AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 Première nuit...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Première nuit...   Ven 16 Avr - 22:53

J' était comme perdue entre deux rêves, bloquée dans ce vide glaciale semblable a un feuillet de vélin vierge. Je ne savais pas qu'elle pensée je devais écrire,ni quel geste je devais faire. Je regardait sans rien voir hormis cette absence de lumière; tout était noir. Était-ce vraiment un rêve? Est-ce-que l'on peut rêver ainsi? Était-je en train de dormir? J'avais l'impression d'être la depuis si longtemps, père allait s'inquiéter si je ne me réveillais pas. Comment sortir de cette endroit, de ce lieu qui n'en est pas un. J'avais l'impression de m'être égarée nulle part, d'avoir glissée dans un endroit où je n'aurait pas du être. C 'était tellement étrange...

La douleur, là juste au niveau de mon cou, je sentait comme un poignard. Je pouvais donc sentir quelque chose dans mon rêve? Oui, en tout cas maintenant j'en était capable. Et...quelque chose de délicieux, d'incroyable, que je ne connaissait pas. Quelque chose que je buvais? C 'était le goût de l'étincelle de la vie, l'énergie qui fait éclore les roses et couler les cour d'eau avec facétie . Il n'y avait que dans les rêves qu'il était possible d'imaginer pareille saveur. C' était peut-être étrange et un peu effrayant mais il y avait aussi du merveilleux dans ce rêve. Et d'ailleurs je ne sentait même plus la brûlure a mon cou, la sensation avait été dissipée par ce que j'avais goûté quoi que ce fut.

C' était comme si j'avais fait une tâche sur la feuille de vélin et que maintenant elle s'étendait partout, formant des mots, écrivant des sensations. La caresse de la soie de ma chemise de nuit sur ma peau, ses rubans qui chatouillaient le creux de mes poignets. C 'était sûrement la fin du rêve, j'était presque triste car cela avait été aussi agréable que gênant. Mon bras bougea et vint frapper une surface dur comme la pierre et rugueuse. Je me sentait toute engourdie et l'esprit encore confus. Je dormais encore à moitié, j'avais l'impression d'entendre courir sur des pavés. Il n'y a pas de pavés dans le couloir devant ma chambre, il y du parquet, du parquet qui grince quand père vient me voir le matin.

J'ouvris les yeux et contemplais le bout d'un toit sans gouttière et les étoiles qui dessinaient les constellations que j' avaient apprises...Mais...ou était ma chambre? Je me redressais brutalement et grimaçait en sentant le vertige qui me saisit. Ce faisant je sentit le grain doux et patiné de ma lyre contre ma hanche. Je portait la main à ma joue pour être sûre d'être bien réveillée. Je n'avais même pas froid, c 'était complètement absurde, je ne portait que ma chemise de nuit. Et mon souffle ne se transformait pas en petit nuage blanc non plus. Que m'était-il arrivé? Pourquoi était-je...mais ou était-je au juste? Dans la rue? Sur un banc. C' était dangereux de rester là. Je devais rentrer à la maison. Machinalement j'essayais de me mettre debout. C' était idiot, cela faisait une semaine que je n'arrivais plus à sortir de mon lit sans aide .

Je me retrouvait debout sur mes jambes sans qu'elles se fussent dérobées. De surprise j'en retombais brutalement sur le banc. Cachant mon visage dans mes mains j'essayais de faire refluer la vague de panique qui m'avait saisit. Je...je n'était pas dans mon état normal, il m'arrivait des choses impossibles et je n'avait aucun souvenirs d'être venue ici. Pourquoi était-je toute seule? J'avais peur. Je ne voulais plus essayer de me lever, j'étais terrifiée que je pussent y arriver. J 'était incapable de l'imaginer. Je ne pouvait pas croire que ce fut vraiment arrivée. Ce n'était pas possible...ce n'était pas possible... J'avais du...imaginer que je m'était levée...je...peut-être que c 'était encore une sorte de rêve?

Je voulais rentrer à la maison, je voulais que père me serre contre lui et me dise que la tisane m'était montée à la tête. Comme lorsque j'était enfant je ramenais mes genoux sous mon menton, y posait mon front et entourait mes jambes de mes bras. Je ne m'arrêtait même pas sur le fait que ce fût chose aisé. Je fermais les yeux et serraient les paupières pour ne plus avoir à affronter ce qui m'arrivait. Je tremblais...mais pas de froid...

~ Il est 0 heure 27 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Première nuit...   Jeu 22 Avr - 3:49


Il n'y avait pas que des méchants chez les Vampires ... Cela se prouvait même par l'existence de deux reines, l'une complètement déjantée et sadique, et l'autre, droite, sérieuse et honnête ! Voila pourquoi elles ne pouvaient s'entendre sur la couleur du crottin ... Ainsi donc, Kumra fut presque totalement rayée de l'esprit de cette dernière ! Et pour cause, elle était considérée comme une traitresse aux yeux du seigneur, et donc de son peuple d'origine ... Cependant, cette Vampire n'était pas femme à baisser les bras ! Possédant le don des élus de Kryos, la reine avait la possibilité de fonder sa propre lignée, elle avait d'ailleurs déjà bien progressé dans la fondation de sa nouvelle famille. La dernière en date se nommait Lilya, c'était une petite fille admirable, mais mourante ... Le Destin "tait bien cruel des fois ! Ce fut pourquoi, chaque nuit depuis sa découverte, la reine en personne allait la voir afin de converser quelques instants avec elle, et ce, jusqu'à ce que la métamorphose ne soit décidée par l'enfant. Et oui, c'était ainsi que plusieurs Vampires dotés d'une certaine bonté naquirent, car la monarque aux canines disproportionnées laissait le choix aux personnes pour qui la vie n'avait plus aucun sens, ou bien s'éteignait ! Elle leur offrait une seconde chance en quelques sortes ... Bien sûr, contrairement aux suceurs de sang ordinaires, des règles très strictes devaient être respectées, sinon, le peu d'Humanité qui les investissait encore, s'en irait pour toujours !

Cette nuit là, à Nandis, la reine Vampire se nommant Sidony, était justement en train de rejoindre la dernière personne qu'elle avait vampirisé ... Autrement dit, Lilya ... Elle devait se sentir bien seule à présent, mais l'ange de la nuit n'avait aucunement l'intention de la laisser déprimer, mais il était aussi hors de question qu'elle la présente aux autres membres de la famille, pour le moment du moins. La petite était bien trop perturbée et fragile pour ça, ainsi donc, Sidony procèdera par étape avec elle. Malheureusement, la laisser complètement seule n'était pas bien mieux, mais ça ... la reine ne l'avait aucunement voulu, et pour cause, il y avait eu une urgence en ce qui concernait l'un de ses membres ... Alors même si Lilya était très importante pour elle, Sidony n'avait pas eu le choix que de la laisser livrée à elle même plusieurs heures durant ...

- Lilya. Fera la reine en posant une main sur son épaule, pour ainsi lui montrer que sa solitude prenait fin. Ne stresse plus, je suis là désormais. Pardonne moi de t'avoir abandonné durant tout ce temps, mais il arrive que des fois même moi je ne puisse avoir le choix ... S'avançant face à elle, pour ensuite se mettre à sa hauteur, Sidony ajouta. Cependant je ne suis pas revenue bredouille, puisque sur la route du retour j'ai retrouvé l'un de mes enfants ... Laisse moi te le présenter.

La reine dont charisme était des plus impressionnants, finira par se relever, puis fera signe au garçon encore caché par la pénombre, de bien vouloir se rapprocher ... Lilya devra se retourner si elle voulait l'apercevoir. Le Destin faisait bien les choses des fois, car après l'avoir perdu de vu, jamais Sidony n'aurait cru le revoir un jour ...

- Lilya, je te présente Wolfart, un garçon très gentil ... Quant à toi Wolfart, je te présente Lilya, une jeune fille qui vient tout juste de rejoindre la nuit. Marquant une courte pause afin que tout deux puissent se regarder, la reine ajoutera une dernière chose. Je vous laisse quelques instant en tête à tête pour que vous puissiez faire plus ample connaissance sans que ma présence ne vous dérange. Je reviendrai dans un petit quart d'heure afin de vous expliquer mes intentions, mais aussi ce qu'il se passera pour vous. À très vite ...

Ne laissant pas aux jeunes gens le temps de lui répondre, que Sidony se changera en chauve-souris afin de mettre une certaine distance entre eux et elle ... De plus, elle avait une petite affaire à régler, alors la situation était parfaite pour cela. À présent restait à voir si Wolfart et Lilya allaient bien s'entendre, comme la reine l'espérait ...

~ Il est 0 heure 30 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Première nuit...   Sam 24 Avr - 16:17

Cela faisait désormais plusieurs jours que j'étais arrivé à Nandis afin d'y retrouver mon père. Même s'il n'y était pas, j'étais resté plus longtemps que prévu. Pourquoi ? Je n'en savais rien pour le moment, mais quelque chose m'avait poussé à rester encore quelques jours dans cette grande ville. J'avais alors élu domicile dans une petite auberge. Bien évidement, j'y dormais toute la journée, pour sortir la nuit. Au début, l'aubergiste s'était inquiété de me voir sortir la nuit et rester tout le jour ici. Il m'avait même pris pour un vampire, mais je lui avais fait mon plus beau sourire, lui montrant mes canines rétractées, et je lui avais dit que j'avais la peau très sensible et que donc, je ne supportais pas le soleil. Heureusement, l'homme m'avait cru, et ne m'avait plus embêté.

Cette nuit, comme toutes les autres, je me baladais dans les rues de Nandis. Mais cette nuit n'était pas semblable à toutes les autres passées ici. Je me trouvais dans une rue presque totalement vide, lorsque j'avais senti une aura royale passer au loin. J'eus tout de suite compris que c'était Sidony, la reine qui avait bien voulu faire de moi un vampire. Je décidai alors de la suivre, me demandant où elle allait. Je ne faisais rien pour cacher ma présence, car de toute façon, elle avait du me repérer depuis bien longtemps. Je la vis s'approcher d'une jeune fille qui paraissait totalement perdue, et seule. Ne voulant pas la déranger pendant qu'elle allait dire ce qu'elle avait à dire à cette fille, je me cachai dans la pénombre derrière cette fille. J'écoutai donc la reine. Ainsi, cette fille s'appelait Lilya... Quel beau prénom ! Puis, la reine me fit signe de m'avancer. Je lui obéis, et sortis de la pénombre, pour marcher vers elle et Lilya. Sidony m'expliqua que la fille venait juste de rejoindre la nuit. C'était donc pour cela que la reine était ici. Elle ne voulait sans doute pas laisser un de ses enfants tout seul, et c'était pour ça qu'elle m'avait demandé de m'approcher, afin que je fasse connaissance avec Lilya. Et Sidony se transforma en chauve-souris et s'envola pour nous laisser nous parler.

Tout d'abord, je regardai Lilya de haut en bas. Elle paraissait vraiment très fragile... Peut-être qu'avant d'être vampire, elle avait été malade ? Ce devait donc être pour ça que la reine avait fait d'elle une vampire, afin qu'elle puisse continuer à vivre. Elle avait vraiment l'air totalement perdue, n'ayant pas compris ce qu'il venait de lui arriver. Je m'assis donc à côté d'elle, pris une de ses mains, et la mis dans les miennes. Je redonnai leur grandeur réelle à mes canines, n'ayant pas à cacher ma véritable identité à cette jeune fille, puis la regardant droit dans ses yeux noirs, je lui dis :

- Comme notre reine te la dit, je m'appelle Wolfart... Ainsi donc, tu viens juste de rejoindre la nuit... Moi, je l'ai rejoint depuis deux ans environ. Mais dis-moi... Comment te sens-tu ? Ca va ?

A dire vrai, je ne savais pas vraiment quoi dire à cette jeune vampire. J'observai quelques temps les étoiles parsemant le ciel, puis je reportai mon regard vers Lilya, et continuai :

- Et ne t'inquiète pas, désormais tu n'es plus seule, et tu n'as plus à avoir peur. Si jamais tu veux parler, dire tout ce que tu ressens ou bien poser des questions, je suis là, et j'essayerai de répondre à tes demandes.

Et j'attendis que Lilya réagisse, fasse ou dise quelque chose, tout en continuant à lui tenir la main.

~ Il est 0 heure 32 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Première nuit...   Mar 27 Avr - 1:09

Mes lèvres me faisaient mal... je les mordaient si fort pour ne pas pleurer. Mes dents les entaillèrent avec une facilité déconcertante. Je sentie le goût du sang dans ma bouche, mon sang. Et c' était...comme dans mon rêve, une saveur incroyablement magique qui me transportait...et m'effrayait tout autant, car ce n'était plus un rêve mais un cauchemars bien pire encore, c'était la réalité. D'un revers brusque j'essuyais ma bouche sur ma manche, tâchant irrémédiablement les beaux rubans de soies que père m'avaient offert. Puis je passais fébrilement mon index tremblants sur mes dents. Un gémissement apeuré m'échappa. Mais qu'est-ce que j'étais devenue?Un monstre? Un monstre qui se délecte de son propres sang et à la bouche garnie de crocs. Je sentit que je n'allait plus pouvoir me retenir de pleurer, que c' était trop dure à supporter pour moi.

Une main au contact léger, mon prénom comme une musique: mon ange de la nuit était là.
Alors les souvenirs me revinrent et je sut. Je sut ce que j'était devenue : une créature de la nuit, un vampire. Mon angoisse reflua;un peu. Je me sentait encore tellement horrifiée d'avoir pu...apprécier...le goût de mon propre sang. N'était-je donc plus humaine du tout pour avoir ce genre d'instinct? Non je ne devais plus l'être, je n'était plus moi, j'était devenue autre chose. Je frémis intérieurement en me rappelant l'extase qu'avait provoquée quelques gouttes de sang. Et j'eus peur, peur de ce dont je pourrais être capable, peur de moi, de ce que j'allais devenir. Toutes ces pensées défilèrent en un instants dans mon esprit .Mais j'essayais de passer outre pour répondre à mon ange de la nuit. Je m'accrochais à sa présence familière et élevait une frêle barrière pour contenir mes terreurs.

-Je...sa va, j'était confuse en m' éveillant, je ne me souvenais plus très bien ce qu'il s'était passé. Je comprend que d'autre choses plus importantes soient arrivés.


Et je m'essayais à un petit sourire que je parvins miraculeusement à ne pas trop faire trembler. Et puis je me retournait lentement pour regarder cet autre enfant de la nuit que Sidony me présenta avant de s'éclipser. Je ne la vit pas disparaître, j'étais subjuguée. L'être qui s'approchait de moi était magnifique, on l'aurait crut issu des amours entre une déesse et un rayon de soleil. Il avançait avec une grâce surhumaine et désinvolte et portait le masque de sa beauté parfaite comme un prince l'aurait fait. Un vertige étrange me saisit et je me demandais si tout les êtres de la nuit possédait cette beauté totalement irréelle.

Sa prestance fit revenir à mon esprit toutes mes craintes. Je me demandais pourquoi j'était devenue ce que j'était. Je ne serait définitivement jamais à la hauteur. Ils étaient tous si parfait, si confiant,si différent de moi. Moi j'était absolument terrifiée d'être devenue un être de la nuit, j'était complètement perdue et je voulais juste courir me cacher quelque part. En regardant Wolfart je me sentait coupable de penser tout cela et coupable de ne pas me réjouir d'avoir rejoint le monde de la nuit. J'avais acceptée de devenir ce que je considérais maintenant avec effroi. Je n'avais pas sut voir que je ne serais pas capable de le supporter, moi seule m'était trompée. Tout était de ma faute. Ma faute si j'était un vampire, ma faute si je songeai déjà avec horreur que je pourrais n'être devenue qu'une bête avide de sang, ma faute si je les décevaient.

Et lui, ce prince au sourire chaleureux prenait ma main avec douceur,me regardait calmement .Et ses paroles, si simples, si rassurantes. Que pouvais-je lui dire? Rien. Je n'allait pas en plus lui avouer l'incroyable chaos de mes pensées. Je ne voulait pas le blesser. Alors je serais sa main immense dans la mienne si petite. Je n'essayais pas d'imaginer cette même main en train de se saisir d'un humain qui ne serait rien d'autre qu'une...proie,pourtant l'image m'obséda. J'avais peur de lui, comme j'avais peur de moi. Je détournait les yeux pour qu'il ne put saisir l'ampleur de mon trouble et je répondit d'une voie basse que j'essayais au maximum de rendre neutre.

-Je...je me sent...je...je suis juste un peu...euh...enfin...


Les mots ne voulaient pas sortir, j'essayais mais je n'y arrivais pas. Je baissais plus encore la tête pour disparaître derrière les mèches de mes cheveux. Je regardais ma manche tachée de sang, je sentait l'odeur envoûtante qui en émanait. Je me tendis pour résister à l'envie irrésistible de me pencher pour lécher le fin tissu imprégné d'écarlate. Lentement je glissait mon bras dans mon dos en essayant d'être naturelle. Comment en étais-je arrivée là? Je...vraiment était-je donc à ce point pervertie? Je ne le voulais pas mais c 'était bien moi qui songeai aux délices du sang, que je ne pourrais obtenir qu'au détriment d'innocents.

-Je suis désolée, c'est...je suis désolée...non, je n'ai pas de questions.

Non je n'avais pas envie de savoir, pas envie d'en apprendre plus sur ce que j'allais devenir. Pas envie de découvrir ce que je serait forcée de faire pour survivre, pas envie de pousser la porte de ce monde effrayant, mon monde dorénavant. Cela au moins je l'avait compris, les choses étaient ce qu'elles étaient et rien ne changerais. Je n'avais juste pas le courage de faire face a l'avenir. Je faisait le deuil de mon humanité, de mon passé. Une indicible tristesse me submergea et cette fois je laissais mes larmes couler en silence, messagère invisible de la peine de mon cœur. Je ne serait plus jamais comme avant, je n'embrasserais plus mon père, je perdrais tout ce qui avait été ma vie. J 'était heureuse d'être encore suffisamment un tout petit peu moi pour être capable de ressentir la peine de l'abandon qui me déchirait. Je pouvais au moins pleurer, verser des larmes salées sur la mort de la jeune fille innocente que j'avais été.

~ Il est 0 heure 34 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Première nuit...   Mer 28 Avr - 19:38

J'écoutai attentivement les quelques paroles de Lilya... Elle avait l'air bouleversée... Pourquoi ? Oui, bien sur, elle ne s'était pas du tout attendue à devenir une vampire... Peut-être même qu'elle était horrifiée d'en être devenue une ? Il faut dire que pour tout le monde, les vampires étaient des êtres assoiffés de sang et avides de tortures, donc je pouvais en quelques sortes comprendre que Lilya fût horrifiée d'en devenir... Mais elle ne savait sans doute pas que tous les vampires n'étaient pas comme ceux dont on entendait toujours parler. Comme par exemple la reine Sidony, ou moi. Ce n'était pas parce que j'étais devenu vampire que j'avais perdu l'humanité se trouvant en moi, j'étais resté le même à quelques détails près. Il fallait donc que je la rassure. Mais avant de pouvoir dire quelque chose, je sentis une odeur... Une odeur agréable, délicate, comme envoutante... Je ne pouvais pas me tromper, c'était bien du sang que je sentais... De qui ? Il était tout proche, très proche... Juste à côté de moi... Lilya avait-elle saigné ? Je voulus regarder vers d'où provenait l'odeur, mais la jeune vampire cacha sa manche le plus naturellement possible derrière son dos. Je fis un léger sourire, qu'elle ne pouvait discerner à cause de mes cheveux tombants sur mon visage.

Bon, apparemment, elle n'avait pas de questions à me poser. Pas grave. Je lui dis alors, prenant une voix se voulant la plus rassurante possible :

- Tu n'as à être désolée tu sais. Et... J'ai l'impression que l'idée de devenir une vampire ne te réjouis pas plus que ça... Mais il faut que tu saches, tous les vampires ne sont pas comme ceux dont tu as probablement entendu parler. Je présume que pour toi, un vampire, c'est un être sanguinaire, avide de sang, cruel, insensible, inhumain et autres qualificatifs leur correspondants. Mais, vois-tu, nous ne sommes pas tous comme ça, prend exemple sur la reine Sidony, ou moi. Ce n'est pas parce que je suis devenu vampire que j'ai perdu toute mon humanité, je suis toujours sensible aux autres, et pour rien au monde je ne ferais de mal à quelqu'un pour me nourrir... Sauf si j'y suis obligé...

A ces paroles, je me « refermai » sur moi-même. Je lâchai les mains de Lilya et baissai la tête. Je rabattis mes mains sur ses genoux et serraient mes poings, en repensant aux quelques humains que j'avais dû faire souffrir afin de me nourrir... Ces moments étaient rares, mais ils restaient gravés dans ma mémoire... Enfin bon, il fallait que j'arrête de penser à cela. Je repris mes esprits, et me tournai vers Lilya. J'avais l'impression qu'elle était en train de pleurer. Je la regardai plus attentivement, et vis quelques larmes couler le long des joues de la jeune vampire. Je savais bien que les mots ne changeraient rien, alors je décidai de la prendre dans mes bras afin de la consoler plus facilement. Je la serrai fort, mais pas trop tout de même, de peur de l'étouffer ou de lui briser les os tellement elle paraissait fragile. Je posai sa tête en dessous de mon épaule gauche. Voyant sa nuque, je fus attiré, par le sang qui y coulait, mais je parvins à résister à cette tentation, mais peut-être que Lilya elle n'y parviendrait pas... Je me préparai donc à sentir des crocs s'enfoncer dans ma nuque, comme le jour de ma métamorphose en vampire... Je lui soufflai à l'oreille :

- Si tu veux de mon sang, tu peux, je t'y autorise.

Puis, je n'ajoutai rien d'autre, la tenant toujours dans mes bras. J'espérai quand même que mes paroles n'allaient pas la choquer, et qu'elle n'allait pas s'enfuir. Je ne voulais pas qu'elle s'en aille comme cela, elle était si fragile, et même si je ne la connaissais pas, je me devais de la protéger, et de veiller sur elle... Comme si elle avait été ma petite soeur...

~ Il est 0 heure 36 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Première nuit...   Jeu 29 Avr - 10:54

Le ruissellement de mes larmes déposait sur mes joues toutes les émotions qui assaillaient mon esprit. Et le souffle à peine perceptible de la nuit s'engouffrait dans ma tête et tourbillonnait alors en spirales indolentes. Cette bise légère m'engourdissait. J 'était comme égarée dans un vide trop calme,froid et gris. Une brève accalmie dans la tempête qui me trouvait pathétiquement échouée sur des rivages malmenés. Mes fragiles défenses gisaient très loin de mes pieds, brisés en éclats que j'imaginaient souillés de sang. J 'avait perdus la vie, la bataille,et je perdrais aussi la guerre. Pourquoi cette envie de lutter qui n'était déjà plus qu'un murmure? En cet instant je ne voulais plus rien, je n'avais plus de volonté. Je n'était rien qu'une poupée de cire au visage creusé de rigoles amères.

Les mots de mon compagnons marquèrent de leur douceur mon désespoir apathique. Curieusement je songeais aux histoires que l'on me contaient autrefois. Elles étaient chatoyantes,remplies de vies, et peuplées de fées timides, d'elfes gracieux, et d'humains courageux. Comme elle me faisaient rêvée ces belles aventures ou se liaient tendresse et amitié. Mais alors, des êtres de la nuit ils n'étaient jamais fait mentions nulle part. On ne parlais pas de ces gens-là en ma présence,jamais, c'est à peine si l'on admettais qu'ils existaient. Père m'avait crut trop fragile pour ces histoires-là, et sûrement que je l'avais été. Maintenant la question ne se posais plus même si j'ignorais tout de ce que j'était devenue,je l'apprendrais.

Pouvais-je vraiment croire qu'il fut possible d'être ainsi que le disait cet étrange prince de la nuit? Mais pourquoi mentirait-il? Je me dis en l'écoutant qu'il devait être un vampire réellement gentils; mais moi j'avais eut un autre aperçue de mon nouveau moi. Je serais sûrement telle que ce que j'aurais du entendre sur les êtres de la nuit. Je n'était pas comme lui, je n'était pas aussi bien, j'en étais désolée car il était tellement gentil que je regrettait de le décevoir. J'aurais bien voulut être telle qu'il me croyait,j'était effrayée de ne pas l'être. Mais rien que de penser aux parfum du sang une terreur subite s'emparait de moi...ainsi qu'une envie bestiale que je refoulais avec peine. Je lutais pour ne pas laisser mon angoisse et cet étrange pression me submerger à nouveau.

J' y parvins en entendant la fin de la tirade du prince de la nuit. Je perçut sa tristesse et c'était comme si l'on m'avais frappée avec. Pourquoi lui qui était aussi merveilleux aussi parfait apparaissait-il meurtri et blessé ? Ce n'était pas juste. Il était tellement gentil, tellement compatissant, il n'aurait pas du être torturé par le remord. J'avais tout oubliée de la peur qu'il m'avait inspiré, je me sentais infiniment triste pour lui. J'aurais voulut tendre la main pour le réconforter, lui dire que je ne le croyais pas capable de faire souffrir quelqu'un. Je n'osais pas, il semblait si loin de moi tout à coup .J'était tellement inutile. D'autre larmes vinrent s' ajouter à celles déjà versées. Inconsciemment je me rapprochait de lui, ma main frémit. Le voir replié sur ses blessures écorchait mon cœur.

-S'ilteplaît...ne soit pas triste...


Et le prince de la nuit m'attira à lui pour m 'enserrés dans l'étreinte forte et tendre de ses bras. Mais quesque...? Pourquoi? Voulait-il...me réconforter ?...ou cherchait-il lui-même à être rassuré? Mais pourquoi moi, je ne le méritait pas...
Et tout d'un coup plus aucune de ces pensée n'eut d'importance,plus rien ne comptait. Mes mains se crispèrent pour ne pas le laisser fuir. Partout avait explosée l'irrésistible senteur, ses arômes écrasaient tout autre sentiments,tout autres instinct. Seul bruissait à mes oreille un battement régulier et envoûtant. Un voile étrange se déposa sur ma conscience,j'oubliais tout. L'esprit submergé par une avidité sanguinaire je fut emportée; je m'abandonnais aux chaînes implacables. Mes crocs étaient délicieusement à vif, il fallait que...je ne savais pas ce que je désirait avec tant de force. Mais le sang qui avait fait de moi un être de la nuit le savait, il emportait mon être désorienté privé de sa pensée sur ses propres chemins . Des mots...un sentiment d'exultation perverse qui m'entraîne...un acte. Mes lèvres s'ouvrirent, la peau fine fut transpercée par mon assaut féroce...cela jaillit enfin vers ma gorge assoiffée...

Le choc fit voler en éclat la transe qui s'était emparée de moi, les chaînes se brisèrent avec fracas sous le marteau de ma raison revenue. Je m'écartais avec violence,l'effroi me submergea. Mes yeux aux pupilles dilatées se posèrent sur lui: remords, désespoir ,horreur et terreur. Tout mon corps tremblait sous la puissance des émotions bien trop humaine qui succédaient à ma folie. C' était trop fort...je m'enfuie. Sans réfléchir je me redressais sur mes jambes et je courut à toute jambes loin de la scène abominable qui venait de se produire. J'oubliais ma lyre que j'aimais tant, la peur de ce dédales aux milles danger dont j'ignorais tout, ...mes pieds nus battirent les pavés emportées par ma seul volonté de me dérober.

Comment avais-je pu? Je...j'était un monstre... une abomination...Je n'avais rien pu faire,rien pu empêcher. Mais pourquoi avait-on fait de moi une bête monstrueuse? Je ne voulais pas voir se refléter dans les yeux de ce prince si gentils la haine et le mépris que je savais mériter, j'aurais voulut pouvoir me fuir pareillement. Ne plus savoir le goût de ma trahison, le visage de la monstruosité. Je ne pouvais pas appeler à l'aide...et si je ne m'éloignais pas je pourrais...encore une fois...Aveuglée par les larmes que je n'avais pas eut conscience de verser je trébuchais. Et je restais étendue sur la pierre, pauvre petite fille secouée de sanglots erratiques et désespérés...

~ Il est 0 heure 38 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Première nuit...   Sam 1 Mai - 15:06

Alors que j’attendais que Lilya quelque chose, je sentis tout à coup ses crocs s’enfoncer férocement dans ma peau. Je ne ressentis aucune douleur, mais à peine je sentais mon sang couler le long de la plaie que la jeune vampire avait créée, que celle-ci s’enfuit en courant. Je la regardai s’en aller de la sorte ne comprenant pas son action… Peut-être avait-elle peur que je lui en veuille de m’avoir mordu ? Mais elle se trompait. C’était normal, surtout pour elle, qui venait juste de devenir une vampire, il lui était encore dur de résister à ses pulsions d’être de la nuit. Je me devais donc de la retrouver au plus vite, afin qu’elle ne se fasse pas de fausses idées, et qu’elle ne se prenne pas pour un monstre. Avant de partir à sa recherche, je m’assurai que ma plaie s’était bien refermée. Je passai donc un doigt à l’endroit où Lilya m’avait mordu. Ne sentant plus les petits trous formés par les crocs de la jeune vampire, je m’apprêtai à me lancer à sa recherche. Cependant, un léger éclat attira mon attention vers le banc où j’étais assis précédemment. Cet éclat était à l’origine de la lune se reflétant sur une très belle lyre posée sur le banc. Je la pris en me disant qu’elle devait appartenir à Lilya. Je pus alors me mettre à la recherche de la jeune vampire.

Heureusement que Lilya m’avait mordu, comme cela, il me fut plus facile pour moi de la retrouver, car je pouvais repérer l’odeur de mon sang. Mes pas résonnaient sur les pavés des rues totalement désertes. Je cherchais du regard encore et toujours Lilya, scrutant tous les recoins sombres. Bon sang, mais où pouvait-elle être partie ? Puis, tout à coup, je la vis. Elle était par terre, étendue sur la pierre, secouée de sanglots… Je m’arrêtai alors juste devant elle. La pauvre… Elle paraissait totalement désespérée. Je lui pris donc les mains, et la releva d’un coup. Elle était extrêmement légère, pas étonnant qu’elle paraisse si fragile. Je la regardai. Son visage était totalement inondé de larmes, et mon sang entourait sa bouche. Elle me faisait de la peine d’être triste de la sorte, et de sans doute se prendre pour un monstre. Lui tenant toujours la main gauche, j’essuyai doucement ses larmes, et mon sang autour de ses lèvres, en lui disant :

- Ne sois pas triste s’il-te-plait. Je présume que tu te prends pour un monstre, mais il ne faut pas, tu ne l’es pas, tu m’entends ? Tu n’es en aucun cas un monstre. Je peux te dire ça, car moi aussi au début, la première fois que j’ai…

J’eus du mal à continuer ma phrase, et je me tus quelques instants afin de retenir les éventuelles larmes qui auraient pu couler de mes yeux, en repensant à ces humains que j’avais fait souffrir dans le passé. Je repris alors, en regardant Lilya bien droit dans les yeux et en la tenant par les épaules :

- Moi aussi au début je me suis pris pour un monstre la première fois que j’ai été obligé de mordre un humain car j’étais à bout de force et que le sang d’animal ne m’aurait pas suffi. Mais ces rares fois, c’est que j’avais trop dépensé d’énergie et que je n’avais pas mangé, ou plutôt bu depuis plusieurs jours.

Je me tus une nouvelle fois… Pourquoi est-ce que je lui racontais cela ? Je ne savais pas exactement, mais il fallait que je le fasse, afin qu’elle arrête de se prendre pour un monstre. Je continuai donc mon discours :

- Et peut-être que tu t’en veux de m’avoir mordu, mais ne t’inquiète pas, je ne t’en veux aucunement.

Ne sachant pas quoi rajouter d’autre, je me tus, et pris de nouveau Lilya dans les bras, mais cette fois, c’était bien uniquement pour la réconforter elle, et non plus moi. Car tout à l’heure, je l’avais serrée dans mes bras, pour la consoler, mais aussi moi, puisque j’avais eu besoin d’une étreinte pour ne plus penser à ces rares fois où j’avais du mordre des humains. Mais maintenant, j’étais calme, en paix avec moi-même, et pour le moment, je ne pensais plus à rien, mis à part au besoin de réconforter et protéger Lilya.

~ Il est 0 heure 41 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Elfwyn
avatar
Récits 3344
MessageSujet: Re: Première nuit...   Mer 5 Mai - 4:47

[ Arrow On arrive de ~LÀ~]

Cette nuit là, à Nandis, tout n'allait pas pour le mieux ! Et pour cause, le gouverneur Vultinien avait été assassiné, Iliyasviel avait également trouvé la mort ... Autrement dit, les deux personnalités de la cité n'étaient plus ... C'était pourquoi les gardes retournaient chaque maison, chaque coin de rue, chaque galerie appartenant aux égouts, afin de trouver les responsables de tout ceci ! Bien sûr, ils ne trouveraient strictement rien, puisque tout n'était que machination ... Car pendant ce temps, le vrai meurtrier était bien tranquille dans la villa même du gouverneur, et veillait à ce que le prochain successeurs qui n'était autre qu'un gosse, monte sur le trône ! C'était d'ailleurs l'enfant en question qui avait commandité l'assassinat du vieil homme ... Néanmoins ce n'était pas le plus important pour le moment, puisque présentement deux jeunes vampires tentaient tant bien que mal de faire connaissance dans les sombres ruelles de Nandis ... Et heureusement pour eux, l'endroit où ils se trouvaient n'était pas encore arpenté par les féroces gardes de la ville ... Mais cela n'empêchait en rien d'entendre tout le vacarme alentour, généré principalement par des carrosses-prison dont les roues ferrées claquaient durement le pavé des rues ...

Nous y voila, nous étions aux portes d'Astrune, je pouvais le sentir ... Mais ce n'était pas pour autant que nous ralentissions, j'avais d'ailleurs grande crainte de faire atterrir Anaïs dans l'ombre terre, ou bien à Kumra, tout des endroits pour lesquels elle n'était pas du tout préparée ... Mais bon, l'était-elle pour au moins l'un d'entre eux aussi ? J'en doutais fort, et pour cause, il lui faudrait un certain temps d'adaptation, alors un village serait parfait pour elle ... Les collines d'Umar était selon moi le lieu le plus approprié pour qu'elle puisse découvrir ce nouveau monde qui n'allait plus tarder à l'accueillir ... Puis, la fin du parcours aboutira par le biais de violentes décharges électriques nous traversant de part en part, et si moi j'en souffrait, ça devait être encore pire pour la jeune fille ... De plus, je progressais désormais à l'aveuglette, impossible de savoir quel lieu allait réceptionner Anaïs, et oui ... seulement elle, car moi je disparaitrai instantanément au moment j'entrerai en contact avec mon monde ... Chose qui arrivera dans moins de trois secondes, deux ... une ...

- Bienvenue sur Astrune ... Courage Anaïs ... et Adieu ... Dirais-je avec une voix qui s'éloignait rapidement.

Et voila, maintenant elle allait être livrée à elle même, et manque de chance, c'était à Nandis qu'elle avait atterri ... Et plus précisément, juste à quelques mètres des deux jeunes Vampires ... Bien sûr ça ne s'était pas fait de manière brutale, puisque Anaïs se matérialisera à partir du néant ... D'abord translucide, puis floue, et enfin opaque, donc tout aussi réelle que n'importe quel autre habitant d'Astrune ... Il n'y avait également eut aucun bruit ... Comment allait se comporter cette jeune fille en voyant cette rue, ces personnes, mais aussi le ciel ... Tout était totalement différent, y compris l'époque, pas de satellite, donc pas de réseau, pas de télé, pas d'ordinateur, pas d'électricité ... Tout ce confort qui était devenu pour elle une routine et une normalité, venait tout à coup d'être remis en cause ... Astrune allait très certainement lui offrir une nouvelle vie, mais ça ne risquait pas d'être pépère ... Cependant, Anaïs rêvait d'action au travers de ses jeux vidéos, et bien à présent elle allait incarner son propre personnage ! Qu'elle Destinée allait-elle bien pouvoir se forger ? Telle était la question ...

~ Il est 0 heure 43 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lauthentique-destiny.com
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Première nuit...   Mer 5 Mai - 23:53

Accrochée à Elfwyn, je ne regardais plus autour de moi, je ne voulais pas voir mon monde, ma maison et tout le reste partir, j’allais laisser les choses se défiler sans rien faire, me cramponnant à ce nouvel espoir qui était de recommencer une nouvelle vie sur un autre monde. Astrune. Cependant, des sensations étranges commencèrent à apparaître en moi, comme l’impression d’avoir de l’eau dans les poumons, un sentiment de noyade. Par instinct, j’eu très peur, je me mis à tousser pour tenter de m’en débarrasser mais la sensation s’amplifia à chaque seconde écoulée. Mes bras s’agrippèrent davantage à lui pour ne pas tomber ou qu’il parte sans moi. Enfin, peut être des réactions futiles, mais elles étaient nouvelles et effrayantes aux premiers abords. Et rapidement, je réussis à m’habituer avant d’en ressentir des nouvelles ! Cette fois-ci, se sera plus une impression d’être tirée d’un coup vers le haut, tout les alentours se disproportionnaient et ne ressemblaient plus à rien : Je voyais tout s’éloigner à une vitesse déconcertante ! Refermant mes yeux, je ne voulais plus rien voir jusqu’à destination, me sentant quelque peu nauséeuse. Une crainte s’y invitant en prime ! Chose tout à fait normale quand je me disais que le nouveau monde où j’allais atterrir pouvait bien être cruel à sa façon ou bien, complètement le paradis. J’espérais surtout la deuxième hypothèse tout en ne lâchant pas Elfwyn. Je m’étais aussi pas rendue compte qu’il n’était plus qu’énergie et que différents choques nous frappèrent … Probablement des sortes de portes dimensionnelles que l’on percutait avec violence pour les traverser et joindre ce monde dont il m’avait parlé.

J’étais un peu embrassée quand il n’avait pas pu répondre à mes questions avant de partir. Soit il ne le voulait pas et il m’avait piégée, chose impossible. Soit il n’avait pas eu le temps de le faire, déjà nettement plus plausible à croire et je tendais à penser ainsi tout en prenant mon courage à deux mains pour observer ce qui m’entourait. Ma sensation de noyade était toujours présente, mes poumons extrêmement lourds, diverses lumières filaient à toutes allures à mes côtés et les choques persistaient avant de sentir une atroce douleur. Elle me forcera à me plier en deux, un minimum, mes mains s’agrippant à mon cœur qui en subissait les frais les plus violents. Je souffrais, j’avais mal, mais je ne criais pas. Et soudains, une voix me parviendra, Elfwyn me souhaitait la bienvenue, courage et … Adieu... HEIN ?!

- Hey, attends Elfwyn !

Il était déjà trop tard, de toute manière, je n’avais même pas eu le temps d’entendre ses mots qu’il était déjà loin ! Je me sentais soudainement bien seule à voler à une vitesse si grande, me rapprochant mortellement du sol. Je percevais une cité … Devenant de plus en plus grande, ma vue se brouillait alors soudainement, et tout devint noir. Mais les sensations n’en était pas pour autant mises de côté. Je sentais bien quelque chose … Un sol dur se matérialisa sous mes pieds, un souffle frais soufflait sur ma peau, je sentais mes cheveux volter dans celle-ci. Tout me revenait petit à petit, les lieux me semblait calme aux premiers coups d’œil mais, en fait, quand mon ouïe reviendra, certes lentement, des sons m’arriveront bien assez vite pour que je me rende compte qu’il en était pas un coin paradisiaque. Je me sentais assez mal, déséquilibrée pour préciser, mes jambes tremblaient affreusement. Je tenais donc à peine debout et mon front suait comme jamais. J’aurai pu dire que je venais de faire le marathon de New York s’il en était possible. Une énorme nausée à la gorge …

*J’pensais que ça serait bien plus calme, comme voyage, mais non … Il aurait pu m’avertir, non ? J’aurai pris de quoi me faire passer touts ces maux désagréable.*

Tentant d’ignorer tous ces malaises, je relevais la tête pour contempler la ruelle où j’étais désormais. Des maisons … normales, plus ou moins. Tout était éclairé à la torche, j’en déduisis donc qu’ils n’étaient pas spécialement avancés en termes de technologie. Et puis, là, un réflexe qui était désormais bidons dans ce monde, je voulu savoir l’heure et je glissais ma main dans mon sac et en retirerait mon iTouch. Et là, surprise, rien, pas de réseau, juste l’heure complètement déréglée. Je le remis à sa place et retirais mon chapeau de ma tête, le gardant en main, jetant un coup d’œil sur le ciel qui était, lui aussi, tout aussi surprenant que mon manque de réseau. Il y avait quelque chose de famillier ... Il ne m'était pas entièrement inconnu, en fin de compte. Mais d'où me sortait-il !? Il me fallut quelques secondes avant de percuter ! Avatar ! Il me rappelait le film Avatar ! Et là ... Je me demandais vraiment où j'étais tombée et, cet air ... C’était si différent et celle que je respirais n’avait rien à voir avec celui de la Terre. Totalement sain et d’une pureté que l’on pourrait jamais retrouver là où je vivais. Enfin, où j’avais vécu puisque, désormais, c’était ici, ma nouvelle maison.

*Ca fait tellement de bien … Cet air…*

Prenant une grande inspiration, je commençais ensuite à prendre conscience de la gravité des bruits que j’entendais au loin. La ville n’était pas sûre, on dirait et que je commençais directement avec des ennuis ! Surtout que, j’en doutais très fort, personnes n’étaient vêtues de la même façon que moi, j’allais paraître extrêmement louche aux yeux de tous ! Comment pourrais-je alors réagir face à ce problème ? Je ne savais pas … Mais la solution la plus évidente devait être de trouver des vêtements originaux, pour eux ! Et sans plus traîner, je me mis en quête d’en dénicher et ce, dans la plus grande discrétion possible !

*Bon … Par où commencer ?*

Question fatidique et mortelle pour une nouvelle arrivante qui ne connaissait ni le monde, ni les lieux, ni les noms ni le moindre détail d’une rue précise. Une angoisse grandissante s’installait gentiment en moi, relançant mes tremblements aux jambes et bras, mon cœur commençant lui aussi à s’emballer, accentuant ma nausée et mes maux de tête. De plus, le déséquilibre se faisait davantage sentir, ma vue se brouillant par moment. Je devais rapidement trouver des personnes pour me venir en aide et que je puisse me reposer ! Ce voyage dimensionnel m’aura affligée beaucoup plus que je ne le pensais et si je ne faisais rien, je n’osais même pas imaginer le désastre que ça pourrait causer à mon moral déjà assez blessé ainsi. Donc, en longeant la ruelle où j’étais, je finirai par trouver un couple s’enlaçant, à quelques mètres de moi, sur ma droite. Appuyée contre le mur, transpirante, respirant bruyamment, je distinguais très mal leur silhouette et je ne pouvais pas trop savoir qui était qui, si c’était une femme et un homme, ou deux femmes et inversement. Mais je ne devais pas hésiter …

- Je … Désolée de déranger … Mais, pouvez-vous … m’aider … Dirai-je en m’approchant d’eux, toujours contre mon mur, haussant un peu la voix pour qu’ils m’entendent mais elle était méchamment marquée par la fatigue. Où … Pourrais-je … me …

A y est, je n’avais pas eu le temps de terminer ce que j’avais à dire que mon corps venait de me lâcher et tombait lourdement sur le sol dur. Dans la chute, je m’étais blessée au genou droit et mon regard était flou, toujours dirigé vers les deux personnes, je tendais lentement la main pour demander de l’aide avant que la pénombre dévore ma vision. Je venais donc de m’évanouir … Mais ce que j’ingnorais, c’était que les deux individus étaient des vampires …

~ Il est 0 heure 45 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Première nuit...   Jeu 6 Mai - 23:00

Je ne restais pas seule longtemps avec mon mépris et mon désespoir. Pourquoi est-ce-que ce prince de la nuit m'avait suivit? N'avait-il pas vu en moi la bête assoiffée de sang, une chose si vil...tellement dénuée de moral et capable d'actes qui me révulsait. C 'était donc sa que j'étais devenue? Même pas vraiment un être de la nuit, car lui n'aurait jamais agit comme ça; je ne pouvais pas prétendre qu'il fut semblable à cette créature que j'avais entrevue l'espace d'une étreinte . Il y avait maintenant en moi quelque chose de...profondément mauvais et sur lequel je n'avais aucun contrôle. Je tremblais car je savais que quoi que je fasse je ne serais pas assez forte. Je savais que sa recommencerait. Je ne pourrais rien faire, c 'était tellement plus puissant que moi.

Malgré tout le vampire me toucha, il ne craignit pas que je me jette sur lui à nouveau, il ne fût pas dégoûté de moi. Enfin il n'en avait pas l'air,non? Peut-être que si mais qu'il ne le montrait pas? Je tremblait lorsqu'il approcha la main de mon visage, n'allait-il pas vouloir me frapper? Il en aurait eut le droit, et je ne devrait pas le redouter. Je retint mon souffle mais il se contenta de m'effleurer doucement, il y avait tellement de douceur dans ce geste ,les larmes menacèrent à nouveau. Il emportait avec lui la trace de mes larme et de son sang au parfum délicieux. Mais qu'est-ce-que je disais encore? Pourquoi je ne pouvais pas m'empêcher de penser comme ça. Avant cette nuit le sang n'avait jamais eut d'odeur particulière, alors que là...J'avais l'impression de pouvoir vendre ce qui me restait d'âme rien que pour en humer la fragence tentatrice.

Ses paroles si semblables aux miennes me touchèrent. Se pouvait-il qu'il se soucia réellement de moi?Malgré...même si... Et ce qu'il me disait, c'est exactement comme s'il avait pu lire mes pensées, il savait que je voyait un monstre la ou avant il n'y avait eut qu'une jeune fille au destin scellé. Peut-être, oui peut-être qu'il aurait mieux valut que je ne vive pas s'il fallait que que ce soit pour devenir une créature du mal. Il cherchait à me rassurer, je ne savais pas pourquoi. Je ne comprenais même pas pourquoi il se donnait la peine de me regarder. C 'était l'être le plus gentils que je connaissais, père aurait sûrement aimé savoir que j'avais rencontré quelqu'un d'aussi extraordinaire.

-C'est...tu ne peux penser ça,pas après...tu m'as vu non?Je n'avais jamais blessé personne...C'était juste que...je n'ai pas pu m'en empêchée tu sais...j'ai l'impression que c'est quelqu'un d'autre qui...mais c' était moi non? Ce n'était...que moi, celle que je suis devenue...je suis tellement désolé et même si sa n'excuse rien je...je te demande pardon...


J'essayais de ne pas détourner le regard, d'oser lui montrer toute l'étendue de mon remord. C'était dur mais, j'eus l'impression qu'il était lui aussi pris par ses propres émotions. Est-ce-que je lui avait rappelée des mauvais souvenirs à un moments? Pourquoi avais-je l'impression que c'était la tristesse qui le faisait hésiter? Je devais me tromper,après tout comment pourrais-je le savoir? Si je croyait voir ses yeux briller c'est peut-être tout simplement parcequ 'ils étaient d'un bleu si lumineux...
Et puis il reprit la parole et j'entrevis un espoir au milieux de ses mots. Il s'était nourrit de sang animale. Des animaux, pas des humains et peut-être même sans tuer? Juste prendre de quoi survivre. Je n'aurais pas besoin de toucher aux humains, pas besoin de les blesser, pas obligée de me conduire comme un monstre. Et si ça ne me contentais pas, si je devenais faible, au moin je ne deviendrait pas folle de devoir me nourrir dans la souffrance des autres. J'économiserais mon énergie, comme lorsque j'étais encore humaine.

-...le sang animale...pas comme un monstre...


Ce fut un bref murmure, si léger, peut-être qu'il ne l'entendit pas. Je ne sais pas. En tout cas moi j'entendit ce qu'il me dit après. Je ne croyais pas qu'on puisse mentir mais je ne pouvais pas le croire non plus. Je n'eut le temps de rien dire il me repris dans ses bras...si proche.
Je me tendit, l'odeur de son sang séparé de moi pas le frêle voile de sa peau pâle chantait, il m'appelait. Je luttait pour ne pas me laisser submerger, maintenant je savais ce qu'il risquais d'arriver, je savais ce qu'il se passait. Je retint ma respiration pour ne plus amener à moi le parfum tentateur. Je fermais les yeux pour ne plus voir la délicate pulsation a la base de son cou. Posant mes mains sur son torse musclé je m'apprêtait à le repousser.

Soudain je me figeais, j'entendais quelqu'un qui venait vers nous. ( Mais comment pouvais-je entendre quelqu'un venir de si loin?). J'ouvris les yeux et je distinguais une forme titubante qui venait vers nous. Mes doigts se crispèrent .Un danger? L'inconnu se rapprochait et je restais pétrifiée. Jusqu'à ce qu'elle soit suffisamment proche pour que je me rendisse compte qu'il s'agissait d'une jeune fille qui semblait malade. Lâchant le vampire je reculais de plusieurs pas. Si c 'était une humaine je ne voulais pas qu'elle réveille le mal tapis en moi. Pitié, rien que d'y penser des pensées qui ne m'appartenaient pas m'envahissaient: est-ce-que sa peau serait douce? Son sang serait-il aussi savoureux que celui que j'avais goûté? Est-ce-qu'elle apaiserait la brûlure dans mon ventre? Une plainte aigüe et étouffée s'étrangla dans ma gorge et jaillit sous la forme d'un couinement.

L'inconnue se mit à parler, elle avait besoin d'aide. Sa voie avait un drôle d'accent, elle ne venait pas de Nandis ou des environs. Mais pourquoi avait-elle besoin d'aide? Je tendis l'oreille et je me rendis brusquement compte que le ville était loin d'être calme, on entendait comme les échos d'une activité frénétique. Que se passait-il? Je n'avais rien remarqué. Comment la ville pouvait-elle subitement s'emballer? Je n'eut pas le temps de trouver de réponses à mes questions.
La jeune fille tomba.
Elle se blessât.
Le sang jaillit...

Cent fois plus intensément que lorsque le vampire m'avait serrée dans ses bras l'arôme divin me percuta, me transperça. Ma gorge s'enflamma, mon esprit bascula, un feulement rauque jaillit de ma gorge. Ne pas penser: agir. Mon corps s'élança dans une détente mortellement gracieuse, efficace. Féroce et violente je me jetait sur la proie, trop rapide pour être interceptée. Je plaquais durement son corps inerte sous le mien. Tellement soif....tellement soif...son sang...le prédateur se nourrit de la proie....je suis le prédateur...la proie, c'est elle...ma proie.*Attaquer...*

~ Il est 0 heure 46 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Première nuit...   Ven 7 Mai - 23:10

Alors que je tenais encore Lilya dans mes bras, je sentis tout à coup une présence parmi nous... Mais sa présence n’avait rien à voir à toutes celles que j’avais pu sentir auprès de moi. Elle était si différente. J’entendis des pas près de nous… Non, ils n’étaient pas proches, mais je les entendais tout de même. C’était une jeune femme, qui semblait malade. Lilya devait aussi l’avoir entendu, car elle s’écarta de moi. Puis cette inconnue prononça quelques mots avant de s’effondrer, sans doute à court de force. Sa voix était étrange, enfin, c’était plutôt son accent… Il n’avait en commun avec toutes les autres voix que j’avais entendues. Je me demandais bien d’où elle pouvait venir pour avoir cet accent, mais une chose était sur, elle ne venait ni de Nandis, ni d’autres villes aux alentours de celle-ci. Et puis, ses vêtements étaient vraiment très étranges, encore plus que ne l’étaient sa présence et sa voix… Je ne trouvais aucun mot pour pouvoir les décrire…

Quand la jeune femme s’effondra, elle se blessa le genou droit, et le sang gicla… L’attrait de ce fluide rouge, à l’odeur si particulière, envoûtante. Ce sang avait une odeur très particulière, encore inconnue à mes narines. Impuissant, j’étais attiré par cette vue de sang à portée des mains, disponible sans faire souffrir personne, par cette odeur enivrante. Je fus soudain pris d’une soif que je n’avais alors jamais connue auparavant. Comment donc juste la senteur de ce sang pouvait me donner aussi faim ? Mes canines étaient à l’affut d’une peau à transpercer, et ma gorge à celui du sang coulant à l’intérieur. Cela faisait si longtemps que je n’avais bu de sang d’humain, et je devais me l’avouer, cela me manquer…

*Allez, cette jeune femme est sans défense, et elle saigne déjà, alors pourquoi se priver de ce petit plaisir ? De toute façon, elle ne sentira rien, et puis, elle est tellement faible qu’elle risque de ne pas voir le jour se lever, alors pourquoi ne pas l’achever tout de suite ?*

Non mais, qu’est-ce que je pensais là ? Comment pouvais-je avoir des pensées pareilles ? Ca ne me ressemblait pas… Décidemment, cette jeune fille avait quelque chose de peu commun pour que son sang m’attire ainsi. Me ressaisissant, non sans difficulté, je m’approchais de cette fille. Mais alors que la distance entre elle et moi diminuait, une douleur violente me prit au cœur, même si celui-ci ne battait plus depuis maintenant deux ans… Cette souffrance était insupportable, et je ne l’avais senti qu’une seule fois dans ma vie… La première fois qu’un humain avait saigné devant moi… Je n’avais alors pu empêcher mon instinct de bête assoiffée de sang de refaire surface, et je m’étais jeté sur cet homme et l’avait quasiment vidé de son sang… J’avais tellement faim à cette époque, mais depuis, ça ne s’était jamais reproduit, car j’avais su contrôler cet instinct, et le renflouer au fond de moi. Seulement, aujourd’hui, il avait refait surface… Je devais m’éloigner au maximum de cette fille, afin de ne pas faire un carnage, mais c’était plus fort que moi, j’étais vraiment attiré par son odeur, l’odeur de son sang… Je devais m’enfuir, mais mes jambes ne m’obéissaient plus, j’avançais encore et toujours de cette fille qui n’était en fait qu’une proie parmi tant d’autres… Une proie ? Ce mot me révulsa, et je parvins à m’enfuir de cette ruelle, seulement, je n’avais pas vu que Lilya s’était jetée sur cette fille et s’apprêtait à lui boire son sang.

Je courus aussi vite que je pus pour échapper à cette odeur enivrante. Arrivé dans une rue adjacente, je remarquai que par bonheur je ne sentais plus rien, ou du moins plus le sang de cette fille. Je pus alors me ressaisir, et je soufflai alors pour me calmer. Alors que je me sentais complètement détendu, je sentis soudain le sang de cette inconnue, mais en beaucoup plus grande quantité que tout à l’heure… Si je sentais autant de sang c’était que… Non !! Impossible !! Elle n’avait pas pu faire ça, pas Lilya… Affolé, je me rendis dans la rue que je venais de quitter, et je découvris avec horreur ce que j’avais cru comprendre dans la rue où j’étais avant… Je vis Lilya sur la jeune fille, sa tête penchée sur son cou, en train de boire le sang de l’inconnu. Elle n’avait pas l’air d’avoir hésité à la mordre, vu que même pour moi la lutte contre l’envie de la mordre avait été dure. Alors pour elle… Elle n’avait sans doute pas assez de force encore pour lutter contre cette attirance d’un nouveau sang, frais, et en plus d’humain… J’observai horrifié Lilya pendant quelques secondes, ne sachant que faire, puis je repris mes esprits, et arracha la jeune vampire de sa « proie ». Elle allait sans doute protester, mais si je la laissais vider de son sang la pauvre inconnue, elle s’en serait voulu toute sa vie. Ainsi, passant mes bras sous ses bras à elle, je la tirais en arrière, le plus loin possible de la jeune fille. Cette dernière saignait plutôt abondamment, et je me devais de stopper l’arrivée du sang, car sinon plus d’un vampire arriverait, tous crocs dehors. Je déchirais un bout de ma chemise, à la manche, puis m’approchait de la fille.

L’odeur du sang m’attirait bien sur, mais je faisais tout pour ne pas succomber à cette tentation. Arrivé à hauteur de l’inconnue, je m’accroupis à ses côtés, et pressa ma chemise sur sa blessure. L’odeur du sang était très intense, et même en stoppant l’hémorragie, ça n’empêcherait pas d’autres vampires de sentir ce sang. Il fallait donc emmener cette fille dans un endroit sur… Mais où ? Je ne savais pas… Perdu dans mes pensées, ma main glissa, et toucha le sang de l’inconnue. Il était chaud. Je portais ma main à hauteur de mon nez, et ce fut plus fort que moi, je la léchai… Je comprenais vraiment pourquoi Lilya n’avait pu s’empêcher d’attaquer la fille, car celle-ci avait un sang au goût vraiment… hors du commun et absolument délicieux… Mais je ne devais pas me laisser dominer par mon instinct de vampire, et me concentrai ainsi sur ma chemise que je pressais contre le cou de la fille. Cette dernière semblait être réveillée, pas étonnant vu la sauvagerie avec laquelle Lilya avait du se jeter sur elle. Je lui dis alors, d’une voix se voulant rassurante :

- Je… Excusez la violence de mon amie… Je suis sur qu’elle ne voulait pas faire ça… Mais il faut la comprendre… Elle vient juste de devenir ainsi, alors elle ne sait pas encore très bien contrôler ses pulsions… Je vous demande vraiment de l’excuser...

Je ne savais pas vraiment quoi dire pour excuser l’acte de Lilya… Il n’y avait pas vraiment de mot pour le pardonner… Je me tus alors, attendant que la jeune fille fasse quelque chose. Je ne pensais pas qu’elle aurait pu faire grand-chose vu l’état dans lequel elle se trouvait… Non seulement en arrivant près de nous, elle s’était effondrée, mais en plus Lilya lui avait pris du sang, donc cela m’étonnait qu’elle puisse s’enfuir en courant pour nous échapper…

~ Il est 0 heure 47 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Première nuit...   Sam 8 Mai - 0:22

S’il y avait une chose que je pouvais dire sur le coup, avant de sombrer sur le sol, c’était ; Wouahoou. Je me sentais très mal, mon cœur était écrasé par une sensation de lourdeur que je n’avais jamais ressentie par le passé. Les choques violents subis durant le voyage dimensionnel m’avait mise dans tout mes états. Mon équilibre ne tenait plus en place, mon point s’affolait et titubait d’un côté à l’autre. La raison pour laquelle je m’appuyais à un mur afin de m’avancer vers deux silhouettes qui était là, toujours en face de moi alors que j’étais étendue à terre. Je les voyais se mouvoir, s’approcher de mon corps immobile. Mais une finira par partir en courant, je ne saisissais pas le pourquoi du comment elle venait d’agir de la sorte mais, complètement prise au dépourvue … La suivante se ruait carrément sur moi avant de me plaquer sur le sol avec une certaine violence, me faisant gémir, ravivant les douleurs aux hanches, faisant disparaître en un éclair mon malaise qui se concentrera à faire s’affoler mes nerfs pour maintenir mon cerveau à la surface. Je tentais de lui dire qu’elle me faisait mal, mais aucune voix n’était présente. Elle avait décidé de me lâcher à un tel moment … Je ne pouvais donc pas compter sur ma propre voix ? Mes bras eux, tentaient le tout pour le tout afin de me dégager de cette fille qui se rapprochait de mon cou, je m’affolais et ne comprenait rien à ce qu’il se passait. Pourquoi une telle réaction ? Qu’avais-je fais pour mériter d’être neutralisée de la sorte.

- Je … Ah !

Une sensation commencera à me piquer à la nuque, transperçant alors ma chair, la déchirant légèrement et une petite douleur aigue s’élancera tout le long de mon échine, engendrant un frisson. Sentant mes forces s’évaporer lentement, je commençais à perdre la conscience une nouvelle fois et avait une difficulté hors du commun pour maintenir mes paupières ouvertes alors qu’un filet de sang coulait jusqu’à sous mon menton … S’écrasant ainsi sur le sol froid et dur de la ruelle. Parvenant alors à poser un regard sur la jeune fille, à une chevelure bleutée extraordinairement magnifique, je compris immédiatement qu’elle me mordait. Astrune possédait donc des … vampires ?! J’étais là, maintenant, en train de me faire tuer à peine arrivée en ce monde où on m’avait promis une vie meilleure ?! De l’incompréhension et la colère montait en moi, mais ne me redonnait pas plus de force pour me débattre. Du coup, je dû me résigner à me laisser faire … Envahie par diverse sensations, tels des frissons. Non, pas de la douleur … C’était étrange … Moi-même, mon propre corps, je ne parvenais pas à décrire ce que je ressentais actuellement tellement j’étais encore trop accablée par la fatigue du voyage que je venais de faire …

*Que me fait-elle … ? Va-t-elle me tuer … Je ne veux pas mourir maintenant … Elfwyn …*

Ce dernier avait disparu mais j’espérai toujours pouvoir entendre sa voix pour me réconforter vu qu’il était celui qui m’avait guidée ici et offert une nouvelle chance. Néanmoins, son adieu avait été si soudains, si fracassant, que je savais bien qu’il ne reviendra pas de ci-tôt ! Je devais me débrouiller seule pour cette fois-ci, et sûrement pour les prochaines et par commencer, tenter de survivre à cette morsure sanguinaire dont je sentais terriblement bien les crocs sous ma chair. Le sang coulait, je sentais une aspiration … Mes forces me quittaient lentement mais, soudains, la précédente silhouette qui avait pris subitement la fuite revint sur les lieux. Je vis alors une chance de ne pas me faire vider de la liqueur qui parcourait mon être. Une chance, un espoir, qui se figea l’histoire de quelques secondes, mon regard opaque et brouillé l’observant alors que la jeune fille sur mon dos continuait d’assouvir sa soif sans que je ne puisse agir. Je me sentais presque pitoyable …

*Mais faites quelque chose …*

J’étais consciente que par la pensée, il ne m’entendrait pas … Mais je ne remarquai même pas que je ne parlais pas, je semblais sentir mes lèvres se mouvoir pour le supplier d’agir. Non pas parce que je souffrais, mais que j’avais une peur qui affolait mon cœur qui battait à toute allure et me menaçait de me lâcher si sa vitalité lui était entièrement retirée. Du coup, je dû tout miser sur lui, là, toujours à nous fixer ! Mes yeux commencèrent à se fermer et, là, je pu percevoir un mouvement de sa part. Il se ruait dans ma direction et un poids fut littéralement arraché de mon dos, les crocs s’extirpant de mon corps de façon assez brutale. Me faisant gémir. Cependant, la coulée du sang ne se fera pas plus douce …

*J’ai mal … j’ai mal … *

Je me sentais seule, trop seul et je n’avais pas la moindre force pour tenter de me mettre à l’abri … J’allais donc finir aussi minablement alors que j’avais vu un miracle se réaliser dans mon propre monde pour venir ici ? Non, certainement pas ! Rouvrant mes yeux, plaquant mes mains à terre, je parvenais à me soulever de quelques centimètres, tourner la tête en direction des deux personnes avant de subir la loi de la gravité et laisser mon corps s’écraser. Ma respiration bruyante, ma peau pâle, ce sang … Je ne m’étais jamais sentie aussi mal jusque là. Mais … On ne me laissera pas seule pour autant car, l’homme, qui était revenu pour retirer la fille de mon dos, s’approchait de moi, s’accroupissant à ma hauteur et plaquait un tissu sur ma nuque pour calmer l’hémorragie. Il remarquera que je n’étais pas inconsciente et s’excusera pour la brutalité de son amie.

- Je … Ce n’est … Pas … grave. Parviendrai-je à dire d’une voix brouillée, cassée, crispée. Aidez … moi …

Dans un mouvement qui me demandait des efforts commensurables, je déposais une main suppliante sur l’avant bras de l’inconnu qui m’observait toujours. Maintenant, allait-il m’accorder son soutient ou allait-il s’en aller en me laissant agoniserr ici ? Rien n’était moins sûr dans tous les cas. D’ailleurs, malgré ma vue défectueuse du moment, il était assez prêt pour que je puisse comprendre le langage de ses expressions qui se montraient embarrassée, soucieuse … Peut être me trompais-je sur son compte, mais c’était ce que je voyais.

- … Je ne lui … en veux pas… Je voudrai juste … de l’aide …

J’insistais peut être un peu trop, à mon goût mais j’avais une raison de le faire : mon état. Je pouvais mourir comme survivre sur un simple lancer de dés ! Alors, autant être ennuyante et forcer. Astrune devait me réserver d’autres surprises de ce genre et, même si j’allais en pleurer, en rire, en souffrir, je ne pouvais pas me laisser abattre si rapidement et je devais endurer et résister ! Ma main toujours posée sur le bras de l’homme se crispa. Non pas parce que j’étais énervée ou autre … Mais je maintenais au mieux mon corps éveillé ! J’avais peur de sombrer dans le coma et de ne plus jamais me réveiller.

Comment réagiront-ils … ?

~ Il est 0 heure 47 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Première nuit...   Sam 8 Mai - 19:12

Le sang au parfum omniprésent s'échappait si facilement de ma proie...ma proie si faible qu'elle ne se débattait même pas. L'instinct me soufflais que le goût déjà indescriptible du précieux nectar aurait été plus savoureux encore si la proie avait tenté de me résister, si ses cris de vaines protestations avaient pu résonner avec détresse à mes oreilles. Ah, je sentais que cela aurait été formidable que de pouvoir entendre petit à petit sa vaillance décroître , ses espoirs de survis s'évaporer et l'impuissance désespérée l'envahir. Mais cette proie-ci m'avait gâchée tout le plaisir, elle n'avait pas était capable de se défendre,elle était trop frêle. La colère m'envahissait à cette pensée, mes ongles acérés lacérèrent la peau tendre de son bras...oui...encore plus de sang, son parfum était comme une drogue, j'en voulais plus, encore plus.

L'adrénaline et la peur que je sentait dans le jaillissement carmin qui emplissait ma bouche excitait mon plaisir, je dominais pleinement ma proie. A moi, chacune des gouttes délicieuse de liquide rougeoyant que contenait ce corps m'appartenaient, je les prendraient toutes, jusqu'à ce que les battement soyeux et frénétiques s'arrêtent totalement. La proie s'affaiblissait déjà, trop de sa force passait en moi, je m'enivrait de son goût unique et elle je la sentait de plus en plus déclinante. Bientôt l'inconscience viendrait,et après la mort .Je frémis d'impatience, l'instinct me promettait déjà le plaisir ineffable d'avoir mis à mort sa proie, l'acte ultime d'un baiser qui exigeait une fin définitive et totale.

Ma proie bougea alors que je ne m'y attendais plus,elle tourna la tête, posa son regard sur quelque chose que je ne pouvait voir dans ma position. Son sang prit l'empreinte d'un espoir fou , la possibilité même infime d'être sauvée. J'assurais ma prise,lacérant un eu plus ma proie, et émis un long grognement mortellement menaçant, peu importe ce qu'elle voyait, rien ne pourrait sauvée ma proie de moi. Si quelqu'un s'était approché il comprendrait forcement le message,la menace...celui qui se risquerait à intervenir devrait s'apprêter également à mourir sous mes crocs. J 'était forte, enivrée de tout le sang d'elle que j'avais bu, d'ici peu je l'achèverait.
Une étreinte de fer me saisit brutalement par derrière et m'arracha de ma proie, le sang cessa de couler dans ma gorge avide,je fus repoussée loin de ma proie.

Quelque chose en moi lutta, une partie de moi que le sang avait effacée tentait maintenant de revenir. Je refusais de redevenir la faible créature que j'était ,intérieurement une lutte s'engagea. La mâchoire crispée j'essayais de repousser tout ces sentiments de souffrance d'effroi et de désespoir qui aurait pu m'engloutir tellement ils étaient puissants. Trop puissants lentement je sentit que je prendrais le dessus, je savais qu'elle message transmettre à l'autre,je savais comment la repousser. Elle était trop effrayée, elle n'était pas capable de porter le poids de ce que j'avais fais. Ah oui ce qu'elle pouvait être faible, elle le savait d'ailleurs, toujours je reviendrait et toujours elle perdrait devant moi.Le sang impérieux ne manquerait pas de m'appeler à nouveau. N'était-ce pas vain de chercher à me chasser? A chaque fois que je reprendrais le contrôle je blesserait plus encore son âme fragile, je l'écartèlerais jusqu'à ce qu'elle en devienne folle de désespoir,je ferais d'elle une pauvre loque qui n'aspirerait qu'a la mort. Pourquoi résister? Autant me laissée des à présent seule maîtresse de ce corps, moi je me délecterais de mes actes, elle, elle en serait anéantie.

La folie meurtrière qui avait vacillée pendant de longues secondes dans mes yeux brillat à nouveau avec force. L'autre s'était retirée sous mes assauts, elle était loin maintenant, assez loin pour ne plus avoir à contempler mes actes, cela lui convenait.
Ah peut-être oui peut-être que si l'occasion d'assurer mon emprise si tôt ne m'avait pas été donnée, qu'elle aurait pu m'asservir. Maintenant il était trop tard, elle ne se sauverais pas toute seule et qui donc viendrait à son secours quand il me verrais moi?
Je reportais mon attention sur ma proie, et sur celui qui avait osé me la dérober, celui qui avait faillit provoquer ma perte. Le fou gâchait le sang qui m'appartenait en essayant d' arrêter le flot carmin avec l'étoffe de son vêtement. Il n'avait pas le droit de toucher ma proie, ma proie si faible qu'elle n'était même pas capable d'éprouver de la haine envers celle qui l'avait presque tuée. Et qui n'allait pas tarder à remédier au "presque"...

Un feulement menaçant jaillit de ma bouche, et mes lèvres peinte de sang se retroussèrent sur mes crocs. Ma voie, plus rauque qu'elle ne l'avait jamais été sortie dans un grondement et je crachait à la face du vampire:

-Cette humaine est ma proie!!!

D'une détente formidable je me jetait sur lui, enroulant mes petits bras qui s'étaient fait aussi solide que le granit autour de son torse et je penchant la tête pour lui arracher avec une sauvagerie frénétique la peau de son cou blanc. Pas besoin de trouver la veine, je déchiquetait dans le plus grand chaos, plongeant rageusement mes crocs en lui et les retirant sans aucun soin, de telle sorte que sa chaire en était lacérée. Je lui fit sentir toute la violence de ma colère et de ma folie. Ma proie, il avait touché ma proie...maintenant lui aussi était une proie, j'allais le tuer, je le ferais saigné plus encore que cette humaine. Un exaltation sauvage m'envahissait, le goût du sang et de ma propre violence m'enivrait. J' était une bête hideusement enragée et je m'en délectais...

~ Il est 0 heure 47 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Première nuit...   Sam 8 Mai - 23:00

Alors que j’allais dire que nous allions venir en aide à la jeune femme, je sentis une étreinte se refermer sur mon torse. Qui était-ce ? En tournant légèrement la tête, je vis des cheveux d’un bleu que je connaissais… C’étaient les cheveux de Lilya… Non, impossible !! Comment pouvait-elle m’attaquer, alors que je la croyais si faible… Mais apparemment, le sang de la jeune fille avait redonné des forces à Lilya. Seulement… N’était-ce que des forces que ça lui avait donné, ou bien… Avait-ce réveillé son instinct de vampire ? Je redoutais pleinement que ce fût ça… Et puis, en y repensant, la voix qu’elle avait eue en disant sa phrase n’était pas celle que j’avais pu entendre avant… Elle avait eu une voix… Je ne sais pas… Une voix de meurtrière, assoiffée de sang… En m’enserrant de cette façon, je me demandais bien ce que Lilya comptait faire, puisque de toute façon, j’avais le dessus. Certes elle avait beaucoup de force, ce qui n’était pas étonnant pour une vampire, mais elle n’avait pas mon entraînement du combat au corps à corps que j’avais eu pendant de longues années avec Aryadna. Finalement les enseignements d’Arya allaient se révéler utiles.

Je m’apprêtai à repousser Lilya quand je sentis ses crocs s’enfoncer dans ma peau et me déchiqueter littéralement la chaire. Je ne parvins pas à crier de douleur, mon hurlement resté coincé dans la gorge, et puis de toute façon, à quoi cela m’aurait-il servi de crier ? Elle ne se serait pas arrêtée pour autant. Mais je ne pouvais pas me laisser lacérer la chaire de la sorte, sinon bientôt elle n’aurait fait que charpie de mon cou. En plus ayant la peau extrêmement fine, les blessures étaient d’autant plus importantes. Heureusement que je cicatrisais vite, mais là, je ne pensais pas que ça se refermerait aussi rapidement que toutes les autres fois… Mais pourquoi donc m’attaquait-elle de la sorte ? Juste parce que je l’avais éloignée de la jeune fille… Cela n’avait aucun sens… Jamais je ne me serais mis dans un état pareil parce qu’on m’aurait enlevé de ma « proie ». Enfin, j’arrêtais de penser à ça, me concentrant sur ce qui se passait en ce moment. Lilya continuait encore et toujours à me déchirer la peau, et je devais réagir.

Je commençai donc à me débattre, mais elle ne voulait toujours pas me lâcher. Je ne pourrai donc pas me défaire de son emprise sans qu’elle souffre. Tant pis… En même temps, elle l’avait cherché, c’était elle qui m’avait attaqué et non le contraire, donc elle n’aurait pas à se plaindre par la suite qu’elle avait mal. Mais bon, la faire souffrir m’attristait, ce fut à contre cœur que je lui assenai un grand coup dans le ventre avec mon coude pour la faire lâcher prise. Rien à y faire, elle restait toujours accrochée. Je poussai un grognement.

*Mon dieu, mais c’est qu’elle est tenace elle !!*

Je la frappai encore plusieurs fois au ventre sans qu’elle me lâche. Bon, apparemment, ce ne serait pas avec de simples coups que je parviendrai à défaire son étreinte. Je me décidai donc à employer la manière forte. Cela ne me plaisait guère de lui faire du mal, mais bon, il le fallait. Je me baissai rapidement, l’entraînant dans mon abaissement, puis je pris fermement son bras gauche de mes deux mains, et de toutes mes forces je tirai sur son bras, afin de la soulever au dessus de moi, et violement l’abattre au sol. Avant qu’elle ne touche le sol, je m’étais baissé, afin que sa chute soit moins douloureuse, mais bon, c’était sur, elle allait souffrir… Je m’en voulais déjà énormément de m’être comporté de la sorte, mais je n’avais pas beaucoup eu le choix non plus…

Profitant que Lilya était un peu sonnée après une telle chute, je me rapprochais de la jeune inconnue, qui avait une fois de plus demandé de l’aide. Je lui dis alors en me penchant légèrement vers elle :

- Ne vous inquiétez pas, nous allons vous aider, mais pour le moment, je vous conseille de vous en allez de cette rue… Mon amie n’est disons… Pas dans son état normal, et je m’excuse que cela arrive en ce moment, alors que vous avez besoin d’aide. Allez vous réfugier dans une autre rue, je m’occupe d’elle, et quand je l’aurai calmée, je reviendrai vous voir pour vous aider, je vous le promets.

Sans attendre que la jeune femme dise ou fasse quelque chose, je me retournais vers Lilya. Je la relevai rapidement, et, la prenant par les épaules, je me mis à la secouer deux ou trois fois assez violement, avant de lui dire :

-Lilya, redeviens toi-même, regarde-toi, ça ne te ressemble pas, même si bon, je ne te connais pas beaucoup, je sais que tu n’es pas capable d’une pareille barbarie, alors ressaisis-toi, ce n’est pas le moment de baisser les bras ! Lilya, je sais que ce n’est pas toi, reviens à toi !!

La tenant toujours par les épaules, j’attendis qu’elle réagisse et j’étais sur qu’elle allait réagir… Par contre en bien ou en mal, ça je ne savais pas. Je patientais donc, quand je sentis ma chaire se reformer dans mon cou… C’était une sensation assez désagréable et douloureuse. Bon sang, ça faisait longtemps que je n’avais eu à cicatriser d’une blessure aussi importante, et j’avais oublié cette sensation si particulière. Lorsque la chaire fut entièrement refaite, ce fut au tour de la peau de se reformer, et là, je ressentis comme quelque chose qui s’étendait… C’était comme si quelqu’un tirait sur ma peau encore intacte afin de recouvrir la plaie causée par Lilya. Je lâchai la jeune vampire, afin de poser ma main sur ma blessure. Ma paume étant froide, cela soulagea la légère douleur que je sentais au cou. Heureusement, la blessure ne fut pas longue à cicatriser, et la douleur s’estompa aussi vite qu’elle était arrivée. Je soupirai alors de soulagement, espérant que Lilya ne me déchiquèterai pas de nouveau dans le cou.

~ Il est 0 heure 49 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Première nuit...   Sam 8 Mai - 23:36

Cette sensation étrange, celle des crocs dans ma nuque, me semblait toujours présente même si cet homme m’avait dégagée de l’emprise de la jeune femme à la chevelure bleue. Je me sentais comme … vide, ou presque. Mes muscles étaient complètement engourdis, ma vue brouillée, mes pupilles dilatées et opaques. Je parviendrai encore à me redresser si je le pouvais, mais étant donné la situation, aucuns mouvements brusques et superflus n’étaient conseillés. L’immobilité de mon corps était de mise. Ma conscience s’affolait lorsque je m’aperçu que la fille venait de hurler que j’étais sa proie. Ainsi donc, elle désirait me tuer ? Moi qui étais à peine arrivée … Juste pour demander de l’aide. Mes craintes sur ce nouveau monde que j’avais eu à mon départ se fondèrent. Cependant, je ne ressentais aucunes rancunes envers mon agresseur, je voulais comprendre ce que j’avais fais pour avoir un tel traitement. Enfin bon … Je venais aussi de deviner qu’ils étaient des vampires vu comment les choses s’étaient déroulées à mon arrivée. Et rapidement, je pu comprendre qu’elle n’était pas dans son état normal d’après les dires de l’inconnu qui venait de me promettre de me venir en aide. D’ailleurs, il me demandait de m’enfuir dans une autre rue … Serait-ce réellement nécessaire ? S’il y en avait des autres comme elle, dans les parages, je suis à tous les coups sûrs d’y passer pour de bon et il ne pourrait jamais accomplir la promesse qu’il venait de faire. Je ne ferai que lui répondre par un hochement de tête, tremblotant, prenant une grande inspiration pour tenter de me dégager de là.

Parce que, à ce moment précis, une lutte violente venait de début entre ses deux personnes. Sanguinaire, puissé-je dire même. La fille qui m’avait mordue venait d’attaquer avec barbarie son ami et lui déchiqueter la chair du cou, son sang giclait jusqu’à sur moi qui tenait toujours de m’appuyer sur mes bras pour me reculer comme je le pouvais. Cet effort ne me permettait pas de me concentrer sur deux choses à la fois. Mes bras étant faibles, j’envoyais toute ma volonté en eux pour pouvoir exécuter une petite fuite et m’écarter.

*Aller … Je peux me déplacer … Je peux me déplacer …*

À force de m’auto-encourager alors que les deux autres personnes se tapaient dessus, une pour se venger et l’autre pour la faire revenir à elle, mes bras parvinrent à me soulever le haut du corps, pouvant me positionner sur mes genoux, mon regard brouillé distinguant à peine les deux silhouettes en face de moi. Je ne me sentais pas assez forte pour m’éloigner suffisamment. Il fallait forcément faire quelque chose, mais quoi ? Je ne voulais pas qu’ils se déchirent, s’ils étaient amis surtout ! Et encore moins laisser une personne dans un état anormal, si je m’appuyais sur les paroles du blond. Alors, pour ne pas décevoir ce dernier, j’usais de mes jambes dont mon genou blessé me faisait grimacer … Jusqu’à sentir un mur me bloquer la route. Là... je pouvais me reposer dessus, ne plus bouger, rester là, ni trop loin, ni trop près. Je ne voulais pas m’aventurer dans un autre lieu où l’inconnu m’effrayait et, vu mon état, je pourrai mourir d’un simple stress !

*Ils ne doivent pas se déchirer … pas s’ils sont amis … Arrêtez …*

- ARRETEEEEEEZ !

J’étais parvenue à leur crier ce simple mot qui voulait en dire très long. Ils devaient cesser de se battre et elle, redevenir celle qu’elle était. Ma main appuyait sur ma nuque, je sentais le sang s’écouler le long de mon bras, mon autre main se dirigeant lentement vers mon sac toujours accroché à mon épaule. Je désirais faire quelque chose … Mais quoi, je ne le savais pas, je laissais ma main choisir ce qu’elle allait faire. Cependant, elle se stoppa nette dans sa course au trésor …

- Ne vous … Battez … Pas … Je vous … en prie …

Mon regard se perdait dans le décor m’entourant et je ne sentais plus vraiment mes membres qui étaient désormais totalement engourdis. Si une attaque survenait, je ne pourrai plus rien faire, condamnée à subir sans riposter ni me plaindre ou hurler. J’avais tout usé pour le moment, hurler une nouvelle fois m’arracherai les cordes vocales. Mais mes mots en disaient beaucoup et j’espérai sincèrement que la jeune fille reviendrait rapidement à elle …

~ Il est 0 heure 49 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Première nuit...   Dim 9 Mai - 22:20


Nandis restait véritablement impressionnante de par sa grandeur, et pour cause, la Reine Vampire Sydonie mettra plus de temps que prévu pour parvenir jusqu'aux quartiers résidentiels. Là bas, une maison de deux étages l'attendait, ses occupants étaient partis en voyage et ne devraient revenir que dans une semaine ... Cependant, la reine n'était pas du genre à simplement se fier à une information, et ce, même si elle provenait d'une de ses semblables ... En tout état de cause, son comportement méfiant était des plus compréhensibles si l'on savait que Syriona cherchait par tout les moyens à lui mettre la main dessus ! Ainsi donc, même sa propre lignée devenait une menace, car Sydonie ne savait que trop bien à quel point il était facile de devenir une bête sanguinaire ! D'ailleurs dans sa famille, il y avait des règles très stricts à respecter afin de conserver son Humanité en plus de son bon sens ... Chose qu'elle s'empressera d'instruire à Lilya après l'avoir mise en lieu sûr, autrement dit, dans cette fameuse maison, qui effectivement était désertée de toute vie. Toujours sous sa forme de chauve-souris, Sydonie s'invitera à l'intérieur puis allumera quelques chandelles ici et là, de façon à rendre l'endroit plus accueillant, surtout pour cette jeune fille qui ne connaissait pas grand chose du monde de la nuit ... Malheureusement, alors que la reine était aux petits soins pour sa nouvelle protégée, il se trouvait que cette dernière devenait déjà un monstre bon pour rejoindre Syriona !

-*Voila ... Elle devrait vite se sentir bien ici ...* Se dira t-elle avec un charmant sourire.

Les quartiers résidentiels était les plus sûr en matière de sécurité, et ce, même si Nandis était sans dessus dessous suite au décès prématuré du gouverneur. Après quoi, Sydonie sortira par la porte d'entrée, reprendra sa forme de chauve-souris, puis s'envolera immédiatement afin de vite rejoindre Lilya ainsi que Wolfart. La reine savait la nouvelle-née entre de bonnes mains avec lui, alors elle ne s'inquiétera pas plus que ça ... Sans doute la dernière erreur qu'elle le fera, surtout lorsqu'elle se rendra compte de ce qu'il s'était passé en son absence ! D'ailleurs, alors qu'elle se trouvait encore à bonne distance, une soudaine odeur de sang viendra parfumer ses narines ! Ce n'était pas normal, car il y avait également de la Vitae "morte", comme si un Vampire lui même se vidait de ce précieux liquide ... Battant plus rapidement des ailes, Sydonie finira par apercevoir d'en haut que Lilya et Wolfart se livraient une lutte acharnée ! Mais il ne fallait pas non plus oublier l'étrange Humaine qui se trouvait non loin ... Ne se posant même pas la moindre question, la reine Vampire plongera droit sur eux de manière à faire cesser cela, au plus vite !

- ASSEZ ! S'écriera tout à coup Sydonie, après avoir reprit sa forme originelle. AS'HI MÄI'UM NII'HIR !

Une formule très efficace pour retirer instantanément toute la force, et ce, pour n'importe quels Vampires qui l'entendraient ! À cela, Lilya ainsi que Wolfart ne devraient même plus parvenir à tenir sur leurs jambes ... De ce fait, Sydonie s'assurait deux minutes de tranquillité ! Néanmoins, si jamais cela ne suffirait pas, et que les hostilités reprendraient une fois le sortilège achevé ... La reine n'aurait d'autres choix que de se montrer beaucoup plus sévère à leur égard ! Franchement, qu'est ce qui avait bien pu se passer pour que ça en arrive là ? Sydonie ne mettra pas longtemps à comprendre que la responsable de cette rage, n'était autre que cette Humaine à la coiffe verte. Étrange elle était, c'était le cas de le dire, mais bon, de là à vouloir la tuer juste pour son sang ...

- C'est pas possible ça, je ne peux pas m'absenter vingt minutes que ça devient l'hécatombe ! Lilya, j'aurai quelques petites choses à t'expliquer, quant à toi Wolfart, je m'attendais à plus d'efficacité pour contenir une jeune fille aussi chétive ! Crois moi, tu risques d'en être blessé pour longtemps dans ton orgueil de mâle !

Sydonie était en colère, et c'était normal, puisque Lilya pouvait déjà être tombée du mauvais côté, et dans ce cas là, la reine n'aurait d'autres solutions que de lui faire assister à son premier et dernier levé de soleil ! Chose qu'elle voulait à tout prix éviter ! Mais pour le moment, elle comptait bien les laisser se calmer d'eux même ... Quant à cette jeune fille Humaine, Sydonie ne pouvait la laisser agoniser comme ça, c'est alors que tout doucement, cette dernière se rapprochera d'elle sans aucune once d'agressivité. Jamais elle n'avait encore vu de personnes vêtues de la sorte, sans doute s'était elle échappée d'un cirque nomade ... Mais que ce soit le cas ou non, ce n'était aucunement une raison suffisante pour la laisser agoniser puis s'éteindre sur le pavé. À cet instant, Wolfart et Lilya pourraient se rendre compte à quel point Sydonie parvenait à se maitriser face à tout ce sang ... Même pas sa langue ne balayera ses lèvres, alors qu'elle était désormais au plus près ...

- N'ayez pas peur jeune fille, je ne vous ferai aucun mal ... Commença t-elle doucement. Cependant, j'aimerai que vous me dites ce que vous faites ici, et après, je vous promet de m'occuper de vous ? Terminera t-elle en posant une douce main sur son épaule.

Ca ne devait pas être la joie dans l'esprit de cette personne au cheveux verts, mais Sydonie était là, et serait prête à la rattraper si jamais elle tombait ... Cela arriverait sans doute d'ailleurs, ses jambes étaient si flageolantes ...

~ Il est 0 heure 51 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Première nuit...   Lun 10 Mai - 0:22

Prise dans ma fureur je reçut un premier coup violent dans l'estomac,endroit assez sensible.Je réprimais un hoquet de douleur. Autrefois ce genre de coup m'aurait fais perdre conscience, maintenant j'était forte et si je fus secouée je m'accrochait d'autant plus au torse poisseux de sang du vampire. Rien ne me ferais lâcher prise, je réduirait sa gorge en charpie pour le châtier d'avoir voulut sauver ma proie.A moi...ma proie... il devait payer...encore du sang...le siens puis celui de l'autre! Mais son coude d'acier me frappa encore et encore, me donnant l'impression que ma chair était littéralement broyée sous ses coups de butoirs. Mon ventre était de feu, sa me déchirait. Je me fis plus frénétique pour masquer la souffrance et l'étreinte de mes doigts qui se desserrait imperceptiblement, . Encore un autre coup comme ça et il m'enverrais au tapis, pourtant je m'accrochait encore à lui comme si ses coudes dévastateurs n'avaient pas le moindre effet, je ne lui montrait pas qu'il faisait mal...je serrais plus fort les dents sur son cou, pour ne pas crier cette fois.

Soudain le vampire se baissa, m'entraînant avec lui dans son élan, puis il se saisit de ma manche à deux main. Mais qu'est-ce... je volais,l'air me caressait malicieusement, je m'écrasait .La pavé incroyablement dur me heurta avec une violence inouïe, ma clavicule se fendit comme du verre... La douleur explosa comme jamais dans mon crâne et la seule chose qui fit que je ne criait pas fut que je n'en était plus capable... De toute mon existence je n'avait jamais autant souffert, mon corps inerte semblait dire que chacun de mes os étaient réduits en miettes. La douleur qui mouchetait de blanc ma vision affaiblît mon contrôle, la muraille se fendillât .L'intensité de ma fureur hystérique s'éparpillait par endroit,se perdait. Je luttait pour retrouver le goût du sang, l'ivresse de la châsse mais la douleur qui pulsait comme marteau sur une enclume m'empêchait de penser clairement. Une longue plainte inarticulée mourut sur mes lèvres maculée de sang. Il fallait que je me relève que je châsse la faiblesse qui m'envahissait, que j'aille achever...l'humaine. Déjà je n'était plus capable de la qualifier de "proie". Je toussais et crachait du sang, celui du vampire...mélangé au mien.

Deux mains me relevèrent brutalement,le vampire. Je me tendis dans l'attente d'un coup...qui arriva sous une forme inattendu.Des mots. Pas pour moi, mais pour celle qui derrière la muraille fragilisée tentait de m'assourdir. Des mots comme des armes, qui me frappèrent, frappèrent la muraille...l'ébranlèrent un peu plus. Les yeux brillants de folie ,d'incompréhension, je tentais de me jeter sur le vampire pour le mordre. En fait je ne réussis qu'a émettre un grognement pitoyable qui finit sur une note d'incertitude. Ses mains...elle appuyaient sur ma clavicule blessée...la douleur comme une salve de jet d'acide m'empêchait de réagir. Je le fixais, je voulais le supplier de me lâcher, je voulais le fuir avant que la muraille ne s'écroule et que je ne disparaisse. Laisse-moi partir!...s'ilteplait!...laisse...moi...Mais il ne m'entendît pas, ne me lâcha pas, continua de me fixer de ses yeux brillant si plein de châleur, continua d'embraser la douleur dans mon esprit de plus en plus confus,continua de me repousser,encore,toujours.Un murmure m'échappa, presque inaudible:

-je t'en pris...laisse...moi...

Un cri, une supplique, la jeune humaine...je l'avais fait souffrir, j'avais bu son sang...elle se souciait du vampire...de moi. Les mots traversèrent la muraille, se fichèrent dans un cœur plus tendre, le raffermirent dans sa volonté.
Le mur se délitait de plus en plus, mes yeux s'écarquillaient comme s'ils ne comprenaient plus ce qu'ils voyaient. Tout se craquelaient. Je tremblais, titubais sur place comme la faible moi d'autrefois...ma main se tendis...en quête de réconfort? Peut-être...était-ce bien moi qui avait tendu la main?

Une voie tonna, comme le tonnerre, comme la foudre...le mur acheva totalement de se déliter, je redevins moi-même. Ma main s'agrippa à la chemise déchirée, mes jambes tremblotantes subitement vidées de leur forces me trahirent. Je m'effondrait sur lui que j'avais trahis et blessé et lui s'effondra sous mon poids. Nous tombâmes, je gémis en sentant le choc se rependre dans tout mon corps. Lentement, même si cela faisait terriblement mal je m'écartait de lui, et me recroquevillée sur moi-même. Je l'avais trahis...j'était devenue monstrueuse...à cause de moi...je...j'avais...la jeune fille allait mourir. Peut-être même qu'elle était déjà morte.A cause de moi, cette pensait résonnait sans fin dans mon esprit égaré, elle claquait comme les coups d'un fouets. Assassin, c'est tout ce que j'était.Meurtrière... Elle ne rirait plus jamais, parce que moi je n'avait pas su me dominer, elle...elle...à cause de moi,plus jamais. Wolfart....comment avais-je pu? Je me revis lui arrachant la gorge.De violent sanglots me déchirent l'abdomen ravivant le souvenir des coups reçus...mérités. La douleur s'intensifia...oui... encore.

Lentement,luttant contre la faiblesse qui m'accablait je bougeais mon bras valide . Ma petite main se posa à l'endroit exact ou se trouvait ma clavicule fendue. Je serais de toute mes forces, de tout mon désespoir.
La douleur explosa comme un feu d'artifice devant mes yeux. La souffrance balaya mes pensées...tout disparaissait sous cette lame incandescente...tout. Je serrais encore et encore refusant d'arrêter, je voulais l'oubli...le feu,rien que le feu. Je l'avais mérité et j'appelai à sa miséricorde plus qu'a la mort. Le tourment ne cessa que lorsque mon corps atteignit sa limite et que je sombrait dans une semi-inconscience...la main toujours désespérément serrée sur mon épaule meurtrie...

~ Il est 0 heure 51 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Première nuit...   Mar 11 Mai - 17:35

J’attendais que Lilya fasse quelque chose, quand soudain, j’entendis un cri. C’était la jeune inconnue qui venait de parler. Elle nous demandait de ne pas nous battre. C’est ce que je voulais moi, mais bon, c’était Lilya qui ne m’en avait pas donné le choix. Et alors que j’attendais encore et toujours, la reine Sidony arriva. Ouf, elle arrivait vraiment au bon moment. Elle était la seule ou presque à pouvoir empêcher Lilya de devenir un être assoiffée de sang comme beaucoup de vampires dont tout le monde connaissait l’existence. Seulement, elle n’agit pas comme je pensais qu’elle allait faire. Elle prononça quelque chose, et instantanément, je sentis toutes mes forces m’abandonner. Mes jambes se dérobèrent sous mon poids, et Lilya tomba également, et de plus sur moi. Elle m’entraîna dans sa chute. Je ne pouvais me relever, ni la pousser. C’était incroyable… J’étais vide… vide de toute force, toute énergie… Puis Lilya s’écarta de moi, et se recroquevilla sur elle-même un peu plus loin. Je voulus tendre ma main vers elle, mais la reine parla… Elle avait entièrement raison. Je m’en voulais horriblement, peut-être plus que quiconque ne pouvait l’imaginer.

La reine paraissait en colère dans ce qu’elle venait de dire. Et elle avait des raisons pour l’être. Elle m’avait confié Lilya, non seulement pour que je fasse connaissance avec elle, mais aussi, et surtout, pour que je veille sur elle et la protège pendant qu’elle s’absentait pour faire je ne savais quoi. J’avais failli à ma tâche. J’avais déçu la reine, et je ne méritais sans doute plus de vivre, même si on ne pouvait qualifier mon existence de « vie », étant déjà mort… Si j’avais étais plus fort, rien ne serait arrivé, et Lilya et moi serait venus au secours de cette jeune fille qui nous avait demandé plusieurs fois notre aide. Je soupirai, en colère contre moi-même, j’étais le seul responsable dans toute cette histoire, et la reine pourrait me faire n’importe quoi pour me punir d’avoir failli à ma tâche, je le méritai bien.

Je regardai la reine s’approcher de la jeune inconnue. Elle, contrairement à moi, parvenait à se maitriser devant la vue du sang. Si seulement j’avais su me maitriser, rien de tout cela ne serait arrivé… Si j’avais su, je n’aurais pas fuit dans une rue adjacente à celle-ci, Lilya ne se serait pas jetée sur cette pauvre jeune fille, et ne l’aurait pas vidée de son sang. Elle n’aurait pas failli finir comme un être assoiffé de sang, et jamais je n’aurais eu à me battre contre elle et à la faire souffrir de la sorte. Je m’en voulais tellement, je ne sais pas si je parviendrais encore à regarder Lilya dans les yeux sans jamais repenser à ce jour, et à ma faiblesse devant la vue du sang. Regardant le ciel parsemé d’étoiles, je laissai la tristesse, mais également la rage monter. Cette rage n’était tournée uniquement que vers moi. J’étais faible, et plus jamais je ne serai digne de protéger ceux que j’aimerai plus tard. Si jamais il arrivait que les personnes que je voulais sauver se mettaient à saigner, je ne saurai résister à l’envie de boire de leur sang… Avant de pouvoir protéger quiconque, je devais apprendre à contrôler cette pulsion… C’était si dur… Mais il le fallait, pour la survie des autres, comme de moi-même.

Je contemplais encore le ciel, lorsque ma vue se brouilla légèrement… Des larmes montaient à mes yeux. Sans aucune honte, je les laissai couler. Je frappai également d’un poing rageur le sol fait de pavés, usant du peu de forces dont je disposai. Je tournai la tête vers Lilya et l’observai. Elle me tournait le dos. Sans doute s’en voulait-elle d’avoir fait du mal à cette fille et de m’avoir charcuté le cou de la sorte. Mais elle ne devait pas s’en vouloir, tout était de ma faute. En tous les cas, elle paraissait être redevenue elle-même, sinon elle ne se serait pas écartée de moi de la sorte. En l’observant plus attentivement, je remarquai qu’elle était parcourue de violents sanglots. Il ne fallait pas qu’elle pleure, pas à cause de moi. Sa tristesse, m’atteint droit au cœur et me fit énormément de peine, comme si c’était moi qui était à sa place et qui ressentait tout ce qu’elle pouvait ressentir en ce moment même. Luttant alors contre mon manque de force, je parvins tout de même à me mouvoir jusqu’à arriver juste derrière Lilya. Elle se tenait fermement sa clavicule, comme si elle souffrait. Mince, j’avais du lui casser cet os quand je l’avais lancé violement au sol. En la tenant ainsi fortement, elle devait se faire encore plus souffrir qu’en temps normal. Tout doucement, je retirai sa main de dessus sa clavicule blessée. Toujours avec autant de douceur mais aussi de lenteur, je passai mes bras autour d’elle, et la serrai autant que le peu de force me restant me le permettait. Je lui soufflai alors légèrement :

- Lilya, s’il-te-plait, ne pleurs pas. Tu ne dois pas t’en vouloir. Le seul responsable dans tout ceci, ce n’est que moi, et pas toi. S’il y a bien quelqu’un à punir c’est moi. Alors s’il-te-plait, arrête de pleurer. Je m’en veux tellement d’avoir était si faible et de m’être enfui, sans penser que toi aussi tu pourrais succomber à cet appel tentateur de sang. Je comprendrai très bien que tu ne veuilles plus jamais me voir ou me parler. Ce que j’ai fait est impardonnable, mais… Excuse-moi…

A la suite de ces quelques phrases, mes larmes furent plus intenses. J’aurai voulu lâcher Lilya, car je ne méritai pas de la tenir dans mes bras, mais je n’avais plus assez de force pour le faire. Je restai ainsi, pleurant tout ce que je savais, serrant rageusement mes poings.

~ Il est 0 heure 52 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Première nuit...   Mar 11 Mai - 21:15

Alors là … C’était l’incompréhension totale pour moi. Toutes ces sensations qui m’envahissaient, je ne savais pas quoi en faire et surtout, tout ce mal être, ce sang. Il y en avait trop pour que je puisse reprendre le contrôle sur moi ainsi que mon cœur qui battait la chamade depuis de longues minutes, depuis l’attaque de la fille. Une petite brise viendra soulever ma frange dès que j’aurai hurlé aux deux personnes de cesser de se battre, me laissant m’écrouler sur le mur, tombant sur le côté. Le tournis me tourmentait, Je manquais même de vomir mes trippes à cause de mes nausées incessantes. Ma main crispée sur mon cœur, je me sentais fiévreuse, je transpirais maintenant ! Comme si je n’en avais pas déjà assez comme ça. Le destin était-il configuré de sorte pour qu’il s’acharne continuellement sur moi, même dans un autre monde ? Déjà que sur Terre, j’étais la proie de beaucoup de choses et de personnes. La crainte vivait en moi depuis toujours. J’avais espéré que dans ce monde, elle se serait retirée pour laisser la place à autre chose. Mais apparemment, la crainte était têtue et m’aimait trop pour céder sa place. Et étant donné la situation, je ne pensais pas que j’allais m’en tirer, ça allait de plus en plus mal, les ténèbres commençaient à dévorer ma vue, la réduisant lentement. On pouvait voir que mes yeux n’étaient plus vert émeraude, mais un vert plus tourné sur le moisi, grisé … Et je pu constater que les deux autres s’étaient arrêté après mon cri, ils me fixaient apparemment. Qu’allaient-ils faire ? Me tuer ? Me vider de mon sang ? Je venais juste de les ennuyer dans leur lutte …

*Cessez de me regarder comme ça … Tuez-moi ou aidez-moi ! Mais ne me contemplez pas de cet œil …*

Soudains, ils s’écroulèrent à terre, la fille tombant en plein sur le blond qui s’écrasera à même les pavés. La réception du choc n’avait pas dû être très agréable pour ce dernier mais, au moins, même si j’ignorais l’auteur de ce tour, ils ne se battraient plus. C’était mieux ainsi … Alors que je pensais finie, une voix résonnera à nouveau dans ma conscience. Plutôt douce et mélodieuse pour moi … Sévère pour les deux affalés sur le sol. Ensuite, une nouvelle silhouette apparut devant moi, chevelure blonde, teint pâle. C’est tout que je parvenais à noter, ma mémoire était en compote et je me souvenais déjà très mal du pourquoi et du comment j’en étais arrivée à où j’en suis maintenant. M’efforçant à me redresser contre le mur, je faisais le nécessaire pour empêcher mes yeux de se fermer. Ma concentration toute entière s’exerçait sur ces derniers alors que je tentais tant bien que mal à suivre la conversation que tenait cette femme avec les deux vampires. Enfin, si on pouvait appeler ça une conversation déjà … D’ailleurs, je remerciais la fraîcheur de la nuit qui me léchait amoureusement le visage, elle contribuait énormément à mon éveil, je ne devais pas sombrer … Non, jamais.

*Qui est-ce … ? Elle est comme eux ?*

J’étais curieuse … Surtout qu’elle devait être belle, avec le peu que je pouvais distinguer dans mon état. J’attendais alors la suite, continuant à faire des efforts pour rester présente. Le temps s’écoulait et la femme se décidait à s’approcher de moi, doucement, me regardant de haut avant de s’accroupir à ma hauteur. Ma respiration bruyante, mon regard décomposé, elle m’observait, je devais paraître bizarre avec l’habillement que je portais, qui n’avait aucuns attachements à ce monde là. Elle devait se demander ce que je pouvais bien faire ici, à une heure pareille … M’enfin … Elle finira par me poser ces questions, très exactement, comme je m’y attendais. De … De la peur ? Pourquoi aurais-je peur alors qu’elle s’était approchée si délicatement de moi ? Et puis, cette main posée sur mon épaule pour me réconforter, elle devait me faire peur ? Je ne crois pas trop … Je pensais plutôt qu’elle attendait de moi mes dernières paroles avant de mourir. Bien qu’elle me promette de m’aider, dans l’état où j’étais, je ne réfléchissais même plus à toutes ces choses. Alors donc, j’allais répondre le plus correctement possible à ses questions car ma voix n’en était pas épargnée pour autant. Elle voulait savoir ce que je faisais ici … Elle allait le savoir.

- Je … Je voulais de… Demander de l’aide. Commencerai-je en ravalant plusieures fois ma salive pour tenter d’estomper cette nausée. Je suis perdue dans ce monde. Je … ne viens pas d’ici … Je me suis approchée de vos amis et tout est parti de là … Je ne voulais pas de cette violence ... Ce n'est pas de sa faute ...

Faisant la grimace, une violente douleur aux hanches venaient d’élancer mes nerfs pour remonter jusqu’à tout le long de ma colonne vertébrale. Mon corps était à ses limites, au stade de non retour et si je ne faisais rien, si on ne m’aidait pas au plus vite, j’allais empirer mon état. Soit ils me tuaient, soit ils m’aidaient !

- J’ai … si mal … Aidez-moi … Je ne veux pas mourir !

De la colère, j’en ressentais. J’étais furieuse contre moi-même parce que mon corps n’était pas assez robuste pour pouvoir tenir des heures suivantes. Et je désirais vivre plus qu’autre chose, rassurer cette fille pour lui dire qu’elle n’y pouvait rien, que je ne lui en voulais pas la moindre du monde ! Mon regard se porta justement sur eux, par-dessus l’épaule de la femme dont je ne connaissais toujours pas le nom. Ils étaient proches et semblaient pleurer tout les deux. Ils s’en voulaient pour ce qu’il c’était passé. Me mordant la lèvre, tout comme eux, je commençais à me sentir coupable d’être intervenu alors qu’ils étaient l’un dans les bras de l’autre. Une culpabilité monstrueuse comme je le ressentais toujours au fond de moi ! Même si je n’avais pas tellement eu le choix, je m’en voulais même d’être en vie, de respirer cet air que je pouvais laisser à un autre être vivant. Mais on m’avait tant contrariée, moralisée, dans mon monde. Mes amis avaient été là pour me pousser, me faire décharger, me confier et … Je ne pouvais pas lâcher maintenant car, même s’ils n’étaient pas sur Astrune, leur confiance était toujours présente, leur amour aussi.

Alors, pourquoi je démoralisais ? Pourquoi je devais toujours tout remettre en cause alors que ça allait bien ? Je ne devais plus penser ainsi, plus agir comme une lâche et me battre pour eux, avec le sourire, lutter de toutes mes forces ! Seulement ça pourra me faire tenir, me rendre plus forte que quiconque en ces mondes où je vivais ! Dans la douleur, je forçais mon corps à se positionner droit contre le mur, mon regard recommençant à briller quelque peu, un sourire étirant lentement mes lèvres.

- D’ailleurs, je m’appelle … Anaïs … Kellynster … Et … vous ?

Je venais de poser cette question de façon naturelle, une voix qui venait de reprendre un peu de vie. Je venais de comprendre que je devais lutter, que rien n’était facile et qu’il fallait toujours résoudre les énigmes pour parvenir à nos fins et à pouvoir toucher au bonheur. Mes amis étaient là, dans mon cœur et jamais je ne les oublierai, qui qu’ils soient … Désormais, je mettais ma vie entre les mains de la vampire devant moi vu qu’elle m’avait promis de m’aider. J’attendais que ça … Que l’on m’aide et me fasse aller mieux. Par la suite … Je leur parlerai et irai réconforter la fille qui m’avait attaquée.

~ Il est 0 heure 53 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 723
MessageSujet: Re: Première nuit...   Mar 18 Mai - 2:18


Maintenant que Lilya et Wolfart semblaient se rendre compte de leur dérive ... Sydonie put se concentrer pleinement sur cette jeune Humaine qui n'attendait que de l'aide. Bien sûr que la reine Vampire allait faire son possible, mais il fallait tout de même qu'elle sache pourquoi elle était ici, et surtout dans un état pareil ! Pourquoi cette interrogation alors que l'étrangère était en train d'agoniser, là, devant elle ? Peut être parce que Nandis était sans dessus dessous, et qu'il était tout bonnement impossible d'arriver jusque là sans avoir eu à faire à une horde de gardes déchainés ! Autrement dit cette jeune fille n'aurait jamais put parvenir jusqu'ici de manière naturelle ... Sydonie était donc parfaitement en droit de se questionner sur ce sujet ... Cependant, elle devra satisfaire sa curiosité plus tard, car voila que maintenant les jambes de l'étrangère ne pouvaient plus la soutenir. Mieux valait ne pas trop tarder, surtout que quelque chose était en approche depuis l'autre bout de la ruelle ... Les soldats devaient être en train de quadriller cette zone désormais ... Néanmoins Sydonie prendra tout de même son temps pour écouter ce que la jeune Humaine avait à lui répondre, alors que pendant ce temps ... Wolfart et Lilya s'en voulaient pour leurs erreurs. Puis, des mots sans force finiront par se frayer un chemin entre ses lèvres dénuées de toute teinte ... Oui elle voulait de l'aide, mais les évènements en avaient apparemment décidé autrement, elle avoua aussi être perdue dans ce monde ... Que voulait-elle dire par là ? Certes elle n'était pas d'ici, mais Sydonie était à cent lieux de s'imaginer à quel point ! De plus, chose qui surpris quelque peu la reine, cette jeune fille n'en voulait pas du tout à son assaillante ... C'était très rare comme comportement, Sydonie ne put qu'en sourire ...

- Détendez-vous jeune fille, respirez lentement et profondément ! Interviendra soudainement la reine en voyant l'étrangère se tordre de douleur. Bien sûr que je vais vous aider, je ne vous laisserai pas mourir !

Sydonie avait dit sa phrase sur un ton très déterminé, chose qui ne ferait que rassurer la jeune fille ... Après quoi, la reine se relèvera puis se tournera en direction de Wolfart et Lilya, qui étaient désormais côte à côte. Il était inutile de les punir, d'une part parce que le jeune Vampire à la chevelure blonde n'avait jamais eu ce genre de responsabilité auparavant ... Quant à Lilya, et bien tout était nouveau à ses yeux, car il fallait savoir que les choses, vivantes ou non, n'apparaissaient plus de la même manière aux êtres de la nuit ... Autrement dit la terreur et l'incompréhension avaient guidé ses actes ... Sydonie le savait bien !

- Pardonnez ma colère ... Mais sachez que ma plus grande crainte est de voir l'un de mes enfants devenir un supo de Kryos ! C'est pour cela que vous est grondé très fort ... Enfin ... Je vous expliquerai mieux une fois que nous seront en lieu sûr ! Marquant une courte pause, Sydonie semblait tendre l'oreille en direction des bruits qui se rapprochaient toujours. D'ailleurs nous allons y aller en toute hâte !

Reportant son attention sur la nouvelle venue, Sydonie constatera que cette dernière se portait un tout petit peu mieux ... C'était une bonne chose, mais lorsque la jeune fille se rendit compte que la reine Vampire la regardait, elle prendra de nouveau la parole afin de se présenter comme il se devait. Décidément elle avait de la ressource en dépit de sa frêle apparence ... Ce n'était pas plus mal. Malheureusement Sydonie n'avait plus le temps de parlementer, et pour cause, les hommes d'armes n'étaient maintenant qu'à plus d'une cinquantaine de mètres du lieux où ils se trouvaient ! Ainsi donc, sans rien ajouter d'autre, la reine libérera de ses mains deux rayons bleutés qui iront frapper de plein fouet, Wolfart ainsi que Lilya qui étaient toujours au sol ... Et très vite on pourra se rendre compte que ce sortilège aura pour but de les métamorphoser tout les deux en rat !

- Excusez moi, mais c'est urgent ... Annoncera t-elle en se rapprochant d'eux pour les récupérer. J'ai beau être une Vampire, ce n'est pas pour autant qu'il y a plus de places sur mon corps ... Terminera t-elle en les mettant directement dans son décolleté.

À la guerre comme à la guerre dira t-on ... Puis, toujours avec grâce, Sydonie s'en retournera vers Anaïs avant de la prendre dans ses bras.

- Je vous conseil de fermer les yeux !

Les gardes étaient là ! Leurs torches éclairaient de plus en plus ce lieu d'habitude si sombre ... Il était temps ! Ainsi donc, sans rien dire de plus, Sydonie partira telle une étoile filante en direction des soldats ! Fort heureusement, sa vitesse était telle que nul n'aura le temps de la voir, sauf peut être ressentir un courant d'air pour le moins surnaturel ... C'était pour cela que la reine avait suggéré à l'étrangère de clore ses paupières, sous peine de se sentir encore plus mal qu'elle ne l'était. Tout défilait si vite qu'un accident pourrait facilement s'en suivre ! Cependant, Sydonie était très expérimentée, donc ça sera sans le moindre problème que tous arriveront sans dommage, juste devant la maison qu'elle avait si soigneusement préparé auparavant ... Ouvrant la porte à l'aide de sa télékinésie, Sydonie s'introduira avec une démarche on ne peut plus normale, toujours avec Anaïs dans les bras ... Après quoi, l'épais panneau de bois se refermera violemment derrière elle, puis se verrouillera ... Et voila, désormais tout le monde était en lieu sûr ... L'étrangère finira par se faire déposer sur le sofa de la salle à manger. Quant au deux rats qu'étaient Wolfart et Lilya, Sydonie les ressortira avec délicatesse d'entre ses seins, avant de les déposer au sol pour ensuite leur rendre leur forme originelle par le biais des mêmes éclairs bleutés ...

- Bienvenue chez vous ... Ajoutera t-elle tout en se laissant tomber dans le creux du fauteuil ...

La reine Vampire s'était bien affaiblie après tout ça ... Néanmoins ça ne durera pas, dans quelques minutes elle sera derechef en pleine forme.

[OUT : Domaines résidentiels ~ICI~ Arrow]

~ Il est 1 heure 08 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Première nuit...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Première nuit...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ Le gouffre mystique ~ :: RP oubliés-
Sauter vers: