AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   Dim 27 Juin - 19:33

En provenance de : Menace à bord du Corivace

Par chance, Daëlan rejoignit une ruelle cachée par les branches d'un grand arbre d'un jardin d'un bâtiment donnant sur les docks. Le jeune homme aux cheveux blonds se dépêcha de s'enfoncer en direction de la ville. Les gardes étaient partout !

Il fallait qu'il retourne à la Sirène Rougissante, l'auberge où il séjournait depuis quelques jours. Cependant, s'il était dehors à une heure aussi tardive, vêtu de quelques vêtements déchirés et trempés, il était presque évident que les forces de l'ordre l'interpelleraient sans aucun doute. C'est pourquoi, il fallait rester discret. Il continua donc à traverser les ruelles sombres et étroites de Nandis. Il y avait trop peu de passants pour qu'il passe inaperçu.

Heureusement, le fait que le Corivace ait été repéré par des archers attira l'attention de l'ensemble des gardes de la cité, ce qui favorisait son retour dans la citadelle.

Le guerrier évita les endroits lumineux. Difficile d'être discret lorsqu'on mesurait environ 1m85 et qu'on avait une carrure imposante. De plus, la Lune brillait avec intensité et suffisait pour éclairer les grandes rues de la cité.

Ce fut finalement quand il rejoignit des endroits moins surveillés et plus proches de la Sirène Rougissante qu'il abaissa sa prudence et se hâta de regagner le bâtiment.

C'était l'auberge la plus connue et la plus grande de Nandis. Elle comptait plusieurs étages et s'étendait sur une vaste zone. Son toit était d'ailleurs accessible depuis l'intérieur (et depuis l'extérieur pour les plus habiles). Les serveuses étaient toute aussi bien aguichantes et dotées de courbes généreuses... On ne pouvait pas en dire autant pour les hommes : on retrouvait pour la plupart de vieux gaillards ivres et riant pour un rien et qui aimait plaisanter sur la beauté des "femelles" présentes auprès d'eux. Néanmoins, il s'avérait que cette taverne était la plus populaire car elle était aussi très bien tenue. Ceux qui se comportaient mal pouvaient se retrouver avec quelques problèmes sur le dos ou voire même un poignard dans le dos, qui c'est ? De toute manière, la Sirène Rougissante était un lieu connu de tous. La nourriture, la boisson, les chambres et la convivialité étaient excellentes.

L'homme aux yeux de fauve aperçut l'entrée et l'enseigne de l'immense édifice. Il esquissa un sourire d'être parvenu à sa destination. Avec un peu de chance, il pourra reprendre ses affaires.

A cette pensée, il eut le souffle coupé. Il plongea machinalement sa main dans une de ses poches, qui étaient vides toutes les deux. Il passa ensuite ses doigts dans une poche au niveau de son coeur et y trouva la clef de sa chambre. Il souffla de soulagement.

Soudain, notre protagoniste aperçut une silhouette juste à côté de lui. Le jeune homme fut presque surpris quand il aperçut Faith, qui l'avait suivi jusqu'ici.

- Que... Tu es encore là ? Je croyais que tu étais partie !

Juste derrière lui se tenait l'adolescente aux cheveux blonds. Il avait complètement oublié la présence de la demoiselle : il avait pris les devants et n'avait pas vérifié du tout si elle était venue avec lui ou si elle était partie dans une autre direction.

Mais elle était là.

~ Il est 1 heure 18 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   Mer 30 Juin - 18:20

C’est dans cette nuit fraiche et dégagée que l’Insaisissable courait de toit en toit avec aisance. Cela faisait quelques minutes qu’ils avaient quittés les docks. Mais l’adolescente avait rapidement voulu se mettre hors d’atteinte des gardes en contre bas. C’est pourquoi elle était montée en hauteur. Et puis Daëlan n’était pas assez discret à son goût. Bon il faisait des efforts, mais… Ce n’était pas encore ça. La voleuse évita soigneusement les endroits qui étaient surveillés par des sentinelles, ayant fait plusieurs fois la bourde, elle savait où ils étaient postés. Cela aurait été ridicule de se faire trouer par une flèche alors qu’elle venait de survivre à l’explosion d’un brûlot, à un ouragan et à une aire glaciaire…

Du haut de ses toits, la jeune fille essayée de garder un œil attentif sur Daëlan. Parfois elle devait faire quelques détours à cause des sentinelles mais elle réussissait toujours à le retrouver. Il se dirigeait droit vers la Sirène Rougissante. Sans doute se trouvait-il là bas avant de se retrouver sur le brûlot... Mais n’était-ce pas un peu imprudent… ? C’est vrai, après tout s’il s’était fait enlevé là bas, peut-être que ses ravisseurs étaient toujours là bas… S’était logique… non ? Mais d’abords, pourquoi est-ce qu’elle le suivait ? Faith ne le savais pas vraiment elle-même. C’est vrai que s’était étrange… Ce n’était ni un riche héritier ni… ni quelque chose d’aussi intéressant ! Alors pourquoi est-ce qu’elle le suivait ? Après toutes ces années, peut-être que l’adolescente ne supportait plus trop sa solitude. Il était vrai que cet homme était attachant. S’était-elle entichée de lui ? Il y a encore quelques heures, la voleuse aurait jurée ne plus jamais s’attacher à qui que ce soit. Ceci était sans doute lié à son histoire. Elle avait peur de perdre des êtres chers… Mais pourquoi se le permettait-elle aujourd’hui ? Peut-être parce qu’elle se sentait en sécurité en compagnie de Daëlan. Sans doute aussi parce qu’il pouvait se défendre seul…

L’Insaisissable arriva rapidement à la Sirène Rougissante. S’était une belle auberge qui était bien entretenue et qui avait une très bonne réputation en tant que matière d’accueille. Daëlan finit par disparaître par la porte d’entrée. Faith leva les yeux au ciel.

*Plus discret tu meurt…*

Ne pouvant agir comme son compagnon, sans doute à cause de son statut de plus grande voleuse de Nandis, l’adolescente opta pour une autre entrée plus discrète... C’est une fois sur le toit du bâtiment qu’elle se pencha vers le vide. Puis une petite minute plus tard elle trouva enfin ce qu’elle cherchait : une fenêtre ouverte. L’adolescente ne fit ni une ni deux qu’elle sauta. Se rattrapant à la gouttière qui grinça de mécontentement, elle parvint à décrire un arc de cercle la faisant directement entrer dans la chambre à la fenêtre ouverte. La réception fut même maîtrisée pour une fois ! Entrée en scène : parfaite ! La chambre n’était pas éclairée. Et un léger ronflement se faisait entendre. Faith avisa alors un monsieur qui dormait dans un lit à même pas un mètre d’elle.

*Heureusement que je n’ais pas plantée ma réception, il m’aurait certainement entendu…* Se rassura-t-elle.

Elle marcha sur la pointe des pieds en direction de la porte qui devait normalement donner sur le couloir, lorsque soudain les yeux de l’adolescente s’emplirent d’étoiles. Elle était tellement étonnée qu’elle en resta bouche bée et immobile au milieu de la chambre. Au pied du lit se trouvait un coffre fort. Ne pouvant résister à cette attraction titanesque, la voleuse s’accroupis devant et sortit son crocheteur adoré. Il fallait être silencieux sinon l’alerte allait être donnée. Il y eu un petit « clic » et la jeune fille su qu’elle avait réussis son coup. S’était si simple de déverrouiller un coffre ! L’Insaisissable avait mis pas mal de serruriers sur la paille à cause de son fabuleux crocheteur. Pas un seul coffre ne pouvait lui résister au monde ! Faisant taire momentanément son égo surdimensionné, Faith ouvrit délicatement le coffre. Il ne grinça même pas ! La voleuse ne put s’empêcher de lâcher un petit cri de d’excitation lorsqu’elle vit le coffre remplis d’or. Elle leva soudainement la tête vers le propriétaire de la chambre, il avait cessé de ronfler. Quelques secondes s’écoulèrent durant lesquelles la voleuse eue l’impression de voir sa vie défiler… Puis l’homme se tourna pour dormir sur le ventre et recommença à ronfler.

-Ouf…

Erreur. Grave erreur ! Vous savez, c’est le genre de « ouf » que vous laisser tomber comme pour vous soulager d’une trop grande pression. Bhé… parfois, retenez le !

-Quoi ? Qui… qui est là ?!

-Merde…

L’Insaisissable ferma le coffre et s’en empara. Il était un peu lourd, mais il valait mieux ne pas traîner. L’homme, qui devait avoir un parent baleine, peina à se lever pour finalement tenter de se mettre debout. Faith l’observa, manquant de vomir devant le spectacle qui s’offrait à elle. Le mastodonte se tenait debout de toute sa hauteur, environs 1 m 75-80. Il portait un habit de nuit trop petit pour lui et un ventre prononcé pendait à l’air. Le visage n’était guère mieux… de petits yeux noirs qu’on voyait à peine et des lèvres de cheval…

-Qui est-tu ? Qu’est-ce que tu fait avec MON or ?!

-T’inquiète pas mon grand, si tu regarde bien entre les plis de ta graisse, tu devrait retrouver quelques pièces… Lâcha-t-elle prise soudainement de nausée.

Elle n’attendit pas plus longtemps et se dirigea droit vers la sortit. A ce moment là, la voleuse entendit un « à l’aide, au voleur » venant de derrière elle, mais elle n’y prêta pas attention. Comme elle s’y attendait, elle se trouvait dans le couloir. La baleine mâle quant à elle semblait tenter de lui courir après. A en juger par les tremblements du parqué. Lorsque soudain il y eu un énorme bruit indescriptible. Jetant un coup d’œil en arrière, le volé venait de s’étaler de tout son long sur le sol. Et telle la tortue, il ne parvenait pas à se relever. Il vociférait des « a l’aide bande d’incapable » et des « en temps que marquis cette situation est inacceptable »…

*Bla… bla… bla…* Songea-t-elle en soupirant de lassitude.

Elle ne comprenait décidément pas pourquoi les nobles pleuraient dès qu’on leur empruntait (comme le disait souvent Faith) quelques pièces d’or. C’est vrai quoi… Ils devaient en avoir plein chez eux… Nan ? Mais des bruits de pas précipités se firent entendre au coin du couloir. L’Insaisissable partit donc dans la direction opposé. Elle courait, courait et courait à en perdre haleine. Comme si elle était entrain de jouer sa propre vie. Elle regarda quelques secondes en arrières lorsque sa tête et son corps tout entier heurta quelque chose de dure. Faith tomba lourdement au sol sur les fesses. Son coffre, lui, décida de lui échapper des mains et d’apprendre à voler. Mais le résultat ne fut pas très concluant et il s’écrasa sur le sol, révélant son contenu. La voleuse observa alors ce qu’elle avait percuté. Il s’agissait en faite d’une personne. Et s’était quelqu’un de familier.

-Mais on ne t’as jamais dit de ne pas te mettre au milieu d’un couloir Daëlan ?!

Les bruits de pas se rapprochant, la voleuse rassembla toutes les pièces d’or pour les ranger dans le coffre. Puis elle lâcha un bref « mais aide moi bon sang ! » à l’attention de son ami. Elle referma ensuite le coffre avec empressement et remarqua que Daëlan s’était trouvé devant une porte juste avant qu’il ne s’amuse à lui rentrer dedans…

-C’est ta chambre ? Demanda-t-elle impatiemment, allé viens vite ! Si l’on te trouve ici tu pouvait avoir des ennuis ! Ajouta-t-elle en lui attrapant la main et en entrant à l’intérieur.

Faith espérait qu’il s’agissait bien de la chambre du guerrier. Si ce n’était pas le cas, ils étaient cuits. Une fois à l’intérieur, la voleuse aperçus une armoire dans l’obscurité. Elle l’ouvrit à la volée et entra à l’intérieur avec son coffre. Puis elle regarda Daëlan et lui dit rapidement :

-On a de la chance, y a personne ! Change-toi vite et fait semblant de dormir ! Si on frappe à la porte, tu feras comme-ci tu venais de te réveiller ! Je t’explique après !

Sur ces quelques mots, la voleuse referma les portes de l’armoire et se plaça dans un coin. Serrant son coffre contre son sein comme s’il représentait sa vie. Son cœur battait la chamade. Mais l’Insaisissable aimait bien ce genre de situation. C’était ce moment là qui était le plus amusant lorsque l’on volait quelque chose. Et s’était ce moment précis qui distinguait les petits voleurs des rues des grands voleurs. Faith espéra que Daëlan n’allait pas commettre d’erreur d’inattention. Ce n’était pas le moment…

Spoiler:
 

~ Il est 1 heure 19 ! ~


Dernière édition par Faith Aoghan le Mer 30 Juin - 23:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   Mer 30 Juin - 19:27

[HRP : Je vais plutôt accepter]

Finalement, la jeune adolescente ne daignait pas descendre. Peut-être qu'elle était bien trop connue du public pour pouvoir l'accompagner dans la taverne ? Quoi qu'il en soit, elle l'avait suivi, pour une raison ou une autre. Sans attendre plus longtemps, l'homme aux yeux de fauve se dirigea vers l'entrée de l'auberge et poussa la porte.

A une heure aussi tardive, la Sirène Rougissante était encore pleine d'animation. Les clients remplissaient la grande salle et discutaient entre eux avec virulence ! Ils semblaient tous choqués et perturbés, curieux de savoir pourquoi il y avait tant de gardes dans les rues de la citadelle de Nandis. Des hommes lançaient à tout va des hypothèses provenant de leur imagination tandis que d'autres ne s'en préoccupaient nullement et se contentaient royalement de finir leur chope de bière. Le tavernier était différent de celui de la journée : cela devait être son fils. Jeune, grand et pouvant aisément gérer la boutique à la place de son paternel, il essuyait, pour ne pas sortir du cliché, des verres déjà propres avec une serviette. Lorsqu'il aperçut Daëlan, son regard étincela. Il fouilla dans sa poche et retrouva aussitôt une petite clef. Ensuite, il écarta les bras pour accueillir le guerrier.

- Hééééééééé !!! Vous en avez mis du temps ! Tenez, voici votre clef... Hmm... Vous avez passé une bonne soirée ?

Daëlan avança jusqu'au comptoir et prit aussitôt la clef en murmurant un "merci". L'odeur de l'alcool et de la fumée était forte. De même, il faisait une chaleur étouffante. Les fenêtres ouvertes ne suffisaient pas à rafraîchir. Seules les boissons avaient le don de faire baisser la température : le business fonctionnait à merveille.

- Bonne soirée ? Haha... On va dire ça.

- Vous êtes trempé ! Ne me dîtes pas que vous avez tout de même...

- Loin de là l'idée de m'acheter les faveurs de quelques courtisanes.

- Hahaha, mais vous êtes jeune vous aussi mon ami. Ne gâchez pas les bels instants de cette vie si courte ! Profitez-en !

- J'y penserai la prochaine fois. Pour l'heure, j'aimerais plutôt profiter de mon lit.

- Bien bien bien. Vous connaissez le chemin !

Le Lion sentait des regards dirigés vers lui. Il est vrai qu'il n'était pas encore tout à fait sec. Notre protagoniste plongea son regard à travers la foule. Des jeux de carte, des paris, des femmes presque dénudées, des dizaines de tables, des centaines de bouteilles et de verres, l'auberge était presque un second foyer pour les pauvres gens qui ne pouvaient plus voyager hors de Nandis et dont la vie était liée à la cité. Daëlan esquissa un sourire puis il s'avança jusqu'au fond de la pièce avant de monter les quelques escaliers qui menaient aux étages supérieures.

Il souffla. La chaleur de la Sirène Rougissante le réchauffait rapidement. Quand il était sur le Corivace, il se serait cru au beau milieu des glaciers éternels. Il frotta ses bras et sentit à quel point sa peau était froide comparé à ce qu'il pouvait ressentir.

Il réfléchit à ce qu'il allait faire lorsque le jour sera levé. Peut-être ira-t-il s'informer des dernières nouvelles ? Au moins, il retrouvera ses affaires. La seule bonne chose dans toute cette histoire, c'était que son mal de crâne était passé et qu'il allait enfin pouvoir être en paix.

C'était ce qu'il pensait.

Il arriva dans le couloir des chambres et chercha la porte numéro 11. L'ex-soldat saisit la clef entre ses doigts et déverrouilla la serrure lorsqu'un effroyable cri qui appelait à l'aide et annonçait la présence d'un voleur se fit entendre. Daêlan jeta son regard vers le fond du couloir et aperçut des cheveux blonds et une mince silhouette qui portait entre ses bras un petit coffre. Le Défenseur ne bougea pas et reçut de plein fouet l'adolescente qui emportait son nouveau butin. Faith sembla rebondir sur le guerrier et tomba à terre. L'homme aux cheveux blonds le regardait avec un air hébété, un peu dépassé par les évènements.

Faith lança alors à Daëlan qu'il ne fallait pas se mettre au beau milieu d'un couloir ! Tout autour d'elle, des pièces d'or étaient éparpillées sur le sol, éjectées du coffre ouvert.

- Faith...

Elle lui siffla de l'aider à ranger toutes les pièces d'or dans le coffre. Tout en disant cela, ses mains avaient l'air d'avoir des yeux, tant elles bougeaient avec vivacité et repéraient des pièces que même les yeux de Faith ne pouvaient distinguer. Apparemment, elle ne voulait pas en perdre une seule !

- Faith...

La demoiselle repéra alors la porte numéro 11 et se jeta aussitôt à l'intérieur. Elle saisit d'ailleurs la main du grand homme aux yeux bruns et, d'une force qu'on ne pouvait croire venant de la part d'une voleuse, elle le tira avec elle.

- Faith !..

Daëlan referma avec lassitude la porte de la chambre et la verrouilla. De son côté, l'Insaisissable trouva une armoire vide et s'y glissa avec le coffre. Ceci fait, avec précipitation, elle lui conseilla de se changer rapidement et de faire semblant de dormir. Dès qu'elle finit de batifoler, elle referma la porte sur elle et le silence tomba comme une pierre.

- [Soupir]...

Le guerrier entendit alors des pas dans le couloir et la même voix qui continuait de crier aux voleurs. Une autre voix lui cria de la boucler et qu'il y avait des gens qui essayaient de dormir ici.

Le jeune homme inspira profondément.

- Faith !!

Avec un mouvement vif et rapide, il rouvrit la porte de son armoire, découvrant alors la jeune adolescente qui, visiblement, ne faisait qu'attendre la suite des évènements et tenait fermement entre ses bras son trésor comme s'il s'agissait de son enfant. A côté d'elle se trouvait tout l'équipement et les quelques vêtements de rechange du guerrier. Il y avait là les pièces d'armure, l'épée et le bouclier.

- Mais qu'est-ce que tu fiches bon sang ?!

Il avait murmuré. De toute manière, le temps que le client volé explique au tavernier la raison de son agitation et qu'on décide de fouiller toutes les chambres, un bon quart d'heure serait déjà passé.

- Ne me dis pas que tu as volé ça ?!!

L'ancien militaire montra le coffre. Il avait l'air énervé mais il était certain qu'il ne ferait en aucun cas du mal à la voleuse.

~ Il est 1 heure 21 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   Mer 30 Juin - 23:25

Faith respirait le plus silencieusement possible. Vous savez, à tel point qu’on fini par manquer un peu d’air. Nan vous ne connaissez pas ? Si vous n’avez jamais fait de cache-cache, il y a la corde à côté… Enfin bref, elle essayait d’être aussi discrète qu’une petite sourie. Puis des bruits de pas se rapprochèrent de l’armoire… Les battants s’ouvrirent à la volée et Daëlan apparut devant elle.

-Quoi… ils sont déjà passés ? Demanda-t-elle surprise.

Etrange, elle n’avait rien entendu… Peut-être qu’elle s’était assoupis. Encore plus bizarre, elle n’avait pas eu l’impression de s’être reposée. Etait-ce une armoire magique qui servait à avancer dans le temps ? Puis son ami lâcha un « Mais qu'est-ce que tu fiches bon sang ? » en un murmure qui se voulait tout de même autoritaire. Apparemment, Daëlan avait juste rouvert le placard après qu’elle ne se soit faufilée à l’intérieur.

-S’que je fiche ? Hmmmm… J’me planque !

L’adolescente s’apprêtait à refermer elle-même les battants de l’armoire lorsqu’il posa une autre question : « Ne me dis pas que tu as volé ça ?!! ». Faith parut interloquée. Elle cligna des yeux ne voyant visiblement pas de quoi il voulait parler. Elle le regarda dans les yeux et suivis son regard. Ce dernier désignait le coffre.

-De quoi… ça ? Ha nan ne t’inquiète pas ! C’est juste un emprunt un peu particulier… J’luis rendrais plus tard… peut-être, fit-elle en souriant.

Remarquant qu’il ne voulait visiblement pas plaisanter, la voleuse cessa de jouer la comédie. Cela se traduisit par un long soupire suivis d’explications hasardeuses :

-S’pas ma faute ! Ce coffre était SUR mon chemin. Il me tendait littéralement les bras ! Bon d’accords il n’en a pas mais tu vois l’image nan ? Il me murmurait : Vole moi… vole moi ! J’ai pas pu résister…

C’est alors que Faith remarqua qu’elle caressait le coffre comme s’il s’agissait d’un chat. Elle cessa son geste, légèrement embarrassée. Pour elle voler était tout à fait normal. Elle vivait depuis son plus jeune âge grâce à ça. Puis sa occupée… Y en a qui se plongeait dans leurs bouquins pour apprendre l’Histoire ou de nouveaux sortilèges… D’autres partaient en mer ou allaient explorer les bois… Bhé Faith son passe-temps était de voler ! Elle ne voyait pas ce qui avait de gênant là dedans. Surtout que la majorité des gens, à qui elle empruntait de l’or, étaient des personnes riches à ne plus savoir quoi en faire… Le silence était pesant. La jeune fille décida finalement de le briser sur un ton très sérieux :

-Bon d’accords… J’te donne 15% mais pas un de plus ! J’espère que tu imagine à qu’elle point tu as de la chance. Normalement tu le devrais… Car même si t’es un homme, malgré ce handicape gigantesque, tu es assez intelligent ! J’tadmire assez pour ça tu sais !

La voleuse avait été très sérieuse. Cela pouvait peut-être déconcerter un peu Daëlan. Mais Faith pensait que les hommes, dans leurs globalités, n’était pas très… rapide d’esprit. Ils manquaient aussi d’intelligence, d’élégance, de respect et de courtoisie… En gros s’étaient tous des ours ivres qui passaient leurs journées au bar ! Et encore, elle était désolée d’insulter ces pauvres bêtes… Néanmoins, elle aimait bien Daëlan. Ses yeux, ses cheveux blonds et sa carrure était assez attirant… Elle sentit du rouge lui monter aux joues.

-Autre chose ? Demanda-t-elle en secouant la tête pour se changer les esprits.

~ Il est 1 heure 23 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   Jeu 1 Juil - 2:19

Tout d'abord un peu rêveuse, Faith ne répondit pas tout de suite à la question de Daëlan. Oui, bien sûr qu'elle se planquait, mais à part ça ? L'homme aux courts cheveux blonds la fixait intensément dans les yeux, avec un semblant de hargne. La voleuse expliqua alors avec une pointe d'hystérie ou d'excitation la raison pour laquelle elle avait volé le coffre contenant les pièces d'or. Elle voulait lui faire croire que le coffre l'avait appelée comme par magie et qu'elle n'avait donc pas pu se retenir de le prendre sous son aile. Enfin, elle était plutôt joueuse la petite adolescente ! Mais le regard que lui portait son... camarade d'infortune la dissuada d'aller plus loin dans sa petite folie passagère.

C'est à cet instant qu'elle lui proposa immédiatement 15% du butin qu'elle venait de récolter. Daëlan était vraiment dépassé par l'attitude de la jeune demoiselle. Il passa une main dans ses cheveux, derrière la tête, visiblement trop fatigué pour gérer tout cela. Après tout, qu'elle fasse ce qu'elle veule, du moment qu'elle ne lui apporte aucun ennui. Aucune ennui ? Oui, pour l'heure, personne n'était venu frapper à la porte de sa chambre.

- Je n'en veux pas de ces 15% ! Tu peux les garder.. Seulement, tiens-toi à carreaux.

Le soldat poussa un nouveau soupir. Il regarda l'adolescente quelques secondes puis il passa son bras juste à côté d'elle. Sur un compartiment se trouvaient ses habits de rechange. Il les prit.

- Désolé, mais garde bien la porte fermée.

Il referma ensuite doucement la porte de l'armoire et s'approcha de son lit. Avec rapidité, il se déshabilla puis se rhabilla. Sa nouvelle tenue était déjà plus accueillante et plus chaleureuse. Certes, il s'agissait d'une tenue simple que portaient d'ailleurs tous les militaires dans les dortoirs mais au moins, il se sentait déjà plus à l'aise. Il plia et jeta ensuite ses vêtements trempés dans un grand panier en osier dans un coin isolé de la pièce.

Prenant quand même quelques précautions, notre bon vieux Daëlan se dirigea vers la porte et regarda par le judas. Il n'y avait personne. Bref, il espérait pouvoir se reposer tranquillement ! De toute façon, il était très probable que le "voleur" avait fini par s'enfuir par une quelconque issue puisque toutes les portes étaient verrouillées. De plus, il devait y avoir tellement de monde en bas que l'auteur du vol avait pu se dissimuler parmi les clients. Avec un peu de chance, ils penseront qu'il ou elle avait des complices.
Finalement, il était vrai qu'une enquête pouvait tomber sur eux et les autres clients.

- Bon, qu'est-ce que tu comptes faire à présent ?

Daëlan était revenu vers l'armoire et l'avait entrouverte afin de pouvoir parler avec la jeune femme qui se servait de sa chambre comme planque. Il était allongé sur son lit et regardait le plafond sans vraiment le voir. Après tout, le silence et l'obscurité des lieux permettaient d'échanger quelques paroles en toute tranquillité.

Maintenant qu'ils étaient tous les deux revenus sur la terre ferme, l'homme au regard de fauve se demandait ce qu'elle avait prévu de faire par la suite. Il savait qu'elle échappait aux gardes, mais qu'avait-elle commis encore comme délit pour être poursuivie ? A moins qu'elle ne se soit faite repérée entretemps. Quoi qu'il en soit, la nuit était déjà tombée depuis longtemps. A travers la fenêtre, la Lune éclairait faiblement les lieux, donnant ainsi à la chambre une petite aura bleu nuit. Il ne faisait pas entièrement noir dans la chambre.

[Annonce : Daëlan, merci de ne pas utiliser de gras... (Je l'ai enlever moi même) On ne peut avoir recourt à cela que si notre couleur de prédilection est le blanc, comme Loominëi. Mis à part ça, continuez ainsi, vos RP sont très bien Exclamation]

~ Il est 1 heure 25 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   Mer 7 Juil - 12:25

Faith resta effarée devant le manque d’enthousiasme de Daëlan. Elle trouvait ça limite surnaturelle… On vivait dans un monde d’argent après tout… nan ? La jeune fille volait depuis sa plus tendre enfance afin de survivre. Elle n’avait pas eu le choix. S’était bat toi ou crève. Et ce, à chaque secondes. Il n’y a pas de place pour les faibles en ce monde. Il fallait être fort. Et l’une des forces était celle de l’argent. Indéniablement. Et puis la voleuse aimait bien la couleur des pièces d’or, s’était reposant… Eeeeeeet à chacun sa lubie, d’accord ? Plus simplement on pourrait dire que Faith était habitée par l’avarice, l’un des sept pêché capitaux. Quoi qu’il en soit, son nouvel ami soldat soupira et finit par passer son bras à côté d’elle pour prendre des habits. Il s’excusa ensuite et lui demanda de bien fermer la porte.

-J’comptais pas la laisser ouverte de toute façon… Bougonna-t-elle dans son coin d’armoire.

Il ferma ensuite doucement le battant du meuble. Mais pourquoi voulait-il qu’elle ferme la porte ? Etait-ce pour éviter qu’elle ne soit repérée si quelqu’un entrait dans la chambre ? Ou était-ce simplement parce qu’il était pudique… ? Comme à son habitude, la voleuse décida d’enfreindre une fois de plus les règles. Mais qu’elle règle ? Après tout personne ne donnait d’ordre à l’Insaisissable... L’adolescente se surpris donc à jeter un coup d’œil dehors. Daëlan était entrain de se déshabillé. Mais la jeune fille ne vit du jeune homme qu’un dos et des épaules musclés. Du rouge lui monta aux joues. C’était la première fois qu’elle voyait un homme torse nue. Il s’était vêtu d’un habit simple, sans doute une sorte de vêtement de nuit. Puis il se dirigea vers un panier en osier et y jeta ses habits trempés. C’est à ce moment précis que Faith réalisa qu’elle était elle aussi toujours trempée… Dans le feu de l’action elle n’avait pas vraiment prêtée attention à son petit confort. Mais cela pouvait être quelque peu inconscient. Car à présent elle pouvait tomber malade. Et Faith détestée être malade par-dessus tout. Elle se sentait inutile et s’ennuyait à mourir. C’est alors qu’elle remarqua que le soldat regardait par le judas de la porte. La voleuse en déduisit qu’il allait faire quelque chose la concernant. Elle décida donc de refermer doucement le battant de l’armoire. Ce dernier fut donc ré entre-ouvert quelques secondes plus tard. Daëlan lui avait demandé ce qu’elle voulait faire après s’être allongé sur son lit.

La voleuse décida de sortir en laissant le coffre dans l’armoire. Elle s’étira brièvement afin de ne pas avoir de courbature le lendemain matin. Puis elle se détacha lentement mais soigneusement ses cheveux un peu mouillés. Alors qu’elle cherchait une serviette dans une commode elle rompit le silence en parlant d’une voix étonnamment sérieuse :

-Je ne sais pas trop ce que je vais faire. Pour l’instant je dois revendre le bijou que j’ai emprunté cette nuit même. Si je le perds je crois que je ne m’en remettrait jamais. Et puis je dois ramener ce coffre chez moi aussi.

Elle trouva finalement ce qu’elle cherchait et commença à se sécher les cheveux minutieusement. Puis elle réalisa que depuis un ou deux ans, sa vie était un éternel recommencement. Elle ne faisait que voler et fuir. Se cachant dans sa maison dans les quartiers du temple. Etait-ce réellement la vie qu’elle voulait mener ? Faith était incontestablement fait pour être une voleuse extraordinaire. Mais… que voulait-elle faire de tout cet argent ? Etait-ce réellement que pour sa propre survit ? La voleuse passait de temps à autre devant le temple de Loominëi qui l’avait recueillit pendant quelques années. Et y laissait de temps à autres des cadeaux pour aider l’église à vivre plus dignement. Mise à part ça, elle utilisait son argent uniquement pour manger et pour acheter ce dont elle avait besoin pour ses vols.

Tu sais, reprit-elle toujours sérieusement, je comprends facilement ton point de vue. Tu te dis sans doute quelque chose comme : « c’est une voleuse qui s’empare des biens d’autrui sans le moindre remords » blablabla… Mais depuis toute petite je suis orpheline. Ma mère était une gitane qui fut exécutée quelques jours à peine après qu’elle ne m’ait donnée naissance. Et mon père… je ne sais toujours pas qui il est ni où il se trouve. J’ai été élevée par les prêtres de Loominëi, c’est vrai. Mais que pendants quelques années. Après j’ai dû vivre seule. Nan pas vivre… survivre. Tu connais aussi bien que moi Nandis, je présume. Elle est hostile, froide et amère. Elle n’offre pas de cadeau. J’ai dû me battre pour arriver où j’en suis. Je conçois que tes idéaux ne collent pas avec les miens. Mais j’ai agis par nécessitée. Le seul héritage que m’a laissé ma mère est une clef, et une requête. Elle m’a demandée de protéger Nandis. De qui et comment ? C’est s’que je me demande toujours… Mais je cherche toujours mon père, même si je n’ais aucune preuve qu’il ait un jour existé… Ce que je compte faire ? Je n’en sais rien… Vivre me parait déjà être une tâche importante.

S’était la première fois depuis longtemps qu’elle parlait de son passé avec quelqu’un. Même s’il ne s’agissait que d’une petite partie, la voleuse se sentait un peu mieux à présent… Alors qu’elle parlait, Faith avait retirée son arme au bras droit, sa phase défensive comprit, le rendant ainsi nu. Elle avait aussi enlevé son gant gauche. La jeune fille s’était essuyée les bras avant de sécher soigneusement les deux griffes afin qu’elles ne s’abîment pas à cause du sel marin. Elle retira ses bottes et détacha sa poche noire avant de se sécher les jambes. Elle finit par s’assoir par terre et vida ensuite le contenu de sa poche et observa attentivement chacune de ses inventions. L’eau de mer pouvait sérieusement endommager ses créations, et cela pourrait-être ennuyant en plein combat de découvrir que sa boule incendiaire n’incendiait rien du tout… Forte heureusement, aucune de ses sphères n’étaient cassée. Tout semblait en ordre. Et il en était de même pour sa boîte à musique. Elle essuya son crocheteur et sa fronde et trouva aussi l’Œil de Chat qu’elle astiqua pendant quelques minutes dans un silence presque religieux. Elle rangea aussi ses griffes dans sa poche noire et plaça tout ce qu’elle avait enlevé dans l’armoire, à côté du coffre. Puis elle se tourna vers Daëlan et lui dit d’un ton moqueur :

-J’ai pas besoin de te faire un dessein je suppose, tourne toi. J’ai pas envi qu’un homme me reluque…

Elle attendit qu’il s’exécute pour déclipser les contours de son haut orangée, qui d’ailleurs ressemblait à se méprendre à une combinaison. Elle enleva aussi son petit short après avoir desserrée sa ceinture. Elle passa quelques minutes à se sécher, prenant son temps. Puis elle s’approcha de l’armoire et y étendit ses habits sur un ceinture afin qu’ils sèchent plus rapidement. Faith avait confiance en Daëlan, s’est pourquoi elle ne s’était pas empressée de se rhabiller. Mais de manière générale, la jeune adolescente n’était pas très pudique. Alors elle s’en fichait un peu. Après avoir fait cela, elle referma les battants de l’armoire et se tourna vers la commode. Il y avait bien un truc qu’elle pourrait enfiler histoire de passer la nuit au sec… nan ? Elle trouva finalement son bonheur. Enfin… bonheur, tout est relatif bien entendu. Il s’agissait d’une fine tunique beige en soie. Elle l’enfila promptement puis s’observa satisfaite. L’habit était un peu trop grande mais sa ferait l’affaire.

Faith se tourna ensuite vers son ami et s’approcha du lit à pas feutré. Elle se glissa ensuite dans son lit et murmura presque timidement :

-J’ai finis… Si t’espérait que je dormirais dans une armoire tu te four le doigt dans l’œil… Même si c’est un lit une place je ne suis pas bien grosse alors on devrait tenir à deux… Et si quelqu’un nous trouve là… tu diras que je suis ta fille, ou alors ta petite sœur. Ou encore ta femme si sa te chante…

Sa phrase s’était terminée sur un murmure à peine audible. Le lit était assez confortable. L’adolescente essayait de prendre le moins de place possible. Elle serait vraiment gênée si son pied rencontrait malencontreusement celui du soldat. S’était la première fois qu’elle dormait avec un homme. Comme pour se changer les idées elle demanda en chuchotant :

-Et toi… tu va faire quoi ?

Puis elle attendit, ne bougeant plus et ne parlant plus. S’est à peine si on l’entendait respirer…

~ Il est 1 heure 31 ! ~


Dernière édition par Faith Aoghan le Ven 9 Juil - 0:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   Jeu 8 Juil - 0:38

Daëlan ne s'attendait pas à ce que cette jeune adolescente puisse autant dévoiler une partie de sa vie à un homme qu'elle venait seulement de connaître il y a quelques heures. Pourquoi donc avait-elle commencé à lui parler de son enfance ? Pourquoi donc avait-elle cherché à se justifier ? A justifier ses actes, les raisons pour laquelle elle ne vivait que de vols ? Le guerrier, en vérité, ne se préoccupait pas du passé de la demoiselle. Il n'avait rien à penser à propos de cette jeune demoiselle : lui, son destin, son but, ses ambitions, l'avaient déjà coupé du monde des Hommes depuis longtemps. Cependant, il savait qu'il devait apprendre à rester l'Humain qu'il est, même si son objectif, ses priorités, étaient en dehors de la civlisaiton humaine.
Faith n'avait pas dû vivre une enfance heureuse. Il apprit de par sa bouche qu'elle avait été orpheline depuis sa naissance. Son père avait disparu et sa mère avait été exécutée car elle était une nomade. Recueillie et élevée par des prêtres de Loomineï, elle ne passa que quelques années auprès du sanctuaire avant de prendre la route des roublards en survivant du mieux qu'elle le pouvait dans la citadelle de Nandis, cette cité qui, derrière ce masque paradisiaque, n'était que vices, violences et haine.

Enfin, les buts de la jeune voleuse furent dévoilés : elle devait protéger Nandis, elle voulait retrouver son père s'il existait toujours et elle voulait seulement continuer à vivre sur ce monde.

L'homme aux cheveux blonds passa ses mains derrière sa tête et regarda la plafond. Ses yeux semblaient viser un horizon inexistant. Il repensait à ce que la jeune demoiselle avait dit. A la pensée que sa mère avait été exécutée, qu'elle devait vivre par le vols pour réussir à survivre dans cette ville, il ne pouvait que serrer les poings et continuer d'haïr encore plus la cruauté de l'Humain. Lui-même il s'en voulait pour avoir enlevé des vies, des vies qui étaient jugées comme criminelles et meurtrières mais qui, au fond, restaient des vies et contribuaient à la guerre et aux batailles. Cela n'était pas pour rien qu'il avait "abandonné", entre guillemets, l'avenir de l'Homme mais il avait fini par se focaliser sur le futur d'une autre race d'Astrune. Bref, Daëlan était sans doute le seul à mieux se comprendre lui-même n'est-ce pas ?

- Si tu avais été une personne mauvaise, peut-être que j'aurais pensé que tu volais sans remords, comme les pirates. Mais ce n'est pas le cas, crois-moi. Tu m'as délivré de ma cage et je t'en suis reconnaissant. Tu m'as prêté main forte, quelqu'un de mauvais n'aurait sans doute pas fait cela.

Mais quelque chose avait attiré son attention dans les premiers propos de Faith. Il enchaîna aussitôt sans qu'elle ne commente ce qu'il venait de lui dire.

- Je me demande où tu vis, puisque tu as un "chez toi".

L'ex-soldat n'avait pas vraiment de "chez lui". En fait, si, mais il avait décidé de ne pas se limiter à la grande demeure des Skaeron. Il avait fini par refaire parler de lui et avait pu récupérer l'héritage que lui avait laissée ses défunts parents. Enfin, tout ceci n'était qu'affaires : il avait laissé la demeure des Skaeron au soin des voisins et il envisageait même sérieusement de la revendre s'il trouvait des acheteus, afin de pouvoir s'offrir une simple habitation.

Bref, il remit toutes ces idées dans un coin de son esprit. Ce fut à ce moment que l'adolescente lui demanda de se retourner d'un ton moqueur. Il tourna par réflexe son regard vers son interlocutrice et aperçut alors qu'elle était en train de se changer. Poussant un soupir, il se tourna sur le côté opposé : une fille qu'il connaissait à peine prenait un malin plaisir à occuper sa chambre d'auberge. Cependant, il ne l'avait pas rejetée ou quoi que ce soit : il lui devait tout de même une fière chandelle !

Quand elle eut fini, Daêlan se retourna à nouveau vers elle et la vit alors avec une tunique beige.

- Mais qu'est-ce que tu fiches avec les vêtements qu'on m'a donnés pour la nuit ?!

Il n'y eut peut-être pas de réponse à sa question car il vit avec stupéfaction que la jeune roublarde s'était approchée de son lit et s'était glissée dedans sans aucune gêne.

*Oh pitié... Quand on me verra avec une... jeune adulte dans mon lit, le fils du tavernier rira bien de moi !*

- Ma fille ? Tu es folle ? J'ai l'âge d'être ton frère !.. Oui bon, ma soeur.. peut-être.. mais je crois qu'on aurait plutôt pris une chambre avec deux lits... Ma... Quoi ? Ma femme ?

Daëlan était perturbé par cette jeune adolescente qui avait des idées aussi farfelues et un comportement presque trop naturel pour vouloir dormir dans le même lit qu'un homme qui lui était inconnu. Néanmoins, à par cette surprise, il n'était en aucun cas gêné.

- Je pense que tu es bien jeune pour être mon épouse.

Notre gaillard esquissa un sourire amusé; il aurait peut-être poussé un bref rire tant les circonstances étaient si peu ordinaires. Après tout, Faith était une adolescente énergie, toujours souriante et avec un dynamisme hors du commun !! Ah oui.. Un culot qui relevait presque de l'insolence et de l'audace, également !

*Des courtisanes.. Haha.. Quelle ironie..*

Finalement, l'Insaissable lui retourna la question. A cet instant, il parut silencieux ou complètement embrouillé par cette tournure de la discussion qui se concentrait enfin sur lui. Il attendit un moment, comme pour bien être sûr de ses paroles, puis il finit par donner sa réponse.

- J'ignore ce que je vais faire. J'attends de voir s'il n'y aurait aucune information que le commandant de la caserne pourrait me fournir concernant.. mes affaires familiales ou s'il y aurait quelques... propositions de la part de l'académie militaire. Sinon, je pense que toute cette agitation pourrait attiser ma curiosité : s'il y a des évènements semant autant la panique chez les gardes, il faut en apprendre plus...

Daëlan réfléchit à nouveau. Il pensait à... Non.. Si.. S'il pouvait lui rembourser cette dette...

- Que dirais-tu si je décidais de venir avec toi ? Avec mon apparence, on me prendra rapidement pour un soldat, voire même un garde. Tu pourras rester près de moi sans que ces hommes ne t'arrêtent à chaque coin de rue. Je pourrais t'aider dans ta tâche.

Le lion s'était retourné sur le côté où se trouvait l'adolescente. C'est là qu'il remarqua à quel point le lit était petit... Logique, puisque ce n'était qu'un lit à deux places. De là où il était, il pouvait plonger aisément son regard de fauve dans celui de la jeune femme.

Cependant, une autre "crainte" lui trottait dans la tête : si les chambres étaient inspectées, il fallait réellement qu'elle se trouve une cachette, une cachette qui serait bien mieux qu'une simple armoire. A moins que l'homme volé n'ait pu se mémoriser du visage de la voleuse à cause de l'obscurité et du fait qu'il venait juste de se réveiller brusquement.

~ Il est 1 heure 34 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   Ven 9 Juil - 1:35

Faith était allongée dans ce lit qui finalement semblait assez petit… Alors que Daëlan, lui, était couché sur le dos, la jeune fille était allongée de côté, lui tournant le dos. D’ici elle pouvait voir une partie du ciel par la fenêtre. La lune était aussi visible, bien que partiellement. Les yeux noisette de l’adolescente s’égarèrent devant ce spectacle scintillant. Les paupières de la voleuse pesaient lourd. Mais elle n’avait pas encore sommeille. Elle voulait encore parler un peu avec Daëlan. Ce dernier semblait avoir été un peu perturbé lorsque Faith avait proposée qu’il la désigne comme étant sa femme. D’accords s’était peut-être un peu farfelu, mais elle faisait un peu plus que 16 ans physiquement. Et personne ne dérangeait un couple qui était entrain de s’embrasser… Si ? Cette théorie devrait être testée plus tard, car pour l’heure, le soldat répondait à sa question. Il parla d’informations et d’un commandant de caserne qui pourrait les lui fournir… Info’ qui concernerait apparemment des affaires familials. Il ajouta aussi qu’il était curieux de savoir ce qui avait causé une telle agitation dans tout Nandis. Maintenant qu’il en parlait, c’est vrai que Faith aimerait bien éclaircir ce mystère. Qu’est-ce qui avait bien pu foutre son rendez-vous au marché noir en l’air ?

-Oui je suis d’accords, il faut tirer ça au clair. Par contre, j’ai pas bien compris ce que tu devais faire… Ca ne me regarde peut-être pas, mais tu as des problèmes de familles… ? Termina-t-elle un peu timidement.

Halala, sa curiosité n’avait donc aucune limite… S’il avait voulu en parler il aurait sans doute dit plus de choses… Mais s’était Faith, elle était comme ça et pas autrement. Il serait plus facile de refaire le monde que de la changer. Mais son nouvel ami déclara une chose qui surprit quelque peu la voleuse. Il lui proposait de rester avec elle. Allant même jusqu’à dire qu’il lui servirait de couverture contre la garde. A ces mots Faith se tourna et se retrouva nez à nez avec Daëlan. Le lit était décidément trop petit. De là où elle était elle pouvait sentir facilement son souffle chaud sur son visage. De plus, il plongeait ses yeux de lions dans ceux de la jeune femme. Elle soutint son regard sans ciller.

-Tu es décidément trop mignon… Fit-elle soudainement avec sérieux tout en posant sa main sur la joue du jeune homme, mais je ne veux pas que tu agisse par dette envers moi parce que je t’ais aidé. Surtout si ma compagnie te déplait… Ta demande est généreuse. Pour être honnête je suis très touchée. Mais la vie de voleur n’est pas facile à vivre. La plus part du temps tu dois courir ou te battre. Soit contre les gardes, soit contre les trafiquants qui essayent de t’arnaquer. Par ailleurs… les gardes me connaissent tous plus ou moins de visage… Dans ton plan il faudrait que je porte une cape ou quelque chose…

Elle se tut, comme pour réfléchir. Ses yeux fixaient toujours ceux du soldat. Elle retira sa main, geste qui semblait anodin à la jeune femme. Mais qui pourrait peut-être rendre Daëlan mal à l’aise. Elle se noya quelques instants dans la profondeur des yeux du soldat. Perdant pieds, elle tomba… tomba… et tomba encore. Soudain une étincelle passa dans les yeux de l’adolescente et elle lui dit d’une voix un peu enjouée :

-Tu voulais voir ma maison nan ? Demain si tu veux vraiment rester avec moi, on va chez moi. Je dépose mon coffre et refait mon inventaire… Puis je t’accompagne pour régler tes affaires familials. On enquête au passage sur ce qu’il s’est passé cette nuit. Et s’il nous reste du temps, je refourgue l’Œil de Chat. Ca te va ? Je dois avouer que j’aime assez l’idée de rester avec toi…

Elle baissa les yeux, un peu anxieux de sa future réponse. Cependant, il y avait un truc qui clochait. Vous avez remarqué ? Nan ? Faith venait de faire passer l’argent après quelque chose ! Non non, elle n’était pas malade. Enfin quoi que… peut-être mais pas d’une maladie grave alors. Seulement, cela faisait des années que la voleuse n’avait pas eues d’ami à qui parler. Et elle aimait bien Daëlan. Beaucoup même. Elle se sentait assez proche de lui. Et elle ne voulait pas perdre cette toute nouvelle amitié. S’était la première fois qu’un homme ne lui jetait pas de pierre à la figure. Surtout qu’il s’agissait en plus d’un soldat. Et qui la comprenait pour les emprunts qu’elle faisait. Au fond d’elle-même, elle savait qu’il y avait des choses bien plus précieuses que l’argent. Mais elle avait peur. Peur que le passé ce répète. Les yeux de Faith s’assombrirent graduellement à cette idée. Une larme perla de son œil. Coulant lentement sur sa joue. La jeune femme s’empressa de l’essuyer et se retourna. Que devait-elle faire ? Elle aimait beaucoup Daëlan. Mais devrait-elle le rejeter pour le protéger ? Ou pouvait-elle rester avec lui ? Une Vraie amie ne l’aurait forcée à partir… non ? C’est ce qu’elle devait faire si elle l’aimait vraiment ? L’adolescente ne pouvait s’y résoudre.

Soudainement, Faith se mis à pleurer silencieusement. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas autant pleurée. Elle était inquiète car elle faisait face à un sérieux problème… Mais le soldat allait-il s’en rendre compte ? Arrivera-t-il à savoir pourquoi elle agissait ainsi ? Suite au prochain épisode…

~ Il est 1 heure 38 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   Mar 13 Juil - 0:02

Daëlan ne s'était pas attendu à ce que l'adolescente pose sa main sur sa joue. De toute manière, il devait être habitué, à présent, à l'imprévisibilité de la jeune demoiselle. Leur mésaventure sur le Corivace, les quelques heures qu'ils avaient passées au-dessus de l'océan dans le froid et dans l'eau avaient suffi à lui donner une bonne idée du comportement de Faith.
La main de cette dernière était plutôt froide comparée à son visage. Peut-être était-ce lui qui était chaud ? Ou bien était-ce le même froid qui était encore présent depuis leur fuite ? La voix que prenait Faith était bien différente de celle d'habitude : elle était sérieuse.

Elle lui dit qu'elle le trouvait plutôt charmant, sans doute par ce qu'il lui avait dit, et qu'il ne devait pas se sentir obligé de lui rembourser sa dette. Elle ajouta que la vie de voleur était difficile à vivre, il fallait souvent se battre, côtoyer les personnages les plus vils et les plus infâmes, survivre parmi les bandits et tromper les escrocs; mais tout ceci, Daëlan avait déjà suffisamment vécu pour ne pas perdre la vie ou souffrir dans cet univers de brutes.

Faith rabaissa sa main et finit alors par proposer de l'emmener chez elle, le temps qu'elle dépose son coffre et de refaire son inventaire avant de l'accompagner résoudre ses problèmes familiaux, trouver une réponse sur toute l'agitation de cette nuit et éventuellement achever l'affaire de l'Oeil de Chat.

- Non, j'y tiens vraiment. La vie de bandit n'est pas la mienne mais je peux te faciliter la tâche. On trouvera une cape, n'importe quoi qui puisse cacher ton apparence et, sous mon aile, tu pourras te déplacer sans avoir à te soucier des gardes. Si tu veux, on ira chez toi, comme convenu puis.. Ca ira. Pour ce qui est de mes affaires familiales, j'ai tout mon temps pour m'en occuper. De toute façon, je doute qu'il y ait quoi que ce soit d'intéressant, surtout durant cet état d'alerte. De plus, tu ne pourras pas me suivre dans l'académie militaire.

Il esquissa un sourire bienveillant mais remarqua presque une larme couler sur le visage de la jeune demoiselle. Elle passa brièvement sa main sur cette larme et se retourna sans plus tarder. A présent de dos, le jeune homme ne pouvait que contempler la chevelure blonde de la jeune femme.

Pleurait-elle ? Le soldat ne voulut pas la déranger, de peur de manquer de tact ou quoi que ce soit.

- On passera chez toi, puis on ira peut-être se renseigner sur cette panique. Je pense qu'on aura le temps de nous occuper de l'Oeil de Chat.

Daëlan n'avait rien dis de plus sur ces affaires familiales. Il voulait garder cela pour lui : après tout, il s'agissait de sa famille, et il n'aimerait pas vraiment en parler. Les yeux toujours rivés sur la demoiselle, il sentit comme des petites... impressions dans l'atmosphère de la chambre. Il ne comprenait pas vraiment pourquoi la jeune voleuse avait fini par lacher ces larmes. D'un côté, il pensait la laisser avec ses émotions : durant la nuit, tout cela passera; d'un autre côté, il ne pouvait rester de marbre face à cette soudaine réaction qu'il n'avait, une nouvelle fois de plus, pas prévu.

Quelle fille étrange.

L'homme aux yeux bruns poussa un soupir. Il se retourna une première fois, comme s'il était prêt à s'assoupir, mais finalement, il revint vers l'Insaissable après quelques instants. Finalement, il se trouva vraiment idiot car il n'avait rien trouvé à dire. Néanmoins, il finira par prononcer ces trois mots, avec une voix calme, silencieuse, telle un murmure :

- Pourquoi pleures-tu ?

C'était vraiment stupide comme question, ça il le savait.

Mais maintenant, il fallait avouer que Daëlan n'en avait plus rien à faire de ces histoires de tact ou de sentiments. Cependant, il ne pouvait vraiment pas rester indifférent face aux émotions des Humains. Humains dont il avait fini par abandonner pour se consacrer aux Fées qu'il protégeait depuis son enfance.

Dernièrement, il semblerait qu'il veuille protéger quelqu'un d'autre qu'une Fée.

~ Il est 1 heure 40 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   Ven 16 Juil - 11:52

Daëlan se montrait être quelqu’un d’extrêmement attentionné. S’était le premier soldat que Faith rencontrait qui avait un grand cœur. C’est vrai, après tout l’idée qu’elle s’était faite des gardes était assez particulière. Ils ne cessaient de vociférer des « haltes là ! » dans les rues et de vous courir après, l’arme au poing. Ils auraient été capables de reprendre une pomme à un petit voleur de cinq ans aussi affamé qu’une meute de loup. L’homme au regard de fauve, lui, était différent. Certes il devait la vie à la voleuse. Mais combien l’aurait accompagnée toute une journée, sinon plus ? Qu’elle genre de remboursement de dette était-ce ? Toutes ces questions se bousculaient dans l’esprit de la jeune femme. Le dévouement de son nouvel ami renforça même ses larmes. De nombreuses émotions s’emparaient d’elle. Elle était vraiment heureuse d’avoir rencontré cet homme. Et heureuse qu’ils soient devenus, en quelque sorte, ami. Mais elle était angoissée à cause de son passé. Faith n’avait jamais droit au bonheur très longtemps. S’était un fait. Au fil des ans elle avait apprit à tourner ça en dérision. Mais au fond d’elle, elle en souffrait beaucoup. Jusqu’à quand cette nouvelle amitié allait durer… ? Jusqu’au remboursement de la dette de Daëlan ? Ou pire encore… jusqu’à ça mort ?

La nuit été désormais bien avancée. Les larmes salées ne cessaient de couler sur le fin visage de la blondinette. Un long silence tomba dans la chambre. La jeune fille sentit que son ami se retournait après un soupir. Peut-être voulait dormir ? Cette idée fut contredite lorsqu’il se retourna une fois de plus en sa direction. Il posa alors une question qui fit tressaillir la voleuse.

-Moi… ? Pleurer ? Hin… ! Mais qui ta mis une idée pareille dans la tête… ? Répliqua-t-elle en faisant de son mieux pour pas qu’on entende sa tristesse dans sa voix.

Elle avait d’abord agis par fierté, sans vraiment réfléchis. Faith était comme ça. Pleurer était une honte, il n’y avait que les faibles qui le faisaient. Ou tout du moins c’est ce qu’elle croyait. En temps normal le débat aurait été clôt à cet instant. Mais elle enchaîna d’un ton ironique :

-Pathétique n’est-ce pas… ? En toute honnêteté je crois que j’ai peur, ou alors je suis tout bonnement fatiguée, poursuivit-elle après avoir marqué une pause où elle séchait ses larmes. Je te trouve vraiment gentil, c’est vrai tu te donne tant de mal pour m’aider... Et puis tu dois sans doute risquer ton poste de Soldat en aidant l’une des voleuses les plus recherchée de Nandis. C’est vrai, un soldat normal m’aurait déjà vendu à qui le voulait. Mais tu ne l’as pas fait…

Petit à petit, le ton de l’adolescente était devenu sincère et sérieux. Il ne faisait aucun doute qu’elle pensait se qu’elle disait. La jeune femme se tourna alors elle aussi, les yeux légèrement baignaient de larmes et murmura avec un peu de rouge aux joues :

-J’ai juste peur de perdre un ami. Ils sont si rare…

Elle ferma les yeux et baissa légèrement la tête. Depuis de nombreuses années la voleuse ne s’était pas ouverte à quelqu’un de la sorte. Elle s’était protégée elle-même de la solitude en cachant ses sentiments sous des tonnes et des tonnes de pièces d’or. Aujourd’hui elle se rendait compte qu’elle avait sans doute trouvée plus important. Faith remarqua que d’autres larmes perlaient sur ses joues. A cet instant, la jeune femme aurait aimée que Daëlan la prenne dans ses bras. Pour la réconforter, pour la rassurer et se sentir en sécurité. Après tout, l’Insaisissable dormait toujours qu’à moitié. Elle restait vigilante de façon à ce qu’on ne la capture pas pendant son sommeille… Néanmoins, Faith n’osa pas le lui demander. Il y avait des limites à l’imprévisibilité. Et elle avait bien trop peur que Daëlan refuse sa demande ou bien qu’il se moque d’elle. Qu’allait-il faire à présent ?

Spoiler:
 

~ Il est 1 heure 42 ! ~


Dernière édition par Faith Aoghan le Sam 7 Aoû - 21:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   Lun 19 Juil - 14:35

Faith faisait preuve de fierté, beaucoup de personnes disaient souvent qu'elles ne pleuraient pas alors que c'était le cas. A ces paroles, Daëlan esquissa un sourire, non pas un sourire moqueur, narquois ou amusé mais un sourire plutôt... bienveillant ? La jeune demoiselle pensait que tout ceci était pathétique : elle avait peur, et la fatigue n'arrangeait pas les choses. Elle révéla à l'homme avec qui elle partageait le même lit qu'elle le trouvait vraiment gentil, qu'il se donnait tant de mal pour l'aider, risquant ainsi son poste de soldat en aidant une voleuse recherchée telle que l'Insaissable. Un véritable soldat l'aurait déjà livrée, jetée en prison, en échange d'une prime importante ou d'une promotion.

Quand elle eut dévoilé ce qu'elle pensait du Lion, elle finit par se retourner vers celui-ci; et bien qu'il faisait sombre dans la chambre, l'ex-soldat pouvait voir une rougeur autour des yeux de l'adolescente. Faith annonça finalement quelle avait juste peur de perdre un ami, tant ils se faisaient rares pour elle.

Le guerrier plongea à nouveau son regard dans celui de la roublarde. Tout dans sa voix et dans son expression confirmait le sérieux et la certitude de ses propos. Elle le considérait à présent comme un ami.. Et lui ? Qu'en pensait-il ? Il ne pouvait vraiment pas rester indifférent face à cette affection que lui portait la jeune femme. La rejeter serait vraiment misérable comme action. De plus, elle lui avait sauvée la vie, elle était vraiment quelqu'un de bien, et elle méritait vraiment d'être connue. Oui. Daëlan savait qu'il ne regrettait pas d'avoir croisé la route de Faith.
Une vie de voleuse, tout aurait pu la conduire à devenir un être mauvais et dénué de tout sens moral. Elle avait élevée par des prêtres de Loomineï, certes, mais les bas quartiers, les coins mal famés, les malfrats et autres bandits avaient pu très bien la changer, complètement; mais elle avait tenu bon, elle avait survécu, elle avait passé de nombreux obstacles jusqu'à aujourd'hui et elle ne s'en était pas trop mal sortie. Daëlan l'admirait pour ça; et maintenant, elle versait finalement des larmes, non pas parce qu'elle en voulait au destin de lui avoir faire vivre une vie parmi les malfaiteurs, mais tout simplement parce qu'elle avait peur de perdre un ami.

Après un instant de silence, l'homme aux cheveux blonds passa ses bras autour des épaules de la demoiselle et la serra contre elle doucement. A son contact, il sentait qu'elle était froide... A moins que cela ne soit lui qui était naturellement chaud. Elle semblait si petite entre ses bras qu'on pourrait croire qu'elle était aussi fragile qu'une brindille. Physiquement, peut-être, mais intérieurement, elle ne l'était pas.

- Tu vois bien que tu pleures. dit-il soudainement avec une pointe d'humour dans la voix.

S'il pouvait la protéger, lui porter son aide, il le ferait à présent sans aucune hésitation, jusqu'à ce qu'elle décide de partir seule, de ne pas entraîner son compagnon dans une voie dans laquelle elle doutait qu'il puisse survivre ou dans laquelle elle ne souhaitait pas qu'il connaisse.

Il sentait qu'elle pleurait encore, que des larmes continuaient de couler le long de ses joues. Elle pouvait se laisser aller pour cette nuit, dans quelques heures, elle aurait fini par remettre ces émotions de côté car leurs.. projets seraient assez difficiles. Les gardes pourraient à tout moment la repérer même s'il était là, comme couverture; et il finira par découvrir qui convoitait cet Oeil de Chat et avec quelle genre de personne la jeune Faith cotôyait.

- N'aie pas peur, même si tu venais à t'en aller, jamais je ne t'oublierai. lui fit-il avec assurance.

Et c'était vrai. Jamais Daëlan n'oubliera le nom ni l'image de cette adolescente. Ce n'était maintenant plus parce qu'il avait une dette envers elle mais il avait conscience qu'il l'appréciait pour ce qu'elle est.

- Après tout, je vais devoir te supporter pendant pas mal de temps.

Il venait de prononcer ces dernières paroles avec un ton amusé, pour la détendre.

~ Il est 1 heure 46 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   Sam 7 Aoû - 22:06

Il y eu quelques secondes de silence. Il n’y avait pas le moindre bruit. Le temps semblait figé. Comme si une entité supérieure avait usée de ses pouvoirs. Cet instant paru durer des années aux yeux de Faith. Elle était là, dans une lit une place le partageant avec un beau et jeune soldat.

Lorsque soudain le charme fut rompu. Daëlan passa doucement ses bras fort et protecteurs au dessus de ses épaules. Avait-il lu dans ses pensées ? La jeune femme n’en savait rien. Elle était submergée par un flot d’émotion l’assaillant de toute part. Son cœur battait à lui rompre la poitrine. A tel point qu’elle espérait que le jeune homme ne l’entende pas. Du rouge lui monta aux joues encore plus que précédemment. Elle ne s’était jamais sentie aussi bien depuis… depuis toujours ? L’Insaisissable avait grandit dans le risque et le danger. Daëlan la serra doucement contre son corps. Son cœur s’accéléra de plus belle. Elle se laissa faire, impuissante, vulnérable et démuni. Semblable à une poupée de chiffon, elle n’osait plus bouger d’un pouce. La voleuse ferma les yeux et sentit doucement l’odeur du soldat. Tout d’abord si timidement qu’elle n’en avait ressentit qu’une vague impression, à peine palpable. Puis elle recommença, plus longuement cette fois-ci tout en savourant ce silence approprié. Elle prit alors conscience que ses mains étaient recroquevillées contre sa poitrine. Vint une pointe d’audace. La jeune femme apposa alors lentement ses fines mains contre le bas du torse de Daëlan, sa tête étant déjà au niveau de la poitrine de son compagnon. De là, elle pouvait sentir le cœur du soldat battre faiblement, comme s’il était à des lieux de cette chambre. L’habit l’empêchait de ressentir cette douce pulsation qu’exécutait le cœur…

C’est alors que le silence fut rompu : « tu vois bien que tu pleure ». Faith décolla sa main gauche et la passa sous ses yeux, étonnée elle y sentit des larmes qui continuait de parcourir son doux visage. Gênée, elle ne sut que dire. Elle voulu répondre, sa bouche s’entre-ouvrit. Mais aucun son n’en sortit. C’était comme si quelqu’un ou quelque chose avait subtilisée sa voix. La présence de Daëlan était si réconfortante… Elle se sentait invincible, comme si rien ni personne ne pourrait plus jamais lui faire le moindre mal. La voleuse avait l’impression qu’elle pouvait bien défier le monde entier, les démons et les dieux qu’elle s’en sortirait quand même. Le jeune soldat poursuivit alors d’une voix sure. Les mots qu’il prononça se gravèrent alors dans la mémoire de la jeune femme. Son cœur ne cessait de battre. S’était à se demander s’il n’allait pas exploser. Contre toute attente, lorsqu’elle ouvrit la bouche, sa voix était revenus, et encore elle se faisait timide, maladroite et surtout presque inaudible :

-Moi… non plus je ne pourrais pas… t’oublier…

Puis il plaisanta une fois encore. Cela eu pour effet de la détendre un peu. Elle continuait de respirer doucement l’odeur de Daëlan. Cette dernière avait quelque chose d’enivrant. Comme s’il s'agissait d’une drogue, Faith ne pouvait plus s’empêcher de la respirer. Prenant son courage à deux mains, elle bougea doucement ses pieds vers ceux du jeune homme. Elle tressaillit légèrement au contact des siens qui étaient chaud. Au premier contact elle avait maladroitement reculé le pied. Puis elle devint plus sûre d’elle-même, et se rapprocha un peu plus du corps de son nouveau compagnon. Sa jambe était à présent contre la sienne. Ses pieds touchaient les siens. Le fin visage de la demoiselle était collé contre la poitrine de cet homme. A présent elle entendait plus distinctement le cœur battre. Sa main quitta sa position et passa par-dessus le ventre de Daëlan. Comme pour… le retenir ? Pour s’assurer qu’il ne parte pas sans qu’elle ne s’en rende compte. Alors sa main droite caressa doucement le dos du jeune homme. Même si la tunique lui barrait le passage. Faith pouvait sentir un peu le dos, sentir cette peau basanée sous ses fines mains. Peu à peu elle ne bougea plus. Elle attendait.

-J’aimerais rester ainsi pour l’éternité… Murmura-t-elle alors en un filet de voix.

Que lui arrivait-elle ?

~ Il est 1 heure 49 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   Dim 8 Aoû - 1:31

Daëlan sentait quelque chose d'inhabituel, quelque chose dont il ne se doutait pas. Il pensait seulement pouvoir réconforter la jeune demoiselle mais maintenant qu'ils en étaient arrivés là, il trouvait cela assez déconcertant que la voleuse réagisse de la sorte. Petit à petit, elle s'était rapprochée de lui, parcourant son corps avec ses petites mains et passant sa jambe contre la sienne. Le guerrier n'était pas dupe. Il en avait conscience, il avait des doutes concernant ce que l'Insaisissable pouvait ressentir à ce moment précis, dans le même lit qu'un homme qu'elle venait de rencontrer et en contact avec celui-ci. Daëlan pensa qu'après la bonne nuit de sommeil, tout ce qui venait de se passer ce soir ne restera qu'un souvenir vague où l'adolescente s'était apaisée, s'était offerte un moment de répit et de tranquilité. Elle ne le considérait que comme un ami, et cela resterait ainsi, pour le moment.

La demoiselle avait la tête posée contre sa poitrine et sa main droite était passée par dessus son flanc, caressant son dos. Il n'y avait aucun doute possible, le premier venu qui débarquerait dans la chambre les prendrait soit pour un couple, soit pour autre chose, mais en plus néfaste. A cette pensée, Daëlan esquissa un fin sourire dans l'obscurité : quelle puérilité.

Les larmes apportaient souvent la fatigue et il prévoyait bien évidemment que la roublarde finisse par se livrer aux bras de Morphée tant elle était silencieuse et comblée dans ses bras et sur ce lit douillet. Les dernières paroles qu'elle avait prononcées n'étaient que celles d'une adolescente. Elle ne cherchait qu'un refuge et qu'un peu de réconfort, chose que Daëlan était capable de lui donner en ce moment même, mais il ne pouvait la laisser gagner une illusion éternelle.

L'homme aux yeux de fauve lui chuchota alors :

- Faith, il faut dormir maintenant.

Ce n'était pas parce qu'il était lui-même exténué mais c'était plus pour elle que pour lui qu'il avait incité de se laisser gagner par la fatigue. De son côté, il gardait une oreille attentive. La présence de la voleuse restait encore assez risquée dans cette taverne, surtout lorsqu'elle venait tout juste de commettre un vol il y a quelques minutes. Il fallait donc garder prudence et ne pas se laisser surprendre. Faith devait dormir, pour une fois; elle en avait besoin; elle le méritait. Quant à lui, il veillerait sur elle et monterait la garde, au cas où quelqu'un viendrait à frapper à la porte. Dans les ténèbres de la nuit, les yeux du Lion restaient éveillés et ses sens étaient aux aguets, bien qu'étant fort émoussés par la soirée turbulente qu'ils venaient tous deux de vivre. Il était déconcertant de s'apercevoir à quel point la scène sur le brûlot et le bateau pirate semblait si lointain alors que tout cela s'était déroulé il y a seulement quelques heures, et encore !

Qu'était-il arrivé aux pirates ? Ils les avaient laissés partir. Daëlan se remémora cette jeune femme aux cheveux rouges, cette femme qui avait invoqué le vent, la chef pirate, cet homme qui était aussi un guerrier... Où étaient-ils ? Au fond de lui-même, il s'en fichait; il ne se posait que quelques questions futiles. Peut-être que la destinée les feront rencontrer dans un tout autre contexte ?

Quand le jour se lèvera, que va-t-il se passer ? Daëlan n'attendait que le lever du Soleil...

~ Il est 1 heure 51 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   Mar 17 Aoû - 10:39

Sans s’en rendre compte, Faith s’était endormis en sentant le parfum enivrant de Daëlan. Il faut dire qu’après la longue journée qu’elle avait passée, il n’était pas étonnant qu’elle s’endorme rapidement. Pourtant, quelques heures plutôt elle s’emparait de l’Œil de Chat, après des semaines de dur labeur. Puis elle se faisait poursuivre par des paladins et toute une garnison de garde. Ensuite elle se retrouvait sur un brûlot puis dans une tempête meurtrière. Et là… la voleuse dormait dans le même lit qu’un soldat. Elle ne l’aurait jamais cru elle-même si on le lui avait raconté. Tout ce qu’elle espérait, s’était que ce ne fût pas un rêve trop beau…

Elle passa une nuit incroyablement tranquille et apaisante. La jeune femme se sentait en sécurité. Rien ne pouvait perturber son sommeil. Du moins c’est ce qu’elle croyait au début. Peu à peu, sa quiétude fut troublée. Elle se retrouva rapidement entourée d’un vide obscur et impénétrable. Faith ne sentait plus l’odeur de Daëlan. Si son touché apaisant. Encore moins son cœur battre. Non, elle était loin de cet instant unique. Tellement loin. Elle ne voyait même pas ses mains lorsqu’elle les mettait devant son nez. Puis des sensations lui revinrent par étape. Tout d’abords elle sentit quelque chose de froid, de dure et d’humide sous elle. Ensuite une odeur de moisi lui emplit les narines. Puis une terrible faim apparut. Et enfin des bleus et des courbatures alliées à une grande fatigue, tant physique que mental, s’empara de la voleuse.

Sans savoir comment elle avait fait, l’adolescente trouva la force d’ouvrir les yeux. Ce qu’elle vit la choqua terriblement. Ses yeux s’écarquillèrent. Sa respiration se coupa net. Pendant quelques instants, son cœur cessa même de battre. Elle était dans cet endroit. Elle aurait préférée mourir plutôt que de revivre ça. Sans qu’elle ne le décide, elle s’adossa au mur et parla d’une voix qui n’était pas la sienne. Sa voix était faible et familière, tout comme les mots qui sortirent de sa bouche :

-J’ai beau m’endormir et me réveiller ensuite, quand j’ouvre les yeux on est toujours là… !

Sa main vint heurter la parois en dalle de pierre. Elle ressentit une douleur qui se retrouva finalement être un peu apaisante. Peu après elle entendit une voix qu’elle connaissait très bien.

-On doit rester patientes… Quelqu’un viendra… nous sauver…

Le cœur de la voleuse ne fit qu’un tour. Elle n’était pas dans son corps, mais dans celui de Lira ! A sa confusion s’ajouta des sentiments qui n’étaient pas les siens : la colère, la peur et la haine.

-C’est faux ! Personne ne viendra, on va mourir ici !

A ces mots une enfant éclata en sanglot. Son regard se tourna vers quelqu’un que Faith reconnu immédiatement : Mila.

-Quand est-ce que tu vas arrêter de pleurer ?! Tu sert définitivement à rien !

-C’est pas vrai ! Gémit-elle.

-Arrête ! C’est ce qu’il veux ! S’entendit-elle dire d’une voix forte.

La colère monta en elle, mais se n’était pas la sienne. S’était celle de Lira, qui s’emporta une fois de plus :

-Hoo mademoiselle parfaite est de retour…

-Qu’est-ce que tu insinue ?

-Ho rien… Si ce n’est que tu as toujours raison. Tu dis toujours ce qu’il faut quand il faut. Mais tu ne regarde pas la réalité en face ! On va crever ici comme des rats si l’on ne fait rien ! Ha mais que je suis bête. On ne peu rien faire ! Il n’y aura personne pour remarquer notre disparition. Personne ne pleurera trois voleuses ! IL N’Y AURA PERSONNE POUR REPÊCHER NOS CADAVRES DANS LA MER !!!

-C’est faux ! Tu as toujours été négative. Envisageant le pire sois disant pour survivre. Parfois il faut savoir garder espoir ! Je suis convaincue qu’il y a une façon de sortir d’ici ! Répondit-t-elle troublée par les propos de son amie.

-Arrêteeeeeez !

La scène disparue peu à peu en un tourbillon de couleur. La dernière chose que Faith entendit fut les pleures de Mila. Puis une autre scène apparut.

- Regarde-moi ! Regarde-moi ! On peu le faire ! Elle ne ressentira rien, elle s’est endormie. On doit le faire ! Pour notre survie !

- Non. Non ! Je ne peux pas ! C’est impossible ! Répondait Mila pleurant toutes les larmes de son corps.

-Si ! Allé ! Prend ce marteau !

-Non ! Laisse-moi ! Tu es folle !

-Fait le ou je le ferais !

Elle aurait voulu ajouter quelque chose comme : « pour nous » ou alors « faisons le pour elle ». Mais une puissante douleur s’empara d’elle, lui emplissant son crâne tout entier. Faith se sentit tomber au sol. Son corps heurta les dalles de pierres humide et froide. Horrifiée, Faith vit la dernière chose que Lira aperçut avant que la lueur de ses yeux ne s’éteignent. C'est-à-dire elle, Faith. Sa dernière pensée fut : Pardonne-moi… A aucun moment Lira n’en avait voulu à son amie… Peu à peu elle sombra dans l’obscurité. Son cœur cessa peu à peu de battre. Petit à petit elle ne sentit plus les pierres humides et froides sous elle. Ses sentiments s’envolèrent eux aussi. Puis plus rien…

-NOoooooooooooon ! Hurla Faith à plein poumon.

Elle tomba de son lit et leva la tête pour regarder tout autour d’elle, paniquée. Ce matin là, la voleuse avait une tête à faire peur. Elle était aussi livide qu’un mort, bien que son cœur battait un rythme effréné. Ses cheveux étaient en bataille. Son regard était différent de celui d’hier soir. Elle était comme perdue. Elle n’avait plus rien de l’Insaisissable, la voleuse sûre d’elle-même et intouchable. Elle n’avait plus cette carapace…

*Ce n’était qu’un cauchemar… ?*

Finalement elle pleura à défaut d’autre chose. Enfouissant sa têtes dans ses mains. Soudain elle sentit comme une forte secousse. La curiosité et la peur prenant le dessus sur la tristesse, l’adolescente se précipita vers la fenêtre. De là, elle entrevit un nuage de poussière s’élever haut dans le ciel en direction du district du temple. Faith sécha ses larmes, retrouvant peu à peu une respiration normale.

Qu’est-ce qui s’était passé là-bas ?

~ Il est 7 heures 00 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   Jeu 19 Aoû - 23:07

Faith s'était assoupie, peu à peu. Daëlan ne put s'empêcher d'esquisser un sourire en voyant ce fragile corps endormi, paisible et serein, isolé de la dure réalié du quotidien. Le sommeil était, pour lui, le seul moment où on pouvait trouver le répit, un moment où nous nous en allions, où nous nous déconnections du reste du monde pour pouvoir reprendre son souffle. Après tout, elle le méritait.
L'homme aux cheveux blonds sentit que le bras de la jeune demoiselle l'enserrait moins. Il sentait contre sa poitrine le souffle chaud et régulier de l'Insaisissable. Lui-même n'allait pas tarder à s'endormir mais il avait décidé de veiller un peu plus tard que prévu, histoire de ne pas être pris au dépourvu par le gérant de la Sirène Rougissante. De toute manière, il commençait à se faire tard et il pouvait entendre les quelques bribes de conversation entre les clients qui sortaient de l'auberge. Chacun allait rentrer chez soi et le bâtiment se vidait de plus en plus. A cette heure-ci de la nuit, nulle doute qu'il n'y aura aucune fouille des chambres, par respect aux particuliers qui auraient pris une chambre pour la nuit. Quoi qu'il en soit, il ne faudra pas traîner le matin.

Daëlan pivota et laissa tout son dos contre le lit, relachant au passage l'adolescente qui le retint instinctivement. Il tourna son regard vers la fenêtre et contempla la Lune. Poussant un soupir, il ferma les yeux et se laissa tomber dans les bras de Morphée.

---

Le ciel commençait déjà à s'éclaircir. Sur le lit, Daëlan était déjà réveillé.

Combien de temps avait-il dormir ? Relativement peu. Pour un soldat, ce n'était rien.
Ses yeux se posèrent à nouveau sur la petite Faith. Cette dernière dormait encore, toujours avec ce charme qui émanait d'elle; elle était bien au chaud, presque cachée sous la couverture. Lui, Daëlan, il était assis sur le bord du lit, les mains jointes, les doigts croisés, le regard porté vers le ciel. Il pensait à la journée qui allait suivre. Bien sûr, il allait prêter main forte à Faith, à présent. C'était peut-être une occasion pour lui de laisser de côté les recherches qu'il faisait sur son frère; et au moins, il n'aura pas à remplir une mission offerte par l'académie militaire, et rémunérée.
Certes, cela lui donnait enfin quelque chose d'autre à faire, et il était prêt à aider Faith, autant par dette que par...

Le Lion se leva finalement et fit le tour du lit pour se rendre dans un coin de la chambre. Là, il y avait une sorte de grande bassine avec de l'eau propre. Prenant un gant, il opéra sa toilette du matin, en attendant que le Soleil arrive à se lever.
Rafraîchis, il s'essuya avec une serviette et se rhabilla en vitesse avec quelques vêtements légers. Il mouvait dans la pièce en faisant le moins de bruit possible. Faith semblait dormir profondément : elle devait être vraiment exténuée, pensait Daëlan. En jetant un oeil dans l'armoire, il y retrouva son armure, son épée et son bouclier. Tout son équipement de guerrier était rangé ici. Pourquoi conservait-il toujours toute cette panoplie du soldat ? Il aurait très bien pu les laisser entre les mains de l'armée. Il fallait ajouter, en revanche, que tout ce qui lui appartenait lui revenait de droit. Sa famille avait tout de même payé le prix de l'ensemble de l'équipement. De ce fait, il en était le propriétaire; et en plus, il s'en servait toujours.
Parfois, cela lui arrivait de penser qu'il devrait arrêter ce métier. Il pourrait se trouver une femme et fonder un foyer, trouver un nouveau boulot plus sédentaire. Malheureusement, il ne le souhaitait pas, pas pour l'instant, au fond de lui-même. Daëlan se rappelait toujours de son devoir : il était le gardien des Fées. Pourquoi attachait-il autant d'importance à ses petites créatures de la forêt ? Tout ceci venait de son passé, bien entendu.

Mais il n'avait tout de même pas abandonner sa nature et son statut de simple Humain. Il était donc partagé entre deux mondes : celui des Hommes et celui des Fées. Ce n'était pas nouveau pour lui : il savait très bien comment gérer sa situation.

Soudain, une détonation ! L'explosion provenait du temple de Loomineï ! D'un bond, l'ancien soldat se rua vers la fenêtre et observa par la fenêtre : de la fumée s'élevait déjà dans les hauteurs. En bas, dans la rue, les quelques passants poussèrent des cris de stupeur, surpris par ce phénomène. Il fallut attendre une dizaine de secondes pour qu'il puisse apercevoir les hauberts des gardes se précipiter en direction de l'origine du bruit.

Brusquement, un cri de terreur se fit entendre dans la chambre, suivi d'un bruit sourd. Faith venait de tomber du lit. Daëlan quitta la fenêtre et se rapprocha de la jeune demoiselle. En la voyant, il fut pris de pitié et de compassion. Elle sanglotait. Que lui arrivait-il donc ? Avait-elle fait un cauchemar ? Il était difficile de croire que ce fut le bruit qui l'avait effrayé.
Daëlan posa un genou à terre et prit le visage de Faith dans ses deux mains, passant tendrement ses pouces sur les larmes. Il plongea son regard de fauve dans celui de la jeune femme.

- Du calme...

Lorsqu'elle fut enfin remise sur pied, Faith se jeta vers la fenêtre à son tour pour observer ce qui venait de se passer. De son côté, Daëlan ouvrit son armoire et se vêtit de son armure. En quelques instants, il avait l'air encore plus impressionnant dans sa protection. Bien que cela ne faisait que quelques heures, il avait eu l'impression d'avoir quitté sa forteresse depuis des mois. La retrouver lui remonta presque le moral.

- Faith. Il est l'heure de partir. Habille-toi vite.

Daëlan ramassa un sac et y déposa ses vêtements usés. En temps normal, il aurait demandé à un jeune garçon d'emmener ses affaires à l'académie militaire, dans une chambre où il séjournait encore grâce à ses quelques relations au sein de l'armée.
Bref, ils pouvaient en profiter pour accomplir ce qu'ils avaient à faire. Les soldats seront beaucoup trop occupés... A moins que Faith ne voulait aller voir ce qui se tramait là-bas ?

- On passe chez toi ?

Le ton de Daëlan était énergique. Il devait la réveiller totalement pour que tous ses sens reviennent à la normale.

~ Il est 7 heures 03 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
MessageSujet: Re: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   Ven 20 Aoû - 21:57

Alors que Faith observait se qui se passait dehors sans vraiment faire attention, elle réfléchissait à la signification de son rêve. Qu’est-ce que cela voulait dire ? Etait-ce Lira qui lui rappelait son passé macabre ? Cela signifiait-il quelque chose comme : « tu n’as pas le droit d’être heureuse après ce que tu as fait… ! » ? La voleuse n’avait donc aucun instant de répit. Si ce n’était pas les gardes, s’étaient les fantômes du passés qui revenait la tourmenter. L’adolescente décida finalement de ne plus y penser, à quoi bon ressasser le passé ? Elle regarda alors attentivement se qu’il se passait dehors. La voleuse ne voyait pas très bien mais cela semblait venir des quartiers aisés de Nandis. Ou peut-être était-ce celui du district du temple ? D’ici, Faith n’aurait su le dire. Apparemment s’était suffisamment important pour que toute une ribambelle de garde s’y précipite. A cela, l’Insaisissable recula instinctivement de la fenêtre, afin de ne plus être dans le champ de vision des passants. Elle entendit alors Daëlan lui dire qu’il était temps de partir. La jeune femme le chercha des yeux et le trouva, méconnaissable. A tel point que sur le coup, elle eu un léger mouvement de recul. Il avait revêtu une armure qui le rendait assez impressionnant. Même si la voleuse mangeait des boîtes de conserves tout les matins au p’tit dej’, elle trouvait que celle-ci était différente. Etait-ce parce qu’il s’agissait de l’armure de son compagnon ?

-Hmmm… tu sait que tu es sexy comme ça ? Lâcha-t-elle crument sans réfléchir.

Faith s’approcha de lui et le bouscula gentiment d’un coup de fessier pour qu’elle puisse accéder à l’armoire. Elle l’ouvrit et retrouva son coffre bien aimé ainsi que ses vêtements et sa poche noire. Sans plus attendre, et surtout sans gêne, elle retira sa tunique de nuit et se retrouva toute nue devant l’armoire. Elle s’habilla rapidement et s’observa quelques instants avant d’être satisfaite du résultat. La voleuse se pencha ensuite pour décrocher une longue et fine cape marron qu’elle s’empressa d’enfiler. Bientôt plus aucune partie de son corps n’était visible de l’extérieur. Faith s’empara finalement du coffre qu’elle avait volé la nuit dernière avant de le faire disparaître sous la cape. Puis, Daëlan demanda si on passait chez elle.

-Oui, de toute façon ça serait trop dangereux d’aller voir s’qu’il se passe là bas maintenant. On ira voir plus tard. Allons-y si tu veux bien ! Fit-elle à son ami.

Elle marcha en direction de la porte. L’ouvrit silencieusement, jeta un œil dehors et sortit la première.

[HJ : Out- Direction chez moa ! J’ouvrirais le topique. ^^’ Arrow
Tu n'es pas obligé de répondre à mon minuscule poste.. ! ><']


~ Il est 7 heures 06 ! ~
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Soldat & La Voleuse, retour à l'auberge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ Le gouffre mystique ~ :: RP oubliés-
Sauter vers: