AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 Aux abords de la forêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Aux abords de la forêt   Lun 21 Sep - 17:51

[ Arrow de la rue principale du village avec Rita]

La présence de cette jeune femme alors que nous arrivions dans la forêt était rassurante. Et pourtant elle souriait. Cela n'aurait pas du trop me plaire mais je n'y fit pas attention. Beaucoup trop naïve, Je lui faisais confiance, du moment qu'elle venait pour tuer Umar, cela me suffisait. or Elle me l'avait une nouvelle fois affirmé, sans toutefois préciser pourquoi...elle et pas quelqu'un d'autre. Je trouvais bizarre de chercher la bataille alors que la personne en question ne nous avait rien fait personnellement. mais Rita car je venais d'apprendre son nom ne semblait pas de mon avis. Elle ne cherchait qu'a éliminer la sorcière rien de plus. Cependant lorsque elle parla de ma confiance en moi même je ne pu que baisser la tête. non je n'avais pas confiance ou plutôt pas pour ces choses la mais il fallait un début a tout, et je ne renoncerais pas. pas encore. Pour ce village qui m'avait acceuilli, le seul quine m'ai pas rejeté. Comme elle. La main refermée sur les deux fleurs qu'elle m'avait rendue, je soupirais...elle n'avait pas compris.je lui donnerais plus tard, je les plaça dans une poche avec soin. Rita ne comprenait pas mon language et parlait avec sureté, et même parfois affichant des mots durs. aucun tact. et cela ne la dérangeait pas elle avait l'air d'aimer la solitude. Je ne comprenais guère ce comportement a vrai dire. A force de réfléchir nous aons finit par arriver a la lisiere de la forêt maudite. Et la elle me parla a nouveau.

*Si tu crois vraiment que je suis si faible, tu vas m'avoir dans les pates encore un moment désolée...*

Je lui souris et lui emboita le pas. Cela valait mieux que les paroles et c'étaiton ne peut plus compréhensible. Je connaissais ce coi comme ma poche ayant passer bien des jours dans cette forêt, j'en connaissais les endroits les plus dangeureux, les raccourcis comme les endroits a éviter. Aussi je paraissait a l'aise, et touchait du bout du doigt certaines plantes, rares qui pouvaient être utiles, calmantes. cependant je ne résista pas longtemps a l'envie de parler.

-Non voyez vous, je n'ai aucune envie de rentrer...et contrairement a vous j'ai une raison profone de vaincre la sorcière et cela me donne plus de confiance. Si je vous dérange je me mettrais a l'écart.

un nouveau sourire. large et joyeux, comme si la personen était mon amie. mais au fond je commençait a essayer de cerner l'étrangere. Une femme qui n'a pas peur qui vient pour tuer une sorciere sans raison particuliere, et cela la fait sourire. prendrait elle du plaisir a retirer la vie de quelqu'un? cela me donna l'envie de vomir...oter la source de la vie, c'était quelque chose de terrible comment pouvait on y prendre plaisir? non même pour le village je ne retirerais jamais une satisfaction de la mort d'Umar. juste un soulagement et un sentiment de sécurité, rien de plus. C'était déja beaucoup. mais j'e n'avais jamais aimer tuer même lesanimaux. je me demandais si, moi, j'aimerais que l'on me chasse ainsi, comment je réagirais. J'osais alors un regard vers Rita. Apperemment pour elle c'était le cadet de ses soucis, elle voulait la mort de la sorciere des ombres et c'était tout. Je nepouvais guere lui demander conseil alors je décidais de m'en remettre a la déesse de mon père, la déesse de la reine en train de pleurer. elle saura me guider j'en suis certaine. Je ne ralentis pas pour autant.

***Déesse des elfes, toi qui aime la nature et tes fideles, je sais qu'un jour nos problemes a tous seront résolus du moins je l'espere. peux tu...je t'en prie veiller sur le village de ceux qu ont acceuilli si gentiment la fille d'un père qui t'aimait et te louait? Je t'annonce aussi que je retournerais au pays de mon père voir la reine qui est si malheureuse....Guide mes pas Erinaë je t'en prie***

Ses quelques mots me regonflerent le moral, j'aimais m'adresser aux autres ainsi surtout a la déesse, lui parler de mes craintes. elle mécoute et elle me comprend. Meme si en retour j'aimerais une voix aussi. mais les enfants doivent être sa voix car ils me consolent mieux que personne. Je continuais de marcher dans cette forêtprnant garde aux moindres recoins que je savais peu acceuillants et traitres. je plaignais la forêt de se retrouver dans un tel état et ma colere contre Umar monta, si fort que sans m'en rendre compte, je créa une faille sismique un peu plus loin et tout trembla l'espace d'un instant. Seulement moi je ne me rendis compte de ien, aussi j'avançais comme si rien ne s'était passé. je m'efforçais de me calmer avant de me tourner vers Rita.

-Dites...si jamais vous triomphez vous garderez mes fleurs? vous ne connaissez pas leur signification? eh bien au moins elles vous rappeleront votre victoire. ah et la colere come l'indifférence vous vont mal, vous devriez vous interesser aux choses et aux gens de temps a autres.

Je sentais que j'allais me prendre un vent ou sentir mes oreilles avionneuses grésiller. la jeune femme était spéciale et surement que mon comportement devait l'agacer. mais je restais une enfant, je ne pouvait pas avoir son raisonnement ni ses habitudes. Moi j'étais simple, je faisais confiance, je marchais, sautillais, profitait de chaque instant sans penser au futur qui me terrifiait.Mais je crois que personne ne m'a jamais comprise mis a part les enfants. Eux ne jugent pas, ni l'intérieur ni l'extérieur, ils s'adapent et continuent leur vie. J'aimerais montrer a tout le monde les instants de bonheur que l'on peut connaître.

*mais ça ne sera jamais possible elle l'a dit*

Oui l'oracle m'avait dit de m'adapter a mon tour a ce monde, de ne pas vouloir en faire une utopie. Je devais changer mon point de vue, et ce ne serais guère facile. Et si je prenais Rita comme modele? n'était elle pas trop....indifférente? il devait avoir un juste milieu tout de même. Mais rien que de penser a l'imiter un léger rire sortit de ma gorge. Je ressemblerais a un pantin mal articulé. non je devais trouver ma voix, et mon chemin. Pas dans le bonheur absolu mais simplement danc ce que ce monde peut offrir. Et pour le moment, il pouvait offrir a condition d'y arriver, la mort d'une sorciere quia vait ravagé un village entier, donc, c'était bien. je ne cherchais même pas a penser a l'échec, si cela se produisais, j'aviserais. Je tournais brusquement a gauche pour éviter un passage particulierement dangeureux et adressa un sourire d'exuse a la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Aux abords de la forêt   Jeu 24 Sep - 21:50

En avançant tranquillement, la jeune femme ne faisait pas réellement attention à l’elfe qui était toujours dans son dos. Apparemment, elle ne désirait pas rentrer et ça, Rita n’y portait pas plus d’importance que sa présence. Après tout, elle avait fait le choix de la suivre et prendre un risque, tout comme elle. Elle n’allait donc pas l’empêcher d’avancer. C’est en tentant de reculer qu’elle se verrait se faire ramasser par la sorcière qu’était notre jeune fille aux yeux vérons. Cependant, les deux filles venaient d’entrer dans la forêt maudite et c’était à la lisière de celle-ci que Rita avait proposé, une dernière fois, à Emy, que si elle voulait rentrer, c’était maintenant ou jamais. La magicienne ne désirait pas avoir un pot de colle à ses trousses ni une faible. Le combat qui allait suivre avec Umar, elle ne voudrait en aucun cas devoir s’occuper d’une autre personne. Pouvoir être à cent pour cent concentrée sur ses faits et gestes pour abattre la démone à coup sûr. C’était cela qu’elle craignait le plus, devoir jouer à la nounou avec cette elfe qui paraissait trop gamine à son goût. Déjà les fleurs qu’elle lui avait rendues et tout à l’heure, elle courait dans tous les sens pour ramasser des fruits sauvages. Si cela ce n’était pas la preuve qu’elle était encore immature, elle se demanderait bien ce que cela pourrait être dans ce cas. Après tout, elle ne se souciait que d’elle et allait que dans les buts qui avaient de l’intérêt pour elle. Elle ne lui dirait pas la vraie raison, mais Rita était venue ici pour tuer Umar car elle avait eu vent de l’histoire de celle-ci et du massacre du village précédent l’actuel. Une seule personne devait se salir les mains et sa serait elle puisqu’elle avait déjà les mains sales. Dans sa vie, elle avait remit en place toute une troupe de personnes malsaines, qui causaient du tort à leur entourage et aux pauvres innocents. La justice de nos jours était faite pour être contournée et elle était incapable de punir qui que ce soit. Il fallait donc bien des justiciers de l’ombre, non ? Pour que, au moins, quelqu’un fasse le vrai travaille que devrait faire le bien. N’est-ce pas ? Voilà donc la position de la jeune fille, actuellement. Bien étant neutre, elle agissait pour le bien d’une personne.

Dans une marche quasi silencieuse… Oui, je dis quasiment parce que l’on entendait les bruits de leurs pas sur le sol humide et parsemé de bouts de bois mort, de feuilles sèches et des flaques de boue. Des sifflements du vent passant entre les feuillages des grands arbres les surplombant. Ainsi que la voix de l’impure qui vint interrompre ce silence lugubre pour lui demander si elle allait garder les fleurs, si elle sortait victorieuse de ce combat. Dans un laps de temps qui parut court et long à la fois, Rita prit son temps pour lui répondre, lui passant à côté tout en observant les alentours de cette forêt complètement déserte et morte.

- Les garder ? Pourquoi faire ? Et à en voir les couleurs, j’en déduis qu’elles signifient la beauté de mes yeux, n’est-ce pas ? En ce qui touche aux souvenirs, j’ai ma mémoire, sa me suffit. Merci tout de même d’y avoir pensé.

Elle pourrait paraître dure dans ses propos, mais elle était ainsi, cette petite Rita. Les pieds toujours sur terre, ne disant que ce qu’elle voyait et non des mensonges. Disant toujours ce qu’elle pensait, constamment directe et franche. Cela pouvait avoir du bon, comme du mauvais. Sa dépendait en fait de la personne avec qui elle dialoguait. Mais dans ces conditions présentes, peu de personne lui parlait. Peut être même qu’elle venait d’exploser son record de l’année en parlant autant, en si peu de temps. Elle n’en était pas habituée. En même temps, elle savait aussi qu’elle allait devoir déblatérer des phrases d’une traite contre Umar. Mais maintenant, elle voulait trouver un moyen d’attirer Umar. Que ce soit par la provocation ou la curiosité. Désireuse de trouver quelque chose avant d’arriver là-bas, que ce soit de manière douce ou brusquée, elle ferait tout pour emmerder cette vieille entité. Alors, s’accroupissant pour ramasser un bout de bâton coincé sous un caillou, elle le prit par le bout et commença à piquer les plantes les plus étranges pour voir si elles étaient vivantes ou non. Mais rien, elle continuait ainsi jusqu’à trouver une petite idée pour sortir la sorcière de son trou. Elle n’était pas très glorieuse, mais au moins, sa marcherait. Quand soudains, le sol sous ses pieds se mit à trembler légèrement, une minuscule faille traversa le chemin qu’elles empruntaient, toutes les deux. La magicienne l’observa, quelques secondes et fixa Emy un moment avant de cesser de la regarder et se remettre à piquer les plantes bizarres qui parsemaient cette forêt.

Toujours enfoncée dans ses songes, elle en oublia la présence d’Emy et la suivait presque instinctivement, sans prendre garde au virage brusque qu'elle venait de prendre, ne l’observant même pas. Elle marchait les bras croisés, le regard au ciel ou braqué au sol. Rien, dans ce genre de moment, ne pouvait lui faire détourner son attention. Elle pensait aussi à la raison qu’Emy avait évoquée pour qu’elle ait envie de détruire Umar avec elle. Peut être attendait-elle une personne pour le faire, pour s’allier à elle et l’embarquer dans la bataille. Mais bon… Rita soupira longuement avant d’accélérer le pas et passer devant Emy afin de sortir légèrement de cette forêt. Ou du moins, elles se trouvaient désormais dans des ruines. Après une bonne marche, à pas rapides et modérés, elles venaient de longer les ruines du temple souillé par Umar elle-même, le temple de Loomineï, une divinité. La demie-elfe s’approcha d’une sorte de stèle et dégagea les plantes grimpantes pour tenter de lire le texte. Etant trop vieille, la roche avait été comme rongée par le temps et la gravure avait disparue, peu à peu, créant une surface presque plane et lise. C’était dommage, elle aurait bien aimé pouvoir décrire cette écriture ou savoir ce qui avait été noté dessus. Peut être une tombe, un verset un cantique, qui sait ? Cependant, son attention se retourna vers Emy et elle lui posa une question de son habituel voix absente de toutes émotions.

- Est-ce bien là, les ruines de Loomineï ?

Demanda-t-elle en continuant de fixer la stèle avant de reporter son regard sur le reste des ruines du temple avant de fermer les yeux, soupirant faiblement, se disant qu’elle aurait pu venir plus tôt, quand la végétation n’avait pas encore envahit les lieux, sa aurait été plus simple pour faire quelques recherches. Alors, dégageant sa main de la pierre, Rita se retourna vers Emy, sans avoir vraiment écouté sa réponse, prenant la suite de sa phrase.

- Tu m’as parlé de faire attention et m’intéresser aux autres, avant, et que la colère et l’indifférence ne m’allait pas, d’accord ? Commença-t-elle un peu froidement, passant à côté d’Emy, lui donnant une tape derrière la tête, continuant sa route avant de continuer à parler. Je ne t’ai pas demandé ton avis sur ce sujet. Alors, occupes-toi de tes affaires. Soit tu me suis et tu te tais, soit tu rentres ? Je te laisse le choix, Emy. Maintenant, à toi de voir. Moi, je continue toujours.

Commençant à grimper une légère pente, Rita ne se retourna pas. Après tout, encore une fois, je me répète, je sais, elle lui laissait le libre arbitre sur ce qu’elle voulait faire. Et aussi, elle lui avait proposé la question une seconde fois car elle trouvait qu’Emy était pas très sure d’elle. Peut être avait-elle peur d’Umar ? Trop faible pour lui faire face ou était-ce la démone qui était trop intimidante pour elle ? Boarf… Après tout, elle finit par s’arrêter, se retournant, elle plaqua les mains autour de sa bouche pour ensuite l’appeler. Y avait-il tout de même une petite once d'humanité dans ce petit corps vide ? Oui, il y avait une âme vieille de plus de cent trois ans.

- Alors, tu me suis ou non ?! Sinon, je te plante là et il ne faudra pas venir te plaindre ensuite !
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
avatar
Récits 208
MessageSujet: Re: Aux abords de la forêt   Ven 25 Sep - 2:17

Le soleil s'élevait peu à peu dans le ciel, mais ses rayons avaient tout de même beaucoup de mal à percer l'imposante densité du feuillage des arbres, c'était tout du moins le cas pour la forêt bordant le village d'Umar, car plus loin on ne pouvait pas en dire autant pour le bois maudit encerclant inextricablement les ruines de l'ancien temple de Loominëi. C'est d'ailleurs dans cet endroit précis que deux jeunes filles avaient décider de faire une petite promenade de santé, cependant tout paraissait plus mort que mort, pas le moindre bruit ou craquement, juste la petite brise matinale qui se faisait un passage entre les énormes troncs dépourvus d'écorce. Néanmoins la jeune femme qui aimait bien mener le pas n'avait pas l'air ravie de cette tranquillité surnaturelle, bien au contraire elle cherchait à éveiller les lieux par diverses manières qui se solderont toutes par un échec. Quant à l'autre elle se contentait de se comporter comme un petit toutou bien docile afin de ne pas attiser la colère de sa compagne. En effet il était peut être préférable d'éviter les ennuis, mais des fois, à force de les chercher, on finit par se prendre nous même à notre propre jeu.

Rita venait tout juste de reprendre la route à la recherche de la sorcière des ténèbres, elle alla même jusqu'à rappeler Emy faisant porter sa voix à plus d'une centaine de mètres de sa position, et heureusement rien, que du silence, pas la moindre réaction hostile des alentours. L'antre d'Umar était encore assez éloignée de là ou se trouvait la provocatrice et sa complice, mais ce qu'elles ignoraient c'était que la forêt maudite par Umar en personne était autonome, la sorcière des ténèbres n'avait pas besoin de jouer de son influence pour qu'un désastre ne se produise sur son territoire. Alors que Emy trainassait toujours, une soudaine odeur vint envahir les lieux de sa pestilence, ça sentait le cadavre en décomposition. Et oui, beaucoup de corps sont restés sous la terre pendant des décennies, mais ils ont également été bien conservé par la malédiction d'Umar.

Le vent venait brusquement de tourner, puis, des gémissements étouffés se firent entendre, quand tout à coup une main des plus horribles empoigna fermement la cheville gauche de l'Impure, alors qu'une autre attrapait la pointe de la chaussure droite de Rita. Des branches s'abaissèrent de parts et d'autres mais sans rien faire de plus, car la seconde d'après les mains avaient disparues ainsi que les gémissements de revenant, cepandant la miasme infâme flottait toujours dans l'air, allant jusqu'à même provoquer une légère léthargie tellement ça sentait fort. À présent un choix s'offrait à nos deux aventurières de fortune, soit elles s'enfuyaient de là le plus vite qu'elle pouvait, tant c'était encore possible, ou bien persister et risquer le pire tout en ne sachant pas ce que cette forêt maudite pourrait réserver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Aux abords de la forêt   Ven 25 Sep - 10:57

Mais c'était pas possible possédait elle une once d'humanité cette jeune femme? non parce que plus indifférente tu meurs et en plus je ne comprenais toujours pas ce qui la poussais a vouloir éliminer Umar. Certes elle avait fait beaucoup de mal mais pas a cette humaine précisément...alors un geste de bonté envers une histoire qui l'a touchée? si tant était que quelque chose pouvait la toucher...peut être apres tout, mais en tout cas elle ne veut toujours pas de mes fleurs...ce n'est pas pour le souvenir mais tout simplement par amitié. mais je crois qu'elle ne sait pas ce que ça veut dire et que au passage je vais trop vite. tant pis les planquerais dans ses affaires, et pensant a cela je souriais. Je profitais en fait de ne pas encore être arrivée pour me détendre. Et ça elle ne savait pas faire Rita. C'était dommage elle ne devait pas sourire suvent. Enfin bon cela dit je ne pouvais pas y faire grand chose.

Mais pourquoi tapait elle les fleurs avec un bout de bois? tout le monde savait que la forêt est vivante! et que les plantes peuvent parfois même blesser beaucoup de personnes. Enfin bon nous arrivames finalement aux ruines du temple. J'étais rarement venue ici, mais quelque fois déja et elle me posa une question...comment ça? ou voulait elle que l'on soit? Je haussais les épaules a deux doigts de me frapper le front de la paume de la main. Cependant je n'eus guère le temps de répondre puisque elle parla a nouveau.

*Non mais je rêve et en plus elle me tape, a croire que j'ai vraiment 6ans. Elle ne me croit pas assez forte! bien, elle ne verra plus celle que je préfere montrer dans ce cas. Je vais lui montrer que je peux être aussi adulte que elle.*

Le temps de mes réflexions, la demoiselle était déja partie et même m'appelait de la ou elle était. Non mais elle était folle ou quoi!! on ne hurle pas ici,la forêt était maudite!! pas pour rien, elle ne connaissait pas la région la il n'y avait pas photo, je me dépachais de courir pour lui dire de se taire, car Umar était encore loin mais les plantes tout comme le reste était loin d'être sourd ici. mais je m'y pris un peu tard et maudit mes pensées pendant lesquelles elle se demandait quels allaient être mes choix. Une odeur horrible venait de se lever et le vent tourna, j'ouvrit de grands yeux préssentant du mauvas et je m'arretais a l'affut, une main sur mon arc, une autre dans mon dos prete a attraper une fleche. Des gémissements me parvinrent sans que je ressente d'émotions ce qui était tres curieux quand quelque chose m'attrappa la cheville. Je me retins de hurler, et esseya de bondir en arriere ce qui me valut une chute. Mais aussi vite sur pied que je venais de tomber il me fallait me dégager de la au plus vite mais alors que je me baissais pour chasser cette main...elle disparut.

*Une menace, cette forêt n'aime pas être dérangée...j'ai compris, soit on fait demi tour soit on continu..mais on ne sait pas vraiment ce qui nous attend avant même d'atteindre Umar*

Sans perdre un instant je courrus aupres de rita remarquant les branches légerement abaissées. je lui parlais a la jeune humaine. Mes traits étaient devenus durs et mes yeux on ne peut plus sérieux. ma posture était sur la défensive, et je n'avais plus rien a voir avec la gamine d'il y avait quelques instants, j'étais redevenue en quelques instant l'étrangere que j'avais été si longtemps. Rabattant ma capuche sur ma tête, et soupirant carrément puisque j'avais quand même eut peur de ces horribles mains s'aggripant ainsi. Et puis je me demandais qui cela pouvait il être, un innocent mort ici, et touché par la malédiction? ainsi tout ceux la ne trouveraient pas la paix tant que la sorciere vivraient, cela me confortait dans mon besoin d'avancer vite et bien. Parce que certains en avaient besoin. Ce n'était plus par vengeance que j'avançais et j'étais fiere de réussir a suivre les conseils de cette étrange femme. J'avais envie de la remercier mais elle ne m'entendrais pas. cepenant si elle pouvait me voir ou lire en moi, elle saurait donc je ne m'inquiétais pas a ce sujet. Pres de la jeune humaine, Mes mots sortirent vite et fermes.

-Il ne faut pas crier, vous avez offensé la forêt, elle a été maudite par Umar et vit elle même. Les lantes et les arbres peuvent devenir plus tranchants que des épées. je ne ressents plus aucune vie normale dans ces êtres. L'antre est encore loin, dépéchons nous ou partons.

Je venais d'avertir la jeuen femme et surement qu'elle trouvait cela dérisoire mais je m'en fichais éperdumment, cela dit, ce fut moi qui repris ma marche a travers la foret mais des plus méfiante cette fois, la forêt connaissait notre présence et y était hostile, néanmoins Rita m'avait permis de prendre confiance et d'avncer pour compter vaincre la sorciere et je n'allais pas renoncer maintenant. Au vu d'avant je ne pensais pas que l'humaine renoncerait non plus, mas je surveillais ses émotions pour vois si elle me suivait. Mon arc dans ma main et une fleche prete a être encochée j'essyais de paraitre le plus invisible possible.

J'aimais la nature et la combattre était pour moi un déchirement, pour ela je ne voulais pas l'affronter elle mais la sorciere car la foret retrouverait le calme uniquement apres sa mort. Et si je n'étais pas assez forte, elle l'était surement elle. Je détestais ce que l'on pouvait encore entendre et l'odeur était toujours présente, néanmoins pas question de m'arreter. Nous avions fait une erreur chacune et la il falalit éviter les prochaines aussi, je devais laisser ma personalité que j'aimais tant de coté pour revenir a celle d'avant. j'écoutais l'oracle en quelque sorte, je m'adaptais a ce monde...mais je poursuivais mes buts et l'image de la reine pleurant était dans mon esprit car l'antre d'Umar ne serait pas mon tombeau jamais. j'avais une autre mission ensuite, un autre destin. J'en souris, marchant avec prudence dans cette forêt.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Aux abords de la forêt   Lun 5 Oct - 13:22

La jeune fille venait d’hurler pour appeler l’elfe qui était restée en retrait après qu’elle lui ait donné une tape derrière la tête avant de prendre de l’avance sur elle. Rita n’était pas encore tout à fait consciente que ce lieux était dangereux et qu’il pourrait les tuer si facilement qu’elles ne s’en rendraient pas compte si elles ne modéraient pas leur avancée. Cependant, elle avait quand même placée ses mains autour de sa bouche pour interpeller la petite qui était toujours aussi loin. Le tout la fit faire une grimace et ensuite, l’impure s’approchait rapidement d’elle, comme si elle était prête à lui faire un sermon sur ce qu’elle venait de faire, la petite magicienne qu’était Rita. C’est alors qu’une odeur nauséabonde remplira l’atmosphère pour dégouter les deux jeunes filles, dont une se boucha le nez en secouant sa main devant son visage, comme pour écarter quelque chose, l’odeur. Ce n’était autre que Rita qui, sans raison apparente, c’était mis à observer tout autour d’elle pour voir s’il n’y avait pas un gros malin derrière ce tour de passe-passe. Mais aucune présence ne se fit sentir, ni elle n’aperçut la moindre silhouette dans les parages. Est-ce que le fait d’hurler comme elle venait de le faire avait provoqué quelque chose ? Est-ce qu’Umar avait soudainement eu envie de montrer sa face, à ces deux là ? Rita l’espérait, c’est pour cela qu’elle tournait le regard dans tous les sens, espérant la voir débouler ici, dans une entrée fracassante et magiquement extraordinaire. Malheureusement, rien ne se fit. La seule chose qu’elle eut en retour, ce fut cette infâme odeur qui flottait dans les airs, comme si un village tout entier d’une centaine d’habitant n’avaient plus prit de douche depuis des mois et ni n’avait jeté le résultat de leur divers besoin qu’était leur toilette. Néanmoins, soupirant, tentant de respirer le moins possible cette infamie, Rita s’approcha prudemment de l’elfe pour savoir ce qui se passait.

- Hey… Emy… Que ce passe-t-il ici… Oh mince !

Des gémissements se firent entendre au loin et tout près, la magicienne cessa son avancée et resta sur ses gardes au cas où. Sa main gauche posée sur son parchemin magique, elle était prête à parer n’importe quoi pour se tirer d’une mauvaise situation. Les couinements étouffés et grotesque continuèrent pendant quelques temps avant que la demie-elfe ne voient l’impure se casser la figure, tombant sur les fesses, sa cheville agrippée par une main décomposée. Les yeux grands ouverts, elle n’en crut pas ses yeux, Rita. Une seconde main finira par faire subir le même sort à Rita qui, dans son avancée pour secourir Emy, se fit crocheter le pied par celle-ci et trébucha en avant, faisant un petit saut périlleux pour retomber sur le dos et lâcher un petit grognement à cause de l’impact sur le sol dur.

*C’est quoi ces trucs !?*

Se retournant sur le ventre, ses yeux vairons fixèrent les mains qui étaient sorties du sol ainsi que les branches des arbres qui s’étaient abaissées. Et le tout finira par se calmer au bout de quelques longues minutes interminables. C’était comme si toute une vie venait de passer sous le nez de la magicienne, la sentant bien passer tout en étant inaperçue. Et le calme revint, sans pourtant que l’odeur ne veille, elle aussi, s’éclipser pour laisser les deux jeunes filles respirer de l’air pure. D’ailleurs, la jeune fille à la chevelure brune resta couchée à terre quelques secondes de plus qu’Emy et réfléchissait sur la chose qui venait de se passer. Il était clair que si elle continuait, elles allaient être confrontées à d’autres trucs du genre que ces mains là. Ou, elle pourrait bien rebrousser chemin. Mais cela ferait montrer de sérieux regrets à la demie-elfe qui se décidait enfin à se lever, tapotant ses vêtements de sa main droite pour retirer la terre qui y était accrochée. Elle s’assura aussi si son parchemin était bien là, croché sur la ceinture, sur sa hanche gauche. Bien, elle y était, ces mains n’avaient pas eu un double effet. Sa aurait été super embêtant de le perdre, en tout cas. Après tout, elle en avait que besoin pour certain sort, les autres étaient une question de mouvement et de concentration, rien de plus compliqué pour elle. Ensuite, en passant à côté d’elle, prenant la marche en première, Emy lui demandait de ne plus crier dans cette forêt au risque de subir à nouveau une attaque du même type. Alors, c’était bien un avertissement. Genre, tu rentres chez toi ou tu continues au risque de crever ? Charmant… mais au moins, c’était chose faite et la sorcière ne comptait pas faire marche arrière maintenant ! Surtout pas ! Alors, il fallait continuer et Rita emboîta le pas d’Emy en silence, surveillant ses arrières pour être sûre de ne pas être suivie ou autre chose.

- Je te laisse me guider jusqu’à l’antre alors. Déclara-t-elle toujours aussi froidement, se frottant le front de sa main droite.

Elle réfléchissait constamment et à force, elle allait se faire des rides bien qu’elle était encore assez jeune pour une demie-elfe. À vrai dire, elle était en train de remettre en question sa stratégie d’approche si Umar ne voulait pas sortir de son antre. Il faudrait donc que quelqu’un le fasse, n’est-ce pas ? Et Rita comptait bien s’en charger elle-même car elle avait une petite idée qui ferait sûrement pèter un plomb à l’entité. En plus, elle ne rentrait pas Emy dans sa stratégie et, dès le moment où elle serait assez proche, Rita comptait bien la planter sur place.

Alors, restant dans ses réflexions, elle suivait aveuglement les pas de l’impure tout en restant silencieuse, ignorant l’odeur qui planait toujours en ces lieux…
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 724
MessageSujet: Re: Aux abords de la forêt   Lun 5 Oct - 14:33



La forêt maudite portait merveilleusement bien son appellation, voici près de mille ans que la malédiction interagissait sur ce morceau de terre. Umar n'avait rien laissé au hasard, ses expérience répétées de magie noire valu à l'ancien temple dédié à Loominëi une corruption totale. Mais apparemment tout ça n'avait pas l'air t'inquiéter plus que cela les deux jeunes filles qui s'étaient mise en route pour faire payer à la sorcière des ténèbres sa sauvagerie des contines. Pourtant elles venaient tout juste d'avoir un aperçu qu'il ne fallait pas prendre cet endroit à la légère, ce n'était pas n'importe où que l'on pouvait voir des mains décomposées sortir du sol. Néanmoins cela ne retira en rien leur motivation pour ce qui était de la traque d'Umar, mais la forêt n'était pas forcément du même avis, de la vie au milieu de toutes ces plantes et arbres morts ne passait pas inaperçue. Alors que la jeune Impure marchait en tête tout en évitant soigneusement les branches qui s'étaient abaissées précédemment, une légère brume ocre fit une soudainement apparition, cette dernière sortait du sol, une provenance plutôt rare pour ce genre de phénomène, puis, les gémissements reprirent de plus belle, au loin on pouvait entendre des branches craquer, comme si quelqu'un se rapprochait, mais impossible de voir à cause de ce brouillard nauséabonde qui s'était rapidement élevé dans les airs pour ensuite s'épaissir de manière non négligeable. Inquiétant était l'adjectif qui convenait le mieux à la situation présente, malheureusement les deux femmes n'était pas au bout de leur surprise, car les mains firent de nouveau leur entrée, mais cette fois ci elle sortait de toute part, le moindre pas n'était pas envisageable sans en écraser l'une d'elle, ou pire encore, au risque de se faire attraper le pied.

Ces dernières gigotaient telle des asticots sur un cadavre pourrissant, hélas ça ne s'arrêta pas là, car on pouvait déjà y voir le bras puis le coude et ainsi de suite. Des morts vivant par centaine étaient en train de s'extraire de la terre pour s'en prendre aux deux aventurières qui allaient bientôt regretter leur audace. D'ailleurs l'un d'eux venait juste d'arriver dans le dos de la fille aux yeux vairons tout en poussant un cri tétanisant, si cette dernière se retournait à cet instant elle verrait une tête complètement putréfiée avec des vers de terres qui remplissait sa bouche, ou du moins si on pouvait appeler ça comme ça. Il était bon de savoir que la moindre morsure de ces êtres zombifiés pourrait être fatale à un être vivant, pas sur le coup, mais sur la durée, la malédiction serait telle que ça le ferait mourir à petit feu pour ensuite devenir un de leur semblable, en moins de dix minutes ses jambes cesseraient de lui obéir, et au bout de douze heures c'est la mort, et pour finir une heure après il reviendrait à la non vie pour s'en prendre à ceux ou celles qui seront proche de lui. Là on pouvait remercier le ciel que heureusement ils n'étaient jamais sortit de la forêt maudite, sinon tout Astrune serait contaminé par ces cadavres en décomposition. Donc il était aisé de se douter que si elle sortaient de là il serait facile de les semer, car hors du champ maudit ils se désagrègeraient très rapidement.

À présent la brume ocre commençait à se dissiper, et là gros problème, les deux jeunes femmes étaient étroitement encerclées par une horde de zombies, au moins une centaine, le pire c'était que d'autres mains immergeaient du sol, c'était à se demander si il y en avait à l'infini ou juste un grand nombre. Ces choses ne couraient pas mais avançaient sans jamais s'arrêter, dénués de peur ils se fichaient éperdument ce qui pouvait leur arriver, néanmoins il y avait un autre soucis majeur, ils ne pouvaient pas être tué puisqu'ils étaient déjà mort, si on les découpait en morceau, et bien ces derniers continueront de te pourchasser, les réduire en poudre était la seule option pour s'en débarrasser définitivement. Ca pourrait être faisable si ils n'était que deux ou trois, mais là ils étaient toute une colonie donc il faudrait trouver autre chose, mais quoi ? La matinée s'annonçait radieuse pour nos deux téméraires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Aux abords de la forêt   Lun 5 Oct - 20:45

Je suivais le chemin. Apperemment Rita s'était calméeet s'était enfin rendue compte de ce qu'était la forêt maudite. il était temps et j'en était a vrai dire soulagée, car la jeune femme était beaucoup plus douée que moi je le sentais bien, mais si elle faisait n'importe quoi nous allions mourir avant même de voir l'objet de notre "visite" dans cette forêt qui faisait frémir la jeune impureque j'étais tant les énergies que je sentais étaient mauvaises. De plus l'odeur n'arrangeait rien à cela. sur mes gardes, j'avais un tres mauvais pressentiment. Jene m'étais jamais engagée aussi loin avec autant de détermination.j'avais déja traversé la forêt mais vite et silencieusement seule. La nous étions aller trop loin les gémissements continus le démontraient assez. Je me demandais quand nous allions réussir a sortir, il falalit faire vite, les alentours étaient clairs pour moi, nous avions ignoré l'avertissement en conséquence tout pouvait arriver. Et tout arrivait justement, alors que j'vançais le plus prudemment possible une brume ocre se mit a sortir de terre, et a se former devant nous. inquiete je m'arretais. mon coeur battait plus fort.

*Ce n'est pas normal, ça ne devrait pas sortir d'ici qu'es ce que c'est encore?*

les gémissements devinrent plus intenses, plus forts, et plus soutenus encore. Je regardais partout, arc tendu prete a tirer mais bien sur je ne regardais pas au bon endroit. pourtant j'entendais du bruit la bas dans les arbres mais a cause de cette fumée on ne voyait rien a 2 metres. Aussi lorsque je commençais a entendre des bruits suspect a terre je sursauta. Oh non, encore des mains pleins de mains...elles étaients partout, je ne pouvais plus les éviter si j'avançais une m'attraperais et si je reculais pareil...cependant si je restais en place c'était du pareil au même...et leur bras sortaient, un vrai cauchemard j'avais l'impression de faire un mauvais rêve et l'envie devomir me prit. Que je contins avec la colere rageuse, j'écraisais deux ou trois bras mais me rendit compte que cela ne servait a rien. Ils étaient en train de sortir quelle horreur! je ne pus pas prononcer un mot et manqua de m'étouffer en me retournant vers ma voisine du moment...un mort vivant derriere elle...

*sa tête....ahh non c'est horrible, il faut filer d'ici...d'ou viennent ils? je ne les ai jamais vu au village ni dans la forêt..peuvent ils aller loin?*

Mes pensées filaient a toute allure dans mone sprit alors que je gigotais comme une puce pour éviter, arracher, ou autre lesmains bras, ou même têtes qui essayaient de m'attraper. je me concentrais sur le fait de ne pas tomber ce qui provoquerais je le craignais, un surplus de mains nauséabondes et pleines de vers gluants sur moi. Je regardais les alentours, des centaines, ils étaients des centaines! mais la brume s'était dissipées au moins je les voyais même si ce n'était pas très réjouissant. Finalement, je vomit a coté..sur la tête d'une de ces créatures horrible. J'en étais retournée. mais mes émotions prirent le dessus sur moi a ce moment, la colere mélée a la peur et au dégout eurent raison de mon corps. Alors que je tremblais luttant contre le vommissement, la terre trembla intensément, et je m'accrohait vivment a une branche pour ne pas tomber. Au loin une faille s'ouvrit dans le sol, etle sol trembla pendant deux bonnes minutes. peut etre cela déstabiliserait il nos ennemis cependant j'étais a mille lieux de penser a cela pour le moment. Un équilibre précaire mais avec mon arc etmes fleches je tentait de trancher autant de têtes possible. Mais lrosque je revins véritablement a moi je pus me retourner et affirmer d'une vois sure bien que tremblant encore.

-Le seul moyen c'est de sortir de la forêt, au plus vite.

Je ne voyais pas d'autre solution, nous finirions acculées sinon, et la voix des airs semblait la meilleure solution a vrai dire. J'avais toujours aimé monter aux arbres, cependant la c'était vital. Avisant un gros tronc, je passais d'une brache a l'autre pour me réfugier assez haut, rien que quelques minutes pour souffler, non pas parce que j'avais peur mais mon pouvoir engendré par mes émotions m'avait pris un peu d'énergie non négligeable pour le moment. J'avais envie d'appeler a l'aide mes mais les animaux mais ici, ils n'y en avait pas qui ne soient pas maudits. J'espérais que Rita la jeune femme s'en sorte mieux que moi ou ait une brillante idée car je ne sevais pas a grand chose dans l'instant présent. Je haissais cette partie peureuse de moi, mais tout ce qui touchait a la mort m'effrayais au plus haut point, je maudis Umar et me préparais a toute éventualité toujorus perchée sur mon arbre surveillant tout du coin des yeux.

Je ne savais pas de quoi elle était capable l'humaine mais pour vouloir s'attaquer a Umar elle devait être forte et avoir pas mal de ressource, je ne m'étendais pas la dessus elle me le démontrerais assez tôt, mais Finalement je me décida a redescendre, si elle avait besoin de moi je me devais d'être présente. Aussi je m'apuya sur la plus basse branche et descendis. Arrivéeen bas je recommençais a mitrailler les morts ou les vivant on ne savait plus trop a force. Je voulais éviter de me faire tuer mais ils cherchaient a mordre pourquoi? peut être pouvaient ils transmettre leur malédiction. Rien qu'a cette idée je redoublait d'effort, plutôt mourir sous la torture que devenir un des ces monstruosité. Chaque coup que je portais était décisif sansl'être puisque chaque mort avait en quelque sorte tous ses membres indépendants du reste du corpsmais au moins j'étais en vie pour le moment et pas mordue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Aux abords de la forêt   Lun 5 Oct - 22:18

La magicienne continuait d’avancer, derrière Emy, gardant son regard rivé sur les pieds de cette dernière pour la suivre à la trace pendant qu’elle était en pleine réflexion. Les bras croisés, la main droite frottant son menton, la jeune fille vairons se posait pleins de questions, de toutes les sortes possible sur cette forêt qu’elle était en train de découvrir. Peut être, pourrait-elle trouver un contre-sort à ce sortilège qu’avait jeté la sorcière pour ainsi rendre à la nature son éclat d’entant ? Peut être même que cela était impossible ? En tout cas, Rita y réfléchissait, retournant la chose dans tous les sens possible. Essayant de trouver un sort capable de faire ce genre de chose, un sort à la hauteur d’Umar. Alors, sa n’allait pas être de la tarte pour rivaliser avec une magie si puissante. Même la demie-elfe se demandait si elle était capable de posséder une telle force, ne serait-ce qu’une petite minute pour purifier ces lieux ! Ces ainsi que ces yeux se lèvent au ciel, sa main droite toujours posée par-dessus son nez pour masquer un maximum cette mauvaise odeur qui planait toujours dans cette forêt. Il fallait trouver une solution car, sinon, elles allaient en être imprégnées si elles sortaient de la forêt maintenant ! Du coup, Rita soupira, se pinçant le nez pour plaquer sa main gauche devant sa bouche et prendre une grande bouffée d’air. Peut être même que cette infamie était un poison, on ne sait jamais, fallait toujours prendre ses précautions et apparemment, Emy, ne semblait pas trop y faire attention. Peut être savait-elle que cela était en réalité ? Sûrement pas, vu l’étonnement qu’elle avait témoignée tout à l’heure, sur son visage. Ce n’était donc une chose totalement inconnue pour elle aussi.

S’accroupissant, elle posa la main au sol pour voir si un liquide y était en train de couler, mais rien ne se montra lorsqu’elle dévoila sa paume à ses yeux. Sa main était juste un peu froide et moite à cause de l’humidité, rien de plus ni de moins. Cependant, elle se demandait si ces montres allaient revenir les ennuyer plus tard… C’était une hypothèse à envisager puisqu’ils semblaient assez dangereux pour elles. Autant s’en préparer. C’est alors qu’elle prit son rouleau en main et le coinça dans sa ceinture, au-dessous de son ventre, pour simplement à avoir à le tirer au moment voulu et les choses étaient faites pour ensuite lancer un sort sans trop de mal. Elle vérifia aussi si son arme, un bilboquet, était bien fixée sur sa ceinture, elle aussi. La vérification faite, elle soupira, se sentant alors prête à agir si la situation s’aggravait une nouvelle fois.

D’un pas lent mais prudent, elle gardait tous ses sens éveillés et fixait le dos d’Emy un moment, se demandant qui elle était réellement. Bien qu’elle ait remarqué que cette dernière était une impure, Rita s’en fichait éperdument. Ce n’était pas la race qui comptait mais sa personnalité. Et elle sentait bien que l’elfe n’était pas une personne méchante, mais juste trop naïve, se disait-elle intérieurement. Sa pouvait lui coûter chère, si elle ne faisait pas attention. Décollant ses yeux de derrière son dos, Rita détourna son attention sur des arbres aux formes étranges avant de rentrer en collision avec Emy qui s’était arrêtée brusquement, sans l’avertir. Faisant glisser ses lunettes de sa tête à sur ces yeux, Rita grogna dans sa barbe avant de regarder par-dessus l’épaule de l’elfe devant elle. Une sorte de brume sortait du sol, on aurait dit, un artifice assez bluffant, avoua-t-elle. Néanmoins, ce brouillard les enveloppa rapidement pour réduire leur champ de vision et pendant ce temps, la sorcière vairon souleva légèrement ses lunettes pour les replacer sur sa tête, de sa main droite. Tandis que l’autre s’empara du bilboquet. Le silence devenait pesant et l’atmosphère tendue. Plaçant un pied devant l’autre, Rita se mit en position défensive pour être prête à parer n’importe quoi. Fallait dire qu’elle avait pas mal de réflexe, plus que ce que les humains normaux pouvaient avoir. Bien que ce ne soit pas aussi performant que celui des elfes, elle s’y était tout de même entraînée avec acharnement pour en arriver là. C’était le moment de voir si cela avait porté ses fruits ou non, voir si elle devait encore en faire plus. Bien sûr, avec le temps, l’expérience serait grandissante.

- Voilà encore ces cadavres… Se murmura-t-elle en saisissant fermement son arme dans sa main droite.

Une… deux… trois mains apparurent sous ses pieds en même temps et les gémissements des morts-vivants revinrent à la charge. Emy sautait déjà dans tous les sens pour éviter les mains ainsi qu’écraser les bras qui sortaient du sol. Entre temps, Rita restait presque immobile, frappant violemment ce qui devenait trop proche d’elle. Une main manqua de justesse de la saisir par le poignet au moment où la sorcière se retourna et usa de son bilboquet, le faisant tournoyer autour d’elle, dans des mouvements circulaires, tranchant alors la main en décomposition à l’aide du fil métallique qui liait le bâtonnet et le boule de métal. Alors qu’Emy bondissait et se retenait de vomir, apparemment, Rita profita que cette dernière se soit arrêtée de bouger, légèrement courbée en avant, pour poser une main sur son dos et sauter par-dessus elle et infliger un coup de pied dans la figure du mort-vivant qui arrivait sur elle un peu trop dangereusement. Mais ce qu’elle ne vit pas, c’est qu’un autre arriva à la charge derrière le premier qu’elle avait shooté. Bien évidemment, son expression suffira à donner l’alerte à Rita qui se baissa d’un coup, tournant en même temps sur ses talons, balayant les jambes du cadavre avant de se coucher à terre pour lui plaquer ses deux pieds sur son ventre et le faire passer au-dessus d’elle, roulant sur elle-même pour se faire, et elle se releva ensuite, écrasant la tête de ce dernier d’un coup de talon, compressée sur un caillou ressortant de la terre.

Quand soudains, le sol se mit à trembler, déstabilisant tous le monde, y compris Rita qui failli, à plusieurs reprises, tomber sur ses fesses et qui avait risqué de se faire prendre au piège par ses mains au sol. La secousse était telle qu’elle se demandait bien qui pouvait la faire ainsi, peut être Emy ? Sûrement. Elle ne voyait qu’elle et surtout, les elfes étaient doués pour la magie, c’était à tout les coups elle ! Il n’y avait aucuns doutes là-dessus. D’ailleurs… Alors qu’elle continuait de se débattre avec ces monstres, Emy venait de grimper en haut d’un arbre avec une agilité déconcertante. Rita l’avait observée quelques secondes avant de faire voltiger son bilboquet autour d’elle pour trancher les cadavres qui s’approchaient trop. Bondissant en arrière, sur le côté, un salto avant ou arrière, roulade et saut périlleux, elle faisait tout ce qu’elle savait faire pour esquiver les salles pattes de ses saloperies et, au moment ou Emy revint près d’elle, Rita eut une idée pour fuir de là. Tout d’abord, elle shoota un bras qui rampait vers elle pour le foutre dans la poire d’un mort-vivant qui se mit à gémir et Rita remit son bilboquet en place, attrapant la main de sa coéquipière pour ensuite l’attirer contre elle. Son autre main s’empara du ruban et la magicienne serra fermement l’elfe dans son bras, toujours contre elle, le plus près qu’elle pouvait, avant de lancer son rouleau en l’air, faisant un signe rapide de sa main libre, sans lâcher l’extrémité du parchemin. Le long bout de papier se mit à briller d’une lumière verdâtre avant de se mettre à tournoyer autour de Rita et Emy. Des lames de vents se créèrent et découpèrent tous ce qui entrait dans son périmètre.

- Ne bouge pas et reste accrochée à moi, Emy ! Dit-elle en passant elle-même les bras d’Emy autour de sa nuque.

Se baissant rapidement, posant ses deux mains au sol, la terre trembla soudainement et un énorme Stalactmite inclinée surgit du sol, empalant plusieurs morts-vivants sur son passage, grâces à sa pointe acérée et à la dureté de la roche. La demie-elfe reprit Emy dans ses bras, lui demandant de se tenir à elle un petit moment, même si c’était embrassant, pendant le temps qu’elle la portera en hauteur, sur le pique de pierre qu'elle avait fait apparaître. Le parchemin tournoyant toujours autour d’elles, Rita fit un mouvement de la main pour élargir le diamètre d’action intérieur pour que les deux filles puissent alors courir côtes à côtes sans rien craindre. Là, c’était comme à l’intérieur d’une tornade, il y avait une belle bourrasque qui fit voler leurs cheveux dans tous les sens. La fille vairon fit un signe à Emy et lui cria :

- COOOURS !

Rita se mit alors à courir, sautant du haut du stlactmite, laissant Emy la suivre. Sa magie du vent toujours effective, elle tranchera tous obstacles gênants pour elle. Genre, les morts-vivants, les branches qui leurs tombèrent dessus et tout un tas d’autre chose du genre. Rita ne cessa pas de courir, surtout pas pendant que sa magie agissait toujours jusqu’à arriver à un endroit...L’antre d’Umar ?
Revenir en haut Aller en bas
P.N.J
avatar
Récits 724
MessageSujet: Re: Aux abords de la forêt   Mar 6 Oct - 13:17



Ca y est, les ennuis commençaient, une attaque massive de revenants se profilait dans la forêt maudite, d'ailleurs au moment ou la brume se dissipa une secousse sans précédente se fit ressentir et le sol se craquela à diverses endroits, ce n'était autre que l'Impure et ses pouvoirs liés à la terres qui provoquèrent cela. Un grand nombre de zombies tombèrent mais se relevaient presque aussitôt pour tout de suite retomber, c'était limite risible, néanmoins une terre tremblante n'était d'aucune utilité contre ces montres, juste deux ou trois disparaitront dans les crevasses mais sans plus. Grimper à l'arbre était en effet une bonne méthode étant donné qu'ils étaient bien trop empoté pour réaliser cette prouesse, heureusement la jeune femme au regard vairon sut faire preuve d'une grande habilité avec son arme pour le moins grotesque mais efficace, on pouvait voir des têtes, puis des bras et des jambes voler dans tout les sens, hélas leur nombre était tel qu'elle serait épuisé avant d'en avoir terminé, puis, l'Impure refit son entrée en faisant ce qu'elle pouvait avec son arc en donnant quelques coups par ci par là. À cet instant l'utilisation de la magie était le seul moyen pour s'en sortir, car une morsure pouvait vite arriver, alors la jeune mage se servit d'un élément qui révélera très vite son efficacité, ce dernier n'était autre que le vent associé à la terre au passage avec un imposant stalagmite qui immergea du sol ce qui eut pour effet d'en faire de la bouilli, on pouvait voir des boyaux à moitié décomposés tournoyer dans les airs. Et c'est avec l'Impure dans les bras qu'elle ira se réfugier sur une des proches hauteurs avant de se lancer dans une course dévastatrice à travers les hordes de morts-vivants qui continuaient à sortir de terre.

Le ruban tourbillonnant aura eu raison de ces tas de chaire mal odorante, grâce à cela elles purent passer sans même se faire égratigner, c'était assez spectaculaire à regarder, mieux valait ne pas être à la place des attaquants, mort-vivant ou non. Cependant les deux jeunes filles ne couraient pas forcément dans la bonne direction, les ruine du temple de Loominëi couvraient une grande étendue caché de cette forêt, alors quand elles s'arrêtèrent devant une sombre entrée, tout portaient à croire que ça pouvait être l'antre d'Umar, hélas il n'en était rien, ce n'était autre que les anciennes catacombes, du moins une de ses nombreuses entrées ou sorties. Puis, tout à coup, quelques minutes plus tard une imposante vague de flammes verte s'en échappa, mieux valait se mettre à couvert au risque de se faire roussir le derrière. Qu'est ce qu'il se passait encore ? La question ne tardera pas à avoir sa réponse par un rire des plus maléfique venant du fin fond de cette obscurité. Pour le moment aucune trace des zombies que toutes deux venaient de fuir, c'était une bonne chose, mais ce rire masculin n'augurait rien de bon.



Une liche nécromant, voila ce qu'était l'ennemi qui avançait lentement avant de sortir d'un seul coup du trou puant qui lui servait de gîte. Sa prestance laissait croire qu'il était vraiment très puissant, ce qui était vrai d'ailleurs, puis, d'une voix d'outre tombe il se mit à leur parler comme si c'était leur derniers instant, chose qui pourrait être fort possible d'ailleurs.

- Mais qu'avons nous là, deux petites mortelles à la recherche de leur mort ! Vous êtes au bon endroit pour ça, c'est Hulinaxx qui vous le garanti !

Les présentations étant faites, il n'y avait plus rien à ajouter si ce n'était que de les faire mourir sur le champ. Chose étrange la lumière du soleil ne semblait pas le gêner, mais pas le temps de se poser des questions qu'une flamme verte prit naissance dans ses deux mains, puis, de la droite il visa la fille aux yeux vairons et de la gauche il visa l'Impure. Le combat était engagé, mais impossible de savoir ce dont il était vraiment capable pour le moment, jugeant sans doute les mortels trop faibles pour pouvoir l'affronter il se contentait de n'utiliser que ses flammes mystiques pour les détruire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Aux abords de la forêt   Mar 6 Oct - 18:03

En moins de temps qu'il n'en faut pour l'écrire j'ai finis par ne plus rien comprendre a ce qu'il se passait autour de moi. En fait ce n'était que Rita qui jouait avec ses armes sur les bestioles qui nous pourchassait et ça faisait un joli feu d'artifice de corps qui me donnait vraiment mal au coeur. Soudain elle m'attrappa par le bras, et alors me dit de bien m'accrocher. vu que de toute maniere je pouvais pas faire autrement, il y avait mille et une créature affreuse et en plus elle avait passé mes bras autour de son cou, donc je m'aggripais pas le choix, sauf que j'étais plus petite que Rita et je ne voyais rien...Je sentit un tremblement, je retournais et vit un énorme stalagmite sortir du sol et commencer réduire en bouillie les morts vivant..c'était un spectacle affreux et j'eu tot fait de me retourner s'il n'y avait que cela a voir autant ne rien voir. Seules mes oreilles dépassaient malheureusement et entendaient tout. ça craquait, hurlait, brrrr horrible sentiment. Mais au moins je ne voyais pas. bientôt on se retrouva en hauteur et je me détacha de la jeune humaine qui d'ailleurs s'éclatait a élagir la plate forme pour que l'on puisse marcher cote a cote? Qui a parlé de marcher? son hurlement me vrilla les tympans mais marcha on ne peut plus bien puisque mes jambes partirent au galop pour la suivre. Sauf que, elle était devant et je connaissais le chemin, et la c'était pas du tout la bonne direction.

*Et je ne peux rien dire...elle est trop loin et moi trop essfoulée, on va se retrouver ou la?*

j'en perdais le sens de l'orientation puisque je traversait toujorus au même endroit la forêt et la on s'était éloignées. Lorsque nous arrivames devant l'entrée d'une grotte la peur me prit au ventre mais je ne dis rien me contentant de m'arreter, de saisir mon arc et de rester sur mes gardes. Il y eut une horrible fumée verte brulante et je sautait derriere une pierre tout en me rendant compte de ou nous étions. J'avais entendu parler des lieux sans jamais vouloir y aller, et dés que j'entendis un rire horrible je me dis que j'avais eu raison. derriere ma pierre, je vis alors d'un seul coup sortir une créature d'outre tombe, absolument...morbide. je ne savais plus du tout comment cela s'appelait mais il me semblait que mon père m'avait parlé de ce genre de choses dans les souterrains de ched nasad...rien de sur, mais cette chose était bien morte ou vivante ou les deux. Surement plus vivante car elle se présenta. Je le visais les yeux au ciel à son prénom... sauf que la créature avait l'air forte et que je ne pouvais pas utiliser ma magie dans la forêt maudite.

Je regardais Rita alors que l'autre préparait des flammes vertes a nous balancer dessus, et finalement lorsque il le fit, je bondis en avant, me receptionnais en pirouette et me retrouva un peu plus loin debout mais pleine de terre. Et puis la j'en avais marre de chez marre! je començais a m'énerver ce qui n'était pas bon signe, et la chose en face m'échauffait un peu, voire beaucoup, les oreilles. Mes poings étaient sérrés et mon visage fermé. Je ne pus m'empécher de parler, parce que il m'énervait en se prenant pour le plus haut personnage de la forêt voire même dans sa tête si elle était toujorus la, de tout Astrune.

-Daccord et Vous êtes quoi vous? non parce que avec votre nom je pense a de l'huile or vous avez l'air on ne peut plus rouiller ou tres ridé je ne sais pas. mais vous allez au moins pouvoir me dire pourquoi vous tremblez vous avez peur? mais les morts ne ressetent pas ça pourtant si? vous devez être trop vieux...

j' avais adopté une posture assez simple mais qui ne donanit pas l'air que j' avaitspeur, extérieurement je montrais juste la neutralité et l'impassibilité. Pourtant intérieurement je bouillonnais de fureur et de peur, pour cela d'ailleurs la terre eut droit a un nouveau tremblement qui produit une faille a l'entrée de la grotte et s'ouvrit entre les jambes de l'autre fou, s'ggrandissant tellement qu'il devra sauter pour ne pas tomber. Et effectivement il ne pouvait que trembler. Seule moi ne tremblait pas puisque maîtresse de ce pouvoir. En fait puisque je ne pouvais pas tout faire voir pas grand chose j' esseyais de divertir le monstre pour offrir des ouvertures a Rita ou montrer des points faibles de l'ennemi. Mais a savoir si ça allait marcher...cependant il fallait bien que je fasse quelque chose non? donc autant utiliser ce que je pouvais. D'ailleurs Je décidais de continuer tout en restant concentrée sur les faits et gestes de la créature. Je pris une fleche et décocha on ne peut plus rapidement en direction de la tête de la créature.

-d'ailleurs je me suis toujorus demander si les morts vivant ou autre, avait vraiment un cerveau...j'aimerais bien épingler le votre quen dite vous? a moins que ça ne passe a travers ce qui marquerais un grand manque d'intelligence chez votre espece.

Je souris, joli sourire carnassier qui montrait mes dents blanches, cependant j'étais prete s'il le fallait a revétir ma peau de pierre, car cela je le pouvais si j'avais besoin de me protéger. pourvu maintenant que la bestiole quel que soit son nom, je n'avais pas mentit je ne m'en rappelait toujours pas..., soit susceptible et fasse alors des choses qui pourrait nous être utiles ou du moins a Rita, moi a part secouer la foret ou me planquer derrière les pierres, je ne pouvais guère faire grand chose surtout que je savais me battre avec une dague mais je n'en avais pas..ce qui pouvais se révéler embétant au vu de notre situation. je ne montrais toujorus rien mais une deuxieme fleches était encochée, sur la défensive il ne me restait plus qu'a attendre, j'avais épuisé mon stoc de blague débile pour le moment surtout étonnée d'en trouver dans pareille situation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Aux abords de la forêt   Ven 9 Oct - 13:23

Courant aussi vite que ses jambes lui permettaient, Rita, suivie d’Emy qui commençait à s’essouffler, traversait en ligne droite la horde des morts-vivants qui finirent en charpie au passage de la barrière de vent que la magicienne avait invoquée pour s’échapper. Le sol était en légère pente et cela n’était pas non plus de toute aise de l’escalader en se ruant comme le faisant actuellement la demie-elfe. Néanmoins, constatant la fatigue d’Emy, elle soupira, se demandant si elle était réellement une elfe ! Même elle qui n’en était une qu’à moitié, ne ressentait pas de fatigue. C’est alors avec un mouvement de main qu’elle insista pour qu’elle prenne un peu plus de vitesse afin de se tirer de là. Sinon, elles seraient rapidement à bout de force pour se défendre et se feraient dévorées par ces monstres. Courant un peu en ligne droite, l’impure désirait arrêter Rita pour la faire partir dans un tout autre sens que celui qu’elle venait d’emprunter à toute vitesse. Ayant plus d’avance sur elle, Emy ne pouvait guère crier son nom, à bout de souffle. La magicienne, quant à elle, ne connaissait rien contrairement à la fille à ses trousses. La forêt cachait alors tant de chose si dangereuse ? Après tout, sa ne pouvait que pimenter sa recherche de sensation forte ! Et sa faisait un bon bout de temps que l’adrénaline ne lui était pas monté ainsi à la tête ! Et en plus de la gravité de la situation actuelle, elle en voulait plus pour se sentir vivre quand sa vie serait menacée d’extinction. On pouvait donc la qualifier « d’allumeuse morbide » ou, tout simplement, pour faire simple, pour les petits esprits de ce monde, avec un mot qui expliquait rapidement et clairement la façon de vivre de Rita, sa serait de la traiter de folle. Mais là encore, ils se planteraient sur toute la ligne puisqu’elle ne l’était pas réellement. Vous comprendrez…

Continuant sa course folle, coursée par Emy qui avait prit un peu de distance sur elle, Rita s’arrêtera alors nettement en apercevant une grotte devant elle. Reprenant son souffle, tentant de le calmer, elle désactiva sa magie et observa le trou dans la roche, dans le silence le plus mort de tous. Jetant un regard en coin à Emy, discrètement, avant qu’un rire à la faire sursauter sortit des tréfonds de la caverne. Faisant les gros yeux, Rita fit un bond en arrière, faisant les gros yeux, regardant le trou, stupéfaite qu’un rire pareil puisse exister. Et soudains, des flammes vertes jaillir de la pénombre pour tout brûler sur leur passage. Heureusement qu’elles avaient des réflexes, ces deux filles. Bondissant chacun sur un côté, se mettant à couvert derrière un rocher, Rita observa les flammes passer au-dessus d’elle, assez étonnée de leur couleur. Bon, rien d’étonnant, hein ! Rita faisait des flammes noires, c’était déjà ça. Mais à qui pouvait bien appartenir ce rire dégoûtant ? Un monstre ? Un humain complètement marteau ? Probablement. D’ailleurs, un regard pétant de curiosité, la magicienne se leva et se mit sur la pointe des pieds pour voir au-dessus de la roche et soudains se rendre compte qu’une personne était en train de s’extirper du sol, devant la caverne. Celle-ci se mit alors à parler et se présenta même.

- Plutôt poli pour un cadavre ambulant… Se dit-elle en se mettant à découvert, toujours à proximité de la roche.

Une main posée sur le caillou, elle l’écouta parler. Elles, venir à leur mort ? Non mais ça ne va pas le monsieur ridicule ?! Elles étaient là pour Umar, pas pour une liche de pacotille ! Emy ne tardera pas à lui faire sentir son mécontentement en lui balançant des vannes complètements bidon qui feront honte à Rita qui posa une main sur son front, descendant sur ses yeux ensuite. Comment était-elle capable de sortir des trucs aussi nuls à un moment aussi critique ?! C’était bien une fille mortelle, celle-là ! Bref… elle soupira une nouvelle fois et croisa les bras pour porter son attentions sur la liche nécromantique qui ne semblait pas avoir été touché par les provocations de l’impure qui se mettra à secouer le sol au moment ou l’ennemi jettera des flammes vertes en direction des deux filles. Apparemment, il les sous-estimait terriblement ! Une chose que la demie-elfe détestait vraiment.

- Ne me sous-estime pas… simple conseil… Murmura Rita en serrant les dents, concentrant de la magie dans ses mains.

Les flammes se jetèrent à toute allure sur les deux filles qui réagirent rapidement pour contrer le coup. Le sol se mit à trembler et Rita ne vit même pas ce qu’elle fit pour riposter alors qu’elle-même jeta trois boules de feu noire sur les flammes pour créer une impact suffisamment violente pour en faire une explosion, lui lançant croire qu’elle avait été touchée. Et aussi, elle avait attendu que les flammes de la liche soient assez proches d’elle. Du coup, difficile de se rendre compte du coup. Ensuite, la demie-elfe utilisa la brèche qu’avait créée Emy, dans le sol, posant ses deux mains à terre pour faire une escalier de pique de pierre, à l’horizontale, sur les parois de la crevasse et employa ce moyen pour s’approcher discrètement et rapidement de l’ennemi. La fissure devenait de plus en plus large et les mouvements étaient ainsi facilités pour la magicienne qui se ruait sur sa cible.

*Maintenant !*

Levant les yeux en l’air, elle créa un nouvel escalier pour faire une marche un peu plus haute que les autres et ainsi, elle se projeta hors de la crevasse en enchaînant sur une autre magie. Celle de la foudre ! Ses mains s’électrifiant, elle fit au moins six mouvements dans la direction de la liche pour lui jeter des éclairs à la figure. La liche était dos à elle, c’était au moins un léger avantage pour Rita qui pouvait compter sur Emy pour le divertir encore un peu, le temps que les éclaires frappent leur cible !
Revenir en haut Aller en bas
Narrateur
avatar
Récits 208
MessageSujet: Re: Aux abords de la forêt   Sam 10 Oct - 5:35

Alors que nos deux héroïnes du moment venaient de braver une hordes de revenants, c'est devant une des nombreuses entrées des anciennes catacombes de ce qui fut naguère un grand temple dédié à la Déesse Loominëi qu'elle termineront leur course folle. Au premier abord tout avait l'air calme jusqu'à ce qu'un torrent de flammes vertes ne leur fonce dessus, du justesse elles parvinrent à l'éviter sans trop se faire mal. Hélas elles n'étaient pas au bout de leur peine, car une liche nécromancienne sortira de l'embouchure afin de saluer les deux étrangères de la plus magique des façons. Sa première attaque se soldera par un échec tout à fait attendu, l'Impure se servira de son agilité et la jeune femme aux yeux vairons de sa magie, tentant par la même occasion de faire croire qu'elle avait été touchée en ayant provoquer un impact non négligeable grâce à ses flammes noires contre les vertes de la liche assez proche d'elle. Après quoi elle put enchainer en se faufilant dans une des failles qui se creusaient dans le sol, étrangement le sorcier mort-vivant n'avait pas bougé d'un millimètre, et ce, malgré le trou baillant qui se trouvait sous lui, ce dernier demeurait en lévitation, puis, d'un coup une flèche tiré de la part de l'Impure viendra se loger un plein dans son front, alors que l'autre femme bondissait sur lui par derrière en lui projetant une multitude d'éclairs en pleine face. La double attaque avait fonctionné à merveille si on oubliait les phrases grotesques que l'elfe au sang souillé avait put dire juste avant.

Malheureusement la liche ne semblait pas souffrir de ce qu'on venait de lui faire, il avait toujours le projectile dans le front dont l'extrémité qui en ressortait avait été calciné par les éclairs de la jeune femme au yeux vairons, des électrons parcourait encore son étrange visage, et ce, sans qu'il ne bronche. Prises au dépourvues nos deux compères tentèrent de se resynchroniser dans une nouvelle attaque contre la liche, hélas elles n'en n'auront pas le temps car le sorcier mort-vivant se mit à fondre pour ensuite être entouré d'une intense aura verte, puis, rapidement ça ne sera plus qu'une boule lumineuse en flottaison qui se mit peu à peu à déformer la gravité autour d'elle. Les deux filles ne se doutaient pas un instant de ce qu'il se passait quand soudain elles se sentirent attirer par une force invisible mais très puissante en direction de cette énergie verte qui était il y a pas plus de quelques secondes, la liche qui voulait les tuer. Bien sûr elles tentèrent tant bien que mal de s'en éloigner, mais c'était trop intense, la jeune sorcière audacieuse sera la première aspirée par cette chose vu qu'elle était encore toute proche et qu'elle n'avait nul part où s'agripper, puis, un peu plus tard l'Impure, cette dernière se retenait avec force au rocher qui lui avait servit de bouclier contre le torrent de flammes mystiques, très vite elle se retrouvera à l'horizontale dans les airs, les jambes en direction de la source gravitationnelle. Plus les secondes s'écoulaient, plus la puissance s'intensifiait, alors à bout de force elle finira par lâcher tout en criant avant d'être littéralement happé par cette étrange magie.

Les deux aventurières étaient à présent enfermée dans une espèce de bulle qui distordait l'espace environnant, peut être que la liche n'était pas aussi stupide que l'Impure voulait bien faire croire. Si on les observait de l'extérieur on pourrait très bien dire qu'elles mesuraient pas plus d'une trentaine de centimètres chacune, l'attraction les avait entièrement piégé, même la magie de la femme aux yeux vairons s'avèrera totalement inefficace, et aucune secousse sismique ne se fera ressentir car les pouvoirs des deux prisonnières ne pouvaient traverser la prison. La crainte n'allait pas leur être inconnue longtemps, car la sphère dans laquelle elles se trouvaient se mit à se déplacer pour s'engouffrer dans les catacombes ...


[OUT : Dans les anciennes catacombes Arrow ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Aux abords de la forêt   

Revenir en haut Aller en bas
 

Aux abords de la forêt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ Le gouffre mystique ~ :: RP oubliés-
Sauter vers: