée, il continua.

- En ce qui concerne ton pansement, je vais être très clair. Entre le temps que ta blessure se vide du sang de ton corps et le temps que tu te réveilles, si je n'avais pas fait de bandage, tu serais ou morte, ou dans un état si grave, que je ne puisse rien y faire

Il marqua une petite pause, mangea deux grosses bouchées de gibier puis continua en attendant d'avoir avalé avant de parler.

- En ce qui concerne le pansement, si je puis te rassurer, je n'ai pas été voir si tu avais une paire de seins voluptueuse, j'étais surtout occupé à nettoyer tes plaies, désinfecter les entailles pour éviter les infections de bactéries afin que tu évites toutes septicémies(*) mortelles, puis à te faire des bandages adaptés à ton corps, ta corpulence pour pas qu'il ne parte de ton corps lors de tes déplacements. Des pansements de guerrier, quoi.

Il continua à manger son gibier avec délectation, profitant de chaque bouchées comme si c'était la dernière qu'il mangeait. Il savait que si il prenait son temps, ce n'était pour ne pas tomber dans un état de stress alimentaire, si il venait à ne pas manger. Il attrapa la cruche et s'enfila quelques gorgées d'eau, laissant de fines gouttes tombés le long de son cou et de son torse qui était découvert, tellement il faisait chaud. Il continua.

-Donc, crunchcrunchcrunch... Je n'ai pas lorgner sur ton corps et je n'ai pas cherché à te désirer. Ce n'est que dans la réciprocité que je le ferais, ce qui n'est pas le cas. Je ne suis pas un homme, je suis un hybride de sexe masculin, je n'ai pas le comportement pervers et remplit de vice que beaucoup d'homme humain ont. Ne te fais pas de soucis, Thalie, Fille de Lune.

Le vent soufflait avec placidité, les branches battaient lentement et le temps semblait s'adoucir, ce n'était pas une nuit si triste que ça, il fallait juste profitait du moment présent. Sepulturo posa son assiette, puis regarda Thalie dans les yeux :

- Pour en finir avec ton caractère et ton ego qui dépasse en taille les plus hautes montagnes de ce monde, j'ai quelques petites choses à te dire. Rassures toi, rien de méchant. Je ne veux pas que tu penses que tout ce que j'ai fais pour t'aider, ce n'était que dans le simple but d'obtenir de ta part, quelconques remerciements. Je n'en veux pas, et tu ne me dois rien. Je te dois mon bonheur cependant, car il n'y a que dans tes yeux, lorsque je m'y plonge, cette sensation légère qui s'empare de mon cœur et de mon âme et qui me transporte là où, je ne suis jamais allé. Mais est-ce raisonnable que d'ouvrir mon cœur ?

Sepulturo regarda encore le ciel longuement, cherchant à compter les étoiles.

- Je t'assures que je m'en veux pour le loup, Thalie. Je te présente mes plus sincères excuses. Tout ce que je te souhaites, c'est d'avoir chaud physiquement, chaud au cœur, de respirer et d'être en bonne santé. Je ne t'ai jamais vu sourire et qu'est-ce que je ne donnerais pas pour voir tes lèvres s'illuminées d'un magnifique sourire. Je sais que ton histoire et ton passé ne te donne pas envie de sourire, mais moi aussi, et de ce fait, je vais de l'avant et je prends ma vie comme elle vient.

Sepulturo s'arrêta, il n'allait pas tardé à pleurer, sentant que les choses n'avanceraient jamais et qu'il luttait contre quelque chose qu'il ne pouvait pas affronter. Son cœur lui faisait mal, son cœur psychologique lui faisait affreusement mal.

~ Il est 23 heures 23 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Mer 21 Avr - 19:16

Thalierya observa Sepulturo préparer les deux assiettes, la poser devant elle, puis elle l'écouta attentivement. Ainsi, lui aussi pouvait devenir entièrement l'animal qu'il était habituellement seulement à moitié. Puis, apparemment, il n'avait fait que son bandage et n'avait pas regardé plus loin... Enfin, c'est ce qu'il disait... Mais Thalie le croyait plus ou moins. Elle devait admettre que le pansement était parfait. Elle parvenait à se mouvoir sans qu'il ne se défasse. Et, il mentionna le mot "humain", comme si cela désignait une race... De quelle race pouvait-il s'agir ? Elle n'en savait rien, n'étant sur Astrune que depuis très peu de temps. Elle avait encore beaucoup de choses à apprendre ! Ensuite, il s'excusa pour la deuxième fois d'avoir tué ce loup. Devait-elle le pardonner ou non ? Oui, bien sûr qu'elle le devait, elle n'allait pas lui en vouloir juste pour quelque chose comme ça, et puis, comme il disait, il y avait beaucoup d'autres loups sur cette terre. Et enfin, il lui fit remarquer qu'il ne l'avait jamais vu sourire... Mais en même temps, elle en avait des raisons pour ne pas sourire... Pourquoi vouloir sourire alors que l'on a été lâchement abandonnée par celui qu'on aimait plus que tout ? Et puis, cela faisait une éternité qu'elle n'avait sourit... Peut-être avait-elle oublié comment on faisait ? Non, improbable, ce n'est le genre de chose que l'on oublie... Mais bon, en ce moment, elle n'était pas assez heureuse pour pouvoir sourire à Sepulturo.

Puis, quand il se tut, elle ne dit rien sur l'instant. Elle regardait à tour de rôle son assiette et Sepulturo. Elle avança sa main gauche pour prendre le récipient, mais la recula de suite, car sa cape commençait à glisser le long de son bras et à dévoiler son torse bandé. Elle fit donc l'inverse et prit l'assiette avec sa main droite, en prenant bien soin de cacher son torse avec son bras gauche. Elle se mit sur les genoux, y posa son assiette, puis commença à manger. Au début, elle mangea lentement, puis de plus en plus vite (sans être trop rapide non plus), tellement elle avait faim. C'était vraiment très bon, et ça faisait un long moment que Thalie n'avait pas mangé quelque chose digne de ce nom. Une fois qu'elle eut repris deux autres morceaux, elle reposa son assiette au sol devant elle. Elle commençait à avoir mal à sa blessure au flanc droit, à force d'être assise de la sorte. Elle se leva donc, non sans difficulté, et vint s'assoir contre le mur de la maison afin que son dos ne force plus à rester assise, comme cela, sa blessure lui fit moins mal. Elle avait beaucoup moins froid que toute à l'heure. Elle regarda longuement dans le vide, puis elle tourna son attention vers les étoiles, et enfin, regarda Sepulturo. Elle lui dit d'une voix légèrement faible mais audible :

- Sepulturo, c'était vraiment très bon. Après pour le pansement, je te crois quand tu dis que tu n'as fait que te concentrer sur le bandage et pas sur autre chose, et sache qu'il est parfait. Il ne me fait pas mal, et se pli à mes mouvements.

Elle se tut pendant un court instant, avant de reprendre :

- Pour le loup... Je t'en veux un peu toujours, mais beaucoup moins que tout à l'heure... Ma colère s'est apaisée, heureusement pour toi !

Et sur ces mots, sans s'en rendre compte vraiment, Thalie fit un mince sourire. Puis, se souvenant de la dernière phrase de Sepulturo, elle se décida enfin à lui parler de son passé... Avait-elle raison de le faire ? Tant pis, il lui avait raconté son passé, alors à elle de lui rendre la pareille. Elle prit une grande inspiration, puis entama :

- Comme tu le dis, mon passé ne me donne pas du tout envie de sourire, mais plutôt de pleurer. Vois-tu, j'ai été adoptée par une famille d'elfe/aigle. J'ai vécu avec eux longtemps jusqu'au jour où mes parents se sont faits tués par un homme/ours. Leur fils a été gravement blessé, et moi, j'ai réussi à tué cet hybride féroce. Pendant deux semaines, je me suis occupée de leur fils, qui s'appelle Einrisch, et pendant toute cette période, des sentiments amoureux envers lui se sont développés en moi. Cent ans après son réveil, nous décidâmes de nous marier. Le jour J, Einrisch n'était pas là, alors je suis retournée à la maison, et là... il...

Thalie sentit les larmes monter, en repensant à ce moment si douloureux de sa vie. Elle parvint tout de même à se maitriser et à ne pas laisser ses larmes couler. Elle reprit donc, mais d'une voix tremblante :

- Quand je suis arrivée à la maison, il était en train de préparer un sac de voyage. Je lui ai alors demandé ce qu'il faisait, et il m'a répondu qu'il ne m'aimait plus, qu'il partait pour ne pas que je me fasse de faux espoirs, et il m'a demandé de ne pas être triste à cause de lui. Bien sur, je ne voulais pas qu'il parte, et alors lui, il a fait exploser une fiole à mes pieds, et en respirant la fumée qui s'en échappait, je me suis endormie. A mon réveil, il n'était plus là... J'étais seule, abandonnée... Alors, depuis, j'ai décidé de ne plus m'attacher à personne, pour ne jamais revivre une chose pareille... Mais c'est si dure de vivre toute seule... Personne à qui parler, personne sur qui compter si on est en danger, personne pour nous rassurer, personne pour nous consoler... Je n'en peux plus d'être seule...

Thalie sentait de la tristesse monter en elle, mais également de la colère pour Einrisch, alors d'une vois rageuse, elle lança en se levant :

- Et tout ça, c'est à cause d'un seul et même homme, alors j'ai décidé de me venger, et je ne pourrai retrouver ma joie et tout le reste uniquement lorsque cet homme sera mort ou trop souffrant pour parvenir à avoir une vie normale !!

La jeune hybride avait envie de pleurer, mais elle ne voulait pas montrer sa faiblesse à Sepulturo, car pour elle, pleurer était une faiblesse. Elle s'éloigna donc de la maison, en titubant légèrement. Elle parvint finalement au bord d'une petite rivière. Reserrant sa cape autour d'elle, car elle sentait la froidure la reprendre, elle fit quelques pas dans l'eau, en prenant soin de ne pas mouiller sa cape. Elle resta là un certain temps, à observer les étoiles et à pleurer en silence. Elle sentait les larmes glisser le long de ses joues, mais elle ne prenait pas la peine de les essuyer. A quoi bon ? D'autres reviendraient pour remouiller son visage ? Elle ne fit rien, mis à part pleurer et regarder le ciel, et attendit que quelque chose se passe... Quoi ? Peut-être que Sepulturo la rejoigne et lui parle, ou que quelqu'un d'autre arrive.

~ Il est 23 heures 25 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Mar 27 Avr - 1:18

Sepulturo écouta attentivement chacun des chapitres importants de la vie de Thalie. C'était une vie triste et difficile, qui mélangeait la mort et la perte du premier amour. Elle s'était forgée un caractère défensif et violent, qui, au fil des années, était devenu solide comme le métal. Elle était rongé violemment et elle voulait absolument se venger. N'était-ce pas légitime ? Sepulturo laissa à Thalie le temps de se déplacer pour aller plus loin, probablement pour pleurer ? Sepulturo savait qu'il n'avait pas encore le privilège de l'a consoler, ni de lui sécher ses larmes. Il savait aussi que gagner sa confiance ne serait jamais acquit. Il savait. Sepulturo se retrouva seul, oui seul, comme Thalie voulait être, seul dans la vie et dans les épreuves. Mais Sepulturo sentait bien que pour lui aussi, la solitude était difficilement vivable. Il décida de rejoindre Thalie.

*Elle doit avoir froid*

Sepulturo laissa cette pensée s'échapper de sa tête en se rapprochant de Thalie. Il s'arrêta derrière elle puis posa ses mains sur les épaules couvertes de Thalie avec une telle délicatesse que Thalie aurait probablement l'impression que le vent venait effleurer ses épaules. Sepulturo inspira lentement et très calmement, sans faire de bruit, pour laisser à Thalie, une sensation de calme et de sérénité ambiant, puis il augmenta la chaleur de son corps de façon instinctive et rapide, afin de créer un petit cocon de chaleur autour de Thalie, afin que son corps se réchauffe de la chaleur de son corps. Il enleva ses mains de ses épaules, puis laissa la douce chaleur enrobée de façon invisible, l'endroit où Thalie se trouvait.

- La solitude est utile. Il faut parfois ne parler qu'avec soi-même. On entend alors de dures vérités ou d'agréables mensonges selon qu'on s'analyse ou qu'on s'imagine. Je pense que tu t'analyses depuis que tu t'es retrouvé seul, Thalie. Mais pour moi, L'égoïsme aspire à la solitude pour échapper à la dépendance. Je n'entend pas que tu égoïste, mais que ton besoin de venger est si grand, qu'il s'empare de tout ton être et te ronge. N'est-ce pas réducteur que de vouloir une escalade à la violence ?

Sepulturo marqua une pause comme il savait si bien les faire. Il souhaitait laisser le temps s'écoulait un tout petit peu avant de reprendre son petit discours.

-Le mépris est la forme la plus subtile de la vengeance. C'est peut être cette vengeance là qu'il te faut analyser et édifier, car c'est la pire de toute. Cependant, comme disait l'ancien de ma tribu, La vengeance procède toujours de la faiblesse de l'âme, qui n'est pas capable de supporter les injures et les attaques d'autrui. Il disait aussi que, dans la vengeance et dans amour, la femme est plus barbare que l'homme. Alors, je n'ai peut être pas le droit de te conseiller sur la vengeance, car c'est peut être ton seul apaisement ?

Sepulturo ne savait pas si il s'était fait comprendre. Il venait de s'expliquer de la façon la plus sage qu'il avait pu. Peut être que Thalie comprendrait, ou peut être qu'elle resterait fermement assise sur ses positions. Après tout, c'est ça destinée, et non celle de Sepulturo. Il n'a donc pas intérêt à se dresser sur son chemin, mais il sait qu'il peut n"néanmoins lui parler et lui donner quelques avis très objectifs, sur la situation actuelle. Sepulturo s'assit au bord de la rivière, essayant de percer son regard, quand il commença à se sentir étrangement.

- Un regard attristé fait souffrir mon cœur,
Transpercé, blessé, celui-ci se meurt,
Était-ce une erreur, un épi,
De l’aimer en secret, de m’en être éprit.

De cet amour je doute toujours,
Encore à présent et jour après jour,
Pourtant plus le temps passe,
Et plus je suis lasse,
Lasse d’aimer une femme qui ne m’aime pas,
De vivre un impossible amour,
Mais je suis partie sur un chemin sans retour,
Tombée dans le piège cruel,
D’un amour au goût de miel.


Sepulturo se figea. Ses mots venaient de sortir de sa bouche sans le moindre contrôle. Il devint rouge, honteux. Il voulait se cacher, il prit ses jambes à son cou et s'éloigna dans la maison. Il préférait mourir mille fois que de devoir affronter son regard une dernière fois.

~ Il est 23 heures 27 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Mar 27 Avr - 9:49

Blizz avait disparut durant tout le temps de ces actions, pourtant son cœur et son regard restait accroché sur Thalierya. Il sentait que quelque chose le liait à elle, mais la nouvelle relation qui la liait à l'hybride Sépulturo, le mettait mal à l'aise. L'elfe loup avait donc préféré s'éclipser le cœur lourd d'avoir presque perdue celle qui lui ressemblait tant. Il les avaient suivi le plus silencieusement du monde.

A présent il était perché sur un gros rocher, observant l'entrée de la maisonnette où se trouvait ses brefs compagnons de route. Il ne pouvait se cacher trop longtemps, il devait signifier sa présence, faire comprendre aux jeunes gens qu'il n'était pas loin. Le sent du loup l'avait attiré sur leur piste.

Sur la route il avait découvert le corps d'un des siens, c'est le léopard qui l'avait tué il en était sur. Comment pouvait elle rester avec un assassin. Il avait du mal à garder la tête froide. Certes, le loup avait attaqué la belle demoiselle, mais ce n'était pas une raison pour lui ôter la vie, elle était simplement entrée sur son territoire. Il se défendait tout simplement.

Blizz poussa un hurlement, long, lugubre et empli d'une tristesse immense. Des larmes de tristesse et de rage coulaient le long de ses joues. Comment pouvait on agir ainsi?

Il se sentait seul si seul. Il avait rencontré des gens, beaucoup de gens, mais son incapacité à se comporter de façon adéquate avec eux, avait poussé le jeune homme dans ses retranchements. Il soupira, en se demandant si un jour il arriverait à s'adapter aux comportements des autres. Accroupi, il espérait une réaction de la part des individus cachés dans la maison. Ses yeux bleus scrutaient chaque mouvement, chaque élément de la maison. Il attendait l'assassin de pied ferme. S'il voulait se battre contre un loup qu'il s'attaque à un de sa taille...

[Annonce : Beau retour Blizz, félicitation Exclamation]

~ Il est 23 heures 29 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Sam 1 Mai - 11:19

Thalierya était seule, mais elle aimait ça. Au moins elle pouvait penser, réfléchir en toute tranquillité. Elle se sentait si bien seule... La solitude lui manquait tout de même un peu... Devait-elle s'en aller, et laisser Sepulturo, ou bien devait-elle rester ? Argh ! C'était une question à laquelle il était dur de répondre. Elle décida donc de ne plus y penser. Alors qu'elle se vidait totalement l'esprit pour ensuite aller se reposer dans la maison, elle sentit comme une caresse sur ses épaules. Était-ce le vent ? Non, le vent ne pouvait pas augmenter la chaleur autour d'elle. Ce devait donc être Sepulturo. Son intuition se révéla exacte, lorsqu'elle entendit sa voix. Elle l'écouta attentivement... Puis, quand il se tut pour la seconde fois, elle réfléchit grandement à ce qu'il venait de lui dire... Selon lui, le mépris était la forme la plus subtile de vengeance... Mais Thalie ne voulait pas mépriser Einrisch, elle voulait le faire souffrir, encore et encore ! Puis elle attendit qu'il reprenne la parole, car elle était certaine qu'il allait reparler... Pourquoi en était-elle convaincue ? Elle ne le savait pas exactement, elle le sentait, c'était tout. Et puis, quand elle entendit son poème, elle se glaça de surprise. A qui était-il destiné ? La femme que Sepulturo avait aimé, ou bien à elle, Thalierya ? Cette dernière espérait fortement qu'il ne lui été pas destiné.

Quand elle se retourna pour voir l'hybride elfe/léopard, d'une elle ne le vit pas, et de deux, elle entendit un long hurlement lugubre et empli de tristesse. Cela provenait d'un loup, elle pouvait reconnaître les hurlements de cet animal parmi mille. Quel loup pouvait-il hurler de la sorte ? Cela n'avait pas grand chose d'animal, il avait l'air d'être... humain... Était-ce un autre hybride qui était à l'origine de ce hurlement ? Si c'était le cas, Thalie devait savoir si cet hybride était loin ou pas, et s'il était un ennemi ou non. Au fond d'elle-même, elle était légèrement effrayée, paniquée, mais sur son visage ne se lisait que sérénité et confiance. Elle serra sa cape contre elle, sortit de la rivière, et se dirigea vers la provenance du hurlement. Mais tout à coup elle s'arrêta. Qu'allait-elle pouvoir faire si l'hybride était un ennemi ? Rien, mais en même temps, elle se dit qu'un ennemi ne hurlerait pas de cette façon, où alors c'est qu'il ne voulait pas se battre contre eux, puisqu'en hurlant, il dévoilait ainsi sa position à Thalie. Cette dernière reprit alors sa marche, qui se faisait difficilement, très difficilement. Plus elle avançait, plus ses blessures lui faisaient mal, mais elle se devait de ne pas y faire attention. Elle parvint finalement, haletante, près d'un homme qui lui disait vaguement quelque chose... Elle l'avait déjà vu, mais où ? Il lui ressemblait beaucoup... Mais oui !! Thalie se souvint alors que c'était lui qu'elle avait suivi jusqu'à la cité elfique. Elle s'approcha de lui alors lentement. Quand elle fut à environ un mètre de lui, elle s'arrêta. Elle l'observa de bas en haut, puis demanda :

- Blizz... Euh, c'est bien comme ça que tu t'appelles... Non ? Bien sur que c'est ça ! Hum... Excuse-moi de te demander cela, mais... Pourquoi nous as-tu donc suivis, Sepulturo et moi, jusqu'ici ? Enfin, ne t'inquiètes pas, cela n'est aucunement un reproche !

Elle se tut, ne sachant pas quoi rajouter d'autre... Elle n'était pas vraiment douée pour engager les conversations... Elle se retourna, sans aucune raison valable, et ses yeux tombèrent sur le cadavre du loup que Sepulturo avait tué. Elle refit donc immédiatement face à Blizz, à moitié glacée d'effroi de cette barbarie à l'état pur. Elle remarqua soudain quelques larmes le long des joues de l'hybride... Pourquoi donc avait-il pleuré ? Elle dit alors d'une voix légèrement tremblante :

- Je présume que c'est ce loup tué et accroché de la sorte devant la maison qui te rend triste, et rageur, mais il faut excuser Sepulturo parce que... parce que... Non, en fait, tu n'as pas à l'excuser, parce qu'il n'y a aucun argument pouvant justifier son acte... Mais s'il-te-plait, ne vous battez pas vous deux pour ce qu'il a fait. Je ne souhaite pas vous voir vous entretuer, et peut-être voir l'un de vous succomber sous les coups de l'autre.

Elle se tut, et attendit que Blizz réagisse, ou bien que Sepulturo arrive... Elle espérait que l'hybride elfe/loup comprendrait ses paroles suppliantes, car oui, c'en était, elle le suppliait de ne pas se battre contre Sepulturo, et qu'aucun des deux hommes ne se battraient l'un contre l'autre.

~ Il est 23 heures 33 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Lun 3 Mai - 19:37

Sepulturo frappa l'arbre qu'il avait en face de lui de ses poings. Il était à quelques mètres de la maison et ne voulait pas y revenir. Ses poings s'abattaient sur le tronc du chêne dans un bruit sourd, il frappa jusqu'à ce que ses phalanges saignent. Sepulturo sentit l'odeur de Thalierya portait par le vent jusqu'à ses narines, une odeur chaude et suave, probablement qu'elle se déplaçait. Sepulturo s'approcha un peu plus et observa la présence qu'il attendait depuis déjà quelques minutes, encore cet elfe/loup. Un balafré au corps de lâche. Sepulturo haïssait la concurrence comme la peste. Cet elfe/loup, qui se rapprochait beaucoup de Thalie, serait et restera une source d'ennui pour lui, à moins qu'il ne se trompe ? Sepulturo l'observa de loin, un corps sculpté pour le corps à corps, nul doute, mais des jambes trop imparfaites pour l'égaler en vitesse. Il avait l'air perdu. Sepulturo décida de s'approcher et lorsqu'il croisa le regard de Thalierya, il comprit que les attentions du jeune sot n'était pas amicale. Sepulturo inspira de l'air puis entama alors la situation vocalement :

- Je n'ai pas à justifier mes actes. Je n'ai pas à te rendre de compte. Ce sont là, mes obligations. Après, si tu veux une mesquine bataille pour bander tes muscles et tes poils, je me languis déjà de courir autour de toi en attendant que tu m'attrapes. Ranges ta haine et ta rancœur au fond d'un sac et racontes nous ton histoire...

Sepulturo arrêta de parler. Il était judicieux de ne pas entrer en conflit, déjà que son image auprès de Thalierya venait d'en être sévèrement touché, il fallait qu'il reste digne de ce qu'il était vraiment.

- Mais tu as l'air perdu, si je ne m'abuse ? Tu cherches quelque chose, non ? Ne serait-ce pas de savoir qui tu es vraiment ?

Sepulturo savait qu'il rentrait sur les chemins dangereux et pentus de la vie d'autrui, mais après tout, il fallait bien voir la réalité en face, il était perdu tous les trois.

- Rassures toi, moi aussi, je suis un peu perdu, tout comme Thalierya probablement... Si je puis me permettre

Il s'assit, impassible, se préparant à tout assaut de la part du jeune Blizz.

~ Il est 23 heures 35 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Ven 7 Mai - 15:32

Comment osait il parler ainsi d'un crime odieux? On aurait dit que cette vie perdue n'était rien pour lui, il semblait arrogant, peut être que ce n'était pas le cas. Blizz n'aimait pas parler de lui, et ne le ferait pas devant un être aussi insensible. Il fixa de ses yeux clairs l'hybride et dit simplement d'une voix douce mais tout de même sèche:

- Je ne vois pas en quoi mon histoire t'intéresse...

Le jeune homme examina chaque détail de cet être qui semblait vouloir l'éloigner de celle qui avait les réponses à ses questions. Il soupira, ce Sépulturo avait peu de maturité semblait t-il. Blizz ne se battait pas, enfin seulement en cas d'urgence. Il n'était pas là pour se battre, mais si l'hybride continuait à le provoquer de la sorte il n'hésiterait pas à lui sauter à la gorge.

Il regarda le jeune homme avant d'ajouter simplement:

- Je ne sais pas qui je suis...mais je sais ce que je ne suis pas...un être cruel, qui ôte la vie à une créature sans défense.

Ses yeux reflétait une tristesse et une douleur facilement remarquable. Il se fichait pas mal que Sépulturo soit perdu, la seule qui importait à cet instant était Thalie. Il se tourna d'ailleurs vers elle en disant simplement, sans cruauté ni violence:

- Comment peut tu rester avec un assassin...Il ne te ressemble pas, il ne nous ressemble pas...tu es trop belle, trop sauvage pour lui...

Sa voix avait changée, elle était à présent empreinte d'une douceur extrême, et d'une gentillesse non dissimulée. Il savait que le loup l'avait attaqué, mais c'était seulement une façon de se défendre, de défendre les siens. Il regarda de nouveau Sépulturo, avant d'ajouter:

- Le loup que tu a tué...était surement parti en chasse pour nourrir les siens...Il était loin d'être solitaire...Tu semble si fier de ce que tu as fait, alors réfléchit un peu aux conséquences de tes actes...

Il attendait une réaction d'un des deux de ses interlocuteurs, il se fichait qu'elle soit bonne ou mauvaise...Mais il espérait sincèrement que Thalie réagirait à ses paroles.

~ Il est 23 heures 36 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Sam 8 Mai - 15:18

Thalie avait écouté les deux hommes parler l’un après l’autre, sans s’immiscer dans leur conversation, même si certaines choses lui avaient donné envie de réagir. D’une, Sepulturo s’était permis de dire qu’elle était perdue, mais elle ne l’était aucunement… Quoique… En fait, il n’avait pas si tort que ça, car au fond, elle n’avait jamais connu ses parents, elle ne savait pas vraiment qui elle était, et quel sens donner à sa vie… Pour le moment, bien sur, elle avait une bonne raison de rester en vie, elle devait se venger, mais après cette vengeance, qu’allait-elle faire ? Fonder une famille avec un autre hybride ? Non, cela ne lui plaisait pas trop… Elle ne souhaitait pas plus que ça se retrouver dans une situation de couple… Cela l’effrayait, elle avait si peur de répéter les mêmes erreurs du passé… Mais elle devrait affronter cette peur, car finalement, elle en avait plus qu’assez de vivre toute seule, et surtout, elle ne voulait pas mourir un jour, toute seule, ignorée de tous, dans son coin… Enfin bref… Et après, les paroles de Blizz lui disant qu’elle était trop belle et trop sauvage pour rester avec Sepulturo. Paraissait-elle aussi sauvage qu’il le disait ? Elle n’en avait pas l’impression… Mais il fallait dire que pendant une certaine époque, elle avait vécu comme une véritable bête, tuant des personnes pour s’habiller ou se nourrir… Cela avait été une sombre époque, mais bien heureusement révolue, et désormais, Thalierya n’était pas aussi sauvage que Blizz avait l’air de le laisser entendre. Et puis, entre elle et Sepulturo, elle trouvait que c’était ce dernier qui était le plus sauvage, car même si un loup avait attaqué quelqu’un qu’elle avait aimé, jamais elle n’aurait tué cet animal, de plus si ce loup avait été une femelle. Décidemment, plus le temps passé, moins l’acte de Sepulturo devenait excusable. Thalie avait bien vu que c’était une femelle que l’hybride avait tué, mais comme Blizz, elle n’avait pas pensé que cette louve avait pu mettre au monde des petits louveteaux il y a peu de temps, et qu’ils allaient se retrouver seuls, sans défense, sans mère pour les nourrir et pour veiller sur eux. Pensant à ces pauvres animaux qui pourraient bientôt mourir, une larme coula le long de la joue de Thalie, que cette dernière effaça d’un geste rageur de la main. Quand les deux hommes eurent fini de parler, Thalie ne dit pour le moment rien, et laissa un peu de temps passer avant d’agir. En fait, elle ne savait pas vraiment quoi faire pour calmer Blizz et Sepulturo… Devait-elle s’interposer entre eux deux, et leur parler l’un après l’autre ? Devait-elle ne rien faire et les regarder s’entretuer ? Non, sûrement pas cette option. Elle se devait d’agir, mais comment ? Comment savoir quelle action sera la bonne ? Ne sachant pas, et ne pouvait savoir de toute façon sans rien faire, Thalie se posta entre les deux hybrides, tournant le dos à Sepulturo. Elle s’adressa d’abord à Blizz :

- Pour ta gouverne, je suis restée avec lui parce que je suis en mauvais état, je me suis fait attaquée par la reine vampire, et après par cette louve, alors je ne peux pas vraiment m’en aller, et j’ai besoin de quelqu’un qui veille sur moi. Si jamais un ennemi nous attaque et que je ne peux rien faire, souffrant trop, qui est-ce qui me protègera si jamais je m’éloigne de Sepulturo ? Personne… Même si cela me coute énormément de dire cela, mais j’ai en ce moment, je dis bien en ce moment, besoin de quelqu’un qui puisse me protéger…

Puis, elle se tut, et s’approcha encore plus près de Blizz, pour lui dire tout bas, en espérant que l’hybride elfe/léopard ne l’entendrait pas :

- Je t’accorde que j’aurai préféré me retrouver avec quelqu’un d’un peu moins… impulsif et barbare, mais bon, je n’ai pas vraiment eu le choix, et dans le fond, il est plutôt gentil, et très protecteur… Voire même trop…

Elle s’éloigna de Blizz, le regarda quelques instants, puis se tourna vers Sepulturo. Elle l’observa encore, ne sachant que dire… Elle baissa la tête, et la relevant lança :

- S’il-te-plait Sep’, ne te bats pas contre lui… Je ne souhaite pas voir l’un de vous deux mourir… Ce n’est pas parce que je tiens particulièrement à l’un de vous deux, c’est seulement que… Je ne veux pas être témoin d’un meurtre, et ce plus jamais de ma vie…

Ainsi, Thalie était entre les deux hommes, prête à sacrifier sa propre vie pour ne pas les voir s’entretuer. Pourquoi donc agissait-elle ainsi ? Elle ne le savait même pas elle-même… Mais maintenant, elle se devait de rester où elle était, et d’assumer les conséquences de ses actes. Elle attendit que l’un des deux réagisse, en bien de préférence, tournant le dos à Blizz. Qu’allaient-ils faire ? Elle n’en savait rien, et ça la torturait de ne pas savoir… Elle soupira longuement, puis ne bougea plus, patientant, encore…

~ Il est 23 heures 38 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Sam 8 Mai - 17:37

Sepulturo plongea ses yeux et l'hémisphère nord de son visage dans la paume de sa main, dans un signe de lassitude et d'incompréhension. Il était inutile de parler avec cet hybride elfe/loup qui répondait du nom de Blizz. En effet, le problème chez ses maudits mâles elfe/loup, c'est leur égocentrisme et leur fierté personnelle. Mon dieu, ce jeune Blizz me faisait la grande scène de théâtre pour une malheureuse carcasse de loup. Par les feux de Xiris, il y avait des choses nettement plus notoires de par les mondes. Sepulturo constata impuissant que la ruralité et l'éloignement de la civilisation provoqué chez certains hybrides, le besoin de créer des conflits pour occuper le temps, si long soit-il. Fallait-il s'éloigner, fallait-il rester ? Être avec Thalierya ? Ne pas être avec elle ?

* Que le dilemme est complexe * pensa-t-il.

Il écouta alors Thalierya parler au jeune Blizz. Elle commença par lui avouer que j'étais d'une certaine nécessité. J'étais juste protecteur, alors que pour Thalierya j'aurais voulu être bien plus qu'un protecteur, si ce n'est que de l'amour. Thalierya s'approcha un peu plus du jeune Blizz pour lui chuchoter quelques mots. Sepulturo préféra respirer profondément et écouter les battements de son cœur plutôt que d'oser jouer les indiscrets. Elle se retourna face à lui. Sepulturo l'écouta et resta de marbre, ne souhaitant pas émettre la moindre objection. Il résolut néanmoins à ne pas laisser un blanc trop lent et trop pesant et il décida de régler la situation très rapidement.

- Thalierya. Il n'y aura pas de meurtre. Ici, seule la diplomatie trouve un chemin. Il n'y aura ni mort, ni effusion de sang, ni aucuns problèmes

Sepulturo se recula, prenant le temps de regarder Thalie dans les yeux, cherchant désespérément dans son regard, une lueur de vérité. Son acte venait de le discréditer à tout jamais et il était clair qu'il n'avait plus rien à faire ici. Pourtant, il était difficile de vivre maintenant, seulement quelques heures après avoir fait connaissance avec elle, Sepulturo lui adressa un regard profond et mystérieux, une envie de l'a sonder une dernière fois, de son âme aux pointes de ses oreilles. Sepulturo savait que maintenant son chemin n'était plus avec eux.

- Tu es maintenant avec quelqu'un de ton espèce, Thalierya. Je ne suis plus un protecteur maintenant. C'est probablement avec lui que tu trouveras de nombreuses réponses. Finalement, j'ai juste donné corps et âme pour une cause qui n'était que le besoin d'une protection temporaire, juste pas faiblesse en fin de compte. C'est ce que j'ai été toute ma vie, une sorte de valet au service de ce dans le besoin. Mais tu sais Thalierya, j'ai toujours été sincère et tout ce que je t'ai dis jusqu'à maintenant, c'était à toi et à toi seule que je l'adressais. Je m'en veux presque de m'être fais démasquer près de la rivière avec ces quelques vers. Mais tu vas guérir, et maintenant que Blizz est ici, je suis quasiment certains que mon rôle n'est plus, après tout, c'est normal, ne suis-je pas qu'une simple unité jetable, que l'on sort et que l'on crache qu'en cas de besoin ?

Sepulturo ne voulait pas prendre le temps de réfléchir, il ne voulait pas non plus resté encore plus longtemps en la présence de Blizz et Thalierya. Il se sentait comme vide, comme abandonné de toute sa substance, comme si il devait laissé son coeur battre auprès de Thalierya et partir mourir ailleurs, loin de son cœur. Sepulturo impuissant s'accouda à un arbre et se laissa tomber à l'abri du regard des deux hybrides loups pour, au gré du vent et de la placidité de la forêt, pouvoir pleurer toutes les larmes de son corps et oublier tout ce qu'il venait de vivre. N'était-ce pas une réponse à ses questions ? Il s'accrochait bien trop vite aux individus et de se fait, devait probablement en provoquer leurs fuites. Mais Sepulturo souffrait de cet assujettissement à la violence extrême et aux pratiques barbares, il faut même dire que parfois, il en frôler la jouissance physique, tellement cet état de sauvagerie immolait son âme et son corps avec une chaleur si forte, qu'il ne pouvait pas s'arrêter de courir pour essayer de se refroidir, vainement.

Il n'avait plus rien à faire ici, plus rien. Il fallait qu'il parte assouvir sa haine et sa colère, il fallait qu'il parte, vider ses poings et ses dents sur plusieurs centaines de victimes et de lâches. Il fallait. Car vivre avec l'amende douloureuse d'avoir été rejeté, lui et son amour, n'était pas pour lui, la solution. Il voulait oublier, il resta assis dans le lit, réfléchissant à ce qu'il allait faire ou attendant qu'un de ses deux traîtres canins viennent le tuer.

   ~ Il est 23 heures 40 ! ~    
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Sam 8 Mai - 20:36

Blizz vit disparaître Sépulturo. Celui ci semblait blessé par les paroles échangées entre lui et Thalie. Son cœur se serra en le voyant disparaitre de son regard et de celui de la jolie hybride. Il ne pansait pas l'avoir blessé ainsi, ses paroles avaient été sévères envers Thalie, mais il en comprenait la source. Il soupira, il ne pouvait décidément pas laisser le jeune homme dans cet état.

Silencieux, il prit la direction qu'avait prit le jeune homme. il n'avait même pas osé répondre à ses questions trop violentes à son goût. Il observa Thalie quelques secondes, et ajouta à l'adresse de la jeune femme ces quelques paroles:

- Pardonnes moi Thalie...mais je dois aller réparer mes erreurs.

Il lui fit signe de la suivre si elle le désirait. Elle avait besoin d'une protection c'était certain. Mais peut être ne désirait elle s'immiscer dans la conversation qu'aurait les deux jeunes hommes.

Le jeune homme suivit donc la trace du jeune homme. Bien que la tâche ne soit pas aisée, il réussit à arriver près de la maison abandonnée. Il entra tranquillement. Il trouva l'hybride à la peau claire, couché sur le lit. Il avait beau tenter de le cacher ses yeux étaient rougis par les larmes. Une expression de tristesse traversa le visage de Blizz.

Il s'approcha silencieusement du lit, et avec une délicatesse immense, il s'approcha de Sépulturo. Il se place juste derrière lui sur le lit. il espérait que la réaction de l'hybride ne serait pas trop vive. Blizz ne put s'empêcher de pousser une couinement plaintif à la manière de ses frères. Il s'allongea contre Sépulturo, et avec une douceur fraternelle, il le prit dans ses bras.

Sépulturo pouvait se débattre, s'il le désirait, même lui flanquer un violent coup de poing. Il espérait tout de même que ce ne soit pas le cas. Avec une voix douce et calme il lui parla à l'oreille:

- Par...Pardonne moi...Je ne pensais pas...J'ignorais que...

Les paroles avaient du mal à sortir de sa gorge. Blizz avait bien ce soucis de réagir comme il fallait au bon moment, le manque de civilisation et d'éducation, en faisait un être sauvage, mais d'une douceur et d'une sensibilité extrême.

- Je ne voulais pas te blesser...

il attendait une réaction, des larmes peut être, des coups, il s'en fichait complètement. Il prendrait les coups sans réagir, si cela soulager le cœur blessé de Sépulturo. Blizz ne supportait tout simplement pas de voir souffrir un être qui ne le méritait peut être pas...Il comprenait à présent pourquoi il avait ôté la vie du loup. Il avait simplement voulu défendre celle qu'il aimait...

   ~ Il est 23 heures 43 ! ~    
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Dim 9 Mai - 12:36

En écoutant Sepulturo dire ses quelques phrases, Thalierya s’en voulut d’avoir dit ce qu’elle avait dit auparavant. Quoique… Elle n’avait pas vraiment envie de passer toute sa vie avec quelqu’un d’aussi protecteur et impulsif, et peut-être qu’au final elle ne voyait réellement en lui qu’un simple protecteur temporaire et rien de plus… Elle ne savait pas, elle ne savait plus, et elle n’avait pas vraiment envie de savoir ou d’y réfléchir. Mais bon, elle se devait tout de même de réparer ses erreurs, et elle voulut le faire tout de suite, mais Sepulturo s’écarta d’eux. Peut-être ne voulait-il plus la voir après ce qu’elle lui avait dit ? Peut-être, peut-être pas… Thalie en avait marre de ne pas savoir, si elle n’aimait pas quelque chose, c’était bien de ne pas savoir. Puis, Blizz en lui faisant signe de la suivre dit que lui aussi devait réparer ses erreurs, et il se dirigea vers la maison. Thalie resta un moment seule, à se questionner sur diverses choses. Elle resserra sa cape autour d’elle, car elle commençait à avoir de plus en plus froid, surtout qu’un léger vent, assez froid se levait. Ses cheveux volèrent au gré du vent, ne la protégeant plus de son souffle dans le cou. Elle rabattit alors sa capuche sur sa tête, pour ne plus sentir la froidure du vent contre sa nuque. Elle resta ainsi, seule, enserrée dans sa cape, regardant le sol. Devait-elle aller rejoindre les deux hommes pour entendre leur conversation ou bien ne devait-elle pas les déranger ? Devait-elle rester avec eux pour bénéficier d’une protection temporaire ou bien devait-elle profiter de cet instant pour s’en aller et partir à la recherche de l’homme qu’autrefois elle avait aimé ? Non, elle ne devait pas s’enfuir avant d’avoir totalement guérie. Elle se résigna donc à rester pour le moment avec les deux hommes, ou bien seulement avec l’un des deux… Lequel choisirait-elle au final ? Pour le moment, elle ne savait pas, mais au moment propice, elle saurait vers qui orienter son choix. Puis elle se décida de retourner à la maison, afin de ne plus sentir le vent s’engouffrer dans sa cape.

Elle fit quelques pas, avant que sa blessure au flanc ne lui refasse mal. C’était une douleur assez intense, et elle eut du mal à ne pas laisser échapper un léger hurlement. Elle posa sa main gauche contre sa blessure. Elle sentit tout à coup un liquide chaud, au lieu de la douceur du tissu. Ses yeux s’écarquillèrent de stupeur mais aussi de peur. Elle pensa alors que sa blessure ressaignait. Mais pourquoi ? Le pansement avait été si parfait, comment avait-elle pu se remettre à saigner ? Enfin bon, avant de se faire de fausses idées, Thalie retira sa main de sous sa cape et la monta devant ses yeux. Ses craintes furent fondées… Sa main était pleine de sang. Mince… Thalie n’aurait pas dû bouger autant, et aurait du rester bien calmement dans la maison pendant que Sepulturo serait partie cherchait un quelconque gibier. Au lieu de cela, bien sûr, il avait fallu qu’elle montre qu’elle était forte et qu’elle pouvait surmonter ses blessures et douleur. Pfff… Enfin bon, elle ne devait s’en prendre qu’à elle-même. Se tenant de nouveau le flanc droit, elle continua sa route vers la maison qu’elle avait quittée il y a de cela quelques temps. Ce fut en haletant qu’elle s’appuya contre l’embrasure de la porte de la maisonnée. La scène qui s’offrit devant elle l’étonna. Les deux hommes étaient allongés et Blizz tenait Sepulturo dans ses bras. Peut-être était-ce pour s’excuser qu’il faisait cela. Enfin bon, au moment où elle était arrivée aucun des deux hybrides ne parlaient. Soit ils avaient fini, soit ils n’avaient pas commencé.

Elle entra dans la maison, mais là, tout à coup, ce fut la blessure que la vampire lui avait faite qui se remit à saigner. Thalie grogna. Elle avait bien besoin que sa deuxième plaie se rouvre. Elle tenta d’avancer un peu plus, mais sa blessure à l’abdomen lui faisait trop mal. Elle était presque pliée en deux à cause de la douleur. Ne pouvant plus supporter cette douleur aigue, elle s’assit contre le mur qui était le plus proche d’elle. Elle souffla longuement de soulagement, même si elle souffrait encore. Elle se tenait chacune de ses blessures avec ses mains, et espéra qu’au moins l’un des deux hommes remarquerait qu’elle souffrait, même si son visage ne montrait pas que c’était douloureux. Enfin bon, elle suait à grosses perles signifiant qu’elle luttait contre cette douleur et un sombrement dans l’inconscience. Elle attendit donc que quelqu’un fasse quelque chose, tout en souffrant en silence… Elle aurait pu dire quelque chose, par exemple demander de l'aide à l'un des deux hommes, mais elle préférait garder ses forces pour lutter contre la douleur, et ainsi, elle ne prononça pas un seul mot.

   ~ Il est 23 heures 46 ! ~    
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Dim 9 Mai - 15:39

Sepulturo sentit la présence du jeune Blizz s'insérer dans son espace vital. Une torpeur parcourra son corps lorsque le jeune elfe/loup toucha ses bras. Sepulturo semblait désorienté d'un tel geste physique de la part d'une entité mal. Mais il resta de marbre, ouvrant ses oreilles pour écouter les complaintes du jeune Blizz. C'était sincère et vrai, la voix de Blizz sonnait le vrai et la sincérité, Sepulturo le sentait. Apparemment, Blizz venait de comprendre au plus profond de lui les agissements de Sepulturo envers l'autre loup. Sepulturo laissa Blizz s'exprimer, sentant une sensibilité ouverte, il laissa Thalierya entrer dans la pièce en sentant uniquement sa présence, une présence trop discrète et trop faible pour être bon signe.

- Blizz, tu n'as pas à t'excuser, c'est à moi qu'incombe certaines responsabilités. Maintenant, je dois recommencer quelque chose, et c'est bien ma vaine, puisqu'elle est consciente, cette fois-ci

Sepulturo s'approcha de Thalierya, constatant un des ses mains couvertes de sang, il s'approcha d'elle puis se mit accroupi afin de renifler l'odeur du sang sur ses mains pour observer si elle n'était pas atteinte d'une septicémie ou d'une infection terrestre. Le sang de la jeune elfe/loup sentait toujours cette âcre odeur boisé et forte, il n'y avait pas de signe de contamination grave ou de danger. Sepulturo demanda à Thalie de s'allonger, car c'était une question de vie ou de mort, avant que l'hémorragie prenne le dessus. Pendant que Thalie s'allongeait le long du petit lit que Blizz venait de quitter, Sepulturo s'empressa de récupérer le fond de pommade qui restait entassait dans la poche. Il était clair que maintenant, si sa blessure n'était pas en voie de guérison, il allait falloir se diriger vers d'autres endroits, car cette zone n'était plus sécuritaire.

- Tu sais Thalierya, si tu veux me charmer comme ça, c'est déjà bon lui lança-t-il avec une doux sourire.

Sepulturo constatait que Thalie n'était pas loin de l'inconscience. Elle n'était pas loin de dormir pour de bon. Sepulturo commença à lui enlever le tissus qui couvrait le haut de son corps. Il sentit une main faible, celle de Thalie, qui essayait de l'empêcher d'aller plus loin, juste par pudeur et par protection. Sepulturo lui lança un nouveau sourire, lui indiquant que maintenant, c'était à lui de travailler et à elle de se calmer. Il constata que le pansement était légèrement déplacé de quelques centimètres et que sa peau n'avait pas cicatrisée vers le haut. C'était donc nécessaire de recommencer la totalité du bandage et d'insister sur les plaies caractérielles. Sepulturo ne savait pas pourquoi il recommençait encore à jouer au bon samaritain, mais il ne pouvait pas faire autrement.

- Plutôt mourir mille fois que de t'abandonner, Thalie

Sepulturo préférait jouer la carte de la sincérité plutôt que celle de l'hypocrisie. Il ne pourrait jamais lui mentir, tellement son âme était désormais adroite et accroc de celle de Thalie. Après lui avoir enlever son bandage le long de son corps et de parfaites formes féminines, Sepulturo s'appliqua à lui mettre le long de ses plaies, la dernière salve de pommade. Il entama alors un massage très doux, avec des mouvements très lents, afin de faire pénétrer la mixture dans les pores de sa peau ainsi que dans les charnières de ses plaies afin que le produit fasse effet et qu'elle se sente un peu mieux.

- Tu sais Thalie, presque la moitié de tes précédentes plaies viennent de stériliser et commencent leurs processus de cicatrisation. Je suis très confiant pour la suite. Force est de constater que l'une des blessures est très consistante et qu'il va falloir de la patience pour continuer le traitement. Si seulement nous tombions sur un prêtre ou un soigneur.

Alors que Sepulturo regardait les dernières mixtures s'effaçaient dans la peau de Thalie, il commença à prendre d'autres tissus qui pendait dans la maison et recommença la confection du bandage. Il prit le temps de faire un étoffe parfaitement cyclique et il traita le tissus avec le fond de pommade infime qui trainait dans la poche. L'étoffe en était maintenant imbibé et Sepulturo allait lui enrouler autour du torse. Sepulturo souleva doucement le doux et frêle corps de Thalie pour y glissa l'étoffe. Il commença alors le bandage en insistant sur la grosse plaie locale afin que celle ci se bouche et commence à cicatriser.

- Une chose est sur Thalie, je viens de me rendre compte que mon ancien bandage était trop court. Ne t'inquiètes pas pour ton hygiène, j'ai strictement tout nettoyé, toutes les tâches de sang

Sepulturo termina alors le bandage et regarda Thalie, qui s'envolait lentement mais probablement au pays des rêves. Peut être fermait-elle les yeux, mais entendait-elle tout. Sepulturo la laissa alors dans sa douce torpeur puis se retourna vers le très silencieux Blizz pour lui dire ce qu'il pensait et ce qu'il comptait faire pour la suite. Sepulturo avait retrouvé un sourire, peut être parce qu'il venait de manipuler le corps et de Thalie et qu'il venait encore une fois de lui octroyer des soins avec une douceur amoureuse que lui seul pour lui donner, à cette belle Thalie. Il commença à s'approcher de Blizz, puis entama une discussion :

- Blizz. Je ne souhaite pas recommencer à te parler de ce qui s'est passé tout à l'heure. Je pense que maintenant, je vais te présenter mes excuses et te promettre aussi de calmer mes pulsions pour l'avenir. Je ne suis pas un être aussi violent que ça d'habitude, mais que veux-tu, lorsque l'on touche à Thalie, je deviens complètement fou. Je viens de refaire son bandage maintenant et nous sommes à court de soins naturels. Il serait donc judicieux, en attendant que Thalie se repose, de réfléchir. Il faudrait peut être que nous quittions la forêt de Lalwende et que nous nous dirigions vers des territoires plus clément ? Vers une capitale ? Mais j'ai peur que la civilisation nous effraie tous grandement... Je ne me trompe pas ?

Sepulturo laissa alors Blizz réfléchir. Tout cela était bien brusque, mais il était clair que si la situation de santé de Thalierya évoluait négativement dans les deux prochaines heures, il allait falloir trouver un moyen de la soigner, mais ici, dans cette maison et cette forêt, les moyens semblaient limités.

   ~ Il est 23 heures 50 ! ~    
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Mar 11 Mai - 17:35

L'odeur du sang de Thalie lui piquait le nez. Blizz était heureux de s'être réconcilié avec Sépulturo, il comprenait parfaitement sa situation à présent. Mais il était relativement inquiet pour Thalie. Il soupira, lorsque Sépulturo s'adressa à lui. Il réfléchit quelques minutes et se souvint soudain des enseignements de son père adoptif. Il fixa l'hybride de ses beaux yeux bleus et dit simplement:

-Ne bougez pas je reviens...

Blizz sortit précipitamment de la maison abandonnée, il savait où chercher et quoi chercher. Cette plante si rare, qui l'avait soigné plus d'une fois. Il renifla, cherchant du regard un plante épaisse une bleu verte assez distinct. Il chercha ainsi une dizaine de minutes, dix trop longues minutes. Il la découvrit enfin au pied d'un grand chêne. L'herbe de soie. C'est ainsi que son père l'appelait car elle disposait d'une sorte de duvet épais. Il arracha plusieurs touffe de cette plante, il avait besoin de tout, les feuilles et la racine.

Il reprit ensuite la direction de la maison le plus rapidement possible. Il entra précipitamment sans dire un mot, chercha un récipient pour effectuer son travail. Calme, avec la rapidité d'un expert, il sortit sa dague elfique, coupa les racines de la plante et les mit dans le récipient. Il les écrasa énergiquement avec le manche de celle ci et y ajouta un peu d'eau de sa gourde. Il mélangea le tout, pour réaliser un liquide mousseux blanc. Il prit le bol le tendit à Sépulturo:

- Tiens, elle doit boire ça...C'est très amer, mais efficace...Elle sera un peu dans les vapes, mais ça ira...

Cette plante avait la capacité d'amoindrir la douleur, et d'aider à la cicatrisation. Il attrapa ensuite un nouveau récipient, et y mit les feuilles. Il les écrasa également, avant d'ajouter un peu de sa salive. Il n'y avait que comme ça que les effets de la plante se révélaient. Cela forma une pâte verdâtre. Il la prit dans sa paume la travailla quelques secondes et la tendit à Sépulturo en souriant:

- Tiens, à mettre sur la plaie aussi.

Il alla s'asseoir sur le lit, guettant la moindre réaction de la jeune femme. Il était inquiet et cela se voyait sur son visage...

   ~ Il est 0 heures 00 ! ~    
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Mar 11 Mai - 20:58

Etant à moitié dans les vapes, Thalierya obéit à Sepulturo et s’allongea le long du petit lit. C’est uniquement parce qu’elle luttait contre l’inconscience qu’elle ne s’endormit pas. Elle sentit l’hybride elfe/léopard commencer à retirer son pansement, et avant qu’il ne l’enlève totalement, elle posa une main sur son bras. Elle ne voulait pas qu’il continue à le retirer, par pudeur. La première fois, il avait pu le faire car elle était inconsciente, mais là, elle ne pouvait l’y autoriser. Elle n’aimait pas que d’autres personnes qu’elle-même la voit totalement dévêtue. Il lui sourit, comme pour lui indiquer que c’était maintenant à lui de faire les choses et que la seule chose qu’elle avait à faire c’était se calmer et le laisser faire. Elle était trop faible pour protester, et ainsi, elle le laissa faire, tout en fermant les yeux pour ne pas lire les expressions de Sepulturo sur son visage. Quand il lui appliqua la pommade le long de sa plaie, elle frissonna légèrement. Elle n’avait pas l’habitude que quelqu’un la touche à ces endroits là, alors sa réaction était tout à fait normale. Elle sentit un bras musclé passer sous son torse pour après appliquer un bandage. Elle attendit patiemment que Sepulturo finisse le pansement, puis il la reposa sur le lit. Depuis le début, elle écoutait l’hybride, sans rien ajouter, mais quand il proposa de se rendre dans une capitale, Thalie posa une main faible sur le bras de Sepulturo et souffla :

- Non… Pas vers… une capitale… Trop de monde… Là-bas…

Ce furent les seuls mots qu’elle parvint à prononcer. Puis elle retira sa main du bras de l’hybride elfe/léopard, et replaça sa cape sur elle. Elle n’entendit pas exactement les paroles de Blizz, mais elle le sentit partir. Elle n’eut pas le temps de le sentir revenir, car elle succomba à l’appel du sommeil, et se laisser partir vers le monde des songes, ou plutôt des cauchemars…

C’était une nuit sans lune. Thalierya se trouvait dans une forêt, qui, du manque de lune, était par conséquent totalement noire. Etant nyctalope, cela ne la gênait aucunement qu’il fasse totalement noir. Elle avançait dans cette forêt, se demandant ce qu’elle pouvait bien faire ici. Tout à coup, elle ressentit une aura maléfique derrière elle, et qui se rapprochait à vive allure. Cette aura ne lui était pas inconnue… C’était celle de la vampire qui l’avait blessée avant qu’elle et Sepulturo ne viennent dans cette maison. Cette femme l’avait donc retrouvé. Thalie courut le plus vite possible pour échapper à la vampire, mais plus elle avançait, plus elle avait l’impression de se rapprocher vers la vampire. Elle paniquait de plus en plus, toujours traquée comme elle, elle aurait traqué sa proie. Seulement là, c’était elle la proie… Et tout à coup, la jeune hybride fut vidée de toutes ses forces, et elle s’abattit au sol de tout son long. Elle s’était blessée les bras, mais aussi les genoux, à cause de pierres dispersées un peu partout sur le sol. La vampire se rapprochait de plus en plus, quand tout à coup, elle fut sur l’hybride. Elle se jeta violement sur elle et la retournant sur le dos, lui planta ses crocs dans le cou. Thalie essayait de se débattre, et hurlait tout ce qu’elle savait. Alors qu’elle sentait ses dernières forces l’abandonner, sa vie lui échapper, elle se réveilla d’un coup.

Elle se releva rapidement, pleine de sueur. Elle respirait rapidement et de façon saccadée. Elle replia ses genoux et les entourant de ses bras posa ensuite sa tête dessus. Elle tremblait encore de peur. Elle avait été tellement effrayée dans ce rêve, que jamais elle ne voudrait se rendormir, de peur de refaire le même cauchemar… Elle remarqua tout de même que Blizz était de retour, et qu’un récipient était de posé à côté d’elle, avec dedans un étrange liquide blanc et mousseux. Elle se demandait bien ce que c’était, et pour qui c’était. Peut-être pour elle, ou peut-être pas… Ne sachant pas, elle ne fit rien, mis à part resserrer sa cape sur elle, car elle avait étonnamment froid. Pourquoi avait-elle si froid ? Elle ne le savait pas vraiment… Mais bon, elle devrait supporter ce froid. Et c’est donc, grelottante, non seulement de froid, mais aussi de peur qu’elle attendit que quelqu’un fasse quelque chose. Elle faisait tout pour ne pas se rendormir, elle ne voulait pas, ayant trop peur de rêver de nouveau de cette femme sinistre qui avait voulu la tuer un peu plus tôt dans la soirée…

   ~ Il est 0 heures 02 ! ~    
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Mer 12 Mai - 19:47

Sepulturo laissa place aux soins de Blizz. Il était maintenant judicieux de remarquer que Blizz était loin de ne pas être un atout. Il possédait des connaissances en herboristerie et juste par ce fait, il devenait maintenant un allié de poids. Nous étions trois, trois jeunes hybrides, trois forces de la nature, deux loups et un léopard qui essayaient de se frayer un chemin à travers cette sombre forêt mais aussi à travers leurs propres vies. Sepulturo observa les fins doigts de Thalierya tremblaient légèrement. Elle devait être dans un sommeil profond, se permettant d'entrer dans le monde des rêves. Sepulturo adorait voir Thalierya les yeux fermés, c'était paradisiaque et Sepulturo aurait bien passé plusieurs heureux à l'a contempler entrain de dormir. Sepulturo se laissait aussi attendrir par les boucles noires de ses cheveux, il se laissait envahir de timidité lorsqu'il se prenait l'envie de regarder ses lèvres pulpeuses mais étirées. Sepulturo remarquait qu'il était beaucoup trop accroc et se frappa le front plusieurs fois de suite sans qu'aucune personne ne le remarque. Néanmoins, le repos de Thalierya fut de courte durée, si ce n'est que quelques minutes, puis le temps que Blizz lui applique ses soins et le moment où elle décida enfin de se réveiller, quelques minutes venaient de passer, quelques minutes où Sepulturo s'était perdu dans ses contemplations longues et désireuses. Thalierya suait à grosses gouttes, elle en avait partout sur le front et sa gorge ainsi que le haut de son buste semblait rougir de chaleur. Sepulturo observa Thalierya remettre sa cape puis constata qu'elle grelottait encore de froid. Sepulturo se demanda alors à ce moment précis, si il devait ou pas, se rapprocher d'elle et lui offrir toute la chaleur qu'il pouvait dégager.

- Hmmm...

Sepulturo aurait bien voulu parler, mais, finalement, il n'avait pas grand chose à dire. Il préférait même pratiquer le langage des signes afin d'être compris plus vite. Il s'arrêta quelques secondes de respirer et repensa à tout ce qui venait de se passer depuis qu'il était dans cette forêt. Il sentait que quelque chose n'allait pas dans cette longue et sinueuse équation d'aventures. Il semblait qu'un élément de la démonstration n'était pas dans sa place. Il laissa alors Blizz et Thalierya seul dans la maison puis sortit. Il se souvint alors dans un éclair de pensée, qu'il avait posé ses spores de détection sur Kuragari, cet espèce de valet de la reine vampire. Pour le détecter, ça n'allait pas être compliqué. Il se planta devant un arbre puis commença par se mettre à genoux, tournant sa tête dans tous les axes que lui offrait son cou afin de se mettre dans un état de communion. Puis se sentait prêt, il posa ses mains au sol pour rentrer en communion avec la nature. Ses yeux s'ouvrir et devinrent blanc, alors que ses pupilles et ses iris étaient maintenant dans son crâne. Il se sentit plus léger et il devait maintenant concentrer ses efforts avec Mère Nature pour pouvoir retrouver les traces de ce vampire mesquin et ignoble.

* Je n'ai pas l'âme d'un pieux, mais j'ai le déterminisme d'une machine de guerre*

Sepulturo se laissa bercer par cette pensée douce et puissante. C'était bien vrai, il était déterminé et prêt à tout pour lui, mais aussi pour ses deux compagnons, qui désormais, bien qu'ils soient tous diffèrent, étaient liés à lui. Il sentit soudain toutes les racines de la forêt emplir ses veines et il constitua dans son cortex pré frontal un plan de la forêt de Lalwende, mais, ce n'était pas un plan en surface, mais un plan de toutes les racines qui gorgeaient la terre. Il se déplaça alors dans son cerveau, recherchant les traces de spores qu'il avait pris soin de déposer sur Kuragari. Il constata que celui ci n'était pas si loin que ça, probablement à la frontière. Mon dieu, mais cela voulait donc dire qu'il revenait au sein de la forêt. Il était encore loin, loin d'eux, mais ce n'était que une questions de quelques heures. Peut être avait-il d'autres projets, peut être que Sepulturo ne devrait pas se soucier de cette situation ? Encore des milliers de questions qui venaient ravager sa tête, encore une fois, et dans cette terrible attaque de questions, il constatait, impuissant, qu'il n'avait aucunes réponses. Mais c'était une force, il ne fallait pas concevoir cette impuissance comme une faiblesse et une peur. Il décida de ne rien dire à Blizz et Thalierya lorsqu'il rentra dans la maison. Au moment où il rentra, il s'assit en tailleur puis regarda Thalierya.

- Je ne sais pas de quoi tu as rêve, Douce Thalierya, mais n'es crainte, les perturbations sont loin à présente. Il ne faut pas t'inquiéter. Puis, tu es une elfe/loup forte et courageuse. Pleine de verve et de volonté. Puissante et déterminée. Tu es ici, peut être, et je le pense sincèrement, l'hybride ayant le plus de convictions. Tu restes sur tes positions, tu défends ton honneur et ton intégrité. Une véritable dirigeante. Je te prie de prendre mes paroles pour comptant et non pour des compliments. C'est ce que j'ai constaté depuis que je suis avec toi, tout simplement.

Sepulturo venait de complimenter le caractère de Thalierya, chose qu'il n'avait jamais depuis qu'il était avec elle. Bien entendu, il avait tellement peur de prendre des reproches de sa part, qu'il avait préféré lui dire que c'était des mots comptant et non des compliments. Mais il se doutait bien que Thalierya était loin d'être dupe. Elle était bien plus intelligente et calculatrice que lui. Il se tourna vers Blizz qui était resté finalement sur le lit.

- Ami Blizz, merci de tes connaissances et de ton savoir pour les plantes, tu as probablement sauvé Thalierya, plus que moins en deux sessions de bandages. Je pense que nous formons une bonne équipe et qu'il est maintenant, nous le savons, inutile de rentrer en conflit, mais plutôt de s'allier face aux épreuves

Sepulturo se laissa alors envahir par une moue significative de paresse. Il voulait réfléchir à quelque chose, mais il n'y arrivé pas, il souhaitait bien plus. En fait, il avait des projets tout autre maintenant qu'il venait d'ouvrir les yeux sur quelque chose d'important : Il se sentait au sein d'une famille, il se sentait puissant et fort car il était dans un groupe et les membres de ce groupe pouvaient lui inculquer leurs connaissances et leurs expériences. Finalement, à plusieurs, il se rendait compte que non seulement, il était plus fort, mais aussi plus intelligent, plus calculateur. Certes, Sepulturo était très violent lorsqu'il était en léopard, mais Blizz semblait être quelqu'un de très calme et de très placide, peut être que Blizz pourrait lui apprendre à contrôler ses émotions, peut être que Blizz pourrait lui apprendre un tas de choses. Et finalement, Sepulturo avait remarqué que Blizz ne savait pas trop régir ses sentiments, et Sepulturo se mit en tête que lui, pouvait lui apprendre comment régir certains sentiments face à certaines situations.

- Mes amis commença-t-il

Il se mit debout puis continua.

- Je pense que nous avons beaucoup à faire. Je pense que les hybrides sont tous des êtres très spéciaux. Il faut que nous quittions cette forêt et que nous élargissions nos horizons, nos projets. Je ne sais pas vous, mais je ne veux plus de la solitude, de la tristesse, de la colère et de la haine, mais vous ? Ne voulez-vous pas sortir de cette torpeur qui nous anime et nous endort ? Ne voulez-vous partir dans d'autres contrées, construire un avenir différent et à plusieurs, marquée le monde par NOTRE histoire ? Le peuple hybride me semble disloqué, pourquoi ne pas nous rallier. Je sais que tout ce que je vous dis n'a strictement rien à voir avec les problèmes que nous avons tous eu récemment, mais allez de l'avant, n'est-ce pas progresser et accéder au bonheur ? Peut être même que, c'est en progressant que nous assouvirons nos vengeances ou nos peines, quand nous serons plus fort et que notre propre estime sera à son solstice !

Sepulturo se rassit, impassible, un fin sourire aux lèvres, il avait enfin un projet. Un vrai projet et non une envie de se venger.

   ~ Il est 0 heures 05 ! ~    
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   Ven 14 Mai - 18:37

Blizz sourit devant la détermination du jeune hybride. Il était heureux que les choses ai évolué dans le bon sens surtout. Il fixa la jeune femme dans les vapes et examina chaque détail du visage de Sépulturo. Il y avait un amour et une telle tendresse dans ses yeux, qu'il se sentait d'un coup mal à l'aise, et pas vraiment à sa place. Mais le léopard lui avait fait comprendre, que sa place était bien parmi eux. Blizz soupira.

Il sentait la peur de la jeune femme lorsqu'elle s'endormait. Elle semblait complètement paniquée, et cela inquiétait encore plus le jeune homme. Pourquoi avait elle si peur? Il soupira, puis vit disparaitre soudainement Sépulturo. Blizz ne chercha pas à le suivre. Chacun avait droit à son intimité et à son jardin secret. Celui de Blizz, semblait envahit de ronce, et de sang. Il ferma quelques secondes les yeux, le temps que le léopard fasse ce qu'il avait à faire.

Il regarda Thalie et se mit à chantonner pour la détendre. Blizz avait une voix remarquablement belle. Malgré sa voix rauque lorsqu'il parlait, celle ci semblait se métamorphoser en une voix douce et claire, relaxante. En chantonnant il sortit sa dague et décida de l'affuter. Il vit le jeune homme revenir, un trait d'inquiétude au milieu du front. Mais Blizz n'en dit rien.

Il fit un simple signe de la tête en souriant, lorsqu'il entendit les paroles du léopard. Il se rendait soudain compte de l'estime qu'il avait pour le jeune homme. Il était plus doux et plus attentionné envers les autres, qu'il voulait bien le laisser croire. Cela touchait grandement l'elfe-loup.

A présent il fallait que Thalie se repose, qu'elle reprenne des forces, et que ses blessures guerrissent. Blizz soupira, s'allongeant nonchalamment sur le lit, observant le plafond. Il attendait, en espérant que les choses aillent mieux...

Devant l'inquiétude grandissante de ses compagnons, il ne pouvait s'empêcher de pousser la chansonnette de nouveau, pour évacuer les préoccupations de la journée, et de leur vie tumultueuse.

   ~ Il est 0 heures 07 ! ~    
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Dans une maison abandonnée...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans une maison abandonnée...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ Le gouffre mystique ~ :: RP oubliés-
Sauter vers: