AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion


Exclamation L'autel Astral ~ICI~ Exclamation




La table du rôlliste ~ICI~ Arrow



Partagez | 
 

 La forêt de Silmariën

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elfwyn
avatar
Récits 3344
MessageSujet: La forêt de Silmariën   Jeu 27 Aoû - 14:23

La forêt de Silmariën


La légendaire forêt de Silmariën dissimule bien des mystères derrière sa sublime apparence, cette dernière est naturellement magique, car il y a une nappe souterraine composée d'énergie pure en mouvement continu. De ce fait certaines plantes ou animaux et insectes peuvent contenir en eux des choses fort intéressantes pour des sorciers en quête de puissance ou encore pour les alchimistes, cependant cet endroit n'est pas ouvert à tout le monde. Ce lieu mystique est le domaine de la race la plus ancienne d'Astrune après les Elfes, et cette dernière répond au nom de Fée. Ces êtres ailés connaissent l'existence de leurs voisins des forêts, d'ailleurs ils entretiennent de bonnes relations entre eux, car tout deux partagent un amour sans limite pour la nature.
~Description de la forêt de Silmariën ->



La terreur des flots

Les Fées étaient des êtres sensibles, fragiles et très romantiques, et bien sûr pacifistes, c'est ainsi qu'elles vivaient tranquillement dans leur forêt. Ces dernières ne faisaient aucune construction pour leur confort étant donné qu'elles avaient la capacité de se miniaturiser, sous cette forme elles brillaient comme des lucioles mais en beaucoup plus intense, et lorsqu'elles se déplaçaient une légère trainée scintillante se dessinait derrière elles. Quand elles étaient ainsi les Fées n'étaient pas plus grosses qu'une abeille, donc une simple feuille d'arbre leur suffisait pour dormir par exemple, même chose pour s'alimenter, si elles mangeaient quelque chose sous leur forme miniaturisée, elles n'auraient besoin que de très peu de ressource, car même si après elle se ré agrandissait, la nourriture qu'elles auront précédemment ingurgité fera de même, ainsi les Fées pourraient faire d'excellentes aventurières si l'envie leur en prenait, car elles n'auront presque jamais besoin de rien pour s'entretenir.

Cependant à tout avantage il y a un défaut, cette race était particulièrement fragile aux attaques physiques, ainsi que leur grande sensibilité à la douleur, c'était sans doute à cause de ça qu'elles avaient choisi une vie de sédentaire plutôt que de se risquer à l'extérieur de leur forêt. On pouvait compter autant d'hommes que de femmes chez ces individus volants, leur procréation était similaire aux autres races d'Astrune, donc elles aussi vivaient une vie relativement utopique animée par la chanson et autres petites fêtes enchanteresses. Hélas tout cela prendra fin lorsqu'un violent orage éclata, des pluies d'une force inouïe s'abattirent sur leur forêt sans retenue, et rapidement les rivières sortiront de leur lit provoquant un début d'inondation, les Fées n'étaient pas inquiètes, elles avaient l'habitude des caprices de mère nature, mais là il fallait avouer que la violence sortait de l'ordinaire, et que toute cette eau commençait à leur faire peur. Le peuple Féérique optera pour la petite taille afin d'attendre paisiblement sur les hauteurs le temps que tout ça se calme. Malheureusement les jours et les nuits s'enchainaient sans que ce terrible déluge ne cesse, à présent d'énormes torrents s'étaient formés sur le sol jadis mousseux de la forêt de Silmariën.

Les Fées pensaient avoir passé le pire, mais il n'en fut rien lorsque le crépuscule s'annonça, alors que le soleil disparaissait petit à petit, l'horizon déjà gris devint anormalement sombre, des formes diverses grouillaient au large de l'océan, et pourtant la forêt des Fées n'était pas vraiment à côté, mais comme l'eau avait tout recouvert ça leur donnait une vue directe sur le panorama océanique. Déjà le danger se faisait sentir, la pluie tombait toujours par trombe avec pas mal de rafales de vent, tout ce bruit terrifiait les petites Fées qui n'avaient rien demandé, puis, ces choses qui bougeaient au large arrivèrent rapidement en sillonnant littéralement les eaux qui les distançaient encore de leur forêt. Et là, sans même qu'elles aient eu le temps de comprendre leurs intentions elles se firent attaquer avec force, de véritables murs d'eau se formèrent afin de se fracasser contre les arbres sur lesquels les Fées se trouvaient. Vite il fallait fuir, cela se voyait et se ressentait qu'ils étaient là pour les tuer, mais qui étaient ils ? Et pourquoi tant de sauvagerie ? Pas le temps de se poser des questions que beaucoup d'entre elles se feront happer par des bulles d'eau avant de se faire entrainer par le fond pour les faire mourir noyées.

La fuite était loin d'être aisée en dépit de ce que l'on pourrait croire, les Fées étaient rapide ça oui, mais moins que la télépathie des Sirènes, alors quand ces dernière se mirent à hurler dans leur esprit, les trois quarts des fuyards n'arriveront plus à voler ou alors ils perdaient le sens de l'orientation et repartaient vers l'attaquant, ou plus hilarant, une bonne dizaine d'entre elles s'encastreront dans les troncs des arbres, c'était risible si on oubliait leur fragilité, car on les imaginait se cogner, s'assommer puis glisser tout du long jusqu'à faire "plouf", et bien non, le choc était si violent pour elles que leur tête explosait littéralement contre le bois de l'arbre, voir même tout leur corps, cela dépendait de comment ça leur arrivait, mais dans la plupart des cas ça leur était fatal.

Puis, la chance se décida enfin à leur sourire, car d'un seul coup la pluie cessa au bout de deux longues semaines pour laisser place à un soleil cuisant, ce temps là n'était pas normal, mais elles ne pouvaient rien y faire, c'est alors que l'eau se mit à s'évaporer à une telle vitesse que les Sirènes en resteront piégées avant de mourir dans la souffrance la plus horrible qui soit. C'est alors une vision d'horreur qui s'offrit au Fées, une immense plaine tapissée de cadavre pourrissant à la lumière du jour, un nombre incalculable de mouches venait y butiner pour faire un nid bien douillet pour leurs larves, l'odeur pestilentielle de la chair en décomposition se faisait sentir sur plusieurs dizaines de kilomètres à la ronde. Les Fées n'oseront pas approcher et laisseront le temps et la nature faire son travail pour les faire disparaître, mais tout cela leur forgea le coeur et l'esprit d'une certaine manière à ce qu'elle deviennent agressives si cela s'avérait indispensable, c'était à partir de ce jour que l'esprit des Fées combattantes était né.


L'esprit des Fées


Quelques siècles plus tard, les Fées étaient radicalement transformées, à présent si on s'en prenait à l'une d'entre elles, à leur domaine ou encore et simplement à la nature, il faudra subir leur colère, et elle n'était pas des moindre. Les Fées les plus puissantes possédaient un esprit tel qu'elle furent surnommées les Dryades, certaines d'entre elles restaient relativement basiques en manipulant un élément ou quelques sortilèges, alors que d'autres plus ambitieuses favorisaient le côté physique et devenaient des guerrières très compétentes en dépit de leur petite force et piètre résistance, mais elles surent montrer qu'elles étaient tout à fait capable de rivaliser avec un guerrier Humain, la preuve se fit lorsque l'un d'eux profita d'une forte canicule pour allumer des feux de forêt non loin d'un village de la même race que lui. Les Fées ressentaient particulièrement bien si la nature était maltraitée non loin de leur domaine, c'est alors qu'une Dryade se mettra sur son chemin, l'homme était lui aussi un excellent combattant car il se vantait du mal qu'il faisait mais jamais personne n'avait réussi à le vaincre au corps à corps, mais ce jour là tout allait changer pour lui.

L'humain se ria de la Fée au départ, car son physique était beaucoup plus gracieux qu'effrayant, mais lorsque les fers se croisèrent son visage changea soudainement d'expression, et oui cette jolie femme lui tenait parfaitement tête et commencera à se servir de ses dons naturels normalement inoffensifs pour en venir à bout, c'est à dire qu'elle se miniaturisa pour lui passer entre les jambes puis reprit sa taille normale afin de le planter en plein coeur dans son dos, l'humain hurla tout en affichant une certaine surprise dans son regard avant de s'écrouler au sol alors que son dernier souffle lui échappait. Depuis lors les Dryades sorcières, prêtresses ou autres sont toutes respectées de façon égale tant par les Fées que par ceux qui connaissaient leur existence. D'ailleurs c'était très bien qu'elles se soit forgées une telle mentalité, car l'avenir était tellement imprévisible qu'il valait mieux être préparé à toutes les éventualités.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lauthentique-destiny.com
 

La forêt de Silmariën

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Sept Destinées :: ~ RÔLE PLAY : LES SEPT DESTINÉES ~ :: Histoire D'Astrune :: Histoire des lieux-
Sauter vers: