AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 Sabby Dorothea, l'enfant de la pleine lune !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Sabby Dorothea, l'enfant de la pleine lune !   Mer 7 Oct - 23:13

Voilà ma fiche de présentation ! ~

Etant donné qu'elle est assez longue, elle sera postée en plusieures parties pour que tout rentre correctement dans les messages postés !

Sabby

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


~Prénom : Sabby
~Nom : Dorothea
~Surnom : L’enfant de la pleine Lune

~Âge : 22 ans
~Sexe : Féminin
~Race : Humaine

~Lieu de naissance : Freezis
~Lieu où vous vous trouvez actuellement : La forêt de Silmariën

~Classe : Prêtresse et sans-classe (cela vous sera expliquez dans l’histoire !)
~Alignement : Chaotique Bon

~Description Physique :

[Petite précision ! Au sujet des avatars, celle de gauche est la Sabby de nuit tandis que, celle à droite, c'est la Sabby de jour, l'original quoi ^^ ! ]



Tout d’abord, cette fille possède deux apparences bien distinctes. Et comme cela vous sera raconté dans l’histoire, la jeune fille a été victime d’un sortilège qui lui a infligé cette malédiction. Du jour et de la nuit, elle n’est plus la même. Eh oui… Vous m’aurez compris. Au crépuscule, son corps se transforme dans un halo de lumière orangeâtes alors que, pour l’aube, une lueur blanche l’enveloppera avant de transformer son physique. D’un physique à l’autre, seul sa taille, ses mensurations, sa couleur de peau pâle et ses yeux topazes resteront les mêmes tandis que tous le reste changera. Des cheveux blancs aux cheveux brun rougeoyant, le contraste fait que son expression change totalement de l’une à l’autre. La journée, elle pourra paraître plus joyeuse, plus gaie. Tandis que la nuit, elle sera sûrement d’un ton plus sévère. Notons notamment que sa voix se mue de quelques notes au-dessus de celle de la nuit, la rendant plus « enfantine » et plus agréable à écouter. Les traits de son visage seront, eux aussi, plus adultes durant la nuit. Et aussi, celle vivant dans la pénombre aura un corps plus musclés que celle du jour. Etant donné qu’elle est plus faite pour se battre à mains nues.

Au point vestimentaire, là aussi c’est assez différent pour les deux apparences. Celle de la journée privilégiera les habits clair et élégant. Elle porte une sorte de robe que, si on regarde d’au-dessus de sa tête, on pourrait croire qu’il s’agirait d’une sorte de fleur. Alors que, celle de la nuit penchera plus pour des vêtements tirant sur le bleu, noir ou rouge. (Vous pouvez vous fier aux deux images au-dessus du texte). Oui, lorsque la malédiction s’actionne dans son corps, ses vêtements qu’elle portait avec l’apparence de jour se changeront avec ceux qu’elle portait, avec celle de nuit, de la fois précédente.

Alors, comme vous pourrez le constater, si on ne connaît pas les deux faces de la jeune fille, il se peut qu’elle puisse vous réservez des sales tours pour vous piéger. Cependant, presque personnes dans le monde d’Astrune ne connaît cette dernière. Surtout qu’elle ne s’était pas faite la moindre réputation…


~Description Psychologique :

Qui dit deux apparences différentes, dit forcément deux mentalités différentes ! Et oui ! Sabby, bien qu’elle ne soit qu’une seule et unique personne, le fait qu’elle ait deux apparences à cause de cette malédiction, engendre chez elle une sorte de dédoublement de personnalité. Bien sûr, cela ne se répercute par sur sa santé, tant physique que morale. Simplement que, à la lueur de la lune, elle sera probablement plus sévère et rentre dedans que quand elle est sous la lumière. La journée, c’est une fille plutôt gentille, qui tente d’aider les autres et ne cesse jamais de sourire. Mais elle n’a que très peu confiance en elle, à ces moments là et c’est pour cela que, si elle se sent trop accablée par la déprime, qu’elle souhaitera posséder l’apparence nocturne pour toujours. Etant un peu une petite nature, elle est assez sensible à tout ce qui se rattache à la violence, contrairement à la Sabby de nuit qui elle, rien ne la choque vraiment. Deux caractères et physiques différents pour une seule personne. Cela n’est pas toujours simple à gérer pour la jeune fille qui, parfois, pouvait se confondre elle-même. Et donc, elle était facilement mise en colère ou était souvent très angoissée, lui causant quelques douleurs aux crânes ou même, vasculaire. Cela variait des jours aux autres. Mais surtout, elle subissait ces douleurs du fait qu’elle dormait assez mal durant les nuits.

~Biographie et Histoire :

Un hiver rude frappait Freezis depuis quelques jours maintenant et les risques d’avalanche ainsi que ceux des tremblements de terre étaient plus grand que jamais. Mais même cela n’ôtait pas le sourire sur les visages des enfants émerveillés par la neige et qui avaient fait toute une colonie de bonhomme de neige dans les rues de la ville. Celle-ci était animée par les enfants, ce jour là et Sabby était de la partie et comptait parmi les nombreuses petites filles qui couraient dans tous les sens pour embêter les autres en leur lançant des boules de neige à la figure ou de défiguré les bonhommes de neige qui passait tout près. Bien que très sociable, Sabby n’avait pas une masse d’amie sur qui elle pouvait réellement compter. La seule en qui elle pu donner toute sa confiance était une autre fille de son âge, nommée Ely. Toutes les deux étaient inséparable et aucune d’elle ne partait sans l’autre à ses côtés. Une amitié des plus durs, incassable par sa puissance qu’elle contenait et, ensemble, elles purent tout faire ! Cependant, un jour ou la neige avait drôlement fondu comparé aux années précédentes, les parents d’Ely furent bannis de la ville pour escroquerie et ces derniers durent emmenés leur fille avec eux. La séparation entre elle fut déchirante et Sabby fondit dans une grosse déprime dans les quelques heures qui suivirent le départ de son amie, espérant qu’elle finirait par se réveiller et se rendre compte que cela n’était qu’un mauvais rêve et une blague de la part de son cerveau. Cloîtrée dans sa chambre, elle ne mangera presque rien, grignotant quelques mies de pain et, toujours assise sur le rebord de la fenêtre, la petite guettera le retour d’Ely, comme elle le lui avait promis. Ainsi des jours durant… Mais personne ne franchira les portes de la ville, ou du moins, pas la personne que Sabby attendait de voir revenir une fois.

Quelques années passèrent, à l’âge de ses dix-sept ans, elle se décida de partir à sa recherche en profitant en même temps de voyager dans ce monde dont elle ne connaissait pas les contrées au-delà des montagnes blanches. Surtout que, cette période de sa vie, elle devait en profiter pour faire tout un tas de chose avant de revenir et terminer une vie paisible sans se poser trop de questions. Alors, préparant ses affaires, embarquant des affaires personnelles et des vivres, ainsi de quoi se réchauffer pendant les nuits où elle évitera de s’arrêter durant la nuit, s’il n’y avait pas d’auberge à proximité. Et une fois toutes ses affaires réunies, elle mit son sac sur le dos et accrocha une petite sacoche autour de sa taille pour y ranger des vivres dans des sortes de boîtes qui conservaient bien la nourriture, qu’il fasse chaud ou froid, leur saveur restera quasi authentique. De plus, elle avait bien choisi sa période pour partir. C’était le moment des fortes chaleurs sur les plaines d’Astrune et aussi les moments les moins dangereux pour dévaler la pente de la montagne de Freezis. Quelque peu angoissée, elle dira au-revoir à ses parents, leur promettant qu’elle ferait son possible de leur envoyer au moins une lettre, bien qu’elle ignorait comment s’y prendre une sur place, et reviendrait pas trop tard chez elle. Et c’est sur de bonnes choses qu’elle tourna le dos à la ville qui l’avait vue naitre et franchira le portail de celle-ci sans se douter que son voyage n’allait pas se dérouler comme elle se l’attendait.

La pente ne fut pas aussi compliquée que ce à quoi elle s’était attendue après les multiples histoires qu’elle avait pu écouter de la bouche de plusieures personnes de la ville. Bien évidemment, elle s’était aidée de la corde qui y était mise à disposition, pour éviter de glisser et de se blesser en faisant une mauvaise chute. S’y agrippant fermement, elle descendit lentement tout en profitant de la vue qu’elle pouvait avoir à certains passages pour ensuite continuer sa descente. Ce fut relativement long et laborieux mais elle parvint en bas sans trop de problème, rien de plus que de la fatigue à dire. Alors, voyant que la nuit n’allait pas tarder à tomber sur le monde d’Astrune, elle se décida donc de partir à la recherche d’un coin agréable pour y planter son campement et y passer la nuit. Ainsi que, au préalable, allumer un bon feu pour se réchauffer après cette descente froide et la nuit qu’y allait s’annoncer assez mordante. Donc, s’enroulant dans des bonnes couvertures, à côté d’un feu, elle s’endormit tranquillement, sans avoir la moindre peur. En fait, elle ignorait les réels dangers qui couraient dans les plaines comparés à la montagne où elle vivait.

Le Lendemain matin, elle fut réveillée par la nature, par les oiseaux chantant joyeusement, les rayons du soleil caressant ses joues qui commencèrent à rougir sous la chaleur et Sabby n’eut autre choix que de se lever pour de bon une fois qu’elle s’était rendue qu’elle ne pourrait pas refermer l’œil. Reprenant sa marche, elle parcouru les plaines pour finalement voir à l’horizon la ville de Nandis. Elle surplombait déjà, de loin, la totalité des environs et la jeune Freezienne avait hâte d’y être pour pouvoir la voir de ses propres yeux. Des tas d’ouvrages décrivait la ville, tant en bien qu’en mal, dans la bibliothèque de sa ville natale. D’autant que ses yeux exprimeront encore mieux la vue de la cité que les mots de ses bouquins poussiéreux qu’elle avait lus et relus. Et surtout que les illustrations, qui n’étaient que des vulgaires croquis, dénués de toutes vies, ne montrant pas réellement l’imposante ville que Sabby voyait au loin, les mains sur son front, en visière au-dessus de ses yeux.

*Je me demande bien comment est l’ambiance là-bas. J’espère que sa ressemble un peu à Freezis !*

Prenant une grande bouffée d’air, se bombant le torse, fière de voir tout le chemin qu’elle avait parcouru sans se perdre, elle s’engagea sur un chemin qui menait à la cité de Nandis, passant à côtés de nombreuses personnes vêtus d’une toute autre manière que la jeune fille. Certains semblaient très riches, d’autre pauvre avec leurs habits déchirés et sales. Déjà rien qu’en voyant cela, elle commença à perdre espoir en l’image qu’elle s’était faite de sa destination. Elle avait pensé à une grande ville prospère où tout le monde se côtoyaient amicalement, sans différence de classe. Et en voyant des personnes aussi males vêtues, le sourire sur ses lèvres s’effaça rapidement pour ne rien laisser paraître. Ses pas se mirent à ralentir au moment où elle se retrouva face à l’imposante entrée de la cité. Elle ne savait pas si elle devait y aller ou pas, pour finir. Si son voyage aurait été nécessaire ou non ?! Après tout, venir ici était une envie secondaire. Son but précis était de retrouver son amie qui n’était pas toujours revenue au village comme elle le lui avait promis. Une promesse, oui. Mais il suffirait que quelque chose n’aille pas pour qu’elle ne puisse pas la tenir. Serait-elle morte ? Séquestrée par sa famille pour pas qu’elle revienne sur ses pas ? C’est ce que voulais savoir Sabby, justement.

*Si je ne rentre pas, je ne pourrai peut être jamais le savoir. Après tout, elle est peut être retenue ici et il y a suffisamment de monde pour que je puisse dénicher une bonne information pour mes recherches. Alors bon…*

D’un pas décidé, elle rentra dans la cité et fut immédiatement prise de panique en voyant la différence de population entre ici et Freezis. Tellement de monde, elle croyait bien qu’elle allait étouffer et finir morte sur les pavés de la ruelle si elle ne trouvait pas un endroit calme et vide de personne. D’ailleurs, en y pensant, l’idéal serait de trouver une auberge, vous ne croyez pas ? Bien sûr ^^ ! C’est ce que fera la jeune fille qui se mit à longer les ruelles, tendant d’éviter d’entre dans la masse en mouvement pour ensuite repérer un établissement dans lequel elle y entra, referment la porte en soupirant, passant le revers de sa main droite sur son front.

*Quelle masse de monde, vais-je tenir suffisamment longtemps pour te trouver, Ely ?*

Se dirigeant vers le comptoir, elle paya son dû pour passer au moins une nuit ici et décidait ensuite de ne plus ressortir le restant de la journée, préférant donc essayer d’aller faire un tour durant la nuit. Peut être que sa allait être plus calme. Et elle profitera du temps restant pour tenter de se renseigner un maximum tout en ne sortant pas de l’établissement, discutant avec l’hôtelier ainsi que les gens de passages pour en savoirs plus sur la cité. Apparemment, il y avait encore moins de point commun que ce qu’elle le pensait. Premièrement, elle obtenu le nom d’une guilde, la Dague Ensanglantée, un nom qui lui fit faire la grimace en y pensant. Et quelques informateurs trainaient en ville, peut être avaient-ils des informations concernant Ely ? Sa ne coûtait rien de demander, n’est-ce pas ? Et puis, s’il fallait payer quelque chose, elle versera la somme demandée pour avoir l’information sur son amie qu’elle rechercher depuis quelques semaines maintenant. Et les cernes sous ses yeux en témoignaient son manque de sommeil puisqu’elle passait les nuits à marcher en ville pour dénicher quelque chose. Mais en vain. Personne n’avait rien à lui dire sur elle et elle ne trouvait aucuns membres de la guilde. Sa commençait sérieusement à être fatiguant et elle commençait à désespérer sérieusement, limite si elle n’allait pas retourner à Freezis pour l’attendre, encore et encore. Quand soudains… passant à côté d’une rue obscure…

Elle entendit une voix s’élever suffisamment haute pour savoir qu’il engueulait une personne. Une seconde voix, indiquant que l’autre personne était plus jeune, lui répondit. Sabby n’avait pas pu saisir ce qu’ils se disaient vu comme elle avait sursauté en les entendant briser le silence de la nuit. Mais, curieuse, elle se plaqua contre un mur et écouta discrètement ce qu’ils se disaient. Tous portaient à croire qu’ils parlaient d’une guilde, d’une erreur qu’ils avaient commise et d’une mission qui n’avait pas été portée à bien. Malheureusement pour la jeune fille, sa curiosité la mènera à sa perte car, sans s’en rendre compte, elle fit tomber une latte de bois bousculée par son pied. Un bruit assourdissant interpella les deux hommes qui sortirent alors de la rue, s’extirpant de la pénombre avant d’apercevoir l’origine de ce vacarme, Sabby. Cette dernière les regardait, un sourire gêné sur les lèvres avant de se gratter l’arrière de la tête en reculant de quelques pas et, subitement, tournant sur ses talons, elle détala aussi vite qu’elle le pouvait. Les deux membres de la guilde à ses trousses !

Bifurquant dans plusieures ruelles, elle espérait les semer. Mais un handicap majeur la désavantageait sérieusement comparé aux deux hommes, toujours en train de la courser. Contrairement à eux, elle ne connaissait presque rien de la ville et donc, les raccourcis où les coins idéales pour tendre un piège, ils en savaient long et avaient une trop grande longueur d’avance sur Sabby. Lorsqu’elle se décidait à jeter un coup d’œil à ses arrières, elle ne les aperçu plus. Ils avaient disparus et elle croyait bien les avoir semés. Arborant un énorme sourire, un regard plein de satisfaction, elle leva un poing en l’air et s’auto-félicita pour avoir réussit une telle performance, dans une ville qu’elle ne connaissait point. Cependant, sa joie la quitta rapidement quand elle se rendit compte de la présence des deux inconnus devant elle. Ils avaient fait le tour pour la coincer ?! Joli, mais très fâcheux pour Sabby, désormais. Comment allait-elle faire pour s’en tirer ?! Se battre, logiquement. Donc, elle sortit sa rapière pour ensuite reculer de quelques pas. Une certaine peur commençait à la gagner et les deux hommes sortirent leur épée, eux aussi. Hm… Mal partit pour elle, dites voir. Et justement, l’un d’eux engagea la rixe contre elle qui para avec facilité pour ensuite lui coller un magnifique coup de pied dans la figure. Le suivant subit légèrement le même sort puisqu’il imita son coéquipier tout en se prenant une balayette dans les côtes qui le propulsera sur le mur à côté de lui. Ainsi, Sabby avait créée une faille et elle en profita pour filer.

À peine avait-elle pu se défaire de ces deux brutes, trois autres lui barrèrent la route, à la sortie de la ruelle et l’attrapèrent sans qu’elle ne puisse se défendre. L’assommant alors, un coup dans la nuque et, les dernières choses qu’elle pu voir, ce qu’ils passèrent un gros sac au-dessus d’elle, probablement pour la transporter sans qu’elle soit vue par qui que ce soit d’autre qu’eux. Sa vision s’estompa et rapidement, elle perdit conscience au moment où elle sentit qu’elle se faisait soulevée, enfermée dans un sac. Rien, elle ne pouvait rien faire pour essayer d’appeler à l’aide, tous ses sens étaient en déstabilisés. Le noir envahira la conscience de la jeune fille pour l’emmener dans l’évanouissement complet.

Une salle… Oui, une salle aux parois boisées. Un plafond en pierre et le sol en carreaux de pierre, lui aussi. Il faisait froid, les pieds nus, le glacé du sol remontait tous les nerfs des jambes de Sabby qui suréleva ses pieds. Sa conscience lui revenait peu à peu et elle ne se rappelait pas d’avoir ôté ses chaussures pour sortir, ni durant sa balade. Alors, les lui auraient-ils retirés eux même ? C’était à envisager surtout que, soudainement prise par une bouffée d’angoisse, elle pu constater la présence d’arme de torture entreposés sur les murs ou posée contre. Une grande table en bois brute et d’autre truc du genre assez effrayant. Personne n’était présent dans la pièce et Sabby ne pouvait que soupirer. Mais… Mais... Allait-elle se faire torturer ? Non, quand même pas… Elle n’avait rien fait pour mériter un tel châtiment si c’est ce dont les cinq hommes avaient l’intention de faire. Qui pouvait bien lui vouloir du mal, donc ? Qui, oui ? QUI ?! Mais les réponses à ses questions, elle les aura bien vite. Des échos de pas s’approchèrent ainsi que divers murmures avant qu’une porte en bois ne s’ouvre dans un grincement à en glacer le sang. Les hommes qu’elle avait rencontré rentrèrent dans la salle, mais ne refermèrent pas la porte, par contre. Qui était là ? Qui pouvait bien vouloir assister à une telle scène ? C’est alors qu’une personne entra, une femme précisément. Non… Cette chevelure soyeuse… Ce regard ambitieux et topaze… Cette taille fine mais robuste et ce visage si familier… Non, pourquoi elle… Pourquoi ?!

- ELY !? Cria Sabby en la reconnaissant.

- Oh… C’est toi, Sabby !?

- Ely… S’il te plaît… Aides-moi.

- Uh... T’aider ?

Un sourire malsain se dessina sur ses lèvres alors qu’elle se mit en face de Sabby, la regardant de haut, la surplombant de toute sa taille avant de saisir la jeune fille par les cheveux et de la traîner jusqu’à la table en bois massif. Là, un homme lui détacha les mains et Sabby pu alors se les désengourdir sans trop de mal.

- Tu vas payer le tribut, Sabby.

- Pa… Payer un tribut… Mais… Mais pourquoi ?! Qu’ai-je fais de si grave ?

- Premier acte : Tu t’en es pris à la guilde sans raison apparente et tu…

- Ils m’ont pourchassée ! Je me suis défendue !

- … tu vas te sacrifier pour ta famille !

- Ely… Que me racontes-tu, là ?

- Ton père, c’est lui qui nous a dénoncés à la mairie de Freezis.

- Comment… ?

- Oh… Tu ne le savais pas. Ben tant pis, tu es au courant maintenant !

- … Que vas-tu faire maintenant, Ely ?

- Tu vas payer, bien évidemment. Trois ongles, sa devrait convenir.

- Trois… ongles… c’est-à-dire ?

- Les arracher avec cela, pardi !

Un objet fut posé sur la table alors que Sabby détourna son regard pour voir ce dont il en était la cause. Une machine de torture venait de lui être donnée. Un appui pour le bras gauche, précisément.

- Ely….

- Fais-le ou ils meurent tous, la ville entière ! D’ailleurs, trois ongles contre une bonne centaine de vie, c’est facile à faire, n’est-ce pas ?

- Je…

- Fais-le ou je le fais et tu risques de souffrir encore plus !

- D’accord… Je le fais.

Commençant à trembler, Sabby fixa l’objet avant de déposer son bras, le passant dans les ceintures qu’elle serra ensuite pour empêcher à son bras de bouger. Son regard dévia sur Ely qui l’incita à continuer, d’un hochement de tête. Ravalant sa salive, Sabby enfila son premier doigt dans une petite fente métallique qui laissait l’ongle visible et ressortir pour y être mieux arraché ensuite. L’ongle se tenant dans le crochet d’un clapet pour l’arracher. En position, Sabby tenta un dernier regard de supplice à Ely pour voir si elle avait changé d’avis, mais elle ne reçu qu’une parole l’incitant à continuer sur la bonne voie.

- Fais-le ou je les tues tous !

- Ely…

Ses yeux commençant à laisser des larmes perler sur ses joues, Sabby posa son regard sur son ongle et sur sa main libre pour la lever en l’air, restant immobile quelques secondes, pensant à toutes ces personnes qu’elle pourrait sauver en faisant cela. Mais la peur de la douleur l’empêchait de bouger. Oui, elle avait peur d’avoir mal, trop peur. Mais jamais elle ne pourrait outrepasser une douleur pour sauver une vie. Et là, c’était Freezis tout entier dont il était question. Son poing élevé en l’air se serra davantage et finira par s’abattre violemment sur l’espèce de levier qui servira à lever le crochet tenant l’ongle dans ses griffes pour l’arracher d’un coup sec du doigt de Sabby qui serra les dents, fermant les yeux, se mordant la lèvre inférieur jusqu’à en saigner. La douleur lui fit tourner la tête et elle osa un coup d’œil sur son doigt maintenant dépourvu d’ongle. Du sang coulait sur la table, l’ongle expulsé un peu plus loin sur la surface en bois, le doigt complètement rouge, une peau déchirée.

- Continue, Sabby. Encore deux.

- Ely…

- D’accords… Dit-elle en jetant un coup d’œil à un des hommes.

- Non non non ! Je peux le faire… Oui, je peux le faire.

- Alors continue.

- Ce n’est rien, je peux continuer…

Claquant des dents, elle se mit à déplacer sa main gauche lentement, enfilant maintenant le second doigt pour le retirer, lui aussi. Sa main droite se levant encore une fois en l’air pour se préparer à s’abattre de toutes ses forces sur le levier. Aller, encore deux… Deux et un ensuite. Tout le monde sera sauvé, ainsi et elle pourrait comprendre pourquoi Ely lui en voulait à elle, précisément.

- Je peux le faire… Je peux le faire… Ce n’est pas dur… Se murmura-t-elle à elle-même avant de laisser sa main droite faire ce qu’elle avait à faire. GYAAAAAARGH ! *essoufflement*… Oh non…

Pourquoi « oh non » ? Le coup avait été porté de la même force que le précédent, elle le savait ! Mais alors, pourquoi l’ongle avait été arraché qu’à moitié ! Non, non… Pas encore une fois.

- Ely… Ely… Arrêtes, c’est trop dur ! S’il te plaît !

- Courage, il n’en reste que un et demi, Sabby ! Lui répondit Ely en la secouant par les épaules, faisant un signe de tête à ses hommes de main.

- Non non… C’est trop dur… J’ai mal… Si mal… *pleure*

Enfonçant sa tête dans la nuque d’Ely, Sabby partit en sanglot, pleurant toutes les larmes de son corps pour tenter d’apaiser cette souffrance. Elle avait si mal et ce n’était pas fini. C’est alors que les hommes la maintenaient, un lui mit un bandage autour des yeux et l’immobilisa en passant son bras autour de son cou, une main sur le dessus de la tête tandis qu’un dernier se chargea de placer correctement sa main ensanglantée, l’ongle bien mit en place, il appuya aussi fort qu’elle sur le levier qui se chargera de faire ce qu’il avait à faire… Ainsi ils lui arrachèrent les ongles restant pour qu’elle paie son tribut pour la ville de Freezis.

Une demi-heure plus tard…

Recroquevillée sur elle-même, Sabby avait été enfermée dans une prison, creusée dans de la roche, humide et glaciale, elle tremblotait de peur et de froid. Ses trois doigts la lançaient sans cesse et à chaque fois qu’elle respirait, elle avait l’impression que la souffrance s’accentuait affreusement. Sa main gauche étant grossièrement enveloppée par un tissu sale, elle ne pouvait rien faire pour le moment avec celle-ci. Des jours, oui, ça faisait maintenant trois jours qu’elle était enfermée et qu’on la nourrissait avec du pain, de l’eau et de la soupe, ni plus ni moins. Néanmoins, Ely venait lui rendre visite de temps à autre et s’accroupissait simplement devant les barreaux et la fixait avant de partir. Durant ses moments, Sabby restait soit tout au fond de sa cellule, tétanisée. Ou encore, elle s’appuyait sur les barreaux avec sa main vacante pour fixer Ely et la supplier de la laisser partir maintenant. Mais aucunes réponses ne sera sortie de sa bouche. Elle venait, la regardait et repartait. Ainsi encore pendant plusieurs jours ou Sabby sombrait dans une profonde déprime. Inhabituellement, elle se mit à supplier les Dieux de ce monde pour demander leur pitié et la sortir de là. Elle n’y croyait pas réellement à la base, voire même pas du tout. Néanmoins, elle priait et leur envoyait des messages d’au secours. Pendant encore toute une semaine entière…

Son moral en prit un coup et elle était à deux doigts de vouloir se donner la mort à elle-même lorsqu’elle perçu une faible lueur dans la paume de sa main droite avant de disparaître. Gardant son regard rivé dessus, elle se concentra à nouveau, mais rien ne se passa. Qu’est-ce que c’était ? Ah ! Sa y est ! La lueur était revenue et des bruits de pas résonnèrent soudainement dans le couloir menant à sa cellule. Cette fois-ci, Ely était accompagnée d’un mage. Pourquoi faire ?! Surtout que le magicien avait une drôle de figure, un sourire satisfait avant de donner une bourse à Ely qui s’en alla, ravie de ce qu’elle venait de recevoir. L’homme s’agenouilla en face de Sabby et la fixa au travers des barreaux. Ses yeux étaient plongés dans le noir et on ne pouvait que distinguer son sourire qui s’effaça avant que sa voix ne lui adresse la parole. En murmurant faiblement, obligeant Sabby à s’approcher un peu, en dépit de sa peur profonde.

- … convenu avec cette femme… tu seras mon cobaye pour une expérience un peu spéciale. Non pas en mal… tu n’auras point mal… mais cela peut être effrayant…

- Que… que voulez-vous… tester ?

- Une magie que j’ai confectionnée… Je pense que, si elle fonctionne, elle pourra s’avérer utile à l’avenir. Une fois faite et après constatation, je te ferai sortir de là, jeune fille.

- Je ne comprends pas.

- Vous verrez…

C’est alors qu’il leva sa main droite et plaça sa paume contre les barreaux pour les faire fondre avant de diriger cette même paume en direction de Sabby qui fit les gros yeux tout en reculant. Elle allait finir fondue comme cette barrière ?! Ah non ! Surtout pas… Elle en avait assez subit et elle ne fera rien de plus ! Alors, tentant de se lever, le magicien cessa son incantation quand il aperçut la silhouette de la jeune fille se faire envelopper par un halo de lumière, si aveuglante, qu’il dû placer son bras devant ses yeux pour se les protéger. Alors, ne voulant pas rater cette occasion, il reprit rapidement sa formulation et l’exécuta. Au même moment, Sabby tentait de passer en force par-dessus lui, en sautant, et des rayons lumineux jaillir de son corps pour frapper le sorcier en pleine figure et le sort qu’il avait lancé se heurta à la barrière de lumière, faisant dissiper toute lueur. Une fumée noire s’était collée à Sabby, au niveau de son abdomen avant de l’envelopper et de la faire paniquer. Ensuite, cette fumée se condensa en une sphère homogène et fila en un rayon dans le corps de la fille qui se colla contre un mur.

*Que… que…*

- Attrapez-la ! Ordonna une voix de femme, au fond du couloir.

*Oh non ! Oh non !*

Elle se paralysa au milieu du couloir avant de se secouer la tête, réalisant qu’elle n’aurait sûrement plus une chance pareille de pouvoir s’en sortir. Mine de rien, il avait tenu sa parole, le sorcier et elle était en dehors de sa prison. Fermant les yeux, elle pria à la puissance lumineuse de revenir à son secours et elle fut à nouveau enveloppée dans une couverture lumineuse. Les ombres se profilèrent sur les parois en pierre du couloir alors que Sabby, laissant aller son envie de vivre, couru dans leur direction et assomma les gardes avec cette lumière. Ensuite, ce fut au tour d’Ely de lui barrer la route pour l’empêcher d’aller plus loin ! Ne comprenant toujours pas son comportement, elle se rua sur elle et la plaqua au sol, l’observant un moment avant de se relever et de l’abandonner là, couchée dans le couloir, pour aller au moins récupérer sa rapière qui avait été entreposée dans un dépôt d’arme, près de la sortie des locaux. Saisissant aussi une cape au passage, pour se couvrir un minimum, elle parvint à s’enfuir de ces lieux cauchemardesque et quitter la ville de Nandis en courant comme une dingue, réussissant à semer les quelques membres de la guilde qui lui courrait après pour la rattraper, mais en vain, elle courrait soudainement trop vite pour eux et la jeune fille put enfin quitter ces lieux, courant dans les plaines…

Deux ans plus tard après sa fuite…

Toute cette histoire avec Ely et cette torture, Sabby avait réussi à les classer dans son passé et faisait avec. Ses trois doigts étaient, et étrangement, toujours dépourvus d’ongle les ornant à leur extrémité. Mais cela, elle avait mis des bandages sur ses trois là pour les cacher et continuer à vivre sans trop y penser. À chaque fois que ses yeux se posaient sur cette main, ses souvenirs revenaient à la charge pour lui faire mal ou lui donner une violente nausée qui la faisait toujours vomir. Après tout, ils étaient encoure douloureux, mais elle s’y faisait. Oubliant ce passé terrible…

Etant devenue une prêtresse, de Loomineï précisément. Pourquoi ? Elle était convaincue que cette dernière lui était venue en aide pour lui octroyer les pouvoirs magiques qu’elle possédait dorénavant. Pour soigner des gens blessés, pour combattre les ombres du mal. Tout ça avec la puissance de la lumière qui dormait en elle. Et elle avait parcouru maintes villes à la suite, traversé plusieurs sentier et plaine. Et aussi, elle était retournée à Freezis pour voir s’ils étaient toujours vivants, que la menace d’Ely n’avait pas été appliquée. Et en voyant que tout allait bien, elle ne pouvait que soupirer et redescendre la montagne… retournant à Nandis. Vous la croyez folle, n’est-ce pas ? Eh bien non. Vous vous rappelez du genre du sorcier, dans la prison ? Celui qui s’est changé en une fumée noire pour ensuite pénétrer dans le corps de Sabby ? En réalité, ce genre n’était sûrement pas de ce genre là, à la base, il avait dû être détraqué quand il est entré en collision avec la barrière lumineuse qu’elle avait autour de son corps à l’époque. Ainsi, le jour et la nuit, elle était plus la même physiquement. De jours, elle était la Sabby que Freezis connaissait. De nuit, elle en était une toute autre. Son physique uniquement. Son mental se transformait que très peu, juste qu’elle était moins « gamine » durant la pénombre et le clair de lune. C’est donc durant la nuit qu’elle put faire un tour à Nandis, dépourvue de ses dons de prêtresse par contre. Mais un autre pouvoir avait subsisté à ceux de la lumière : La Télékinésie.

Maintenant, de nos jours, ce jour même, Sabby était sous son apparence de jour et parcourait la forêt de Silmariën. Un lieu qu’elle ne connaissait pas la moindre du monde et elle souhaitait rencontrer les fées dont certaines personnes lui avait cité leur territoire, approximativement. Mais aucuns d’eux ne parvint à lui donner l’emplacement exacte, seulement la forêt. Ainsi donc, elle errait entre les arbres qui la surplombaient de toute sa taille et elle cherchait, non pas désespérément, mais tout comme. Est-ce qu’une d’elle allait se montrer pour l’accueillir, sachant qu’elle ne leur en voulait aucun mal ?

C’est ce que l’on n’allait pas tarder à savoir…



~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~



~Particularités propres à votre espèce : Pas de particularités, ni de défauts.



~Ce qu'il ou elle aime : Elle aime engloutir des fruits rouges à en mourir x), elle apprécie notamment aider les gens dans le besoin et de porter secours à n’importe qui ! Ce genre de chose…

~Ce qu'il ou elle déteste : Le mal et la violence. Elle peut difficilement les voir en face, sous l’apparence de jour. Autrement, les personnes qui se croient supérieurs et qui se permettent de faire le mal, elle les remet en place sur le champ !

~Ses Peurs : La mort, la souffrance.




~Arme(s) :

Comme arme, Sabby possède une lance avec, à l’extrémité, une lame aiguisée et faite dans un métal solide. Tandis que la Sabby du jour préfère employer une rapière au manche d’argent. Encore une fois, deux styles bien différents.




~Signe(s) particulier(s) : Sa malédiction qui fait qu’elle possède deux apparences différentes.

~Points forts : Même étant une fille assez fragile, elle n’est pas du genre à baisser les bras ! Elle tient ses paroles, elle n’en a qu’une seule et les accomplit toujours. Elle ne revient vers la personne une fois qu’elle sera accomplie avec succès.

~Points faibles : Elle est assez naïve et maladroite. Remarquez, la maladresse peut être une bonne et mauvaise chose à la fois. Mais dans ce cas, elle est un point faible. Elle est du genre fleur bleue.




Sabby de Jour :

~Pouvoirs :

Lumière salvatrice :

C’est sûrement l’un des sorts les plus puissants de Sabby. Il est fait de lumière et est très efficace contre le côté obscurs. Il fera du mal à ceux qui sont de ce côté-là et, si par malheur une personne du bien se retrouve mêlée aux tirs, elle ne sentira rien du tout, mais seulement une douce chaleur la traverser pour ensuite laisser le rayon continuer sa route vers sa cible de base. Pour vous l’expliquer en quelques mots, Sabby se concentrera pour créer un halo lumineux autour d’elle, aveuglant, pour ensuite condenser toutes cette lumière à l’intérieur d’elle, dissipant toutes la clarté de l’halo. Et au moment où l’ennemie est le plus proche, la sphère explosera et des rayons de lumière jailliront de partout et dans tous les sens, partant du cœur de Sabby. Si elle utilise cela trop souvent, ne serait-ce déjà qu’une seule fois, elle deviendra très faible car, étant une magie puissante, elle perd ses moyens et sa vision se trouble. Donc, rarement employé !


Prisma Arts :

Ceci est une magie de protection. Prisma arts s’exécute avec une série de mouvement de la main droite de Sabby et, trois points lumineux apparaîtront sur le sol pour ensuite être relier par des rayons. Et, s’élevant, formant une pyramide, enfermant Sabby à l’intérieur, il créera une barrière contre les sortilèges. Cependant, la fine barrière de lumière ne sera guère résistante aux coups physiques. Le moindre coup d’épée suffira à la fendre et a la briser ensuite, malgré la volonté de Sabby. S’il n’y a que des sorts contre elle, il peut en encaisser deux, maximums ou, autrement, il tient le coup durant deux petites minutes si les sorts sont de très faible puissance.


Arc-en-ciel :

Un autre sort de lumière s’associant à son arme, sa rapière d’argent ! Ce pouvoir se chargera dans sa main et toujours accompagnée de sa volonté, de son amour propre, pour envelopper la lame dans une enveloppe de lumière intense qui s’allongera d’un mètre de plus que l’arme de base. Et de ce fait, en frappant avec, elle projettera des lames de lumière, typique à des lames de vents, mais visible à l’œil nu, malheureusement. Par contre, elles sont relativement simples à éviter puisqu’elles sont visibles. Tout dépend de la vitesse de frappe de Sabby et de sa technique.


Attraction lunaire :

Ceci est une magie collective ! Elle procurera une petite résistance physique à ceux qui l’entour, durant un combat. Par exemple, elle se retrouve face à un puissant guerrier et ses deux alliés sont épuisés et arrivent à peine à tenir sur leurs jambes. Sabby, joignant ses mains comme si elle allait entamer une prière, fermant les yeux, murmurant une incantation, enverra une sorte de magie dite de « Booster » sur ses alliés, pour une durée de deux minutes. Ces derniers verront leur épuisement s’évaporer, les douleurs physique s’estompées un moment, et une force un peu au-dessus de ce qu’ils ont d’habitude. Cependant, uniquement utilisable sur un guerrier. Les autres sorciers ou prêtres ne seront pas affectés par ce « booster ».


Primeros Auxilios ! :

Ceci est un sort de soin comme tout le monde le connaît. Il soigne uniquement les blessures physiques mais peut aussi, légèrement, faire disparaître la fatigue comme l’épuisement. Sabby est une adepte de ce sort et sait parfaitement guérir la presque totalité des blessures ou maladies qui parcourent le monde d’Astrune !



Sabby de Nuit :

~Capacités spéciales :

Tranchant de Luna :

Celle-ci est une simple capacité décuplant légèrement la vitesse et la force de Sabby sous sa forme nocturne uniquement ! Elle se sert souvent de la pénombre pour se cacher et ensuite fendre sur son ennemi d’un coup de lame de sa lance. On l’appelle le Tranchant de Luna car, elle frappe souvent lorsque la lune est visible à l’œil, estimant que sa avait une attraction plus forte pour surprendre son ennemi.


~Talent secret :

La Télékinésie :

Depuis quelques années, Sabby a pu voir un pouvoir bien étrange se développer en elle. Oui, le pouvoir de déplacer les objets par sa simple volonté : la télékinésie. Cependant, bien que cela soit un talent secret, il comporte un revers de médaille assez dangereux si elle en venait à en abuser. A la moindre utilisation de cette sorte de magie psychique, Sabby sera assaillie par un mal de crâne. Plus elle l’utilise, plus elle aura mal. Bien évidemment, la douleur ne vient pas immédiatement, mais elle se fera sentir au bout de quelques minutes après la première manipulation mentale. À utiliser avec prudence…




~Ma couleur utilisée : Le Jaune !

~Code : Approuvé par Elfwyn !

~Narrateur/P.N.J : Oui, pourquoi pas le PNJ… ^^

~Statut : Terminée !


Dernière édition par Sabby Dorothea le Jeu 8 Oct - 13:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elfwyn
avatar
Récits 3344
MessageSujet: Re: Sabby Dorothea, l'enfant de la pleine lune !   Jeu 8 Oct - 5:29

Bonjour et bienvenue sur les Sept Destinées Sabby,

Présentation originale, j'aime beacoup l'idée du jour et de la nuit, ainsi que l'intrigue introduite dans l'histoire avec une Ely corrompue n'hésitant pas à torturer une amie t'antan. Donc rien à en redire sauf pour le faite que c'est très bien. Idem pour la prêtrise tu as bien compris le principe pour te servir de cette puissance et également pour trouver les bons pouvoirs. Donc félicitation.

Pour les pouvoirs je ne vois pas d'abus, ça c'est très bien, idem pour le côté sans classe, tout cela me convient à merveille. Cependant ta fiche serait parfaite, si il n'y aurait pas une erreur ici :

Citation :
~Classe : Guerrière et sans-classe (cela vous sera expliquez dans l’histoire !)

Héhéhé il va falloir arranger ça et tout sera bon, et oui dommage, il y a toujours une bêtise xD

Le Fyfy de service.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lauthentique-destiny.com
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Sabby Dorothea, l'enfant de la pleine lune !   Jeu 8 Oct - 13:07

Coucou ^^ !

Voilà, j'ai changé cette petite bêtise !
J'espère que c'est tout bon désormais ?!
Revenir en haut Aller en bas
Elfwyn
avatar
Récits 3344
MessageSujet: Re: Sabby Dorothea, l'enfant de la pleine lune !   Jeu 8 Oct - 23:15

Et bien oui tout est bon Sabby.

Tu peux d'ailleurs faire ton profil et signer le pact et tout sera ok.

Je te souhaite bon amusement au sein de ce forum, si tu veux tu peux rencontrer l'Oracle puisqu'elle est encore là jusqu'à minuit sur l'heure du RP.

Bonne chance dans ton aventure !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lauthentique-destiny.com
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sabby Dorothea, l'enfant de la pleine lune !   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sabby Dorothea, l'enfant de la pleine lune !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ Le gouffre mystique ~ :: Les présentations-
Sauter vers: